Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 janvier 2010 5 22 /01 /janvier /2010 06:45
OCDE SuisseL'OCDE, dont la Suisse est membre, publie tous les dix-huit mois une étude économique sur elle iciL'Etude économique de la Suisse 2009 a paru le 15 janvier dernier. L'Organisation de Coopération et de Développement y fait des évaluations de la situation économique de la Suisse et lui prodigue ses recommandations. En toute amitié.

Si les recommandations sont sujettes à caution, les évaluations ne sont pas complètement dénuées d'intérêt. Tant il est vrai qu'il est plus facile de constater que de donner les conseils qui conviennent pour agir.

Il faut savoir que cette étude est payante et que le site de l'OCDE n'en publie que des extraits. Ce sont donc quelques extraits de ces extraits qu'il me semble intéressant de citer, d'évoquer et commenter.

Dans le chapitre intitulé "Sortir de la crise" l'OCDE ne peut que constater que la Suisse a mieux supporté la crise :

"La Suisse a jusqu'ici mieux supporté l'impact de la crise mondiale que ses principaux partenaires commerciaux, grâce à une spécialisation sectorielle dans des produits manufacturés moins sensible au cycle, au levier financier modéré des emprunteurs nationaux dans le secteur non financier privé, à la résilience du crédit intérieur et à l'absence d'un cycle du logement".

Ce jargon pour dire que les entrepreneurs de Suisse - qui n'a pas de ressources naturelles - ont bien choisi leurs activités, qu'ils ont emprunté sagement et que le marché du logement étant figé il n'y a pas eu place pour la spéculation.

L'OCDE constate également :

"La politique budgétaire prudente menée dans le passé autorisait une relance budgétaire en 2009 et 2010, mais la stimulation a été modeste par rapport aux autres pays de l'OCDE: elle devrait repésenter environ 0.6% du PIB en 2009 et en 2010".

Il est amusant de constater que les rédacteurs n'y voient pas de lien de cause à effet et qu'ils regrettent ce manque d'engagement. Aussi leur keynésianisme les pousse-t-il à approuver davantage la politique monétaire de la Banque nationale suisse qui a "ramené à un taux proche de zéro les taux d'intérêts sur ses opérations de pension" et à conseiller de retirer le dispositif de relance avec précaution, si modeste soit-il, pour ne pas faire retomber le soufflé.

Pour ce qui est de la politique monétaire je renvoie l'internaute à ce que disait Pascal Salin, il y a un an (voir mon article Pour Pascal Salin la crise financière est due à l'interventionnisme ).

L'OCDE  a encore raison quand elle constate:

"Le PIB par habitant de la Suisse est l'un des plus hauts de la zone OCDE et bénéficie de forts taux d'emploi, mais la productivité globale reste bridée par des résultats médiocres dans les secteurs abrités de la concurrence internationale, de sorte que le niveau général des prix des biens et services est encore élevé. Les coûts du logement contribuent plus particulièrement à la cherté de la vie". 

Pour ce qui est du premier point la Suisse n'admet pas le libre-échange dans tous les domaines, à tort. Pour ce qui est du second  point il faudrait certainement ne pas décourager l'offre de logement. L'OCDE en convient, mais recommande d'y parvenir en harmonisant les règles d'urbanisme et de construction des cantons et des communes - le vieux rêve de la concurrence pure et parfaite organisée par l'Etat - et en incitant "les communes à développer les terrains constructibles, par exemple en augmentent le poids des recettes de taxes foncières dans le budget des communes". L'appât du gain étatique en quelque sorte.

Dans le chapitre intitulé "Contenir les risques systémiques émanant des institutions financières de dimensions exceptionnelles", l'OCDE salue l'intervention rapide de l'Etat qui a permis de sauver UBS, ce que le marché, qui est cher à l'Organisation, n'aurait certainement pas permis, résolvant pourtant le problème de sa dimension une fois pour toutes. Seulement d'avoir sauvé un intermédiaire de cette taille a surtout, d'après l'Organisation, maintenu le risque de défaillance.  

