Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 juin 2019 2 25 /06 /juin /2019 11:25
Le dernier pharaon, de Schuiten.Van Dormael.Gunzig.Durieux

Edgar P. Jacobs a publié onze albums d'aventures du professeur Philip Mortimer et du désormais colonel Francis Blake. Seize autres albums ont vu le jour sous d'autres signatures.

 

Le dernier pharaon est le troisième album hors série de ces aventures. Il est le produit de quatre auteurs: Jaco Van Dormael, Thomas Gunzig et François Schuiten (qui a fait le dessin) pour le scénario et Laurent Durieux pour la couleur.

 

Comme le titre le laisse prévoir il y a un lien entre cette aventure et Le Mystère de la Grande Pyramide, paru en deux volumes sous la signature de son créateur, au début des années 1950, aux éditions du Lombard.

 

La présente aventure a pour cadre le Palais de Justice de Bruxelles, construit à la fin du XIXe siècle par l'architecte Joseph Pollaert, à l'emplacement d'un premier palais tombé en ruines.

 

Quelques années après l'aventure égyptienne de Blake et Mortimer, le professeur Philip Mortimer se rend à Bruxelles à la demande de son collègue et ami Henri.

 

En effet ce dernier a relevé un niveau de rayonnement électromagnétique [...] absolument colossal dans le bâtiment qui recèle en sous-sol des murs couverts de hiéroglyphes.

 

Henri a attendu Mortimer pour faire l'ouverture d'un passage dans l'un de ces murs. Après l'avoir fait, une puissante lumière aveugle les deux hommes.

 

Henri disparaît dans le passage qui s'effondre derrière lui et Mortimer n'a que le temps de regagner la surface avant que le Palais de Justice ne s'embrase d'un feu glacial et iridescent.

 

Dans la ville de Bruxelles plus rien ne fonctionne. Pour contenir le rayonnement, semblable à un vent solaire, un bombardement d'électrons, une cage de Faraday géante est construite autour du Palais.

 

Une enceinte, elle, est construite autour de la ville, condamnée d'accès par l'ONU. Mais une nuit, dans le Palais, qui n'est pas si déserté que ça, des individus déclenchent la réapparition du rayonnement.

 

Le rayonnement provoque des pannes informatiques et un black-out généralisé dans toute l'Europe... Que faire pour éviter dès lors une catastrophe de dimension mondiale?

 

La solution des autorités est de lancer dans les dix jours des ogives nucléaires sur l'édifice. Francis Blake demande à Philip Mortimer de se rendre sur place pour mettre fin au rayonnement.

 

L'aventure proprement dite commence et c'est une course contre la montre. Car le professeur Mortimer craint que de lancer des missiles ne provoque une réaction en chaîne.

 

Les nostalgiques de la BD d'origine regretteront les à-plats du dessin de Jacobs et suivants. Mais le dessin plus élaboré de cet album contribue à y créer l'atmosphère pesante qui convient à un livre-catastrophe.

 

Les hommes aiment à se faire peur. L'histoire ancienne - au moment du premier millénaire par exemple - et toute récente - avec l'écologisme - le montrent. Mais, tant que cela n'est que de la fiction, pourquoi pas?

 

Et puis, cela permet de faire droit à des personnages qui trouvent que c'était mieux avant et qui veulent faire table rase du passé pour accomplir leur rêve égalitariste...

 

L'un d'eux, par exemple, veut empêcher Mortimer, qu'il traite de bon petit soldat du système, d'éteindre le rayonnement :

 

Imaginez la disparition de l'argent électronique, l'effacement de toutes les dettes, tout le monde enfin mis sur un pied d'égalité.

 

Cette utopie mortifère et liberticide ne vous rappelle-t-elle pas quelque chose?

 

Francis Richard

 

Le dernier pharaon, Schuiten . Van Dormael . Gunzig . Durieux, 92 pages, Éditions Blake et Mortimer

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Francis Richard
  • : Ce blog se veut catholique, national et libéral. Catholique, il ne s'attaque pas aux autres religions, mais défend la mienne. National, il défend les singularités bienfaisantes de mon pays d'origine, la France, et celles de mon pays d'adoption, la Suisse, et celles des autres pays. Libéral, il souligne qu'il n'est pas possible d'être un homme (ou une femme) digne de ce nom en dehors de l'exercice de libertés.
  • Contact

Profil

  • Francis Richard
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), j'ai travaillé dans l'industrie, le conseil aux entreprises et les ressources humaines, et m'intéresse aux arts et lettres.
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), j'ai travaillé dans l'industrie, le conseil aux entreprises et les ressources humaines, et m'intéresse aux arts et lettres.

Références

Recherche

Pages

Liens