Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 avril 2010 1 12 /04 /avril /2010 21:45

henri guisanCe matin, à 7 heures 30, 26 coups de canon ont donc été tirés au bord du lac Léman, à Pully, devant Rive-Verte, la dernière résidence d'Henri Guisan, pour commémorer le cinquantenaire des funérailles du bien-aimé Général, que j'évoquais lors d'une récente promenade, racontée ici.

 

Pourquoi 26 coups de canon ? Pour symboliser les 26 cantons helvétiques, qui ont tous soutenu l'action du Général pendant la seconde guerre mondiale, qui n'ont pas fait défaut à ce militaire hors du commun, à ce fervent défenseur du fédéralisme, qui a incarné alors l'esprit de résistance.

 

Bien que je ne réside pas très loin - Pully jouxte Ouchy - et que je sois réveillé depuis longtemps à cette heure-là, je n'ai rien entendu. La bise soufflait déjà, ou le bruit de mon poste de radio couvrait le tir... 

 

Aujourd'hui c'est donc le jour anniversaire des obsèques du Général. Le 12 avril 1960, à Lausanne, 300'000 personnes y assistaient. Du jamais vu, et du jamais revu depuis. Pour qu'une telle unanimité se soit faite, il ne pouvait s'agir du fruit d'un hasard. Il fallait bien que l'homme fût exceptionnel, n'en déplaise à d'aucuns qui portent en eux l'esprit de division comme ils portent inévitablement à gauche.

 

L'Hebdo, que l'on retrouve dans tous les mauvais coups portés récemment au pays, a baptisé un dossier de son dernier numéro  - dans sa rubrique Mieux comprendre [sic] -, "Henri Guisan - Quand le mythe se lézardeici, à propos de la réputation du Général, qui serait quelque peu égratignée depuis 20 ans, comme on l'a suggéré furtivement dans le téléjournal de ce soir sur la TSR.

 

Philippe Barraud dans un article intitulé "Guisan et les révisionnistes dévoyés" ici règle fort bien leur compte à ces  travailleurs de mémoire, dont le but n'est pas d'écrire l'histoire mais de servir une idéologie systématiquement anti-bourgeoise et antimilitariste. Comme d'habitude, l'historien d'extrême-gauche de service, l'incontournable Hans-Ulrich Jost, était la référence de l'hebdomadaire du même métal. Sur La Première, le même a bavé encore ce matin sur le Général, à peu près au moment où le canonnage était fait depuis Rive-Verte.

 

Dans la préface au livre Le Général Guisan et l'esprit de résistance, Jean-Jacques Rapin rappelle qu'un peuple ne doit pas oublier son passé et ses figures tutélaires, "avec leurs ombres et leurs lumières", au risque que ne s'insinue le "virus actuel de l'autodénigrement, de l'auto-flagellation et du mépris de soi-même". Il ne croyait peut-être pas si bien écrire...

 

Le lecteur du livre de Jean-Jacques Langendorf et de Pierre Streit, publié aux éditions Cabédita ici, ne sera pas déçu. Les auteurs ne tombent ni dans l'hagiographie, ni dans la polémique. Avec humilité ils savent dire qu'à l'heure actuelle il y a encore des trous dans la connaissance du sujet.

 

Les auteurs ne sortent pas de leur sujet quand ils dressent le portrait des prédécesseurs d'Henri Guisan à la fonction suprême de général, qui n'existe en Suisse qu'en temps de guerre ou de menace de guerre. Cela leur permet de souligner les différences et les ressemblances qui existent entre les destins des généraux Dufour, Herzog, Wille et Guisan.

 

Ils ne sortent pas davantage du sujet quand ils dressent le portrait de ceux qui ont dit non et qui ont incarné l'esprit de résistance, en d'autres lieux, au même moment que le Général. Le Maréchal Mannerheim fera payer très cher aux Soviétiques la conquête de terres finlandaises. Winston Churchill opposera aux Nazis une détermination de fer. Le Général de Gaulle n'acceptera pas la défaite de la France en 40. Le Général Mac Arthur, aux Philippines, résistera âprement à l'agresseur nippon invaincu facilement partout ailleurs.

 

Au début de la seconde guerre mondiale Henri Guisan mise sur la victoire de la France contre l'Allemagne. Ce qui ne l'a pas empêché de mobiliser et de faire passer les hommes sous les armes de 150'000 à 450'000, de veiller à interdire le passage des belligérants, quels qu'ils soient, sur le sol national, neutralité oblige. 

 

A l'annonce de l'armistice franco-allemand le Général connaît quelques jours de flottement avant de se reprendre, avant de publier un peu plus tard un ordre d'armée, le 2 juillet 1940, et de prononcer un discours devant 400 officiers supérieurs,  le 25 juillet 1940, sur la prairie mythique du Rütli. Dans les deux cas il appelle à la résistance de la Suisse aux pays qui l'encerclent dorénavant.

 

En préambule à l'exposé de la stratégie du Réduit national élaborée par Henri Guisan, les auteurs font un rappel historique du refuge ultime, dont la forteresse de Massada des Sicaires résistant aux Romains est un exemple insigne. Le mot même de réduit sera employé pour la première fois en Belgique pour désigner le dédale de fortifications, voulu par Léopold 1er, pour protéger Anvers à la fin du XIXe siècle.

 

Au XXe siècle la montagne permettra à des troupes inférieures en effectifs de résister à des troupes ennemies. Les auteurs donnent les deux exemples de la "ligne Maginot" des Alpes qui permettra aux Français de résister avec succès aux Italiens de Mussolini et de Monte Cassino qui permettra aux Allemands de résister de longues semaines aux assauts des Alliés.

