Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 janvier 2014 7 26 /01 /janvier /2014 11:20

Reims-chapelle-du-Sacre-Coeur.JPG

Comment rendre hommage à ma feue mère? En étant bien vivant.

 

Hier il y avait tout juste douze ans que ma mère est morte.

 

Je me suis rendu à Reims, au chevet d'un ami gravement malade. Nous avons eu beaucoup de plaisir à nous revoir et nous avons bien ri. Il a retrouvé la foi, non pas celle qui soulève les montagnes, mais celle qui les aplanit...

 

Dans la rue de la clinique où il est hospitalisé il y avait une maison, Etche Churia, clin d'oeil au Pays Basque où ma mère a passé les dernières années de sa vie; il y avait une maison de Champagne, Lanson, clin d'oeil aux bonnes choses que ma mère aimait.

 

Je me suis rendu après à la cathédrale où furent sacrés les rois de France à partir du XIIe siècle, les faisant passer du statut de gentil dauphin à gentil roi...

 

Avant de repartir j'ai pris un chocolat chaud chez Au Bureau, place du Cardinal Luçon...

 

Retourné en région parisienne, j'ai soupé avec mon fils cadet à St Germain-en-Laye, dans un restaurant italien, où nous avons savouré une bruschetta au saumon, puis un risotto aux truffes blanches, enfin un sorbet au limonicello, accompagnés d'un valpolicella classico...

 

Nous avons bavardé jusque tard dans la nuit et refait le monde...

 

Ma mère, de là-haut, a dû se réjouir que sa lignée soit bien vivante...

 

Francis Richard

 

A l'occasion de ses septante-cinq ans, une fête fut donnée en l'honneur de ma mère le 30 septembre 1995.

 

A cette occasion je composai une ballade :

 

Maman

 

Très attendu Papa s'en vient,

L'âme aimante et calcinée,

Au plat pays qui est le tien,

Faire de toi sa dulcinée.

Conquise aussi par la tendresse

De qui n'entend rien au flamand,

Tu perds le temps dans cette presse

De prononcer le mot Maman.

 

Jalousement il te retient

Dans les doux liens de l'hyménée.

Tu es sa reine au doux maintien,

Pour accomplir ta destinée.

De vos amours quatre enfants naissent.

Ils sont tous beaux, évidemment,

Et sous ton aile ils n'ont de cesse

De prononcer le mot Maman.

 

Quand l'un d'entre eux, vieilli, revient,

C'est à l'ombre des Pyrénées

Qu'avec bonheur tu te souviens

Des cependant proches années

Où il pleuvait quelques détresses,

Que tu calmais élégamment.

A nous toujours, pour ta jeunesse,

De prononcer le mot Maman.

 

Envoi

 

Enfin, Prince, dans l'allégresse,

A votre Mère au firmament,

Permettez-nous, avec adresse,

De prononcer le mot Maman.

Partager cet article

Repost 0
Published by Francis Richard - dans Poèmes
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Francis Richard
  • : Ce blog se veut catholique, national et libéral. Catholique, il ne s'attaque pas aux autres religions, mais défend la mienne. National, il défend les singularités bienfaisantes de mon pays d'origine, la France, et celles de mon pays d'adoption, la Suisse, et celles des autres pays. Libéral, il souligne qu'il n'est pas possible d'être un homme (ou une femme) digne de ce nom en dehors de l'exercice de libertés.
  • Contact

Profil

  • Francis Richard
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.

Références

Recherche

Pages