Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 mai 2012 4 31 /05 /mai /2012 21:50

IMD.jpgL'IMD, l'International Institute for Management Development de Lausanne, effectue un classement annuel mondial de la compétitivité depuis 1989.

 

Pour la première fois la Suisse fait partie des 3 premiers pays sur les 59 qui sont pris en compte dans ce classement, derrière Hong Kong et les Etats-Unis ici.

 

Ce classement se base sur 329 critères. Pour deux tiers il s'agit d'indicateurs statistiques et pour un tiers de perceptions de 4'200 leaders d'opinion.

 

Pour apprécier la compétitivité d'un pays l'IMD ne se base donc pas uniquement sur la croissance, la richesse ou la taille économique. Il se base aussi, par exemple, sur les compétences humaines, sur l'esprit d'entreprise ou l'environnement favorable au business.

 

Au cours des dix dernières années, dans ce classement, la Suisse a progressé de la neuvième place, en 2003, en dépit de deux rétrogradations (de cinq rangs en 2004 et d'un rang en 2011) à la troisième place cette année.

 

Hong Kong occupe la première place en raison de son dynamisme en termes d'exportations, d'attitudes et de valeurs favorisant l'ouverture et l'échange; les Etats-Unis en raison de leur domination en termes de puissance économique unique, de dynamisme des entreprises et de capacités d'innovation.

 

Les appréciations sur la Suisse qui reviennent le plus sont:

 

- la stabilité politique et la prévisibilité

- la compétence de la main-d'oeuvre

- le régime fiscal compétitif

 

Le rapport souligne que les finances publiques y sont de fait bien gérées, que le frein à l'endettement voté en 2003 a fait ses preuves de manière durable et effective (la Suisse est peu endettée en comparaison de l'ensemble des pays) et que le taux de chômage y reste bas grâce à une évolution dynamique du marché du travail.

 

Le rapport fait toutefois part des craintes que suscite le franc fort (c'est pourquoi la politique du taux plancher de la BNS vis-à-vis de l'euro est approuvée), qui pourrait se traduire par la délocalisation de productions et de recherches et développements.

 

Ces craintes semblent injustifiées. En effet le franc fort oblige les entreprises helvétiques à faire des efforts de productivité incomparables, leur donnant de l'avance dans la compétition internationale, et leur permet d'acquérir à bon compte des unités à l'étranger. Ce qui ne peut être que bénéfique pour l'économie suisse tout entière.   

 

De même semblent injustifiées les craintes dues à la baisse de la demande dans les pays de l'UE, premier débouché des exportations suisses. En effet le rapport salue la diversification opérée par nombre d'entreprises helvétiques dans des niches de produits et services soumis à une moindre concurrence internationale, d'où une moindre vulnérabilité.

 

Dans le cas de la Suisse la compétitivité provient donc surtout d'un Etat plus stable, moins imprévisible, qui n'entrave pas la fluidité du marché du travail par des rigidités et qui est surtout moins endetté, donc moins confiscatoire que bien d'autres. 

 

Il y a donc de quoi se réjouir de la place obtenue par la Suisse dans ce classement. Qui récompense un moindre interventionnisme de l'Etat dans l'économie et administre la preuve que ce n'est pas la taille d'un pays qui fait son salut économique mais les libertés d'action qui sont laissées à ses entreprises.

 

Francis Richard

 

Présentation, en anglais, du rapport, par Stéphane Garelli, Directeur de l'IMD World Competitiveness Center :

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Francis Richard - dans Economie
commenter cet article

commentaires

MARTIN DESMARETZ de MAILLEBOIS 01/06/2012 09:13


Si je comprends parfaitement bien votre argumentation sur le fruit de l'effort, par contre je suis obligé de rappeler que porter un sac à dos très lourd, si cela oblige à développer ses muscles
pour le porter malgré tout, par contre le handicap de devoir le porter quand même est bien réel. Il ne s'agit donc pas de "craintes" mais d'une réalité. Il faut avoir en mémoire l'HISTOIRE :


1) La £g britannique, tellement forte qu'elle était devenue d'usage et de réserves courantes mondiales, à créé à la longue un poids cumulé impossible dont il a été très dur à "Maggie" de sortir
l'Angleterre,


2) la dévaluation constante du DENIER romain et de l'AS, devenu l'once, au fil des siècles montre qu'une monnaie lourde à porter finit toujours par s'alléger par nécessité...


Bref, la monnaie idéale est la monnaie dont le stock est à zéro après usage. Dailleurs, les masses monétaires ne sont que les soldes non utilisés de flux énormes d'utilisations. On en déduit
dailleurs des deux chiffres comparés la "Vitesse de circulation de la monnaie".


Donc, il faut être jeune pour développer ses muscles et plus on vieillit, plus le poiuds du sac écrase et... tue ! Quel est l'âge de la Suisse actuelle ? Elle est Jeune : deux siècles environ !
Même si les Helvètes sont une Nation ancienne des Gaules, déjà sous l'Empire Celte...


L'expérience des siècles est donc là, et bien là, et il faut ne jamais l'oublier.


En prime, je vous indique qu'hier soir la valeur du Franc Français en Or avait perdu -99,9989 % de celle de 1803 !!! L'Euro fort nous entraîne, en France vieille et sclérosée par le carcan
communiste, vers l'anéantissement désormais asymptotique...

Francis Richard 02/06/2012 07:12



Le problème est que l'euro ne cesse de se déprécier vis-à-vis du franc suisse, dépréciation que la BNS s'épuise à contenir...depuis 9 mois. 



Présentation

  • : Le blog de Francis Richard
  • : Ce blog se veut catholique, national et libéral. Catholique, il ne s'attaque pas aux autres religions, mais défend la mienne. National, il défend les singularités bienfaisantes de mon pays d'origine, la France, et celles de mon pays d'adoption, la Suisse, et celles des autres pays. Libéral, il souligne qu'il n'est pas possible d'être un homme (ou une femme) digne de ce nom en dehors de l'exercice de libertés.
  • Contact

Profil

  • Francis Richard
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.

Références

Recherche

Pages