Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 mars 2010 6 20 /03 /mars /2010 12:50
mammouthDans un récent article, à propos de la situation catastrophique de la Grèce, Vincent Bénard est revenu sur la flat tax ici. Selon lui la flat tax, l'impôt proportionnel, permettrait à l'Etat grec de redresser ses finances. La flat tax a permis à plusieurs pays de l'est européen ici de résoudre efficacement leurs "problèmes de fraude fiscale massive et de rentrées fiscales médiocres" et permettrait à la France de devenir un paradis fiscal ici.

Prenant l'exemple français justement Vincent fait le constat suivant :

"La plupart des impôts progressifs actuels sont truffés de niches fiscales qui avantagent les gros contribuables, et si ces niches sont insuffisantes, ces mêmes gros contribuables ont souvent les moyens de pratiquer l'évasion fiscale. Ainsi, en France, dans les dernières années précédant la crise, le produit de l'impôt sur le revenu a-t-il été égal à seulement un peu moins de 7% des sommes déclarées (sept, pas une faute de frappe), alors que les taux marginaux se situent encore à 40%, après avoir dépassé les 50% au début du millénaire."

A partir de là il développe sa démonstration :
 
"Imaginez que l'IRPP français actuel soit remplacé par un impôt frappant les revenus actuels à 7% mais sans la moindre niche fiscale: il est évident que tous ceux qui aujourd'hui ont intérêt à frauder le fisc, ou à limiter leur travail productif, ou leur investissement à risque, trouveraient de nouvelles incitations à changer de comportement vis à vis du fisc. Quand bien même ceux qui sont exonérés pour cause de revenus insuffisants le resteraient, un taux de 10% suffirait à faire rentrer, sur le papier, autant d'argent qu'aujourd'hui dans les caisses publiques. Et sans doute beaucoup plus, comme les expériences de tous les pays de l'est l'ont montré."

Il ajoute que si la Grèce adopte la flat tax :

"Cela ne doit pas inciter le gouvernement grec à ajourner ses coupes dans les dépenses publiques."

Cette coupe dans les dépenses publiques y serait rapidement demandée par les contribuables eux-mêmes. Une fois instaurée dans un pays, la flat tax n'est pas seulement un bon moyen fiscal d'en rétablir les finances, mais un bon moyen de dégraisser le mammouth [la photo ci-dessus provient d'ici], du moins dans un pays démocratique.

En effet tout le monde étant logé à la même enseigne dans un tel pays, tout le monde a intérêt à ce que le taux de la flat tax, ou imposition proportionnelle, y soit le plus faible possible. Toute augmentation des dépenses publiques se traduisant par une augmentation du taux et inversement. Dans les pays où sévit l'imposition progressive c'est, d'expérience, le contraire. Les contribuables les moins riches ne s'opposent pas à l'augmentation des taux marginaux qui frappent les plus riches.

Une étude publiée hier par l'Institut Constant de Rebecque ici le confirme et va plus loin. L'auteur, Victoria Curzon Price, professeur honoraire de l'Université de Genève et présidente de ce remarquable institut, y traite "de l'équité de l'imposition proportionnelleici

Après avoir rappelé qu'il existe trois sortes d'impôt sur le revenu - par tête, à taux fixe, à taux progressif -, Victoria fait le constat suivant :

"Bien que personne ne semble regretter que le riche et le moins riche paient un prix identique pour une baguette de pain, ou un même émolument pour un service de l'Etat (comme le renouvellement d'un passeport), tout le monde semble considérer que le riche doit contribuer plus que le moins riche au financement de l'Etat".

Friedrich Hayek explique pourquoi dans la Constitution de la liberté. Cela tient à la tradition culturelle du partage. A l'origine l'homme était nomade, vivait en groupe et le groupe se partageait le produit de la chasse. Quand l'homme s'est sédentarisé et est devenu agriculteur, la propriété privée est apparue :

"Sans la propriété privée, il n'y aurait pas eu d'échanges, sans échanges pas de division du travail et sans division du travail, pas de villes, pas de civilisation." 

