Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 novembre 2009 1 30 /11 /novembre /2009 22:00
Hier le peuple suisse s'est exprimé, sans ambiguïté, par 57,5% des voix (ici), contre la construction de nouveaux minarets [ci-contre photo du minaret de la mosquée du Petit-Saconnex à Genève tirée de la TDG ici], avec une participation élevée. Cette décision du peuple a été prise contre l'avis de tous les médias, à de rares exceptions près, contre tous les partis, à l'exception de l'UDC (ici) et de l'UDF (ici), contre toutes les églises, dont on se demande qui elles représentent encore. Le pays réel s'est prononcé contre le pays légal, c'est-à-dire contre toutes ses élites, dont il ressentait qu'elles le trahissaient.

Ce résultat a surpris tout le monde, même les initiants, qui n'en espéraient pas tant, mais qui assument cette victoire éclatante, et inattendue. Les derniers sondages, parus dix jours plus tôt, donnaient en effet une victoire large au camp du non à l'initiative, 53% contre 37% (ici). Les sondages se sont-ils trompés ? Je ne crois pas, mais il est des opinions qui sont tabous et que le terrorisme intellectuel généralisé vous interdit d'exprimer, même avec l'assurance de l'anonymat. C'est l'effet pervers de toute diabolisation totalitaire. 

Ce résultat est une victoire de la démocratie directe suisse. En effet, malgré l'unanimité à condamner l'initiative contre la construction de nouveaux minarets, le peuple suisse ne s'est pas laissé intimider. Pourtant ce ne sont pas les manoeuvres d'intimidation qui ont manqué, et qui continuent : un oui fâcherait, et va fâcher, la Suisse avec les pays musulmans, un oui irait, et va, à l'encontre des intérêts économiques et touristiques du pays, un oui entacherait, et va entacher, une fois de plus l'image de la Suisse.

Un seul canton romand a vraiment rejeté l'initiative, par plus de 59% des voix, c'est Genève. Ce qui n'a rien d'étonnant. Ces derniers temps ce canton ne s'est pas distingué par son indépendance d'esprit à l'égard de ses élites. La poussée de fièvre MCG au Grand Conseil (voir mon article La forte progression du MCG s'explique par sa proximité des gens ) n'est pour le moment qu'une parenthèse dans un discours conformiste permanent. Le vote du 27 septembre 2009, quasi soviétique, 80% des voix, pour interdire la fumée passive à Genève, montre que les citoyens de ce canton sont de dociles instruments de la propagande médiatico-politique. 

Chez les commentateurs habituels de la presse romande - je ne parle même pas de la presse étrangère qui, dans sa grande majorité, ne comprend rien à la Suisse - un mot est sous toutes les plumes, c'est le mot "peur". Dans Le Temps, François Modoux parle (ici) de vote "inspiré par la peur, les fantasmes et l'ignorance". Pierre Ruetschi, dans La Tribune de Genève, parle (ici) de "la peur et [de] l'intolérance d'une Suisse du repli".    

Ce sont en réalité des arroseurs arrosés. Les médias, comme les politiques d'ailleurs. Le peuple suisse en votant contre la construction de nouveaux minarets a décidé de résister, alors que ses élites baissent pavillon. Le peuple suisse a choisi d'être courageux et de sanctionner cette peur du reste du monde que ses élites, qui en sont saisies, voulaient et voudraient lui inoculer. Il l'a fait dans le secret de l'isoloir, faute de pouvoir le faire au grand jour, le pistolet de la diabolisation totalitaire appuyé sur la tempe.  

Il ne faut pas faire de peine aux autres, même si la morale est de son côté. Telle est l'attitude molle des autorités helvétiques tout au long de cette année 2009.  Ce sont ces reculades qui ont terni l'image de la Suisse. De se redresser, sans souci des conséquences, ne peut que la redorer, contrairement à ce que des élites aveulies peuvent penser.   

Le secret bancaire, qui protège les libertés individuelles et relève des droits de l'homme, a été en grande partie abandonné, sans combattre, par la Suisse sous la pression du G20 et de l'OCDE. Les noms de 4'550 clients de l'UBS, qui lui avaient fait confiance, vont être livrés par la Suisse (voir mon article L'annexe à l'accord du 19 août sur l'UBS entre la Suisse et les Etats-Unis ) au fisc américain sous la pression du gouvernement des Etats-Unis. Muammar Kadhafi, le tyranneau libyen, a reçu  sans broncher les plates excuses du président de la Confédération et n'a pas réduit, mais au contraire augmenté, ses exigences, comme tout maître-chanteur (voir mon article Le gang Kadhafi, père et fils, et l'initiative anti-minarets ).

Les musulmans de Suisse sont bien sages. Ils semblent bien intégrés. Encore qu'ils revendiquent de plus en plus de passe-droit pour appliquer les préceptes de leur religion, passe-droit qui ne sont pas toujours compatibles avec nos valeurs, et nos moeurs, judéo-chrétiennes, sur lesquelles reposent nos libertés. D'où une méfiance à leur encontre que reflète le vote suisse d'hier, qu'ils prennent mal dans leur ensemble. Ce qui est tout à fait compréhensible.

On nous le répète assez sur tous les tons, la Suisse n'est pas toute seule au monde. Elle est entourée de pays ... où l'Islam pose de plus en plus de problèmes. Les élites suisses ont pris le parti de boucher leurs oreilles, de fermer leurs yeux sur ces problèmes, et préfèrent s'entretenir avec leurs alter-ego de ces autres pays, en sirotant champagne et dégustant petits fours. Il ressort pourtant de l'observation du monde que les musulmans ne sont modérés que lorsqu'ils sont largement minoritaires dans un pays et qu'ils évoluent dangereusement quand les proportions s'inversent.

