Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juin 2008 5 06 /06 /juin /2008 07:27

La suppression d’une taxe ou d’un impôt est toujours une bonne nouvelle. Aussi me suis-je réjoui quand j’ai lu dans « Le Temps » du 3 juin 2008, sous la plume de Laurent Caspary, que la taxe sur les divertissements dans ma bonne vieille ville de Lausanne pourrait bien être supprimée. Celle-ci est de 14% sur tous les billets de spectacle, qu’ils soient culturels ou sportifs.

 

Certes il ne faut pas crier victoire trop vite. Mais, en l’occurrence, le fait que la municipale socialiste Silvia Zamora soit convaincue du bien-fondé de cette suppression  est tout de même de bon augure. Laurent Caspary rapporte d’ailleurs ses propos sans ambiguïté : « J’ai changé d’avis. Après deux ans passés à la Culture, j’ai été convaincue par tout ce que j’ai vu et entendu. Ce n’est plus tenable de maintenir l’impôt sur les divertissements à Lausanne ».

 

Victor Hugo, qui était un expert en la matière, disait que seuls les imbéciles ne changeaient jamais d’avis. Alors…D’autre part il semble bien que des socialistes ne dénient plus la réalité. Certains allant même, tels le maire de Paris, Bertrand Delanoë, jusqu’à se proclamer libéraux, ce qui reste à vérifier, mais qui était tout simplement impensable naguère.

 

Il faut dire que la capitale vaudoise est la dernière de toutes les grandes villes helvétiques à conserver une telle taxe. Le fait que la ville soit gouvernée depuis vingt ans par une majorité rose-rouge-verte n’est certainement pas étranger à ce maintien. La prise de position de la rose Silvia Zamora, qui appartient à cette majorité tricolore, n’en apparaît que plus remarquable.

 

Cette prise de position ne peut que résulter d’un constat. Plusieurs organisateurs de spectacles évitent Lausanne en raison de cette taxe qui n’existe nulle part ailleurs et qui est en quelque sorte l’exception culturelle lausannoise. La concurrence fiscale a tout de même du bon. Le réflexe socialiste habituel serait plutôt de la condamner et de demander aux autres villes de réintroduire cette taxe, au moins au même taux.

 

La suppression d’une taxe ne se fait de toute façon pas comme cela. Pourquoi ? Parce qu’il n’y a que deux solutions pour y parvenir. Soit il faut diminuer les dépenses, ce qui est toujours un crève-cœur pour des gens de gauche, qui aiment tant prendre dans la poche des uns pour remplir celle des autres, soit trouver une ressource compensatoire. Le syndic de Lausanne, le vert Daniel Brélaz, est prêt à réduire la taxe de 25% mais le municipal rouge responsable des sports, Marc Vuilleumier, ne se laissera convaincre que si une compensation est trouvée.

 

Ce qui pourrait emporter le morceau ce serait une initiative populaire lancée par le radical Gilles Meystre demandant la modification du règlement de la ville. Il serait stipulé dans le nouveau règlement que Lausanne ne touche pas de taxe sur les divertissements. Laurent Caspary rappelle qu’ « en 2001 déjà, les radicaux avaient réuni plus de 8000 signatures via une pétition qui demandait sa suppression ».

 

En attendant que cette suppression libératoire, et sans compensation, aboutisse, viva Silvia Zamora !

 

Francis Richard

Partager cet article

Repost 0
Published by Francis Richard - dans Economie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Francis Richard
  • : Ce blog se veut catholique, national et libéral. Catholique, il ne s'attaque pas aux autres religions, mais défend la mienne. National, il défend les singularités bienfaisantes de mon pays d'origine, la France, et celles de mon pays d'adoption, la Suisse, et celles des autres pays. Libéral, il souligne qu'il n'est pas possible d'être un homme (ou une femme) digne de ce nom en dehors de l'exercice de libertés.
  • Contact

Profil

  • Francis Richard
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.

Références

Recherche

Pages