 

Le Réduit national va s'imposer comme stratégie, au caractère à la fois militaire et symbolique, parce que la Suisse n'a aucune chance de pouvoir résister aux Allemands en rase campagne. Il ne s'agit pas non plus de replier toute l'armée dans les Alpes suisses même si c'est la plus grande partie qui s'y retrouvera. Des troupes résisteront à la frontière, d'autres le feront sur une deuxième ligne, leur combat ne pouvant être que retardataire. Les troupes du Réduit de là harcèleront l'adversaire, lui tomberont dessus et lui infligeront des pertes sévères.

 

Les auteurs terminent leur ouvrage en montrant que les menaces qui pesaient sur la Suisse étaient réelles et qu'elles ne provenaient pas des mêmes adversaires tout au long du conflit mondial; en évoquant les rapports parfois tendus entre Henri Guisan et l'armée, entre Henri Guisan et le monde politique, qui contrastent avec le charisme non démenti que le Général exerce sur les civils, particulièrement les plus humbles. Lesquels le considèrent très vite comme le "père de la patrie" et lui vouent une confiance absolue, sans doute parce qu'il est proche d'eux, sait leur parler et ne leur raconte pas d'histoires.

 

"Guisan avait des défauts, Guisan a fait des erreurs ?" écrit Philippe Barraud dans l'article cité plus haut."Oui, quel homme n'en fait pas ? Reste qu'il a réussi un tour de force inouï : insuffler l'esprit de résistance aux Suisses. C'est irremplaçable, et pour cela, nous lui devons une reconnaissance sans réserve".

 

Jean-Jacques Langendorf et Pierre Streit ne nous cachent ni ces défauts, ni ces erreurs. Leur livre, qui comporte une riche bibliographie, n'en est que plus crédible. Il paraît au bon moment et devrait fermer le clapet aux "historiens engagés" et aux "plumitifs agressifs", comme les appelle Philippe Barraud. 

 

Francis Richard

 

L'internaute peut écouter  ici sur le site de Radio Silence mon émission sur le même thème.

Nous en sommes au 

 

632e jour de privation de liberté pour Max Göldi, le dernier otage suisse en Libye

 

Max Göldi     

Partager cet article

Repost 0
Published by Francis Richard - dans Lectures d'aujourd'hui
commenter cet article

commentaires

Le passant ordinaire 15/04/2010 13:31


Je n'ai pas aucune hostilité envers les membres du peuple élu. Ils me sont indifférents comme tous les adeptes des deux autres religions monothéistes.


Francis Richard 15/04/2010 14:02



Dont acte.



Le passant ordinaire 15/04/2010 07:39


C’est exact je les déteste car ce genre de corniaud n’arrivera jamais au niveau des anciens rédacteurs des très regrettés rédacteurs en chef, rédacteur, pigistes des quotidiens romands aujourd’hui
disparus : Le Journal de Genève, La Gazette de Lausanne, voire la Suisse.

Il ne reste que Le Temps et dans une certaine mesure La Liberté.

Quant aux autres quotidiens ils suivent la mouvance qui actuellement est de favoriser les défenseurs du sionisme tout spécialement les blogs de la Tribune de Genève.

C’est vrai que nous n’avons aucune obligation de les consulter. Toutefois, ils résument assez bien l’état d’esprit des intervenants. On se croirait à lire les blogs Bivouac-id, drzz info, Juif
org., JSS news, l’Etincelle où les intervenants sont d’une grossièreté et d’un mépris total pour ceux qui n’appartiennent au peuple élu.

Dérive que l’on retrouve dans ce perfide article de l’Hebdo sur le Général Guisan.


Francis Richard 15/04/2010 08:40



Je ne serai pas aussi catégorique que vous. Encore une fois je n'aime pas les généralisations... et je n'ai pas d'hostilité comme vous pour ceux "qui appartiennent au peuple élu".



Le passant ordinaire 13/04/2010 08:15


L’Hebdo est connu fort à la ronde pour être un véritable touille-merde.

Vous avez raison chaque fois qu’il peut enfoncer un clou contre la Suisse il le fait.

Je ne me pose même pas la question si les journaleux que ce brulot occupe sont des Suisses de souche ou si se sont des membres de l’aile gauchiste si présente dans ces milieux à Lausanne et bien
entendu à Genève.

La lecture du torchon que vous citez indique clairement à quel genre de gourdiflot nous avons affaire. C’est tout juste si pour finir on ne veut pas faire passer le Général Guisan pour un
antisémite actif. En tout cas cet article sent le soufre. Vraiment ils sembleraient qu’ils veulent poursuivre l’œuvre destructive de Jean-François Bergier et de ses acolytes, c’est-à-dire DETRUIRE
LA SUISSE DE 1939-45

En conclusions n’oublions jamais que les journalistes avec leur pull-over serpillière, leurs cheveux longs et leurs ongles sales sont une caste guerrière de semi-pédales qui bouffent à tous les
râteliers.


Francis Richard 13/04/2010 09:01



En d'autres termes vous ne les aimez pas ...



Présentation

  • : Le blog de Francis Richard
  • : Ce blog se veut catholique, national et libéral. Catholique, il ne s'attaque pas aux autres religions, mais défend la mienne. National, il défend les singularités bienfaisantes de mon pays d'origine, la France, et celles de mon pays d'adoption, la Suisse, et celles des autres pays. Libéral, il souligne qu'il n'est pas possible d'être un homme (ou une femme) digne de ce nom en dehors de l'exercice de libertés.
  • Contact

Profil

  • Francis Richard
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.

Références

Recherche

Pages