Même s'ils pratiquent de moins en moins leurs religions historiques, et bien souvent ne croient même plus, les Suisses sont attachés aux libertés qui sont issues des principes mêmes de ces religions, dans leur version laïcisée. Ils ont eu hier l'opportunité de faire un avertissement sans frais à la population musulmane suisse, qui est passée de 16 000 il y a 40 ans à plus de 400 000 aujourd'hui, et qui pourrait être tentée de ne plus aussi bien se comporter à l'avenir, si elle est toujours plus nombreuse. 

Rappelons que l'initiative contre la construction de minarets a été déposée après que trois demandes de construction ont été faites dans la foulée de celle réalisée à Winterthur en mai 2005. Après quatre ans de procédure, et notamment après une pétition de la population locale qui s'y opposait, un minaret a été inauguré en juin dernier à Wangen. Le Tribunal fédéral avait autorisé cette construction qu'il déclarait conforme à la Constitution. Seule une inscription contraire dans la Constitution aurait pu donner raison aux opposants. C'est ainsi que les minarets projetés à Langenthal et à Wil, et qui soulèvent des oppositions, ne pourront plus maintenant être construits, après le vote d'hier.

Pour des musulmans notoires (voir mon article L'interdiction de l'affiche anti-minarets escamote le vrai débat )- et pour les initiants - symbole politique conquérant, pour les opposants simple symbole religieux, le minaret, de forme phallique, n'est pas, selon tout le monde, y compris les musulmans, un accessoire architectural indispensable aux mosquées, dont nombre dans le monde sont d'ailleurs dépourvues. Son absence n'empêche donc pas la libre pratique religieuse musulmane dans une mosquée et n'enfreint pas la liberté religieuse tout court. C'est en ce sens, et pourquoi, j'ai dit plus haut que le vote suisse d'hier était un avertissement sans frais.

L'inscription dans la Constitution apparaît donc comme une mesure conservatoire, une limite pour préserver les autres valeurs du modèle suisse. Pour peu que l'ensemble des musulmans de Suisse poursuivent leur intégration dans la société helvétique comme ils l'ont fait jusqu'à présent, et qu'ils condamnent clairement, ce qu'ils ne font malheureusement pas, leurs coreligionnaires extrémistes et liberticides, cette exception tombera d'elle-même en désuétude, disparaîtra, et son symbole agressif avec.

Francis Richard

Nous en sommes au

499e jour de privation de liberté pour Max Göldi et Rachid Hamdani, les deux otages suisses en Libye

L'internaute peut écouter sur le site de Radio Silence ( ici ) mon émission sur le même thème.

Partager cet article

Repost 0
Published by Francis Richard - dans Suisse
commenter cet article

commentaires

Victor 05/01/2010 22:34


Avez-vous une référence pour l'affirmation suivante : "les musulmans ne sont modérés que lorsqu'ils sont largement minoritaires dans un pays et qu'ils évoluent dangereusement quand les proportions
s'inversent." ?
Le sujet m'intéresse. Aussi, j'aimerais profiter de vous dire que j'apprécie vos posts, particulièrement la grande quantité de liens appuyant les faits que vous présentez (enfin, la plupart du
temps).


Francis Richard 06/01/2010 08:51



De multiples exemples sont donnés sur le site de l'Observatoire de l'islamisation :

http://www.islamisation.fr/

Je vous conseille par exemple cet article :

http://www.islamisation.fr/archive/2009/01/18/les-pays-bas-vers-la-dhimmitude.html



Le passant ordinaire 01/12/2009 05:34


Lorsque les mesures de boycott envers la Suisse prendront essor il sera très intéressant d'analyser les réactions de la droite zurichoise qui par sympathie pour Blocher et ses méthodes a délaissé
le parti radical pour rejoindre l’UDC.

Le pouvoir de l'UDC est entre les mains des milieux économiques zurichois desquels le parti dépend financièrement. Pour le moment le poète/enseignant Freysinger et le poulaga Perrin ne sont que des
faire-valoir destinés à implanter le parti en Suisse Romande.

Un débat aura lieu au sein de l'UDC. Il risque de laisser de profondes traces car pour ces gens seul l'argent compte et tout laisse supposer que certaines grandes gueules se retrouveront sur une
voie de garage au fin fond d’une gare de marchandise désaffectée.


Francis Richard 01/12/2009 07:15


Ces rélexions n'engagent que vous. Vous prenez peut-être vos désirs pour des réalités en imaginant qu'un boycott de la Suisse puisse avoir une quelconque efficacité. 

On verra d'autre part qui du principe ou de la finance l'emportera au sein de l'UDC.

Enfin il est fort possible que si le principe conduit l'UDC à augmenter ses suffrages aux prochaines élections fédérales la finance suivra... 


Présentation

  • : Le blog de Francis Richard
  • : Ce blog se veut catholique, national et libéral. Catholique, il ne s'attaque pas aux autres religions, mais défend la mienne. National, il défend les singularités bienfaisantes de mon pays d'origine, la France, et celles de mon pays d'adoption, la Suisse, et celles des autres pays. Libéral, il souligne qu'il n'est pas possible d'être un homme (ou une femme) digne de ce nom en dehors de l'exercice de libertés.
  • Contact

Profil

  • Francis Richard
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.

Références

Recherche

Pages