Les deux principes antagonistes du partage et de la propriété privée coexistent depuis.

Victoria souligne la différence qu'il y a entre partage obligatoire et partage volontaire, mais surtout entre les deux principes de redistribution :

"Le principe de redistribution faible, pour l'aide aux personnes nécessiteuses et le principe de redistribution forte pour l'égalité des chances et la volonté de garantir des conditions de vies minimales pour tous.

Or cette dernière redistribution "ne peut pas maintenir les motivations nécessaires aux actions entrepreneuriales sur le long terme", avec toutes les conséquences néfastes pour tout le monde. C'est pourtant la direction qu'ont prise les démocraties occidentales au cours de la dernière petite centaine d'années.

Il est clair que l'imposition à taux progressif conduit à une redistribution forte et qu'elle est clairement "dirigée contre les entrepreneurs les plus prospères (c'est-à-dire ceux qui rendent le plus de service à la collectivité) et est utilisée en faveur des moins imaginatifs et des moins actifs." 

Demande-t-on leur avis à la minorité des plus riches ? Non. L'imposition à taux progressif est décidée par la majorité du plus grand groupe - celui des moins riches - contre l'avis du groupe minoritaire - celui des plus riches -, qui n'a pas voix au chapitre. Il y a incontestablement abus de pouvoir de la majorité et violation de l'Etat de droit :

"Elle prend de force ce qui est légitimement la propriété de quelqu'un".

L'imposition à taux progressif ne peut donc être équitable. Il est possible d'imaginer, sans peine, ce que serait le choix des plus riches entre une redistribution forte et une redistribution faible. Ils se prononceraient naturellement et justement en majorité en faveur de la seconde.

Victoria rappelle que "lorsqu'un individu est rémunéré pour ses efforts, le fruit de son travail devient sa propriété légitime" et qu'"une société dans laquelle l'incertitude ou la discrimination systématique des plus entreprenants et des plus prospères prévalent ne peut que péricliter à long terme". L'Etat de droit, qui "assure à chaque individu un traitement égal devant la loi" est là pour empêcher les interférences imprévisibles, pour reprendre l'expression de Hayek, que sont l'expropriation arbitraire, l'emprisonnement ou la perte de vie.

L'imposition proportionnelle serait équitable, puisqu'au moins elle ne violerait pas l'Etat de droit. Certes elle conduirait mécaniquement à une redistribution faible, mais :

"Il y a [...] de bonnes raisons de penser que [l'aide aux personnes nécessiteuses] serait réalisée plus efficacement au niveau local, avec l'aide de fondations caritatives financées volontairement , que par une bureaucratie centralisée".

Cette aide pourrait "s'avérer efficace et trouver l'approbation des plus riches". 

En Suisse, par exemple, la flat tax respecterait même la Constitution fédérale qui "stipule que chacun doit contribuer aux finances publiques selon sa "capacité économique"". Enfin elle permettrait de remplir l'"obligation de rester vigilants face à l'imprévisible" : 

"Il nous faut des entrepreneurs alertes et certains d'obtenir une juste récompense à leurs efforts pour nous aider à résister aux crises imprévues".

En conclusion :

"La défense de l'imposition proportionnelle s'apparente donc plus ou moins à celle de la liberté. En fin de compte, il s'agit ni plus ni moins d'assurer les conditions de la survie de notre civilisation".

