Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mars 2012 2 13 /03 /mars /2012 23:00

Sarkozy-et-Hollande.jpgNombre de Français, peut-être bien la majorité, hélas, ont pris l'habitude de ne pas travailler, depuis les lois Aubry sur les 35 heures de 1998 et de 2000. Qui ont montré à quel point les socialistes s'y connaissaient en économie.

 

A l'époque il s'agissait de répartir le temps de travail pour réduire le chômage. Le résultat a, bien entendu, été inverse. Le temps de travail a bien été réduit, mais le chômage n'a cessé d'augmenter.

 

Pourquoi ? Parce que la production de richesses est une dynamique et que le temps de travail nécessaire à cette production augmente quand cette dynamique est lancée. Le temps de travail n'est pas une donnée statique; il n'est pas un gâteau aux dimensions fixes, qu'il faudrait morceler pour que chacun ait sa part. C'est tout le contraire. Faute de le comprendre, on réduit les dimensions du prétendu gâteau ...

 

Ces Français qui ne veulent pas travailler plus ont écarquillé les yeux quand ils ont appris que, dimanche dernier, le peuple suisse avait refusé par 67% des voix une initiative qui proposait à tous les salariés deux semaines de vacances supplémentaires par an. Ce n'est certes pas eux qui auraient refusé. Ces Français vivent sur une autre planète. Les Suisses savent, eux, qu'on ne rase jamais gratis... Ils ont, eux, les pieds sur Terre.

 

Ces Français qui ne veulent pas travailler plus ne comprennent pas que la mondialisation est un fait têtu, qu'il ne faut pas confondre avec le mondialisme ou l'alter-mondialisme, deux idéologies totalitaires, et que, dans la compétition internationale, le temps de travail est un atout majeur, parmi tant d'autres.

 

L'an passé, j'ai expliqué ici pourquoi, en pleine crise, le taux de chômage était bas en Suisse - 2,8% à l'époque -, en comparaison internationale :

 

- l'économie y est plus libérale que dans les autres pays dits riches
- la résiliation d'un contrat de travail y est plus facile
- l'indemnisation du chômage y est de plus courte durée et y répond à des critères plus étroits
- il n'existe pas de salaire minimum

 

J'aurais pu ajouter que ce chômage bas est aussi un corollaire de la compétitivité des entreprises suisses, en dépit du franc fort et de salaires plus élevés qu'en France - une caissière à la Migros gagne 2'400 € par mois -, grâce à des charges sociales beaucoup plus basses, à un temps de travail plus long et à une plus grande productivité, fruit de la recherche et de l'innovation.

 

Résultat : la Suisse, où la durée annuelle effective de travail à taux plein en 2010 est de 1'994 heures ici, tous secteurs confondus, a un taux de chômage de 3,3% en décembre 2011 ici. La France, où la durée annuelle effective de travail à taux plein est de seulement 1'679 heures en 2010 ici, soit 315 heures de moins par an (plus de deux mois de moins de travail par an), a un taux de chômage de 9,8%, y compris les DOM-TOM à fin 2011 ici, soit un taux trois fois supérieur à celui de la Suisse ...

 

Jean-Luc Mélenchon, candidat du Front de Gauche à l'élection présidentielle française, qui a tout compris à l'économie, éprouve de la compassion pour les pauvres Suisses qui ne connaissent pas un taux de chômage à la française, qui ont un niveau de vie bien supérieur, hélas, à celui des Français et qui ne bénéficient pas du formidable modèle social français, auquel s'accrochent tous les candidats à la présidentielle française, comme à une bouée de sauvetage dans un naufrage :

 

"Je les plains de tout mon coeur de se laisser intimider par un patronat qui les convainc de ne pas prendre de vacances."  

 

Quant aux deux principaux candidats à l'élection présidentielle française [dont la photo, où on les voit se serrer la pince, provient d'ici], ils veulent caresser dans le sens du poil, qu'ils ont dans leur main, ces Français qui ne veulent pas travailler plus. L'un comme l'autre se proposent donc, chacun à sa façon, pour leur complaire, de ponctionner les riches, les boucs émissaires de la mauvaise gestion depuis près de 40 ans, de la gauche comme de la droite, auxquelles ils appartiennent, et qui conduit tout droit le pays vers une situation à la grecque.

 

François Hollande veut instituer une tranche d'impôt à 75% sur les revenus supérieurs à 1 million d'euros par an, et Nicolas Sarkozy veut instituer une extraterritorialité des impositions, sur le mode américain, pour faire cracher au bassinet les exilés fiscaux français, ceux qui ont réussi, en dépit de tous les obstacles dressés sur leur chemin, à faire fortune dans un pays où on leur crache dessus tous les jours, en se plaignant, également tous les jours, d'être en voie de paupérisation, en travaillant moins. Ce qui est un comble...

