Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 décembre 2010 3 15 /12 /décembre /2010 23:30

BruxellesHier, 14 décembre 2010, le Conseil des ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne , réuni à Bruxelles [ la photo provient d'ici], a publié des conclusions sur les relations de l'Union avec les pays qui n'en sont pas membres, tels que la Suisse ici. L'Union européenne est définitivement le modèle qu'il ne faut pas suivre. Elle entend en effet exercer la loi du plus fort sur les petits pays qui ne se soumettent pas à elle.

 

Cette construction, hétéroclite et bureaucratique, antidémocratique et sans âme, de pays complètement dissemblables, dont les échecs répétés sont la marque de fabrique, se permet  d'imposer sa manière de voir à la petite Suisse, qui, certes, n'est pas parfaite mais se porte beaucoup mieux que ses vingt-sept partenaires bilatéraux de l'Union, qui sont autant de donneurs de leçons et qui devraient plutôt balayer devant leur porte.

 

Le Conseil des ministres des Affaires étrangères de l'Union passe d'abord la brosse à reluire :

 

"Les relations entre l'UE et la Suisse sont bonnes, intenses et étendues."

 

Dans cet ordre d'idées il se félicite de beaucoup de choses :

 

- du fait que la Suisse soit un des principaux partenaires économiques de l'UE

- de la participation de la Suisse à l'espace Schengen

- du percement du tunnel du Gothard

- de la coopération de la Suisse dans le domaine de la politique étrangère et de la sécurité commune

- de la contribution de la Suisse à la réduction des disparités économiques et sociales dans l'Union [son argent l'intéresse !].

 

Puis, progressivement, le Conseil montre les dents.

 

Il commence par prendre note que la Suisse vient de confirmer son choix de continuer à conclure avec l'Union "des accords dans des secteurs choisis" et par dire que "cette approche sectorielle" a permis une coopération plus étroite entre les deux.

 

L'objection vient tout de suite après :

 

"[Cette approche sectorielle] s'est traduite au fil des années par un ensemble très complexe d'accords multiples."

 

[A qui la faute ? Sinon à l'UE qui n'arrête pas de pondre directives et réglementations... qui représentent des centaines de milliers de pages illisibles et inapplicables.]

 

Toujours est-il que le Conseil est préoccupé par plusieurs points qu'il considère comme incompatibles avec les accords signés grâce à cette approche sectorielle, tels que :

 

- leur application incohérente qui résulterait de l'introduction par la Suisse "de mesures et pratiques législatives ultérieures"

- la distorsion de concurrence qui serait créée par "les différents régimes cantonaux d'imposition des sociétés"

 

Il est effectivement difficile pour tous ces pays, dont le déficit démocratique est patent, de comprendre que le peuple est souverain en Suisse, notamment en matière fiscale, ce localement, et qu'il a le dernier mot, alors que celui-ci n'appartient chez eux qu'à leurs prétendues élites.

 

Il est difficile également pour ces pays de comprendre que la concurrence fiscale est un élément de la concurrence tout court, alors que chez eux toute concurrence n'est qu'une liberté conditionnelle et révocable à merci et à tout bout de champ. Le Conseil ose pourtant parler sans vergogne d'"insécurité juridique" générée par la Suisse.

 

Le Conseil passe alors à nouveau la brosse à reluire. C'est ainsi qu'il se félicite :

 

- que la Suisse "soit disposée à envisager une extension du champ d'application en matière de fiscalité des revenus de l'épargne"

- qu'elle se soit engagée à "appliquer les normes de l'OCDE en matière de transparence et d'échange d'informations dans le domaine fiscal".

 

[Ce que l'Union a obtenu sous la contrainte...Elle applaudit donc son emploi.]

 

C'est pour mieux asséner son coup : 

 

"Tout en respectant pleinement la souveraineté et les choix de la Suisse [pure clause de style !], le Conseil est arrivé [tout seul ou avec l'aide de la Commission ?] à la conclusion que, si le système actuel d'accords bilatéraux a bien fonctionné par le passé, le principal défi pour les années à venir sera d'aller au-delà de ce système, qui est devenu complexe, difficile à gérer et a manifestement atteint ses limites [encore une fois à qui la faute ?]."

 

Quelles sont finalement les exigences de l'Union ?

 

- la Suisse se devra "d'appliquer et d'interpréter de manière homogène et au fur et à mesure les éléments de l'acquis en évolution"

- l'UE ne conclura de nouveaux accords qu'en ayant à l'esprit "la nécessité de garantir des progrès parallèles dans tous les domaines de coopération, notamment ceux qui posent des difficultés aux citoyens et aux entreprises de l'UE".

