Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 décembre 2010 4 30 /12 /décembre /2010 11:30

La Cour des Grands BovardDans une librairie de Morges, il y a dix jours, j'ai rencontré Jacques-Etienne Bovard, qui m'a dédicacé La Cour des grands, publié chez Bernard Campiche Editeur ici. Il partageait sa table avec Jean-Michel Olivier et Mélanie Chappuis, auteurs respectivement de L'Amour nègre et Des baisers froids comme la lune [dont j'ai fait une recension ici et ici], avec lesquels j'ai pu faire plus ample connaissance. Il était donc en bonne compagnie. Ce fut l'occasion de découvrir cet écrivain vaudois que je ne connaissais pas, à ma grande honte.

 

L'éditeur Bernard Campiche était présent, assis donc derrière deux de ses auteurs, plongé...dans un livre. Ce qui m'a donné l'occasion de le féliciter pour la qualité des livres qu'il édite. Ce sont en effet de véritables oeuvres d'art, qui se tiennent agréablement dans les mains. Les couvertures, le papier, sans oublier le contenu bien sûr, comme il me l'a tout de suite fait remarquer, ne peuvent que ravir le lecteur. Car ce dernier va tout de même habiter ces objets magiques quelques heures durant, en général nocturnes, pour ce qui me concerne. Autant que ce soit pour le plaisir des yeux, du toucher et de l'intellect. 

 

Xavier Chaubert, la trentaine, est moniteur de judo. Cette voie de la souplesse a certainement été une bénédiction pour lui et le meilleur des apprentissages de la vie, sur laquelle il s'agit pour tout un chacun de "crocher". Après avoir été champion international et avoir fait le pèlerinage obligé au Japon, il a pu, grâce à elle, acquérir une humilité de bon aloi et une résistance aux vicissitudes et aux injures des hommes et du temps. Cet art martial lui rendra un signalé service au cours de l'histoire qui nous est contée par lui et lui permettra à la fin de rebondir, comme on dit de nos jours.

 

Les arts martiaux, à tout âge, permettent en effet de forger le corps puis l'esprit, l'esprit puis le corps, comme ce fut le cas pour votre serviteur qui a pratiqué la voie de la main nue, le karaté do, pendant une quinzaine d'années. Si cet art m'a appris à ne pas esquiver les difficultés mais à y faire face, le judo lui ressemble comme un frère, en creusant un autre chemin, que le narrateur dépeint en ces termes :

 

"Ce que la voie de la souplesse a de mieux à nous apprendre, et qu'elle nous enseigne même en premier, n'est-ce pas à céder avant de casser, à tomber, puis à se relever ?"

 

Pour nourrir cet homme qu'il est devenu, Xavier Chaubert, sous le pseudo transparent d'Alexis Berchaut, écrit ce qu'il est convenu d'appeler, un peu trop dédaigneusement à mon goût, des romans de gare, dans la collection Effort des éditions Weekend. Ces romans sont en quelque sorte fabriqués. Ils suivent un schéma immuable qui se prête à de multiples variations. Ils répondent à l'attente d'un public qui ne cherche pas à se prendre la tête mais à se divertir. Ses héros sont à son image des sportifs de haut niveau, malmenés par un accident de l'existence.

 

Francophones sans frontières est une association qui a pour objet de faire "découvrir des écrivains de langue française au-delà des cloisonnements, centralismes ou réseaux d'influence." A cette fin elle organise chaque année une Escapade sur plusieurs jours, avec au programme "séances de dédicaces, lectures, conférences, rencontres et débats". L'année qui nous occupe, la Suisse est l'invitée de cette manifestation, qui va se dérouler du 14 au 17 juin à Strasbourg, Verdun, Reims, Château-Thierry et Paris. 

 

Par "erreur informatique", Berchaut, ainsi que deux autres auteurs maison de chez Weekend, Charlène Mohave et Armand Duchêne, pseudo de Roger Borloz, est invité à ce périple pour représenter la Suisse française aux côtés de Dessibourg, professeur honoraire de l'Uni de Lausanne, maître d'oeuvre de l'édition des Oeuvres complètes de Cendrars dans La Pléiade, et surtout de Pierre Montavon, le célèbre écrivain, dont le nom est évoqué pour le prochain Nobel de littérature et qui vient de faire paraître chez Gallimard une autobiographie titrée Le Sacre, en toute modestie.

 

Le problème est que Pierre Montavon ne supporte pas la promiscuité de ceux qu'il appelle les "pitres", ces trois forçats de l'écriture dont les livres paraissent chez Weekend . Qu'y a-t-il de comparable en effet entre son oeuvre encensée partout et les minables opus de Charlène, dont l'héroïne, Karen Cochise, parcourt le monde, et ceux de Borloz, le pornographe, dont les personnages s'ébattent dans toutes les positions techniques que leurs corps sont capables de prendre ? Que viennent faire ces folliculaires dans la Cour des grands ?

 

L'Escapade promise ne s'avère donc pas être une promenade de santé pour les protagonistes. Tout au long, l'auteur ne nous ménage pas les rebondissements. Les personnages s'affrontent durement, tombent, se relèvent, lors de scènes d'anthologie. Ils dévoilent au passage leurs forces autant que leurs faiblesses. Les échanges vont du fleuret moucheté, ou du venimeux, à la goujaterie éthylique, ou à la prise de corps qui laisse des traces à l'âme comme dans la chair. L'auteur joue donc sur plusieurs registres et une fois refermé le livre, dont la couverture représente des gouttières anonymes, nous nous interrogeons sur le bien-fondé de la Cour des grands, à laquelle d'aucuns aimeraient accéder.

 

Francis Richard 

Partager cet article

Repost 0
Published by Francis Richard - dans Lectures d'aujourd'hui
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Francis Richard
  • : Ce blog se veut catholique, national et libéral. Catholique, il ne s'attaque pas aux autres religions, mais défend la mienne. National, il défend les singularités bienfaisantes de mon pays d'origine, la France, et celles de mon pays d'adoption, la Suisse, et celles des autres pays. Libéral, il souligne qu'il n'est pas possible d'être un homme (ou une femme) digne de ce nom en dehors de l'exercice de libertés.
  • Contact

Profil

  • Francis Richard
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.

Références

Recherche

Pages