Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 avril 2019 1 29 /04 /avril /2019 21:15
Blanc sur blanc, de Daniele Finzi Pasca

Tous les vides se comblent facilement quand on y met de la poésie ou un brin d'affection.

 

Ruggero met de la poésie dans le vide de son existence en sortant de l'histoire dans laquelle il se trouve pour aller dans le monde des fées.

 

Accroché à la ceinture de ses pantalons, il a un trousseau de clés que les fées lui ont données et qui lui ouvrent les portes de leur monde.

 

Leur monde est celui des histoires qu'il raconte et avec lesquelles il peut guérir les autres. Car cet homme fragile est un homme-médecine.

 

Au préalable il doit se trouver tout seul à une table, en train de boire quelque chose, à l'Odeon par exemple, pour pouvoir y disparaître.

 

Il ne réapparaît qu'en tombant de lui-même sur le sol, alors que les autres pensent qu'il a glissé de sa chaise et viennent l'aider à se relever.

 

Quand il disparaît, c'est pour prendre, par exemple, des trains imaginaires. Ces histoires vraies sont inspirées de celles qu'il a vues ou entendues.

 

Cette facilité qu'il a de s'évader, de même que l'affection, cette maladie infectieuse, sont sans doute ce qui lui permet de surmonter les avanies,

 

Son nouveau papa les a contaminés avec, sa maman, lui et ses deux soeurs. Il fallait ça pour panser les blessures infligées par le premier.

 

Mais c'est la conversation sur les fées qu'il a un jour avec Elena (qui lui a retrouvé son trousseau de clés, en lui en ajoutant une), qui est décisive.

 

Il met de l'ordre dans ses souvenirs, mélangés à des images qu'il invente de toutes pièces, suivant le conseil de les écrire, mais il le fait Blanc sur blanc:

 

Les pages se remplissent à toute vitesse, mais elles restent blanches. Un blanc qui se recouvre de blanc et qui est tout un entrelacs serré de questions et de réponses.

 

Dans cette histoire de deux mondes parallèles, mise en musique par Daniele Finzi Pasca, le blanc est donc mis, qu'alimentant des pensées transparentes.

 

Pour en sortir, n'est-il pas temps

- d'écrire avec le noir, pour cracher les choses qui doivent sortir et reposer

- d'écrire avec le rouge parce que certains souvenirs en sont imprégnés?

 

Francis Richard

 

Blanc sur blanc, Daniele Finzi Pasca, 120 pages, Éditions d'En-Bas (traduit de l'italien par Christian Viredaz)

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Francis Richard
  • : Ce blog se veut catholique, national et libéral. Catholique, il ne s'attaque pas aux autres religions, mais défend la mienne. National, il défend les singularités bienfaisantes de mon pays d'origine, la France, et celles de mon pays d'adoption, la Suisse, et celles des autres pays. Libéral, il souligne qu'il n'est pas possible d'être un homme (ou une femme) digne de ce nom en dehors de l'exercice de libertés.
  • Contact

Profil

  • Francis Richard
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), j'ai travaillé dans l'industrie, le conseil aux entreprises et les ressources humaines, et m'intéresse aux arts et lettres.
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), j'ai travaillé dans l'industrie, le conseil aux entreprises et les ressources humaines, et m'intéresse aux arts et lettres.

Références

Recherche

Pages

Liens