Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 octobre 2013 4 03 /10 /octobre /2013 22:00

10 idées LANDIER THESMARLa France coule. Mais pourquoi? Une grande majorité de Français ne le savent pas. Ils ont la nostalgie du capitalisme des trente glorieuses et ont les yeux fixés sur le rétroviseur au lieu de regarder devant eux.

 

Deux professeurs, Augustin Landier, qui enseigne la corporate finance à L'Ecole d'économie de Toulouse et David Thesmar, qui enseigne la finance à HEC Paris, expliquent justement pourquoi.

 

Ce serait, selon eux, 10 idées fausses qui seraient responsables de ce naufrage de la France, 10 idées largement partagées par les Français et leurs dirigeants, depuis près de quarante ans.

 

Quelles sont ces fichues 10 idées qui coulent la France?

 

1) Une France sans industrie? ça va être Disneyland

 

Le déclin de la France serait dû à sa désindustrialisation. Or, c'est tout le contraire:

 

"Quand la classe moyenne atteint un certain niveau de revenus, ses besoins en matériels sont saturés - ils croissent moins vite que la productivité d'une industrie qui continue d'automatiser ses chaînes de montage. L'emploi se déverse dans les services, plus difficilement mécanisables."

 

Dans tous les pays développés, ce phénomène, propre à une économie moderne, se produit. Les services deviennent le moteur de la croissance: services à la personne, hôtellerie-restauration, ingénierie, notamment informatique, santé. Il est vain de vouloir maintenir à tout prix - c'est le cas de le dire - des industries malades.

 

2) Pour sauver l'emploi, il faut sauver l'industrie

 

L'industrie n'est plus créatrice d'emplois. Les 4 millions d'emplois créés au cours des trente dernières années l'ont été dans les services, dont "1 million d'emplois dans la santé, 700'000 dans le commerce, 300'000 dans l'hôtellerie".

 

Parmi ces emplois, les plus qualifiés sont les emplois de cadres, de médecins, d'ingénieurs, d'avocats et les moins qualifiés les emplois de services à la personne et les emplois commerciaux.

 

L'industrie ne crée plus d'emplois parce qu'elle robotise les tâches routinières:

 

"L'industrie française du XXIe siècle sera robotisée ou ne sera pas. C'est même probablement parce qu'elle ne s'est pas assez robotisée qu'elle perd actuellement du terrain."

 

Emploi industriel et compétitivité ne sont pas compatibles...

 

3) Un ingénieur, un vrai, ça travaille dans une usine

 

En France, il y a à la fois une désaffection pour les sciences et une méconnaissance des nouveaux métiers d'ingénieurs.

 

Les ingénieurs sont pourtant les plus à même d'exploiter la mine d'informations que constituent les données personnelles que les entreprises recueillent sur leurs clients:

 

"Ce sont eux qui savent produire l'analyse statistique pour faire parler les données, automatiser les processus qui fabriquent, filtrent et réagissent sur ce matériau d'un type nouveau."

 

Seulement, pour être dirigeant d'entreprise en France, il faut sortir de l'ENA ou d'une école de commerce, mais certainement pas être ingénieur...

 

4) Il nous faut un Etat stratège

 

Pendant les trente glorieuses l'Etat a pris de plus en plus d'importance. Or c'était une période de croissance rapide:

 

"Quoi d'étonnant à ce que, lorsque les choses vont mal, les politiques jouent sur la corde sensible de la nostalgie?"

 

Le sophisme revient à dire que croissance rapide et Etat stratège vont de pair...

 

Les auteurs ne sont pas contre une politique industrielle de l'Etat, à condition qu'elle se fasse à partir d'une doctrine et non pas au coup par coup:

 

"L'Etat doit concentrer ses moyens sur les cas où les intérêts privés et l'intérêt public ne coïncident pas."

 

Quand est-ce le cas? En présence d'externalités ou de monopole naturel... qui sont pourtant de mauvais prétextes pour justifier l'intervention de l'Etat.

 

Dans le premier cas, Ronald Coase a montré qu'il était possible de réduire les externalités négatives par des droits de propriété bien définis. Dans le second cas, un monopole naturel peut sans problème être de nature privée du moment que liberté est laissée à un ou des nouveaux acteurs d'entrer un jour sur ce marché.

 

L'Etat ne devrait jamais être stratège en matière économique, même à partir d'une doctrine, n'en déplaise à ces deux auteurs.

