Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 novembre 2011 6 05 /11 /novembre /2011 17:50

Parlement-grec.jpgLe référendum, par lequel Georges Papandréou voulait consulter le peuple grec sur son asservissement à l'Union soviétique européenne, n'aura pas lieu, comme la guerre de Troie, revue et corrigée par Giraudoux.

 

Il aura suffi à Papandréou d'agiter ce mistigri - donner la parole au peuple grec, qui est le premier intéressé à son destin - pour que se déchaînent contre lui tous ceux qui en Eurocratie ont peur des démentis populaires.

 

Les dernières fois que les eurocrates ont permis à des peuples de s'exprimer ils ont reçu des gifles sur une joue. Ils sont d'autant moins enclins à tendre l'autre qu'ils ne veulent pas entendre non plus parler des racines chrétiennes du continent...

 

La comédie du renoncement démocratique grec s'est déroulée en cinq actes, ce qui est d'un classicisme trivial :

 

Acte 1 : L'échec calamiteux de l'Etat-Providence grec est devenu patent et préfigure celui des autres Etats-Providence européens

 

Acte 2 : Par une belle nuit d'automne les dirigeants de ces Etats-Providence accouchent au forceps d'un accord pour sauver leurs fesses 

 

Acte 3 : L'impopulaire Papandréou propose de demander au peuple de se prononcer sur cet accord dans les urnes plutôt que dans la rue

 

Acte 4 : Les dirigeants des autres Etats-Providence convoquent l'imp(r)udent et lui demande de renoncer à cette drôle d'idée

 

Acte 5 : Papandréou n'écoutant que la voix de ses maîtres renonce et obtient la confiance de ses pairs pour éviter à tous le verdict populaire

 

Tout est bien qui finit bien ...sauf que l'Etat-Providence grec fera de toute façon faillite, tôt ou tard... et les autres aussi.

 

Dans cette histoire, Papandréou, discrédité, aura perdu son honneur. S'il était sincère quand il voulait demander son avis au peuple grec, il aura montré qu'il était incapable de tenir tête à ses maîtres européens. S'il ne l'était pas, il se sera révélé maître-chanteur hors pair pour obtenir la confiance de son parlement [la photo provient d'ici].

 

Dans cette histoire les dirigeants de l'Union soviétique européenne auront montré qu'il ne fallait pas leur mettre le nez dans leur caca anti-démocratique. On sait que d'entendre ce que veulent les peuples est le cadet de leurs soucis. Fonctionner par diktat est chez eux seconde nature. Ce n'est donc qu'une nouvelle confirmation de leur constante imposture... 

 

Un dessin de cette semaine de Mix et Remix ici dans L'Hebdo du 3 novembre 2011, résume bien la situation avant ce piteux dénouement. Il a pour titre : Grèce : annonce d'un référendum sur la dette ; et sous-titre : Nicolas Sarkozy consterné. Un personnage dit à l'autre : "... leur gouvernement veut demander son avis au peuple..." L'autre (Nicolas Sarkozy ?) lui répond : "... ces Grecs n'ont rien compris à l'Europe..."

 

Et d'aucuns voudraient que la Suisse adhère à cette Europe-là !

 

Francis Richard    

Partager cet article

Repost 0
Published by Francis Richard - dans International
commenter cet article

commentaires

catoneo 08/11/2011 15:27



Papandréou avait vu juste en lançant l'idée du référendum. Il arrive au noeud de la crise et rien ne le défera. L'alternative est "mourir ou être tué". C'est assez grave pour en parler à ses
concitoyens avant. Et le meilleur moyen est de les mouiller.


Quant aux cris d'orfraie des Endettés, ils sont obscènes. Quatre cents milliards d'euros de surcharge de la Dette française en un petit quinquennat sarkozien n'autorise pas le coq de Neuilly à
prendre la pose. D'autant que même avec les cataplasmes de M. Fillon le déficit primaire est toujours béant et que le triple A est moins mérité que jamais.


D'accord, les Grecs ont été les passagers clandestins de l'Euroboot tout en occupant les transats du pont-promenade, mais le modèle social français n'est-il pas le comble de l'irresponsabilité et
de la gabegie consentie, avec un trou approuvé de 30 milliards d'euros de la Sécurité sociale ?


L'Etat grec a ruiné la nation hellène, à son insu jusqu'à il y a deux ans. maintenant ils savent, ils choisissent. Ils doivent choisir par eux-mêmes. LMe sort des banques est secondaire.






Francis Richard 08/11/2011 16:16



C'est pourquoi il est bien dommage qu'il ait renoncé, quelle qu'en soit la raison...



yoann 06/11/2011 16:52



merci, je ne vous visez pas personellement, j'apprécie vos articles et vos pensées et surtout ils me permettent de me poser des questions.


