Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 septembre 2019 2 10 /09 /septembre /2019 21:15
Passage à gué, de Laurent Galley

Tous les chemins mènent à l'homme.

 

Et tous les poèmes, en vers ou en prose, de Laurent Galley y mènent aussi.

 

Pour le poète, doublé qui plus est d'un philosophe, ce qui n'est pas incompatible, bien au contraire, les hommes sont de la nature, c'est-à-dire qu'ils sont chez eux en elle, qu'ils y sont en osmose:

 

Imaginez un bloc de granite en suspension dans l'air. Vous avez là, l'individualité. Vous avez là ce qui fait monde. Toute dureté reste poreuse, et sa porosité même rend le roc atmosphérique...

 

Les hommes sont dans la nature corps et âme, de l'infime intériorité à l'ultime extériorité, et, comme lui, se trouvent sur terre :

 

J'habite la terre qui n'est pas une étoile

Et qui ne serait pas vraiment la terre

Si elle ne me convenait pas complètement

 

Cela ne signifie pas qu'elle ne le fait pas souffrir, éloignée qu'elle est justement des étoiles, ses soeurs lumineuses, d'autant qu'il vit :

 

Une fin d'époque amère et sans styles

Il lui manque ses Baudelaire, ses Shakespeare.

 

Alors, à une vie morne, perpendiculaire et tracée, il préfère les jardins élancés, et aux rues, l'autre côté des rues...

 

Le salut est dans la poésie, la poésie d'antan, quand l'homme n'avait pas vendu son âme à l'encan :

 

Il est vain pour Musset que de frapper son coeur

Car le poème est bien plus épais

Il garde l'épaisseur du bonheur

Qui bruit sur les stèles des roseraies

 

Il se nourrit de récits, de poèmes, et compose lui-même:

 

La poésie jaillit de mes veines comme un poing

Ferme et dur sur son établi

 

Il ne serait pas poète s'il ne parlait d'amour, fût-il fragile:

 

A peine en faut-il du temps pour s'éprendre

Qu'une cicatrice d'un mot lâche et perfide

Suffit à deux coeurs pour se fendre

 

Et du manque d'amour de certains pour leurs semblables:

 

N'être pas du déni le serviteur

Jamais du côté des lâches

Savoir se réserver l'aubépine

Ne semer de lauriers que sur terres conquises

On ne récolte que de ce que l'on aime

 

Il faut en somme emprunter le Passage à gué de l'ombre à l'altérité...

 

Francis Richard

 

Passage à gué, Laurent Galley, 112 pages, Éditions de l'Aire

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Francis Richard
  • : Ce blog se veut catholique, national et libéral. Catholique, il ne s'attaque pas aux autres religions, mais défend la mienne. National, il défend les singularités bienfaisantes de mon pays d'origine, la France, et celles de mon pays d'adoption, la Suisse, et celles des autres pays. Libéral, il souligne qu'il n'est pas possible d'être un homme (ou une femme) digne de ce nom en dehors de l'exercice de libertés.
  • Contact

Profil

  • Francis Richard
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), j'ai travaillé dans l'industrie, le conseil aux entreprises et les ressources humaines, et m'intéresse aux arts et lettres.
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), j'ai travaillé dans l'industrie, le conseil aux entreprises et les ressources humaines, et m'intéresse aux arts et lettres.

Références

Recherche

Pages

Liens