Pour limiter la probabilité d'une défaillance il faut donc réguler, arbitrairement, en conséquence imposer des directives en matière de rémunération du personnel, de "ratios d'adéquation des fonds propres" et de capital minimum. Or le risque ne vient pas du manque de régulation, mais de l'assurance que, "too big to fail", l'Etat assure à ces gros intermédiaires financiers un atterrissage en douceur, quoiqu'il arrive et quoiqu'ils aient fait, même si cela mériterait de faillir.

L'OCDE observe qu'en Suisse "les petits établissements axés sur le marché intérieur ont été peu affectés par la crise". Le fait de savoir que l'Etat ne viendra pas à votre secours vous incite à la responsabilité et à la plus élémentaire prudence.

Enfin l'OCDE, cette organisation au service des puissants, pour lesquels il n'est d'autre morale que l'intérêt sans réciprocité, salue que la Suisse ait plus qu'écorné le secret bancaire. Elle salue "ce changement de cap majeur et encourage la Suisse à continuer de mettre en oeuvre cette décision le plus rapidement possible".

Comme on le voit l'OCDE est au service de ses adhérents ! 

Qui dit que les conseilleurs ne sont pas les payeurs ? En l'occurrence ils sont même payés pour vous conseiller...

Francis Richard

Nous en sommes au

552e jour de privation de liberté pour Max Göldi et Rachid Hamdani (de droite à gauche), les deux otages suisses en Libye

goldi et hamdani

Partager cet article

Repost 0
Published by Francis Richard - dans Economie
commenter cet article

commentaires

MARTIN DESMARETZ de MAILLEBOIS 22/01/2010 10:26


Le dirigisme totalitaire imprègne effectivement l'OCDE qui inclue aussi la... Russie, jusqu'aux îles Kourils ! La Suisse ne perdrait rien à en sortir. Sauf la question géopolitique... Je vous
confirme qu'il n'y a pas eu de "CRISE" économique telle qu'évoquée par tous les médias aux ordres qui ont conditionné tout le monde. Il paraît que l'Allemagne aurait connu en 2009 une récession
majeure depuis 1945 de moins 5% sur son PIB. D'abord, il faut rester dans l'attente des vrais chiffres provisoires qui n'arriveront que dans six mois et des chiffres définitifs qui n'arriveront que
dans un an et demi minimum. Ensuite, cela veut dire que le PIB de l'Allemagne est de 95% de celui de l'année précédente ce qui ne chiffre aucune crise mais simplement une fluctuation économique
normale. D'autres grandes férédartions ont connu depuis 60 ans de VRAIES crises : la RUSSIE par exemple dont le PIB est tombé à celui du Luxembourg après 1990. Cela fut grave ! C'est cela une
"crise". La dévaluation de la force des mots dénature les problèmes qualifiés au lieu de les évalués correctement. Simple fluctutation très limitée en-deçà de -10% n'est pas grave. Et jamais les
cas particuliers évoqués n'ont été causés par "LA Crise" mais par des causes spécifiques dont tout le monde se garde bien d'examiner les paramètres réels et s'abritant sous ce générique idiot :
"c'est la crise" ! Laquelle n'a jamais existé encore. Elle vient...


Présentation

  • : Le blog de Francis Richard
  • : Ce blog se veut catholique, national et libéral. Catholique, il ne s'attaque pas aux autres religions, mais défend la mienne. National, il défend les singularités bienfaisantes de mon pays d'origine, la France, et celles de mon pays d'adoption, la Suisse, et celles des autres pays. Libéral, il souligne qu'il n'est pas possible d'être un homme (ou une femme) digne de ce nom en dehors de l'exercice de libertés.
  • Contact

Profil

  • Francis Richard
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.

Références

Recherche

Pages