Cependant je me perd un peu dans la définition que l'on doit donner ä : démocratie. Sans passer par une étymologie latine qui me semble ne plus avoir de valeur de définition.


Vivons nous toujours en démocratie? la suisse est souvent critiquée par ses citoyens par le fait qu'elle les prive de beaucoup de libertés. Poucez vous m'éclairer sur le sujet?


merci d'avance.



Francis Richard 07/11/2011 07:17



Vous dites :


 


Vivons nous toujours en démocratie? la suisse est souvent critiquée par ses citoyens par le fait qu'elle les prive de beaucoup de libertés. Poucez vous m'éclairer
sur le sujet?


 


De quelles libertés les Suisses serient-ils privés dans la démocratie helvétique ? Pouvez-vous préciser ?



yoann 06/11/2011 14:49



Je suis toujours intrigué de voir des penseurs s'offusquer des décisions prises par des dirigeants. Nous sommes dans une démocratie certes mais tout groupe doit pour survivre suivre une direction
donnée sinon nous passons à une anarchie ( je crois, si je me trompe veuillez me corriger svp). Donc s'offusquer ne sert à rien, il faut agir ou interagir, prendre des décisions et donc devenir
dirigeant: investissez vous dans la politique que diable! cela va de : devenir président jusqu'au simple fait d'aller voter. De combien sont les % de votants 30% à peu prés? (de même me corriger
si erreur). De plus je crois que vous vous leurrez: la suisse est dans l'europe ( économiquement comme physiquement), simplement par le fait de l'import-export, de la libre circulation des
travailleurs, de sa situation géographique...



Francis Richard 06/11/2011 16:09



Petite confidence : j'ai été chef d'entreprise en France pendant plus de 20 ans. J'ai même été administrateur d'une grande fédération patronale. J'ai donc agi, contrairement à ce que vous
imaginez. Je ne suis pas un penseur, mais un ingénieur, un gestionnaire et un ancien dirigeant...


 


Je ne recommencerai pas à m'engager en France ... C'est un pays où il n'y a plus de véritable liberté d'entreprendre et qui est bien peu démocratique. Le taux d'abstention que vous évoquez et qui
est variable ne change rien à l'affaire. Vote qui veut.


 


La Suisse est dans l'Europe des échanges, mais pas dans l'Europe institutionnelle et c'est heureux pour elle. Elle ne serait plus libre de son destin. C'est l'adhésion à
l'Union européenne que les Suisses refusent dans leur grande majorité en raison principalement de son déficit démocratique... 



Le passant ordinaire 06/11/2011 09:28



Les guignols européens ne veulent pas entendre parler des racines chrétiennes et catholiques romaines en particulier suite aux multiples attaques ouvertes des franc-maçons et secrètement en
catimini des circonscrits du 8ième jour.


Aujourd'hui des drôlesses comme Caroline Fourest et les abrutis du Charlie Hebdo peuvent conchier sans retenue le pape, le Christ, les Saints mais jamais le moindre mot sur les rescapés de la
traversée du Nil car eux font partie de l'establishment, des peoples...


Quant au nabot un internaute l'affuble du surnom GRINGALPUCE  ce qui lui va comme un gant.


 



Francis Richard 06/11/2011 12:35



Deux poids, deux mesures en quelque sorte...



LMDM 05/11/2011 18:13



OUI, là les Peuples ont eu la formidable démonstration du total mépris de leurs dirigeants de tous supposés "bords" politiques. J'ai beaucoup aimé la démonstration en espérant qu'ils s'en
souviennent !? Ce fut un morceau d'anthologie antidémocratique que de les voir et entendre tous hurler CONTRE le principe du référendum même ! Et puis, cette brosse à reluire croisée entre
"NICOLAS" et "BARAK" dans leur interview en anglais de la part des deux "journalistes" français hier soir... Franchement ils prennent les gens pour des c..s intégraux !... Et en plus l'annonce de
la hausse des sondages en faveur de NS de +6%... Quelle manipulation outrancière ! Il est possible que GP ait voulu gagner le référendum car les Grecs ne voulaient pas sortir de l'UE. Eh ! Bien,
maintenant, j'espère qu'ils le veulent ou alors ils le sont vraiment... c..s !



Francis Richard 06/11/2011 00:59



Je n'ai rien à ajouter...



Présentation

  • : Le blog de Francis Richard
  • : Ce blog se veut catholique, national et libéral. Catholique, il ne s'attaque pas aux autres religions, mais défend la mienne. National, il défend les singularités bienfaisantes de mon pays d'origine, la France, et celles de mon pays d'adoption, la Suisse, et celles des autres pays. Libéral, il souligne qu'il n'est pas possible d'être un homme (ou une femme) digne de ce nom en dehors de l'exercice de libertés.
  • Contact

Profil

  • Francis Richard
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.

Références

Recherche

Pages