Francis Richard

Pierre Garello, professeur d'économie à l'Université Paul Cézanne d'Aix-en-Provence, le 15 mars dernier, parle lui aussi de la flat tax : 



Nous en sommes au

609e jour de privation de liberté pour Max Göldi, le dernier otage suisse en Libye

Max Göldi

 
 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Jallas 21/03/2010 11:10


Je ne suis pas franchement d'accord pour défendre la flat tax. Qu'il soit proportionnel ou, pire, progressif un impôt est un vol (effectué sous menace), une injustice, une atteinte au droit de
propriété. Comme le boulanger, les hommes de l'Etat ne devraient vendre leurs services qu'à un prix librement négocié avec chaque citoyen.
Par ailleurs, Vincent Bénard oublie de signaler une différence importante entre ce qu'il préconise (flat tax à 7%) et la situation actuelle (IRPP = 7% de la base taxable) : dans la situation
actuelle, les contribuables paient beaucoup plus que 7%, mais sous une forme qui n'est pas un impôt : dons à des associations, investissements immobiliers, emploi de salariés à domicile, etc.


Francis Richard 21/03/2010 12:52


Je comprends très bien votre point de vue que je partage en grande partie.

Pour ma part les hommes de l'Etat ne devraient offrir que des services de sécurité intérieure, de sécurité extérieure et de justice. Autrement dit l'Etat ne devrait offrir que ce qu'on appelait
jadis les fonctions régaliennes. Aujourd'hui il s'occupe de bien d'autres choses, qu'il n'offre pas mais impose, et qui ne devraient tout simplement pas être de son ressort.

Je suis toutefois convaincu qu'il est impossible dans l'état actuel des mentalités d'enrayer d'un seul coup d'un seul l'expansion que l'Etat a prise. Si la flat tax, quel que
soit le taux de départ, permet d'arriver à ce résultat "progressivement", un grand pas aura été fait vers le retour à la liberté de contracter et à l'abandon par l'Etat de la plupart de ses
prérogatives actuelles. 


MARTIN DESMARETZ de MAILLEBOIS 20/03/2010 17:49


Tout cela me paraît rempli de beaucoup de bon sens. Mais...
Je n' aime pas le terme anglo-saxon de "Flat Tax". Je rappelle que l' impôt général à 10 % est une invention de mon ancêtre qui y voyait les avantages développés ici dès 1715! Il fut cependant
durement attaqué par la noblesse qui ne payait pas d' impôts mais subventionnait de diverses manières les besoins publics. Bref, cette invention est française. La république, trop gourmande, est
arrivée à dépasser les 100 % d' impôts sur la masse monétaire en circulation, masqués par un ratio de 50 % sur le PIB, lui-même doublé artificiellement par les dépenses publiques comptées comme
production, ce qui revient donc au même: 100 %, je résume évidemment le principe. La taxation générale à 10 % des revenus annuels conduirait à une réduction drastique des dépenses publiques et à
bien moins de rentrées fiscales en France! La République ne va donc pas renoncer gaiement à ses plus de 400 impôts et à son niveau exorbitant de Prélèvements Obligatoires... Il faudra l’ y forcer!


Francis Richard 20/03/2010 19:40


A propos de la flat tax ou de l'impôt proportionnel, comme dirait Musset, qu'importe le nom pourvu qu'on ait la chose ... que préconisait déjà votre ancêtre.

Pour ce qui est de forcer l'Etat français ce sera l'environnement des autres Etats, leur concurrence fiscale, qui permettra un jour d'y arriver ou sa quasi faillite. 


Présentation

  • : Le blog de Francis Richard
  • : Ce blog se veut catholique, national et libéral. Catholique, il ne s'attaque pas aux autres religions, mais défend la mienne. National, il défend les singularités bienfaisantes de mon pays d'origine, la France, et celles de mon pays d'adoption, la Suisse, et celles des autres pays. Libéral, il souligne qu'il n'est pas possible d'être un homme (ou une femme) digne de ce nom en dehors de l'exercice de libertés.
  • Contact

Profil

  • Francis Richard
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), j'ai travaillé dans l'industrie, le conseil aux entreprises et les ressources humaines, et m'intéresse aux arts et lettres.
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), j'ai travaillé dans l'industrie, le conseil aux entreprises et les ressources humaines, et m'intéresse aux arts et lettres.

Références

Recherche

Pages

Liens