Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 mars 2011 1 28 /03 /mars /2011 21:25

Doris Leuthard AG PDCLundi 14 mars 2011, Doris Leuthard, conseillère fédérale à la tête du DETEC, Département de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication, publie un communiqué apeuré ici.

 

Après avoir consulté des représentants de l'Office fédéral de l'énergie et de l'Inspection de la sécurité nucléaire, elle décide en effet "de suspendre les procédures en cours concernant les demandes d'autorisation générale pour les centrales nucléaires de remplacement".

  

Le samedi 19 mars 2011, devant l'assemblée des femmes de son parti, le Parti démocrate-chrétienPDC, la ministre souligne cette fois qu'il serait difficile de sortir du nucléaire et met en garde contre "des demandes irréfléchies" ici. Elle a peut-être sur-réagi cinq jours plus tôt à l'accident nucléaire survenu au Japon... Une semaine plus tard, le samedi 26 mars 2011, devant l'assemblée du PDC, elle déclare ici [d'où provient la photo ci-dessus]:

  

"Les slogans faciles ne suffisent pas. Le problème est extrêmement complexe."

 

Hier, dimanche 27 mars 2011, Johann Schneider-Ammann, conseiller fédéral à la tête du DFE, Département fédéral de l'économie, déclare  dans le Südostschweiz am Sonntag ici :

 

"Je ne suis pas encore arrivé à la conclusion que nous devrions renoncer à la technologie nucléaire mais je la considère avec des yeux différents."

  

Les deux ministres ont parfaitement raison.

 

Les pays qui ont fait le choix politique d'une forte proportion de nucléaire, comme la Suisse, ne l'ont pas fait pour des raisons économiques, sinon peut-être auraient-ils reculé devant les coûts qui sont élevés par rapport aux énergies fossiles pourtant en augmentation de coûts ici, ils l'ont fait, à tort ou à raison (on ne saura jamais comment se serait fait l'arbitrage entre coûts et sécurité dans des économies vraiment libres):

 

- pour des raisons d'indépendance énergétique (les importations d'électricité en Suisse vont s'avérer plus difficiles parce que tous les pays européens vont se trouver prochainement en déficit d'électricité et que la Suisse ne dispose pas de ressources naturelles autres qu'hydrauliques).

 

- pour des raisons de sécurité (l'accident exceptionnel qui s'est produit au Japon n'infirme pas ces dernières raisons : il suffit de comparer le nombre de victimes par térawatt-heure produit par l'atome et par les autres sources d'énergie telles que le charbon ou le pétrole pour en être convaincu ici).

 

Bonus pour les adeptes du réchauffement climatique d'origine anthropique : l'énergie nucléaire est climatiquement correcte, ce qui devrait les enchanter. Ce qui n'a pas l'air d'être le cas ...

   

La documentation technique publiée en août 2010 par le Forum nucléaire suisse, intitulée De l'énergie nucléaire pour la Suisse, est toujours d'actualité ici, indépendamment de son évident parti-pris pro-nucléaire.

 

En Suisse l'énergie nucléaire représente près de 40% de la production d'électricité, tandis que l'énergie d'origine hydraulique, qu'il s'agisse des centrales à accumulation ou des centrales au fil de l'eau, représente 55% de cette production et l'énergie d'origine thermique 5%, les énergies renouvelables moins de 1%.

 

Il est évident dans ces conditions - qu'on le déplore ou non - qu'il est impossible de planifier à court ou même à moyen terme la sortie du nucléaire de la Suisse en l'absence de solutions de remplacement crédibles comme le souhaitent le PS et les Verts, qui n'en sont pas à une démagogie près ici.

 

Ces politiciens de gauche se gardent bien de nous dire quelles seraient les conséquences sur la vie des citoyens et l'économie du pays. D'autant que les besoins en électricité augmentent chaque année, en dépit des économies d'énergie, et que le déficit d'électricité menace déjà.

 

Alors il faut raison garder. Il ne faut pas obligatoirement favoriser telle ou telle énergie de remplacement, qu'il s'agisse de l'énergie solaire ou de l'éolienne, qui sont également coûteuses et ne présentent pas les mêmes avantages techniques de régularité de production que le nucléaire.

 

Il faut, faute de mieux, en attendant que de nouvelles découvertes en matière d'énergie voient le jour, renforcer si besoin est la sécurité des centrales nucléaires qui existent ou projetées, ce qui a certainement un coût, mais moindre que de sortir du nucléaire immédiatement.

