Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 octobre 2009 3 14 /10 /octobre /2009 18:30

La forte progression du MCG, Mouvement des citoyens genevois, aux élections cantonales de Genève (ici) a surpris plus d'un commentateur. En effet ce parti atypique a presque doublé son pourcentage de voix : il est passé de 7,73% des suffrages à 14,74%, tandis que tous les partis représentés au Grand Conseil ont vu leur représentation baisser, à l'exception des Verts qui n'ont progressé que de 1,51%.

On parle de vote de protestation dû à la crise, de mauvaise humeur temporaire, que sais-je. Ce qui me semble une réponse de mauvaise perdants. En réalité cette progression s'explique par le contexte particulier, au regard du reste de la Suisse, dans lequel ce canton se trouve et dont ce parti a su habilement tirer profit en se montrant proche des gens et de leurs préoccupations quotidiennes qui en résultent. Je suis arrivé à cette conclusion en me demandant pourquoi un tel phénomène, aussi spectaculaire, s'est produit à Genève et dans aucun autre canton. 

Sur le site du MCG
(ici), le mot du président Eric Stauffer [photo publiée par 24 Heures ici] à ses concitoyens de Genève commence en ces termes :

 

Le MCG est né d'un ras-le-bol légitime, contre une classe politique coupée des réalités et suicidaire, perdue dans des combats stériles gauche-droite. Nous avons donné une voix à ceux qui n'en avaient pas. Sans relâche, nous nous battons pour rendre le pouvoir au Citoyen!

 

D’emblée le MCG se situe donc comme un parti réaliste, à l’écoute du citoyen, comme son seul véritable représentant, soucieux de ses préoccupations quotidiennes, au-dessus des clivages gauche-droite, comme la troisième voie en quelque sorte, celle dont tout le monde rêve, comme on rêve de la quadrature du cercle.

 

Eric Stauffer poursuit et met le doigt où cela fait mal, là où se trouve le porte-monnaie:

 

Il est insupportable que les Genevois aient le plus faible pouvoir d'achat, en raison de taux record d'assurance-maladie, d'impôts, de loyers, de tarifs d'électricité.

L’Hebdo du 8 octobre 2009 (ici) a consacré tout un numéro aux primes d’assurance-maladie en Suisse romande et le fait est qu’Eric Stauffer a raison : les primes à Genève sont indéniablement les plus élevées, du moins dans cette partie linguistique de la Suisse.

 

Quel est le canton où le montant des dépenses publiques est le plus élevé en Suisse? Le canton de Genève (ici) avec 21'455 francs par habitant, à comparer aux 13'911 francs par habitant dépensés en moyenne en Suisse, soit 54% de plus. Toutes ces dépenses publiques doivent bien être financées … par des impôts.

 

Si les prix des logements sont élevés à Genève, il y a une raison toute simple : il y a pénurie de logement. Cette pénurie résulte, entre autres raisons, du fait qu’il y a 4 niveaux de possibilités de recours contre la construction de logements dans le canton. Eric Stauffer enfonce le clou :

 

Il est inacceptable que nous devions de plus en plus partir habiter de l'autre côté de la frontière à cause d'une crise du logement créée par des partis sans vergogne.

 

Certes le canton de Genève (ici) est aussi le canton où les salaires sont largement au-dessus des salaires helvétiques en général: en 2006 le salaire mensuel brut médian, pour 40 heures de travail par semaine, était de 6'350 francs à Genève et de 5'627 francs en Suisse, soit 13% plus élevé à Genève. Mais cela ne compense pas les lourdes charges auxquels ses habitants sont soumis.

 

Eric Stauffer s’insurge :

 

Il est scandaleux que des travailleurs genevois - surtout des personnes très qualifiées - soient mis au chômage au profit de frontaliers cherchés à des centaines et des milliers de kilomètres, pour du dumping salarial.


Quel est le canton de Suisse qui a, depuis longtemps, le plus fort taux de chômage de toute la Suisse? Genève (ici), avec un taux de 7% en septembre de cette année, à comparer avec une moyenne nationale de 3,9%. En valeur absolue les chômeurs sont passés en un an de 12'115 à 15'451. Les frontaliers au chômage sont indemnisés en France et ne figurent donc pas dans ces statistiques. Ils ne profitent donc pas du système social généreux de la Suisse en matière de chômage, mais il est vrai qu’ils occupent pour une grande part des places hautement qualifiées. 