 

5) Les marchés sont la dictature du court terme

 

Les auteurs montrent qu'en présence d'un projet d'investissement les marchés, au contraire, tiennent compte du long terme:


"Si le projet est rentable, même à long terme, les profits futurs seront incorporés dans la valeur de l'action, et l'actionnaire en profitera, même s'il revend rapidement."

 

Ceux qui veulent mettre au pas le capitalisme actionnarial sont ceux qui ont intérêt à ne pas être évalués par les autres professionnels de l'investissement, c'est-à-dire le grand patronat et les investisseurs publics et parapublics...

 

6) Une grande banque publique pour nos PME, c'est indispensable

 

Les banques ne seraient pas prêteuses et c'est pourquoi, dans sa grande bonté, l'Etat se substituerait à elles pour prêter à ces pauvres PME. En réalité, si les banques ne prêtent pas à certaines PME, c'est que le risque est trop grand.

 

Les auteurs évoquent deux pistes: que le droit de la faillite soit plus favorable aux créanciers et que les délais de paiement extrêmement longs en France le soient moins...

 

7) La BCE? Une institution bornée qui bloque la croissance

 

Toute banque centrale fausse le jeu des marchés en faisant joujou avec les taux d'intérêt et en étant fauteur de bulles. Il est donc vain d'entrer dans le jeu de la critique ou non de la BCE que pratiquent les auteurs... Ils n'en ont pas moins raison de dire que la BCE est un bouc émissaire tout trouvé pour les politiques...

 

8) Le culte de la concurrence: voilà l'ennemi

 

Qui est contre la concurrence? Les Français le sont par ignorance économique. Ceux qui en tirent avantage, ce sont les entreprises du capitalisme de connivence et les politiques. Et les dindons de la farce anti-concurrence sont les consommateurs:

 

"Comme les consommateurs sont en moyenne plus pauvres que les actionnaires, la concurrence agit comme une grande machine à redistribuer l'argent des riches: en faisant baisser les prix, elle réduit les profits - et donc les dividendes - et augmente le pouvoir d'achat - et donc les salaires."

 

9) La solution à la crise, c'est plus d'Europe, bien sûr!

 

Les auteurs parlent d'euro-bigoterie et n'ont pas tort:

 

"En niant, par une sorte de bigoterie superstitieuse, l'insolvabilité de la Grèce, la BCE, les politiques européens et, il faut l'avouer, toute une clique d'économistes bien-pensants, ont réussi à convaincre les investisseurs que sur le continent de Descartes et de Kant, les dirigeants donnaient la priorité aux versets des traités sur les lois de l'arithmétique."

 

Pour les adeptes de la religion européiste, le salut consiste à passer "à la vitesse supérieure dans la contruction du fédéralisme européen". Or c'est chose impossible. D'abord parce que les populations sont de plus en plus hostiles à l'Europe, ensuite parce qu'aucun pays n'abandonnera sa souveraineté budgétaire et, enfin, parce que la diversité des pays européens s'oppose à toute solidarité entre eux:

 

"Le grand soir fédéraliste n'est pas pour demain. Pour être acceptable à l'intérieur et crédible à l'extérieur, tout plan de reconstruction de l'Euro doit assumer la contrainte que les abandons de souveraineté et les transferts entre Etats seront faibles - une approche en contradiction marquée avec les tirades enflammées des eurodévots maximalistes."

 

10) Une meilleure gouvernance mondiale, c'est ça qui réglera tout

 

"La gouvernance mondiale, c'est bien, tant que cela reste virtuel."

 

Les Français sont schizophrènes:

 

"Conscients de l'originalité de leurs croyances collectives, les Français fantasment sur l'idée de prodiguer des conseils au monde entier, pour le convaincre de devenir une grande France; en revanche, ils rejettent en bloc les pressions qui viennent des instances économiques internationales."...

 

Les auteurs concluent leur livre en ces termes:

 

"Tant que les dix poncifs qui font l'objet de ce livre continueront d'empoisonner le débat public, le pays s'enlisera doucement dans la nostalgie improductive."

 

En dépit de quelques bémols, puisse ce livre contribuer à ouvrir les yeux des Français sur le monde réel qui les entoure et qu'ils ne sauraient voir...

 

Francis Richard

 

10 idées qui coulent la France, 160 pages, Flammarion

Partager cet article

Repost 0
Published by Francis Richard - dans Economie
commenter cet article

commentaires

Jean-Bernard Wilhelm 15/11/2013 11:03


Bonjour,


Ci-joint un réaction un peu tardive à votre billet sur les idées qui coulent la France et en particulier sur le problème de la déindustrialisation.


