Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 septembre 2020 2 22 /09 /septembre /2020 15:00
Les roses sauvages, de Marie Javet

Depuis ce jour, les roses sauvages se défendirent des prédateurs à l'aide d'épines très pointues et qui piquent très fort.

 

C'est une légende amérindienne qui le dit. Auparavant les roses sauvages étaient sans défense contre les prédateurs et menaçaient de disparaître. Nanabozo, dieu des eaux et créateur de la Terre, y mit fin un jour en les dotant d'épines.

 

Le roman de Marie Javet est une illustration de cette légende. Les roses sauvages sont ici de jeunes personnes qui ont eu la malchance de rencontrer un Ian sur leur route, depuis la fin des années 1980 jusqu'à celle des années 2000.

 

Ian est l'archétype de l'imposteur et du prédateur. Le lecteur apprend peu à peu qui se cache derrière ces trois lettres et que le handicap dont il souffre lui est d'autant plus douloureux qu'il est intelligent, beau, séduisant et qu'il le sait.

 

La victime de Ian dont il est question au début du livre est une jeune femme qui, après un chagrin d'amour, est partie de Suisse pour l'Angleterre où elle entreprend des études de langue à Cambridge. C'est une fleur sans épines.

 

Comme Sarah est majeure, sa famille d'accueil ne se mêle pas de sa vie privée. Fleur, elle est sans défense face à ce prédateur, qui n'est pas mû par les sentiments, hormis la jalousie, mais par la maîtrise de lui-même et de ses proies.

 

Ian a une passion pour John Milton et son Paradis perduToutes les grandes questions existentielles [y sont] présentes. Il se veut, comme Satan, né de lui-même, par sa propre force vive, comme le dit le poète dans son Livre V.

 

Il rebat les oreilles de ce livre fondateur à Sarah. Le tournant de leur relation se fera quand cette nouvelle Eve, cette nouvelle fleur, goûtera au fruit défendu que, malignement, son tentateur lui mettra volontairement sous les yeux.

 

Une fois connue l'identité de ce beau diable, reste à savoir s'il s'en sortira toujours grâce à sa malignité. Le lecteur ne peut que souhaiter qu'un Nanabozo, animé de bons sentiments, intervienne pour garnir d'épines une fleur ultime.

 

Le lecteur ne découvrira qu'à la fin si Ian se fera piquer, car l'auteure est encline à le malmener. Avant l'épilogue, elle lui aura fait faire malicieusement quelques allers-retours dans le temps et dans l'espace pour mieux le faire douter.

 

Francis Richard

 

Les roses sauvages, Marie Javet, 306 pages, Plaisir de Lire

 

Livres précédents:

La petite fille dans le miroir (2017)

Avant que l'ombre (2018)

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Francis Richard
  • : Ce blog se veut catholique, national et libéral. Catholique, il ne s'attaque pas aux autres religions, mais défend la mienne. National, il défend les singularités bienfaisantes de mon pays d'origine, la France, et celles de mon pays d'adoption, la Suisse, et celles des autres pays. Libéral, il souligne qu'il n'est pas possible d'être un homme (ou une femme) digne de ce nom en dehors de l'exercice de libertés.
  • Contact

Profil

  • Francis Richard
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), j'ai travaillé dans l'industrie, le conseil aux entreprises et les ressources humaines, et m'intéresse aux arts et lettres.
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), j'ai travaillé dans l'industrie, le conseil aux entreprises et les ressources humaines, et m'intéresse aux arts et lettres.

Références

Recherche

Pages

Liens