Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 décembre 2019 5 06 /12 /décembre /2019 21:15
Anamnèse, de Salvatore Minni

N'oublie jamais qui tu es... est un mantra qui revient à de nombreuses reprises dans Anamnèse où le lecteur a du mal à distinguer le vrai du faux, la réalité de la fiction.

 

Il faut dire que l'héroïne, une soi-disant Marie, ne le laisse pas en repos. C'est une psychanalyste, qui, forte et fragile, a du mal à trouver son équilibre mental dans l'existence...

 

On le serait à moins, vu les symptômes qui sont les siens: Des cauchemars récurrents, des hallucinations auditives. Ce n'était pas bon signe. Elle le savait mieux que personne.

 

Mais, comme on dit, ce sont toujours les cordonniers qui sont les plus mal chaussés. En l'occurrence, l'adage ne fait pas exception à cette règle qui est de portée universelle.

 

C'est bien souvent dans le passé qu'il faut chercher la cause d'un tel mal-être, mais à condition que le patient ne soit pas dans le déni ni dans le fantasme en l'évoquant.

 

Le mantra ci-dessus, sur l'identité, se loge dans l'esprit de Marie, mais celui-ci est aussi le siège d'une dualité que personnifie le dieu Shiva, dieu destructeur puis créateur.

 

Son père, Luc, lui a rapporté du Tibet, une statuette de ce dieu, dont le nom seul n'est déjà pas sans avoir une profonde influence sur elle au point de la hanter dans ses songes.

 

Un certain Paul, qui ne lui dit pourtant rien, prétend qu'amoureux d'elle il l'a connue sous le prénom de Vanissa, peut-être son double, et qu'elle l'a laissé endosser un crime...

 

Tout le monde est bien sûr imaginatif mais les psys ne le sont-ils pas davantage encore que les autres, ne serait ce qu'à force d'entendre tout ce que leur racontent leurs patients?

 

Si l'auteur ne donnait pas les clés des songes de Marie au cours de son récit et, surtout, à la fin, le lecteur de ce thriller serait complètement perdu et traumatisé à son tour.

 

Car le récit est jalonné de morts aussi bien rêvées que réelles, survenues dans des conditions propres à glacer le sang de n'importe quel lecteur, normalement constitué.

 

Peut-être que le point final lui aura permis de faire la part des choses, dont celle qui revient à la pathologie de la praticienne dans cette histoire, mais ce n'est pas une certitude...

 

Francis Richard

 

Anamnèse, Salvatore Minni, 288 pages, Slatkine & Cie

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Francis Richard
  • : Ce blog se veut catholique, national et libéral. Catholique, il ne s'attaque pas aux autres religions, mais défend la mienne. National, il défend les singularités bienfaisantes de mon pays d'origine, la France, et celles de mon pays d'adoption, la Suisse, et celles des autres pays. Libéral, il souligne qu'il n'est pas possible d'être un homme (ou une femme) digne de ce nom en dehors de l'exercice de libertés.
  • Contact

Profil

  • Francis Richard
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), j'ai travaillé dans l'industrie, le conseil aux entreprises et les ressources humaines, et m'intéresse aux arts et lettres.
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), j'ai travaillé dans l'industrie, le conseil aux entreprises et les ressources humaines, et m'intéresse aux arts et lettres.

Références

Recherche

Pages

Liens