 


Si tout le monde vivait des services, comment se procurerait-on l'argent nécessaire à financer ces services ? Dans un pays fermé, c'est impossible. Dans un pays ouvert, il peut y avoir les
ressources fournies par la consommation de services fournis à des personnes d'autres pays (tourisme, centres d'appels, prestations intellectuelles, etc .). Il n'en reste pas moins que le système
global (la planète) étant fermé, les services ne peuvent être rémunérés que par la richesse produite dans les secteurs primaire et secondaire.


S'il est exact que les pays évolués voient une forte extension du secteur tertiaire, il semble difficile de concevoir un système ne comportant aucune production directe de richesses.


Au sujet de l'extension de ce secteur tertiaire, il faut noter qu'une partie non négligeable de son développement relève de l'externalisation de certaines tâches qui autrefois étaient remplies
par les secteurs primaire et secondaire. Par exemple de nombreuses fonctions peuvent être déléguées au secteur tertiaire, comme la comptabilité, la paie, la production informatique, la gestion
des appels clients, le commercial dans certains cas par l'intermédiaire d'agents commerciaux ou de réseaux de distribution indépendants, etc.


L'Allemagne garde un secteur industriel fort et génère des excédents. Celui de la France décroit fortement et nous sommes structurellement déficitaires depuis de nombreuses années.


Est-il possible de se consacrer exclusivement au secteur tertiaire et donc de générer des ressources permettant de financer la totalité des biens primaires et secondaires dont la population aura
besoin ? Je ne pense pas que cela soit possible et même souhaitable. Cela signifierait que nous abandonnerions la totalité de notre agriculture et de nos industries agro-alimentaires, de nos
industries comme l'automobile, l'aéronautique, le nucléaire, l'informatique (la production de logiciels est une activité secondaire) etc. Nous serions alors dans une situation de dépendance
totale vis à vis des pays fournisseurs. De plus certaines activités sont régionales et ne peuvent pas être exercées à distance. Par exemple, la production de ciment, la construction, certaines
activités dont les coûts de transport des produits sont prohibitifs, etc.


Il me semble donc que nous devons garder une agriculture forte avec son industrie agro-alimentaire, ainsi que des industries fortes, en particulier dans les secteurs ou une dépendance totale
serait dangereuse. Le modèle qui se dégagerait de ces considérations serait donc un modèle où les trois secteurs se répartiraient de manière à nous permettre d'obtenir les ressources dont nous
avons besoin, de faire travailler et vivre notre population, d'atteindre un équilibre de nos balances commerciales et des paiements et de préserver dans nos relations avec les autres pays un
rapport de force convenable.


Je ne suis pas pour autant partisan d'une planification étatique, bien au contraire. Je crois fermement que la liberté individuelle de chaque entrepreneur, et toute personne l'est
potentiellement, permettrait, en fonction de nos ressources matérielles, financières et humaines, d'atteindre ce type d'objectif. Si nous sommes actuellement dans une situation délicate, c'est
essentiellement du au développement du domaine d'intervention de l'état qui se mêle de tout sans aucune considération de rentabilité, que ce soit de celle des activités qu'il gère directement ou
de celle des entrepreneurs qu'il obère gravement en imposant des normes et des réglementations aberrantes.

Francis Richard 12/12/2013 06:34



Désolé, je viens seulement de retrouver votre commentaire qui se trouvait inopinément dans la corbeille de ce blog.


 


Bien sûr qu'il est possible d'avoir de forts secteurs primaire et secondaire en France. Encore faut-il, comme vous le dites, que l'Etat ne mette pas des bâtons dans leurs roues et que les
entrepreneurs ne cherchent pas à faire à tout prix ce que d'autres dans d'autres pays savent faire tout aussi bien, à moindre prix.



La Suisse a une balance commerciale excédentaire avec la Chine grâce à ses produits et non pas grâce à ses services...



Thizy 04/10/2013 06:02


En france, on utilise les ingénieurs pour faire de  la gestion, pas pour innover

Francis Richard 04/10/2013 07:32



Hélas !



Présentation

  • : Le blog de Francis Richard
  • : Ce blog se veut catholique, national et libéral. Catholique, il ne s'attaque pas aux autres religions, mais défend la mienne. National, il défend les singularités bienfaisantes de mon pays d'origine, la France, et celles de mon pays d'adoption, la Suisse, et celles des autres pays. Libéral, il souligne qu'il n'est pas possible d'être un homme (ou une femme) digne de ce nom en dehors de l'exercice de libertés.
  • Contact

Profil

  • Francis Richard
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.

Références

Recherche

Pages