Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 octobre 2011 1 24 /10 /octobre /2011 20:35

Eveline WidmerLes résultats des élections fédérales - ils devraient ravir Alain Jeannet, le rédacteur en chef de L'Hebdo , qui rêvait de voir l'UDC maigrir - ont donc démenti les sondages préélectoraux, ce qui ne surprend pas la présidente de MIS Trend, Marie-Hélène Miauton, qui, en professionnelle des sondages, confie au Temps de ce jour ici :

 

"Une élection à la proportionnelle dans 26 cantons est très compliquée à anticiper."

 

Elle constate que ces sondages "n'ont rien vu sur trois mouvements de sièges importants de ce dimanche électoral : le recul de l'UDC et la défaite lourde des Verts n'ont pas été anticipés; et le recul des libéraux-radicaux se révèle inférieur à la débâcle annoncée".

Parlons du recul indéniable de l'UDC, Union démocratique du Centre, qui a perdu 3,6% entre 2007 et 2011, 25,3% des voix en 2011 contre 28,9% en 2007. Ce qui montre, entre parenthèses, qu'une campagne à coup d'argent ne préfigure pas les résultats des élections: que n'a-t-on pas dit sur les moyens financiers de l'UDC, en omettant de préciser que c'est finalement peu en considération de tout l'argent dépensé par l'ensemble des médias pour médire d'elle pendant quatre ans.

 

A la TSR le recul de l'UDC, qui a fait une campagne molle cette fois-ci et qui le paie vraisemblablement - la modération ne lui va pas bien au teint - était présenté de la manière formelle, mais fallacieuse, suivante : 62 sièges en 2007 et 55 en 2011, comme si une scission en son sein et la création du PBD, Parti bourgeois démocratique, n'étaient pas intervenues entre-temps, en 2008.

 

En cours de législature 5 conseillers nationaux ont en effet quitté les rangs de l'UDC pour rejoindre le PBD. Il n'y avait donc plus que 57 conseillers nationaux UDC, qui ne sont en définitive plus que 54 maintenant. Le PBD, selon la TSR, était parti de 0 pour atteindre maintenant 9 conseillers nationaux... alors qu'en fait ils étaient passés de 5 à 9, ce qui relativise tout de même un peu leur progression.

 

Marie-Hélène Miauton a raison de dire :

 

"L'affaiblissement de l'UDC traduit la perte de l'électorat modéré de ce parti qui se retrouve dans le PBD issu de la crise interne à l'UDC après l'élection de Mme Widmer-Schlumpf au Conseil fédéral à la place de Christophe Blocher."[la photo provient d'ici]

 

Globalement la gauche recule autant que la droite. Cela ne se voit pas bien dans le cas du PSS, Parti socialiste suisse, puisque des apparentements lui permettent de gagner 3 sièges tout en reculant de 1,9% des voix, 17,6% des voix en 2011 contre 19,5% en 2007. C'est surtout la lourde défaite des Verts, qui perdent 5 sièges, avec 8% des voix en 2011 contre 9,6% en 2007 - et se retrouvent à 15 sièges -, qui souligne ce recul.

 

Le centre grossi des sièges et des voix perdues à droite et à gauche - environ 3,5% des deux côtés - s'émiette. Les Verts libéraux sont les grands vainqueurs puisqu'ils passent de 3 à 12 sièges et atteignent les 5,2%; ils prouvent que l'écologie n'est pas l'exclusivité de la gauche. On l'a vu le PBD passe de 5 à 9 sièges avec 5,2% des voix, tandis que le PDC, Parti démocrate-chrétien, passe de 31 à 28 sièges - et de 14,7% des voix en 2007 à 13% en 2011 - et le PLR, le Parti libéral radical, de 35 à 30 sièges - et de 15,8% des voix en 2007 à 14,7% en 2011.

En résumé il y a une gauche et une droite amaigries, qui tournent chacune autour de 26% des voix et qui sont relativement cohérentes, et un gros centre droit autour de 39%, complètement émietté, en quatre morceaux.

 

Marie-Hélène Miauton s'en afflige :

 

"Je suis malheureuse de l'émiettement du centre droit. C'est un processus inquiétant pour la future gouvernance de la Suisse. Ce n'est pas sain pour le parlement. Les rapports de force deviennent moins lisibles, plus aléatoires. Cela favorisera la tentation de négocier ses voix de façon non transparente. Ce n'est pas bon pour la démocratie."

 

Cette observation devrait se confirmer lors de l'élection des Conseillers fédéraux le 14 décembre prochain...

 

Francis Richard

 

PS du 27.10.2011 

 

Voici les résultats publiés sur le site de la Confédération : 

 

 

Sigle Parti % des voix Conseillers nationaux
PLR Parti libéral-radical 15.1 30
PDC Parti démocrate-chrétien 12.3 28
PSS Parti socialiste suisse 18.7 46
UDC Union démocratique du centre 26.6 54
PES Verts  8.4 15
PVL Verts libéraux 5.4 12
PBD Parti bourgeois démocratique 5.4 9

Partager cet article

Repost 0
Published by Francis Richard - dans Suisse
commenter cet article

commentaires

Le passant ordinaire 25/10/2011 07:54



Mort de rires osquart veut modifier la stratégie de l'UDC et forcer le parti a quitter le Conseil fédéral. Le gourou oublie qu'en sein du parti il existe des politiciens bien plus intelligents
que lui et qui sont fatigués de ses visites pastorales à l'étranger. Je pense tout particulièrement Luzi Stamm un homme politique d'envergure qui fut de 1991 à 2001 conseiller
national radical argovien devenu membre de l'UDC depuis cette date. A mon avis un vrai patriote jsuqu'à la moelle.



Francis Richard 25/10/2011 09:52



Si je ne me trompe Oskar ne l'envisage que dans le cas où la concordance mathématique ne serait pas respectée... Il n'est pas le seul à l'UDC à penser ainsi.



Le passant ordinaire 25/10/2011 04:20



Je suis très satisfait des résultats des élections au Conseil national qui voit l'émergence de jeunes politiciens en Romandie qu'ils soient de droite Mme Amaudruz à Genève ou de gauche Mathias
Reynard, 24 ans le plus jeune élu, membre du PS valaisan qui s'est offert la tête de Freysinger à Savièse en le battant de plus de 600 voix. Il est vrai que le peuple savièsan
n'a jamais pardonné à Freysinger d'avoir hisser sur le pavois le nom du village dans l'affaire du blondinet sioniste hollandais.



Francis Richard 25/10/2011 06:37



Vous avez décidément une dent contre Oskar qui fait pourtant un tabac...



Présentation

  • : Le blog de Francis Richard
  • : Ce blog se veut catholique, national et libéral. Catholique, il ne s'attaque pas aux autres religions, mais défend la mienne. National, il défend les singularités bienfaisantes de mon pays d'origine, la France, et celles de mon pays d'adoption, la Suisse, et celles des autres pays. Libéral, il souligne qu'il n'est pas possible d'être un homme (ou une femme) digne de ce nom en dehors de l'exercice de libertés.
  • Contact

Profil

  • Francis Richard
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.

Références

Recherche

Pages