Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 septembre 2011 4 29 /09 /septembre /2011 21:30

Mesures-31-aout-Conseil-federal.jpgAprès un mois d'août 2011, au cours duquel la Banque nationale suisse, BNS, aura injecté 200 milliards de liquidités, le mois de septembre 2011 n'aura pas été moins funeste pour l'économie helvétique.

 

Le 6 septembre 2011 la BNS décide de maintenir l'euro à un cours plancher de 1.20 franc suisse ici, c'est-à-dire de lier le sort du franc suisse à celui de l'euro.

Le 30 septembre 2011, c'est-à-dire demain, seront enterinées définitivement par le Parlement les mesures présentées par le Conseil fédéral le 31 août 2011 ici [la photo de cette conférence de presse provient d'ici].

Dans peu de temps on connaîtra le coût réel de cet interventionnisme étatique dans l'économie et on pourra regretter l'occasion manquée que procurait un franc fort. C'était en effet une véritable opportunité pour les entreprises suisses de marquer des points par rapport à leurs concurrentes européennes, que les autorités helvétiques n'auront pas saisie, dans tous les sens du terme.

 

Bientôt nous aurons une idée de ce qu'aura coûté l'achat d'euros par la BNS pour maintenir le franc suisse à un cours plancher arbitraire. Il suffira de jeter un coup d'oeil sur le montant des placements de devises de la BNS au 30 septembre 2011. On ne le saura vraisemblablement qu'une fois passées les élections fédérales du 23 octobre prochain, dans un mois... A fin août 2011 ces placements représentaient 253 milliards de francs, contre 197 milliards à fin juin 2011...

La plus grande part du plan contre le franc fort, qui sera adopté demain, et applicable dès le lendemain, s'élève à 500 millions de francs et est destinée à permettre l'indemnisation d'éventuelles réductions d'horaires de travail. Cela veut dire que, si cette éventualité se présente, on sera prêt à colmater les brèches. C'est aussi admettre que l'économie suisse est sur la défensive...

 

N'aurait-il pas mieux valu rendre les entreprises suisses plus compétitives en abaissant leurs coûts, par exemple en abaissant l'impôt sur les sociétés comme le suggérait Victoria Curzon-Price dans un article du Temps du 14 septembre 2011 ici ? Ce qui n'enlève pas la contrainte bénéfique pour les entreprises d'améliorer encore leur productivité par l'innovation et la créativité. 

Les autres mesures qui seront adoptées définitivement demain - 212,5 millions pour la technologie et la recherche, 100 millions pour l'hôtellerie, 46,5 millions pour les transports, 10 millions pour les exportations de produits agricoles transformés - sont toutes des mesures sectorielles qui favoriseront automatiquement certaines entreprises en mauvaise posture aux dépens de celles qui se portent bien.

 

Comme le soulignait Victoria Curzon-Price dans l'article cité plus haut :

 

"Il n’y a rien de plus détestable en politique économique que d’imaginer des mesures qui font de la discrimination, en l’occurrence entre les secteurs exposés à la concurrence internationale et les secteurs «intérieurs». Non seulement ce genre de distinction est contraire à l’esprit du droit – il est injuste – mais il n’a aucun fondement économique. Tout étant lié à tout dans l’économie, ces distinctions n’ont aucun sens."

Cet interventionnisme donne donc l'impression d'être une réponse précipitée plutôt que réfléchie à la situation. Il faut dire que dans un peu plus de trois semaines ont lieu les élections fédérales ... et que le gouvernement, de même que les parlementaires, doivent montrer justement qu'ils ne sont pas restés les bras croisés devant cette situation. Ceci explique cela...

 

Francis Richard 

Partager cet article

Repost 0
Published by Francis Richard - dans Suisse
commenter cet article

commentaires

LMDM 30/09/2011 09:02



Un Pays qui se porte bien est un Pays où le gouvernement, ses ministres et son Chef en font le moins possible... C'était le cas avec raison "sous l'Ancien régime" ! Un ministre n'est pas là pour
répondre dans l'heure, comme l'exigeait les "Conventionnels" révolutionnaires, y compris la nuit. Ces histoires d'élections constituent l'évidence de la perversion du régime des urnes au plus
haut niveau. Les urnes, oui, mais localement, ou alors pour des référendums sur des sujets importants nationaux, mais pas pour élire tous les x mois des gens qui ne pensent plus qu'à ça. La
preuve... Si on veut des gouvernants qui soient à leur place, il faut qu'ils y restent longtemps. Bref, le meilleur régime est la monarchie, la République et la Démocratie vraies y trouvent alors
leurs comptes VRAIS. Tandis qu'elles sont dévoyées dans les régimes actuels sans tête fixe.



Thierry Jallas 30/09/2011 01:17



Le montage de l'opération ne m'apparaît pas clairement.


Ce qui est susceptible de faire baisser le franc suisse, c'est de "faire tourner la planche à billets", d'augmenter la masse monétaire en francs suisses, n'est-ce pas ? quel est le montant de
cette augmentation ?


Le reste n'a aucune incidence sur le cours du franc suisse :


- lorsque l'état fédéral achète des euros, il s'agit d'un échange, ce qui signifie que des européens (la BCE ?) achète des francs suisses -> aucune incidence sur le prix relatif de ces 2
monnaies ?


- l'argent dépensé à ceci ou à cela par l'état fédéral ne modifie pas la valeur du franc suisse ?

Merci d'avance pour les éclaircissements qui me parviendront.



Francis Richard 01/10/2011 12:55



Désolé de ne vous répondre que maintenant mais j'étais fort occupé depuis que vous avez envoyé votre commentaire et ne voulais pas le publier sans y répondre.


 


Pour que le franc suisse suisse se déprécie par rapport à l'euro il faut bien que la BNS crée de la monnaie d'une manière ou d'une autre.


 


C'est ce qu'elle a fait indirectement en permettant aux avoirs en compte de virement des banques d'augmenter et de passer de 23 milliards à 247 milliards de francs au cours du seul mois d'août,
c'est-à-dire en permettant aux banques d'accorder davantage de crédits, en leur proposant un taux attractif.


 


La masse monétaire centrale est dans le même temps passée de 77 milliards à 163 milliards.


 


Nous ne connaissons pas encore quel est l'impact de l'instauration du plancher. Mais la BNS a dû "faire tourner la planche à billets", comme vous dites, pour empêcher que l'euro ne
descende en-dessous du taux plancher de 1.20 franc suisse. 



Présentation

  • : Le blog de Francis Richard
  • : Ce blog se veut catholique, national et libéral. Catholique, il ne s'attaque pas aux autres religions, mais défend la mienne. National, il défend les singularités bienfaisantes de mon pays d'origine, la France, et celles de mon pays d'adoption, la Suisse, et celles des autres pays. Libéral, il souligne qu'il n'est pas possible d'être un homme (ou une femme) digne de ce nom en dehors de l'exercice de libertés.
  • Contact

Profil

  • Francis Richard
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.

Références

Recherche

Pages