Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 septembre 2009 4 10 /09 /septembre /2009 23:15

L'Institut Constant de Rebecque (ici), think tank libéral basé à Lausanne , vient de publier une fort intéressante étude, sous la plume de Jan Krepelka, intitulée Politique migratoire : le retour nécessaire à une plus grande liberté (ici). Il parle de la politique de la Suisse, mais c'est en fait un plus vaste sujet. Qu' Hans-Hermann Hoppe [photo ci-contre provenant de son site ici], un autre auteur libéral, avait entrepris d'étudier une dizaine d'années avant Jan Krepelka, à propos des Etats-Unis, principalement, de la Suisse, accessoirement.

L'essai de Hoppe, paru dans The Journal of Libertarian Studies [13:2 (Summer 1998): 221-233], sous le titre The case for free trade and restricted immigration (ici) [en version française ici], semble aboutir à des conclusions différentes de celles de Jan Krepelka. Pour un lecteur extérieur, il y a en fait moins de distance entre les conclusions qu'entre les deux points de départ des deux auteurs.

Pour Jan Krepelka,

la liberté de mouvement découle tout naturellement du droit de propriété : acquérir une maison et pouvoir y emménager où qu'elle se trouve, prendre un emploi ou même acheter un billet d'avion et louer une chambre d'hôtel sont autant d'échanges relevant du droit de propriété, et qui ne devraient par conséquent nécessiter le consentement que de ceux qui y prennent part.

Pour Hans-Hermann Hoppe,

c'est (...) le caractère absolument volontaire de l'association et de la séparation humaines - donc l'absence de toute forme d'intégration forcée - qui rend possible les relations paisibles - le libre échange - entre des peuples racialement, ethniquement, linguistiquement, religieusement ou culturellement distincts.

Les deux mots importants sont ici chez l'un consentement et chez l'autre volontaire.

Les deux auteurs se placent, chacun à sa manière, d'un point de vue humain. Le premier du point de vue des droits universels, le second de celui du libre échange, qui en découle. L'un part d'une généralité, l'autre d'une singularité.

Jan Krepelka n'escamote pas le problème des inconvénients de l'immigration :

- les étrangers représentent une part importante dans la criminalité
- les politiques sociales "généreuses", financées par les résidents, empêchent bien entendu un pays d'accueillir toute la misère du monde

Il relève aussi que les lois sur les étrangers et l'asile se sont durcies au fil du temps 

prenant systématiquement la forme d'entraves de l'Etat à la liberté d'association et à la liberté personnelle en général. Ce n'est donc sans doute pas un hasard si le XXe siècle aura été à la fois le "siècle de l'Etat" et celui des restrictions légales à l'immigration.

A juste titre il rappelle qu' un travail n'est pas une propriété et que les vraies causes pour lesquelles certains ne retrouvent pas un emploi sont à chercher non pas du côté de l'immigration mais du côté :

- des lois restreignant le licenciement
- des autres réglementations du travail
- des impôts sur les entreprises et sur le revenu des salariés 
- des politiques protectionnistes de l'Etat

Le fait est que la politique migratoire a un coût, dont on pourrait se passer en grande partie s'il n'y avait ces contrôles de l'immigration induits par une politique générale elle-même coûteuse.

Dans son essai Hans-Hermann Hoppe dissocie justement libre échange et immigration :

Les phénomènes de l'échange et de l'immigration sont fondamentalement différents, et la signification des mots "libre" et "limité" en conjonction avec les deux termes est totalement différente. Les individus peuvent bouger et migrer; les biens et les services ne le peuvent pas par eux-mêmes.

L'échange libre se fait à l'invitation de propriétaires et d'entreprises privées. Quand il est limité, il y a invasion et abrogation de leur droit à inviter sur leur propriété. A l'inverse l'immigration libre signifie invasion non désirée et intégration forcée, tandis que, quand elle est limitée, elle protège les citoyens et le droit à inviter des propriétaires et des entreprises.

Il prend ensuite le cas limite d'un pays sans Etat, et où toute la propriété est privée. Dans ce cas-là l'immigration ne peut être qu'une immigration invitée, c'est-à-dire limitée. Dans la réalité il existe un mélange de propriété privée et de propriété publique, et un gouvernement dont le devoir est de réduire la quantité de propriété publique autant que possible. Mais :

quel que soit le mélange de propriété privée et de propriété publique, le gouvernement doit soutenir - plutôt que criminaliser - le droit de tout propriétaire privé à admettre et  à exclure les autres de sa propriété.  

Jan Krepelka pense que l'immigration, qu'elle soit due à des motifs économiques ou non ne devrait être ni entravée ni encouragée :

L'immigration serait (...) remplacée par une mobilité internationale qui relèverait uniquement du domaine qu'elle n'aurait jamais dû quitter : celui de la liberté d'association, de la liberté économique et de la liberté contractuelle (...) Dans une société libre, chacun serait (...) libre d'inviter ou non des personnes provenant d'autres lieux géographiques. Le droit de propriété, tout en justifiant la liberté de mouvement, en pose également la limite : chacun serait libre de refuser de financer la venue d'autres personnes.

Vous aurez noté au passage les mots inviter et limite qu'emploie Krepelka tout comme Hoppe...

Jan Krepelka conclut :

Une approche pragmatique peut dès lors être une approche humaniste : reconnaître l'inefficacité du contrôle étatique de l'immigration et laisser la possibilité à tous de venir, dans le cadre des droits de propriété des résidents.

Hans-Hermann Hoppe conclut :

En démontrant que le libre échange est incompatible avec une immigration libre (inconditionnelle ou conditionnelle), et qu'il réclame à la place que les migrations soient soumises à la condition d'être invitées et contractuelles, nous espérons avoir contribué à éclairer les politiques futures dans ce domaine.

Quand Jan Krepelka dit que tout le monde peut venir à condition de respecter les droits de propriété des résidents, dit-il autre chose qu'Hans-Hermann Hoppe quand il dit que ne peuvent venir que ceux qui y auront été invités et auront conclu des contrats avec les résidents ?

Francis Richard

Partager cet article

Repost 0
Published by Francis Richard - dans Economie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Francis Richard
  • : Ce blog se veut catholique, national et libéral. Catholique, il ne s'attaque pas aux autres religions, mais défend la mienne. National, il défend les singularités bienfaisantes de mon pays d'origine, la France, et celles de mon pays d'adoption, la Suisse, et celles des autres pays. Libéral, il souligne qu'il n'est pas possible d'être un homme (ou une femme) digne de ce nom en dehors de l'exercice de libertés.
  • Contact

Profil

  • Francis Richard
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.

Références

Recherche

Pages