Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 mars 2019 6 16 /03 /mars /2019 19:00
L'intelligence artificielle n'existe pas, de Luc Julia

Certains hommes aiment se faire peur. Ils fantasment sur le climat, le CO2, l'intelligence artificielle, les robots... Ils sont doués de raison mais cèdent à leur côté magique, qui leur tient lieu de religion et n'a aucun fondement scientifique.

 

Dans son livre L'intelligence artificielle n'existe pas, Luc Julia montre avec limpidité que cette prétendue intelligence n'existe tout simplement pas et que, puisqu'il ne faut jamais rien exclure, elle n'existera au mieux que dans des centaines d'années...

 

(Pour qu'une intelligence artificielle existe, il faudrait recourir à d'autres sciences que les mathématiques, telles que la biologie, la chimie, la physique quantique... Ce n'est donc pas demain la veille.)

 

Qui est Luc Julia pour se permettre une telle affirmation? Plutôt que de dire à quels titres il se le permet - ils sont nombreux -, ce sont les préceptes à partir desquels il a développé son intelligence humaine qui sont à même de convaincre:

 

- il ne travaille pas seul dans son coin: il est stimulé par ses échanges avec d'autres scientifiques, en particulier avec ceux d'autres disciplines;

 

- il sait que de ses diplômes tout le monde se moque et qu'il faut montrer ce qu'on a dans le ventre;

 

- il a appris aux États-Unis à passer de la théorie à la pratique, à construire des projets en voulant que la technologie arrive le plus rapidement possible chez les gens;

 

- il y a appris également que si vous n'échouez pas au moins une fois, vous n'apprenez rien.

 

Dès lors il peut déconstruire le mythe de l'intelligence artificielle. Celle-ci - enfin ce qu'on appelle ainsi -, peut faire appel à des techniques mathématiques et statistiques, à une énorme mémoire et à une grande capacité de calcul, mais certainement pas au raisonnement.

 

Ce que l'on donne comme systèmes d'intelligence artificielle n'en est pas: Ils exécutent les tâches pour lesquels ils sont faits, c'est-à-dire des tâches programmées. Ils n'inventent rien, ils ne font que suivre des règles et des codes, en utilisant les données que nous choisissons pour ces systèmes.

 

En résumé il s'agit de copie mais pas de création, car la technologie ne remplace pas le cerveau. Et, s'il y a une crainte à avoir, ce n'est pas la crainte des machines ou des robots: Les robots et autres machines "intelligentes" ne feront jamais que ce que nous leur demandons de faire.

 

Il faut plutôt craindre les humains qui créent ces robots et autres machines (pour des usages qui sont bénéfiques ou non), d'autant plus qu'ils sont faillibles: Les programmes sont créés par des humains, il ne peut donc y avoir d'infaillibilité. L'homme crée des systèmes, l'homme peut les pirater.

 

Il ajoute: La sécurité est une course technologique de plus en plus complexe, mais pour casser un nouveau cryptage ou un nouveau code, ce n'est qu'une question de temps.  Les solutions, qui ne sont pas sans inconvénients, se trouvent aujourd'hui dans la blockchain et le cloud. 

 

Pour ne pas se priver des bienfaits de l'IA, Luc Julia préfère donc, tout en conservant l'acronyme, parler d'intelligence augmentée. C'est elle qui permettra dans un proche avenir de faciliter la vie des gens et d'augmenter leur confort de vie sans que pour autant ils en soient esclaves.

 

L'interopérabilité entre les objets de la vie quotidienne relève du libre choix: C'est vous qui décidez comment et quand utiliser tous ces objets, qui sont à votre service pour vous offrir un quotidien plus harmonieux. Il ne s'agit pas de remplacer l'intelligence humaine mais de l'améliorer:

 

Le but n'est pas de recréer un homme, ce qui, de toutes façons, est impossible, mais de renforcer ses capacités.

 

Francis Richard

 

L'intelligence artificielle n'existe pas, Luc Julia, 288 pages, First Éditions

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Francis Richard
  • : Ce blog se veut catholique, national et libéral. Catholique, il ne s'attaque pas aux autres religions, mais défend la mienne. National, il défend les singularités bienfaisantes de mon pays d'origine, la France, et celles de mon pays d'adoption, la Suisse, et celles des autres pays. Libéral, il souligne qu'il n'est pas possible d'être un homme (ou une femme) digne de ce nom en dehors de l'exercice de libertés.
  • Contact

Profil

  • Francis Richard
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), j'ai travaillé dans l'industrie, le conseil aux entreprises et les ressources humaines, et m'intéresse aux arts et lettres.
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), j'ai travaillé dans l'industrie, le conseil aux entreprises et les ressources humaines, et m'intéresse aux arts et lettres.

Références

Recherche

Pages

Liens