 

Ce qui signifie que l'UE veut que l'on fasse comme elle, ce qui ne lui a pas réussi, c'est-à-dire que l'on s'aligne sur la même pression fiscale, sur les mêmes contraintes sociales, sur le même endettement, sur les mêmes réglementations pour tout et pour rien. Bref elle demande à la Suisse de suivre docilement la route de la servitude qu'elle a tracée pour elle-même. Ou elle saura bien l'imposer par la force à la Suisse récalcitrante.

 

Un seul souhait devant tant d'arrogance : que l'UE se disloque le plus tôt possible, ce qui serait le meilleur service qu'elle rendrait à ses ressortissants et à la Suisse, qui n'a décidément rien à faire dans cette galère-là.

 

Francis Richard

 

L'internaute peut écouter  ici sur le site de Radio Silence mon émission sur le même thème.

Partager cet article

Repost 0
Published by Francis Richard - dans Suisse
commenter cet article

commentaires

Pierre-Henri Reymond 21/12/2010 18:14



Merci Martin Demaretz de Maillebois!


Le mot totalitaire est adéquat! Je connais toutes les ficelles du "serpent"! Francis l'a signalé! Ca commence par la séduction! Une bien belle séduction, enrobée de logique! Puis la menace,
voilée! Il faut bien quand on est parengons des droits de l'homme! Puis plus ferme et explicite. Assortie de raillerie. Suisse rétrograde! Faire honte. Stigmatisé les manques, supposés ou réels.
La scientologie de recrute-t-elle pas ainsi?


Ce n'est pas encore un peu qu'il faut résister! Ce doit être une attitude catégorique! La moindre faille est décelée! Apprendre à dire non? C'est le moment! Mais avant il faut dénouer les
mécanismes de la séduction! Les exposer au grand jour, en pleine lumière.



Pierre-Henri Reymond 21/12/2010 18:02



Merci Francis, pour ce brillant commentaire. Cette analyse documentée. Vous relatez ce qui bouillonne en moi chaque jour en lisant la presse. Je dis bien chaque jour! J'ajoute que j'ai
expérimenté, à mon échelle, les relations avec des faux-culs. Il en résulte une perception aigüe de l'au-delà d'un discours. Une sorte de flair pour déceler les serpents sous les roches de
l'information.


Tenez, comme je ne suis pas vous, je ne la'i pas noté. Mais je me souviens qu'Euronews consacrait régulièrement du temps à montrer le directeur de l'OTAN d'alors (je ne sais plus quand). Une
bonne bouille! Une figure appaisante, un brin trisomique. J'avais noté la chose sans en discerner le but. Puis, plus on ne l'a plus vu. Les années passent, et ça recommence. Avec un
nouveau directeur de l'OTAN. Rasmussen! Une bonne bouille aussi. Avenant et souriant. Que nous vend-il? Il se trame quelque chose. Une invasion quelque part?



Francis Richard 22/12/2010 07:05



Il est surréaliste que l'OTAN existe encore...



MARTIN DESMARETZ de MAILLEBOIS 19/12/2010 10:50



Cela fait 15 ans que je n'ai cessé de le répéter à des Suisses dont beaucoup étaient quelque peu hypnotisé par "l'Europe"... Cela est évident depuis plus de 6 ans...


La raison de cette obsession de l'UE vient à mon avis du constat actuel que les clairvoyants avaient rasion de dénoncer les futurs "chocs asymétriques" comme le danger le plus grave pour la
monnaie pseudo "unique" imposée par la force. Ces chocs sont en train de démolir la cohésion artificielle imposée. Le choc principal vient de l'exemple suisse, qui est ressenti durement par les
idéologues de la Commission et du PE, et leurs pseudos "patrons, les chefs d'Etats et de gvts européens intégrés dans la zone euro. Le chocs fiscal est déstabilisateur. Donc, pour préserver leur
rêve abstrait et totalitaire, ils n'hésitent devant rien et emploient la force contre la Suisse qui les gêne.


Mais quelle force ? En fait, ce sont les derniers soubresauts de l'empire totalitaire monétaire... La Suisse doit résister encore un peu et la force apparente du monstre va se réduire à une
faiblesse lamentable. En France nous sommes nombreux à espérer la chute le plus vite possible et nous sommes donc les alliés objectifs de la Suisse. Elle ne doit pas oublier qu'elle n'est pas
seule !



Francis Richard 19/12/2010 13:44



Merci pour votre réconfort !



Présentation

  • : Le blog de Francis Richard
  • : Ce blog se veut catholique, national et libéral. Catholique, il ne s'attaque pas aux autres religions, mais défend la mienne. National, il défend les singularités bienfaisantes de mon pays d'origine, la France, et celles de mon pays d'adoption, la Suisse, et celles des autres pays. Libéral, il souligne qu'il n'est pas possible d'être un homme (ou une femme) digne de ce nom en dehors de l'exercice de libertés.
  • Contact

Profil

  • Francis Richard
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.

Références

Recherche

Pages