La population active de Genève (ici), secteur secondaire ajouté au secteur tertiaire - hors secteur public international et services domestiques - est de 262'500 à fin juin de cette année. A la même date 65'566 personnes sont titulaires d'un permis G [frontalier], soit un quart des frontaliers qui travaillent en Suisse, alors que la population genevoise ne représente que 6% de la population totale..
.

 

Ce qui ne veut pas dire que tous les frontaliers sont actifs sur Genève, puisque leur permis leur permet de travailler dans toute la Suisse, mais cela donne une indication de l'importance des frontaliers dans l'économie genevoise, importance croissante puisque le nombre des frontaliers titulaires a tout de même augmenté de 7,4% de fin 2007 à fin 2008, s'il n'a augmenté que de 0,7% au premier semestre 2009.

 

Pour autant les frontaliers prennent-ils vraiment la place de résidents qui se retrouvent du coup au chômage ? Rien n’est moins sûr, même si des exemples individuels peuvent illustrer cette assertion, car le chômage est toujours plus fort dans les pays où l’interventionnisme de l’Etat est le plus grand, et en l’occurrence la France et Genève se font une sacrée concurrence en la matière. Mais l’argument porte : le chômage monte et, parallèlement, le nombre de frontaliers.

 

Enfin Eric Stauffer, président d'un parti dont 5 des 17 nouveaux députés au Grand Conseil sont des gendarmes (ici) , s’inquiète de la forte criminalité qui sévit dans le canton de Genève : 

 

Il est inadmissible que les dealers continuent à sévir dans nos rues et que l'insécurité s'infiltre en raison du laxisme de certains.

Eric Stauffer n’a pas tort : la criminalité par habitant à Genève est plus élevée que la moyenne suisse (ici). En 2006, il y a eu en Suisse 30'328 condamnations pour infractions au Code pénal dont 2'566 à Genève, 11'806 condamnations en Suisse dont 893 à Genève en vertu de la loi sur les stupéfiants, soit respectivement 8.5% et 7,6% des condamnations, alors que la population genevoise représente, comme on l'a vu plus haut, 6% de la population du pays.

Il est significatif que, dans le cas des infractions au Code pénal, 72,4% des condamnés à Genève soient des étrangers, alors que le pourcentage des condamnés étrangers pour l’ensemble de la Suisse est de 50,6%, et que, dans le cas des infractions à la loi sur les stupéfiants, 87,6% des condamnés à Genève soient des étrangers, alors que le pourcentage des condamnés étrangers pour l'ensemble de la Suisse est de 47,8%.

 

Ces statistiques sur la criminalité ne disent toutefois pas quelle est la proportion de frontaliers condamnés sur l’ensemble des condamnés étrangers. A propos d’étrangers, il convient de souligner l’exception genevoise : 39% des quelque 450'000 résidents de Genève sont des étrangers, alors que la moyenne suisse d’étrangers par rapport à la population totale est de 21,7%...

Le MCG a fait campagne sur les thèmes qui préoccupent les Genevois : le pouvoir d'achat, le logement, les impôts, l'emploi, l'insécurité etc. Il l'a fait bien davantage que les autres partis, d'où sa forte progression. Maintenant c'est au pied du mur que l'on peut juger le maçon. 

Il semble que le MCG veuille à la fois maintenir les acquis sociaux - ce qu'il croit pouvoir faire en luttant contre les abus - et libérer l'économie de ses carcans. C'est ce qu'il appelle être ni de droite, ni de gauche. Il lui faudra déchanter et peut-être ses électeurs déchanteront-ils dans son sillage, s'il conserve ce cap. Car il lui faudra bien choisir entre deux modèles incompatibles. La troisième voie est une impasse, une illusion, un ersatz de la politique socialiste.

Francis Richard


L'internaute peut écouter sur le site de Radio Silence ( ici ) mon émission sur le même thème. 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Francis Richard
  • : Ce blog se veut catholique, national et libéral. Catholique, il ne s'attaque pas aux autres religions, mais défend la mienne. National, il défend les singularités bienfaisantes de mon pays d'origine, la France, et celles de mon pays d'adoption, la Suisse, et celles des autres pays. Libéral, il souligne qu'il n'est pas possible d'être un homme (ou une femme) digne de ce nom en dehors de l'exercice de libertés.
  • Contact

Profil

  • Francis Richard
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), j'ai travaillé dans l'industrie, le conseil aux entreprises et les ressources humaines, et m'intéresse aux arts et lettres.
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), j'ai travaillé dans l'industrie, le conseil aux entreprises et les ressources humaines, et m'intéresse aux arts et lettres.

Références

Recherche

Pages

Liens