 

Francis Richard

 

L'internaute peut écouter ici sur le site de Radio Silence mon émission sur le même thème.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Le passant ordinaire 01/04/2011 07:22



Faible si j'en crois les promoteurs d'Anzère.


Je vous laisse le plaisir de consulter cet article publié par le Nouvelliste en date du 30 mars


http://www.lenouvelliste.ch/fr/news/economie/joli-coup-de-pellet_15-255876


Bonne lecture



Francis Richard 01/04/2011 09:11



De quoi rassurer les tenants du réchauffement climatique d'origine humaine...



Le passant ordinaire 31/03/2011 09:08



Merci pour votre message, ce n'est pas bien grave, sauf que je préconisais le chauffage au bois : pellets aussi j'évoquais l'installation d'une éolienne horizontale de faible diamètre dont le mat
serait peint en blanc et décoré de marques noires rappelant un bouleau le tout entouré de 4 à 5 bouleaux afin de ne pas éveiller l'attention du wwf & Cie.


Bonne journée



Francis Richard 31/03/2011 17:37



Aïe ! Et le CO2...



Francis Richard 30/03/2011 17:37



@ Le passant ordinaire


 


Vous avez tenté de laisser un commentaire aujourd'hui à 10:25. Mais il n'y avait pas de texte. Dans ces conditions je ne peux ni le publier ni y répondre...



LMDM 29/03/2011 11:09



Exact. Il est tout de même colossal que personne sauf quelques unes qui réfléchissent ne s'aperçoivent du coût exorbitant envies humaines du charbon par exemple ni ne se remémore le coût
exorbiotant aussi d'une reconversion au pétrole ni n'imagine le délai forcément long pour une reconversion. Le choix politique est de redonner leur autonomie aux habitats individuels ou
collectifs comme aux entreprises et à renoncer au tout collectiviste. Cela coûterait bien moins cher et ne représenterait plus aucun risque. Car le nucléaire, par les retombées qui sont
médicalement graves, mortelles et stérilisantes de l'environnement sur des durées multiséculaires, est tout de même effrayant. La désinformation du public sur le sujet est évidente et n'a pour
cause que la volonté de pouvoir des gouvernants. Pour eux, le nucléaire, comme les masses d'immigrés, est bien pratique, mais pas pour le peuple ni de souche ni immigré qui paye et souffre
toujours.



Francis Richard 29/03/2011 16:03



Je ne peux que vous donner raison.



Claude 29/03/2011 10:59



Ils sont ou naïfs ou de très mauvaise foi ceux qui "exigent" l'arrêt immédiat des centrales nucléaires surtout que les  mêmes voudraient que l'on arrête aussi les centrales thermiques. Je me
demande comment on pourra faire tourner nos sociétés avec des panneaux solaires et des éoliennes. Tous ces panneaux et ces éoliennes devront être fabriqués mais avec quelle énergie ? On nous
promet des voitures électriques  mais d'où viendra l'électricité ? Les barrages hydrauliques valaisans sont situés en zone sismique (j'ai personnellement vécu le tremblement de terre en
Valais de 1948). Il ne faut donc pas croire que l'on peut vivre dans une société à risque zéro. Nos sociétés sont devenues très réactives sur le plan émotionnel et surréagissent, ce qui est
néfaste à la prise de bonnes décisions. Espérons que nos autorités sauront raison garder.



Francis Richard 29/03/2011 16:02



Comme vous je l'espère.



Présentation

  • : Le blog de Francis Richard
  • : Ce blog se veut catholique, national et libéral. Catholique, il ne s'attaque pas aux autres religions, mais défend la mienne. National, il défend les singularités bienfaisantes de mon pays d'origine, la France, et celles de mon pays d'adoption, la Suisse, et celles des autres pays. Libéral, il souligne qu'il n'est pas possible d'être un homme (ou une femme) digne de ce nom en dehors de l'exercice de libertés.
  • Contact

Profil

  • Francis Richard
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), j'ai travaillé dans l'industrie, le conseil aux entreprises et les ressources humaines, et m'intéresse aux arts et lettres.
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), j'ai travaillé dans l'industrie, le conseil aux entreprises et les ressources humaines, et m'intéresse aux arts et lettres.

Références

Recherche

Pages

Liens