Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 octobre 2019 5 11 /10 /octobre /2019 08:30
Qui rapportera ces paroles?, de Charlotte Delbo, au Pulloff Théâtres, Lausanne

Dans la pénombre, avant que la pièce ne commence, on discerne des formes claires entrelacées, couchées sur une grande palette, et une forme claire, debout, qui les domine.

 

Quand la lumière s'allume, on voit que la forme debout est une femme en blanc et que les autres formes entremêlées sont également des femmes en blanc, ou beige.

 

Le décor est minimal. Il n'y a que cette grande palette au milieu de la scène, qui fait penser à un radeau sur lequel se serrent des rescapées pour se tenir chaud au corps et au coeur.

 

On pense aussi que cette grande palette est faite pour les transporter, comme de petites choses échevelées et bouches bées, pour on ne sait quelle destination funeste.

 

Ces femmes sont au nombre de huit. Elles sont de toutes les générations. Elles se trouvent dans le quartier des femmes du camp d'Auschwitz, qui en compte au total 15000.

 

Il fait froid. C'est le mois de février. Au bout de dix jours, sur les deux cents Françaises arrivées dans ce camp où la mort est au rendez-vous, elles sont les seules survivantes.

 

On ne connaît que leurs prénoms:

 

Françoise (Christine Vouilloz),

Renée (Joëlle Fretz),

Mounette (Mali Van Valenberg),

Gina (Emmanuelle Reymond),

Denise (Aurore Faivre),

Claire (Lola Erard),

Marie (Nora Vernacchio)

et Yvonne (Anne Vouilloz).

 

Françoise, celle qui était debout, est à bout. Elle veut mettre fin à ses jours. Claire lui dit qu'elle n'a pas le droit: comment feront les petites si elle n'est plus là pour être l'exemple?

 

Les petites? Denise n'a pas vingt ans et a perdu sa mère. Marie n'en a que seize, mais elle a encore la sienne, Renée, qui est là, captive comme elle, et qui la soutient quand il le faut.

 

Celles qui reviendront pourront témoigner de ce qu'elles se sont dit. Car, ce qui les tient, ce sont les paroles qu'elles échangent pour passer le temps qui s'écoule ici lentement.

 

Ces paroles permettent de tenir. Car, pour tenir, il faut se soutenir. Et les paroles sont tout ce qu'il leur reste.

 

L'héroïsme ordinaire dans le camp c'est recevoir des coups mortels à la place d'une autre, comme Claire à la place de Marie.

 

L'héroïsme ordinaire c'est aussi refuser, comme Gina, d'être complice des bourreaux (pour obtenir un sursis de trois mois en se salissant les mains et l'âme) et préférer mourir.

 

Quand il fait froid, qu'il fait faim, qu'il fait soif, il est difficile de tenir, sinon ensemble, par des paroles communicatives, qui permettent de se sentir et de rester vivantes.

 

Celles qui tiendront jusqu'au bout ne seront pas celles que l'on croyait dans cet univers de fin des temps. Elles auront choisi d'employer le futur plutôt que le conditionnel...

 

Il n'est pas besoin de préciser que l'auteur des paroles rapportées dans cette pièce, Charlotte Delbo, est une rescapée d'Auschwitz et que dans cette oeuvre elle fait dire à une de ses femmes l'indicible.

 

Après qu'elle a survécu à un tel enfer, comment peut-elle en effet être crédible pour les autres, qui n'ont pas la moindre idée de ce que c'était. Ses paroles pourtant le prouvent...

 

Car ses paroles sont empreintes d'une telle authenticité qu'on ne croit pas, mais on sait qu'elles sont vraies et ce n'est pas parce que leur transmission théâtrale sonne juste.

 

Tout - la mise en scène, les huit femmes, la sobriété du décor, etc. - tout sonne juste et contribue à remuer jusqu'au fond de l'âme ceux qui voient ces femmes et les entendent.

 

Francis Richard

 

Mise en scène : Anne Vouilloz et Roland Vouilloz
Dramaturgie : Giuseppe Merrone
Assistanat : Ange Fragnière
Lumières : Jean-Pierre Potvliege
Costumes : Nicole Mottet et Camille Roduit, assistante
Coiffures & maquillages : Johannita Mutter
Technique et régie : Patrick Guex
Photographie : Anne Voeffray
Graphisme : Marc-Antoine de Muralt

Voix d’homme : Roland Vouilloz

 

Prochaines représentations:

Vendredi 11 octobre 2019 à 20h

Samedi 12 octobre 2019 à 19h

Dimanche 13 octobre 2019 à 18h

 

Lieu:

Pulloff Théâtres

Rue de l'Industrie 10 - 1005 Lausanne

 

Réservations:

Tél.: 021 311 44 22

http://www.pulloff.ch/reservations/

Photos tirées du journal Facebook de la Compagnie Anne Vouilloz
Photos tirées du journal Facebook de la Compagnie Anne Vouilloz

Photos tirées du journal Facebook de la Compagnie Anne Vouilloz

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Francis Richard
  • : Ce blog se veut catholique, national et libéral. Catholique, il ne s'attaque pas aux autres religions, mais défend la mienne. National, il défend les singularités bienfaisantes de mon pays d'origine, la France, et celles de mon pays d'adoption, la Suisse, et celles des autres pays. Libéral, il souligne qu'il n'est pas possible d'être un homme (ou une femme) digne de ce nom en dehors de l'exercice de libertés.
  • Contact

Profil

  • Francis Richard
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), j'ai travaillé dans l'industrie, le conseil aux entreprises et les ressources humaines, et m'intéresse aux arts et lettres.
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), j'ai travaillé dans l'industrie, le conseil aux entreprises et les ressources humaines, et m'intéresse aux arts et lettres.

Références

Recherche

Pages

Liens