Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 19:25

Abandon nucléaireLe 25 mai 2011 le Conseil fédéral prenait la décision d'abandonner progressivement le nucléaire. Il justifiait cet abandon par deux arguments ici :

- "Le peuple suisse souhaite restreindre les risques résiduels liés à l'utilisation de l'énergie nucléaire eu égard aux lourds dégâts causés par le séisme et le tsunami à Fukushima"

- "Vu l'augmentation prévisible du prix de revient du courant nucléaire (nouvelles normes de sécurité, rééquipements, réévaluation de la responsabilité civile, financement plus difficile du fait de primes de risque plus importantes pour les bailleurs de capitaux), l'énergie nucléaire perdra en outre ses avantages concurrentiels sur le long terme par rapport aux énergies renouvelables"

Le premier argument était un argument typiquement émotionnel, basé uniquement sur des sondages d'opinion, où le Conseil fédéral reconnaissait, au passage que l'accident de Fukushima était dû à des causes naturelles, séisme et tsunami... et qu'il n'y avait que des risques résiduels ... dans l'utilisation de l'énergie nucléaire.

 

Le deuxième argument était un argument typiquement économique, basé uniquement sur des conjectures complètement invérifiables à l'heure présente.

Le Conseil fédéral, qui n'en était pas à une contradiction près, reconnaissait dans le même temps que :

 

Les investigations de l'Inspection fédérale de la sécurité nucléaire (IFSN) ont démontré que l'exploitation sûre des centrales nucléaires suisses était actuellement garantie."

 

Autrement dit l'argument de la sécurité n'était pas un argument massue... mais justifiait toutefois un abandon du nucléaire.

Aujourd'hui, 8 juin 2011, au Conseil national, les 101 voix, qui ont approuvé cet abandon, viennent de la gauche et du PDC - Parti Démocrate Chrétien. L’UDC - Union démocratique du centre - a voté contre, 54 voix. Les libéraux-radicaux se sont abstenus, 36 voix. On notera que 9 députés étaient donc absents... [la photo ci-dessus provient d'ici]

 

En résumé, très schématiquement, les utopistes l'ont emporté sur les réalistes. Car le peuple suisse pourrait bien déchanter quand l'addition lui sera présentée. Les prix de l'énergie pourraient augmenter, c'est-à-dire le niveau de vie se réduire. Les taxes pourraient se multiplier, c'est-à-dire la servitude à l'égard de l'Etat augmenter. Les utopistes en acceptent tranquillement l'augure dans leur ensemble...

 

En fait le plus beau est que personne n'en sait rien, que les calculs prospectifs ne peuvent être qu'approximatifs et que l'on a pris une décision en étant complètement incapable d'en mesurer les conséquences. On a pris une décision typiquement populiste, qui peut rapporter gros - les élections fédérales sont dans quatre mois -  auprès d'un public mal informé sur ces questions énergétiques complexes. L'adoption du nucléaire avait été arbitraire, la sortie ne le sera pas moins.

 

Mais l'affaire n'est pas terminée. L'émotion suscitée par l'accident de Fukushima, qui l'a emporté sur la raison aujourd'hui, va  immanquablement s'estomper avec le temps. Le Conseil des Etats devra encore se prononcer la semaine prochaine. La révision de la loi n'interviendra de toute façon que l'année prochaine, après les élections fédérales...

 

D'ici là beaucoup d'eau aura coulé sous les ponts de l'Aar...

 

Francis Richard

 

L'internaute peut écouter ici sur le site de Radio Silence mon émission sur le même thème.

Partager cet article

Repost 0
Published by Francis Richard - dans Suisse
commenter cet article

commentaires

Claude 10/06/2011 15:26



Il faudrait peut-être juste un peu d'honnêteté et dire aux Suisses que c'est fort bien d'abandonner l'électricité d'origine nucléaire mais qu'ils devront probablement subir des rationnements. En
Suisse, quasiment toutes les cuisines sont équipées pour l'électricité seulement (slogan dans ma jeunesse: "La femme suisse cuit à l'éléctricité"!) et en plus on veut  des voitures
électriques. A moins que les Suisses comptent importer de l'électricité de l'étranger, possiblement d'origine nucléaire ce qui est d'une grande hypocrisie ("not in my backyard!"), ou obtenir de
l'électricité de centrales à gaz ou à charbon (quid du CO2 et de ses supposés méfaits ?), je ne vois pas comment la Suisse échappera au rationnement. Il est vrai que l'on n'est pas à une
contradiction près. A suivre ! Nous vivons une époque formidable.


Bien à vous



Francis Richard 10/06/2011 17:06



Comme vous dites nous vivons une époque formidable !


 


Bien à vous,



Présentation

  • : Le blog de Francis Richard
  • : Ce blog se veut catholique, national et libéral. Catholique, il ne s'attaque pas aux autres religions, mais défend la mienne. National, il défend les singularités bienfaisantes de mon pays d'origine, la France, et celles de mon pays d'adoption, la Suisse, et celles des autres pays. Libéral, il souligne qu'il n'est pas possible d'être un homme (ou une femme) digne de ce nom en dehors de l'exercice de libertés.
  • Contact

Profil

  • Francis Richard
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.

Références

Recherche

Pages