Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 août 2011 3 31 /08 /août /2011 22:00

ecole 2010Le 25 janvier 2008 une initiative populaire, Ecole 2010 : sauver l'école, est déposée, munie de 15'249 signatures. Le 2 juin 2009 un contre-projet à cette initiative, Loi sur l'enseignement obligatoire, LEO, est voté par le Grand Conseil vaudois. Le peuple vaudois doit se prononcer le 4 septembre 2011 sur l'initiative et le contre-projet.

 

Ce calendrier montre à l'envi qu'en Suisse on se presse avec lenteur pour changer les choses : il n'y a pas le feu au lac, dit-on ici...

 

En lisant la brochure ici relative aux votations qui ont lieu dimanche prochain, force est de constater que l'initiative et le contre-projet sont l'expression de deux visions antagonistes de l'école vaudoise.

On ne sera pas étonné que la gauche et les verts soutiennent le contre-projet à l'initiative. Il correspond très bien à leur vision du monde de l'école où tous les élèves doivent être logés à la même enseigne, au nom de l'égalité, où la compétition doit être bannie, où il ne faut pas traumatiser trop tôt les élèves avec des notes, où l'important n'est pas de savoir mais de découvrir.

 

A l'inverse on sera surpris que seule l'UDC s'oppose au contre-projet, que les partis du centre soutiennent tous le contre-projet et que, parmi eux, seul le Parti Radical s'oppose à l'initiative. En effet la vision du monde de l'école que reflète l'initiative est pourtant bien celle que devraient avoir la droite et le centre droit, s'ils étaient cohérents avec eux-mêmes. 

 

A l'heure actuelle il y a trois filières dans le secondaire de l'école vaudoise : VSB, voie secondaire baccalauréat, VSG, voie secondaire générale, et VSO, voie secondaire à options, cette dernière voie étant une voie préprofessionnelle, dont le programme mériterait d'être étoffé.

 

Initialement la gauche et les verts voulaient imposer une voie unique, toujours cette tentation de vouloir tout uniformiser, de mettre tout le monde sur le même plan, de ne pas accepter les différences.

 

Devant les récriminations et pour obtenir le soutien des partis du centre, la gauche et les verts ont accepté de ne réduire les trois filières qu'à deux, VSB étant conservée - jusquà quand ? -, VSG et VSO ne formant plus qu'une seule filière hétéroclite.

 

De même, pour obtenir le soutien des partis du centre, la gauche et les verts ont consenti à un retour des notes plus précoce que ce qui était prévu à l'origine. Si l'initiative prévoit ce retour dès la 1ère année, le contre-projet ne le prévoit qu'à partir de la 3ème et ne veut surtout pas entendre parler de moyennes générales exigeantes : l'élitisme, voilà l'ennemi ! 

 

On sent bien qu'il s'agit là d'un compromis politique, la gauche et les verts étant d'une manière générale, plutôt favorables aux seules appréciations, moins traumatisantes pour les pauvres élèves, qu'aux notes, qui sont pourtant une préfiguration de ce que la vraie vie leur réserve, de manière plus ou moins explicite.

 

La gauche et les verts aiment le flou : dans le contre-projet les études sont organisées en cycles de quatre ans au lieu de deux actuellement, tandis que l'initiative prévoit un découpage annuel des programmes, plus naturel et correspondant, en outre, à l'évaluation des élèves.

 

Pour rester dans le flou, les enseignants bénéficient de la liberté pédagogique avec le contre-projet, ce qui conduit au n'importe quoi, l'élève étant placé au centre, avec les résultats que l'on sait, tandis que l'initiative prévoit le retour à une pédagogie explicite, c'est-à-dire structurée, systématique et accessible au commun des mortels.

En résumé : d'un côté des enseignants mué en animateurs, de l'autre des enseignants qui...enseignent et ont de l'autorité, ce qui est évidemment abominable...

 

Comme on le voit, il n'y a pas à hésiter pour ceux qui seraient encore indécis : pour enrayer la dégradation des connaissances et du comportement des élèves il faut dire oui à Ecole 2010 et non à LEO.

Francis Richard

Note du 4 septembre 2011 :

La LEO a recueilli 52 % de oui
L'initiative Ecole 2010 a recueilli 55,4 % de non

Merci au PLR et au PDC !

Partager cet article

Repost 0
Published by Francis Richard - dans Suisse
commenter cet article

commentaires

LMDM 01/09/2011 10:49



J'ai connu une triste expérience dans l'enseignement supérieur en fin 1992. L'ensemble des étudiants de l'Institut de Formation Bancaire est devenu un collège d'"apprenants". Pour les professeurs
comme moi qui avaient l'habitude de donner des cours magistraux de 3h30 avec une pause, ce fut la fin. En effet, soit ils acceptaient de se muer en "animateurs" avec INTERDICTION d'enseigner quoi
que ce soit et de seulement induqer dans les QCM les bonne réponses mais sans jamais dire pourquoi, soit ils prenaient la porte. devinez dans quelle catégorie je me suis trouvé ? Bref, lors de
mes dernières visites des "apprenants" qui ne trouvaient rien à apprendre venaient me trouver avec la phrase rituelle suivante : " Vous, on sait que vous savez, pourriez-vous m'expliquer, là
!?"... Quand ils ne m'ont plus vu bon nombre l'ont regretté et puis le temps à fait son oeuvre : les nouveaux diplômés ne savent rien d'autre qu'ânoner des réponses toutes faites sans savoir rien
ni comprendre rien : des perroquets ! Voilà le résultat. AH ! Certes les dissertations difficiles ont disparues... Quel bel exploit que voilà !



Francis Richard 02/09/2011 06:00



Dans le même ordre d'idée un des intervenants de l'université d'été de la nouvelle économie nous a  raconté que ses étudiants arrivaient à son cours d'économie à l'université sans connaître
du tout le raisonnement économique : ils avaient appris par coeur les réponses qu'il fallait donner - et quelles réponses ! - sans les comprendre... 



Présentation

  • : Le blog de Francis Richard
  • : Ce blog se veut catholique, national et libéral. Catholique, il ne s'attaque pas aux autres religions, mais défend la mienne. National, il défend les singularités bienfaisantes de mon pays d'origine, la France, et celles de mon pays d'adoption, la Suisse, et celles des autres pays. Libéral, il souligne qu'il n'est pas possible d'être un homme (ou une femme) digne de ce nom en dehors de l'exercice de libertés.
  • Contact

Profil

  • Francis Richard
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.

Références

Recherche

Pages