 

François II et Nicolas II sont bien naïfs, l'un comme l'autre, s'ils croient qu'en prenant de telles mesures, qui reviennent à travailler plus pour ne plus rien gagner du tout, voire commencer à perdre, ils donneront envie, justement, de travailler plus aux Français qui le veulent encore et qui voudraient bien encore devenir riches en France, mission de plus en plus impossible dans ce pays ... à moins d'être privilégiés et protégés par des compères bien placés. 

 

Face à des requins pareils, l'évasion, sous une forme ou une autre, sans laisser de traces, est un devoir de charité bien ordonnée. En attendant des jours meilleurs...

 

Francis Richard

 

L'internaute peut écouter ici sur le site de Radio Silence mon émission sur le même thème.

Partager cet article

Repost 0
Published by Francis Richard - dans International
commenter cet article

commentaires

Guillaume Stell 19/03/2012 14:29

Dans le Mélanchon, tous n’est pas bon En fait Mélanchon pré date 68. Le sans culotte Mélanchon veut nous faire revire 1789. Il relit Robespierre, Danton et Marat en préparant ses discours. Il lance
la vindicte sur les nouveaux ennemis du peuple, les riches et leurs promet la guillotine fiscale. A leurs banquiers, il prédit un nouveau massacre des Tulleries. Cette excursion dans un passé vieux
de deux siècles est d’autant plus surprenante qu’entre temps, le peuple est devenu plus difficile à tromper. Tous les révolutionnaires finissent dans la même logique, on commence par guillotiner
les uns pour finir par guillotiner tous les autres. Les super riches, puis les riches, puis les moins riches, puis les moins pauvres, tout le monde finalement suit dans la spoliation ou
l’assassinat. Les appels au patriotisme lancés par un tribun assoiffé ne trompent personne. Que ce soit un appel à donner son sang dans la boue d’une tranchée ou un appel à la spoliation en faveur
de l’incurie et de la paresse, l’issue est toujours fatale. Mélanchon veut les Koulaks au pilori afin d’éliminer une classe de la société. C’est la pauvreté et la disette qu’il souhaite à la
France. Il est prêt à l’imposer par l'arbitraire étatique de lois dévoyées. Non pas une loi juste qui consiste à protéger les citoyens égalitairement contre le vol, l’agression et la perte des
libertés, mais une loi clientéliste, toute au bénéfice de l’apparatchik qu’il souhaite devenir par le vote.

Francis Richard 19/03/2012 19:49



Belle formule que je modifierai, même si elle sonne moins bien : "Dans le Mélanchon, qu'y a-t-il de bon ?"



Ben Palmer 14/03/2012 10:01


"de se laisser intimider par un patronat qui les convainc de ne pas prendre de
vacances"


C'est tellement soixante-huitard ! Patronat contre
travailleurs-travailleuses. Nous sommes tous dans le même bateau, alors tout le monde doit ramer, de préférence au même rythme et dans la même direction.


Ce pauvre monsieur semble ne pas pouvoir sortir de sa cage
idéologique pour regarder la réalité en face. Ceux qui ont voté contre l'augmentation des vacances avaient au moins le bon sens de peser les avantages personnelles contre les conséquence pour
notre économie. Ce n'est pas avec moins de travail qu'on peut produire plus et faire face à la concurrence internationale.

Francis Richard 14/03/2012 13:59



Jean-Luc Mélenchon est un pur produit de 68, ressorti tout juste de la naphtaline pour l'occasion.



Ben Palmer 14/03/2012 09:43


Visiblement, au nom de la "popularité" on peut faire fi de toute logique, aussi simple qu'elle soit. Et personne dans ce pays ne voit le subterfuge, les conséquences désastreuses ? Pas de voix
qui s'élèvent pour dénoncer cette "logique" populiste ?


Incroyable qu'on puisse confier la gestion de toute une nation à des personnes aussi incompétentes.

Francis Richard 14/03/2012 13:57



Incroyable mais vrai. car de toute évidence c'est l'un des deux derniers cités qui sera le prochain président de la République française...



Thierry Jallas 14/03/2012 09:25


Bravo pour cet article que je trouve, comme souvent, excellent !

Francis Richard 14/03/2012 13:56



Merci pour le compliment qui me touche venant de vous.



Ben Palmer 14/03/2012 09:15


Ils revendiquent du travail pour tout le monde et en même temps une réduction des horaires de travail, davantage de vacances et le restant du travail mieux payé.

Francis Richard 14/03/2012 13:55



Ils n'en sont pas à une contradiction près.



Présentation

  • : Le blog de Francis Richard
  • : Ce blog se veut catholique, national et libéral. Catholique, il ne s'attaque pas aux autres religions, mais défend la mienne. National, il défend les singularités bienfaisantes de mon pays d'origine, la France, et celles de mon pays d'adoption, la Suisse, et celles des autres pays. Libéral, il souligne qu'il n'est pas possible d'être un homme (ou une femme) digne de ce nom en dehors de l'exercice de libertés.
  • Contact

Profil

  • Francis Richard
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.

Références

Recherche

Pages