Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 décembre 2009 1 07 /12 /décembre /2009 20:00
Une étiquette a été donnée aux sceptiques du climat par leurs adversaires. Ce sont désormais les "climato-sceptiques", terme que je reprends pour la plus grande diffusion possible de cet article, mais qui ne me semble pas correspondre à la réalité, sémantiquement parlant [la photo ci-contre provient de France 24 ici]. 

Il me semblerait plus juste de donner aux scientifiques sceptiques le beau nom de "dissidents du climat", qui tels les dissidents russes luttent, avec leurs faibles moyens - internet principalement, le samizdat moderne - contre le nouveau totalitarisme, celui de la religion de l'écologie politique qui voit dans l'homme le principal, voire l'unique responsable du "réchauffement climatique", avec ses émissions de dioxyde de carbone, et qui bénéficie des largesses des contribuables de tous les pays.

Je ne crains pas d'employer le mot de totalitarisme. Pourquoi ? Ecoutez n'importe quelle station de radio d'importance, n'importe quelle chaîne de télévision, ouvrez n'importe quel journal de la presse écrite, lisez les blogs mis en ligne par tout ce monde-là, et vous n'aurez qu'un son de cloche, qu'une seule façon de voir, que l'on vous ressasse indéfiniment, comme pour mieux vous en pénétrer, vous empêcher de réfléchir et d'exercer votre esprit critique. Et si par malheur vous osez le faire vous êtes affublé de l'étiquette de "négationnistes", qui a la connotation infâmante que l'on sait.

L'éditorial du Temps de ce jour (ici) en est un exemple frappant :

"Aujourd'hui, 56 journaux de 45 pays ont pris l'initiative inédite de parler d'une seule voix à travers un seul et même éditorial. Nous le faisons car l'humanité est confrontée à une urgence extrême".

Suivent la vérité officielle et la pensée unique, qu'il n'est pas permis de discuter ni de contester :

"11 des 14 dernières années ont été les plus chaudes jamais enregistrées, la calotte glaciaire de l'Arctique est en train de fondre et le prix du pétrole et de la nourriture, qui ont pris l'ascenseur l'année dernière donnent un avant-goût du désastre à venir (...).

Le monde doit prendre des mesures pour limiter à 2°C les hausses de température, un but qui requiert que les émissions globales atteignent leur plus haut point puis commencent à baisser d'ici cinq à dix ans.

Une hausse de température plus grande, de 3-4°C - la plus faible augmentation qu'on peut prudemment escompter si l'on reste inactif - dessécherait les continents, transformant les terres agricoles en déserts. La moitié de toutes les espèces pourrait s'éteindre, des millions de gens seraient déplacés, des pays entiers seraient noyés par les océans
."

De mémoire d'homme je ne me souviens pas de pareil bourrage de crâne planétaire, même au temps béni du communisme triomphant.

D'une phrase le "climate-gate" est balayé comme d'un revers de main par cet éditorial unique :

"La controverse sur les courriers électroniques que des chercheurs britanniques auraient manipulés pour faire paraître des données gênantes a semé le trouble, mais elle n'est pas de nature à remettre en cause la base des prévisions établies jusqu'ici".

L'internaute pourra juger en lisant mon article consacré au sujet (ici), que je ne fais pourtant qu'effleurer, que l'inposture est d'une tout autre importance, d'une tout autre nature. Il lui suffira de se reporter aux articles écrits sur le sujet par Skyfal (ici), La pensée unique (ici) ou Objectif liberté (ici) pour se rendre compte que justement la malhonnêteté intellectuelle des pontes du GIEC met fortement en cause les "prévisions établies jusqu'ici", qui relèvent davantage de la politique que de la science, ou alors de la science-fiction.

Quand je parle de politique je ne fais que constater. Un paragraphe de l'éditorial du Temps et consorts est à ce propos révélateur :

"Les pays riches aiment à souligner cette vérité arithmétique selon laquelle il ne peut y avoir de solution tant que les géants en développement comme la Chine ne prennent pas des mesures plus radicales que celles qu'ils ont prises jusqu'ici. Mais le monde riche est responsable de la plupart du carbone accumulé - les trois quarts de l'ensemble du dioxyde de carbone [CO2] émis depuis 1850. Il doit à présent prendre les devants, et chaque pays développé doit s'engager à effectuer d'importantes réductions qui baisseront en dix ans leurs émissions de façon très substantielle par rapport au niveau de 1990".

Voici un échantillon des journaux européens qui se sont prêtés à cette propagande de "décérébration" massive, auxquels - je le constate avec réconfort - les journaux américains se sont bien gardés de participer : 

- En Suisse, Le Temps
- En France, Le Monde et Libération
- Au Royaume-Uni, The Guardian
- En Espagne, El Mundo et El Pais
- En Italie, La Repubblica et le Corriere delle Sera

En somme les fleurons de la bien-pensance.

Les lecteurs de ces journaux ne sauront donc pas ce que disent les "climato-sceptiques".

Par exemple que le CO2 n'est qu'un gaz à effet de serre parmi d'autres, dont le plus important est sans conteste la vapeur d'eau. La concentration de CO2 dans l'atmosphère n'a qu'une faible influence sur la hausse de température. L'augmentation de CO2 serait davantage l'effet du réchauffement que la cause. S'il y a réchauffement... Car s'il est indéniable qu'il y a un réchauffement dans l'hémisphère Nord, inégal d'ailleurs, ces médias ne disent pas que tel n'est pas le cas dans l'hémisphère Sud...  

En disant que "11 des 14 dernières années ont été les plus chaudes jamais enregistrées" ces auteurs laissent entendre que des températures comme celles que nous connaissons actuellement n'ont jamais été atteintes lors des derniers sièclesQue les températures de l'optimum médiéval aient été supérieures de 0,5° à 2°C aux températures actuelles ne les émeut pas outre mesure.

Ces médias oublient également, s'il y a réchauffement, que la concentration de CO2, qui n'est pas un gaz toxique, peut avoir des effets bénéfiques, notamment sur la végétation (1). Mais non, le CO2 voilà l'ennemi. Pour sauver la planète je leur suggère de diminuer de manière drastique le nombre d'hommes sur la Terre, parce que leurs émissions de C02 (ici) sont incompatibles avec le réchauffement. D'autres totalitaires, du XXe siècle, avant les écologistes politiques, avaient même trouvé moyen de le faire industriellement.

Il faut que l'homme meure, comme le grain, pour que vive Gaïa et que Copenhague ne désespère pas...

Francis Richard

Nous en sommes au

506e jour de privation de liberté pour Max Göldi et Rachid Hamdani, les deux otages suisses en Libye

(1) Voici une video qui démontre les bienfaits que peut avoir le CO2 sur la végétation (indiquée par Ben Palmer en commentaire de mon article L'astuce de l'EPA (Environmental Protection Agency) est une imposture de plus ) :

Partager cet article

Repost 0
Published by Francis Richard - dans Climat
commenter cet article

commentaires

Bob 14/12/2009 14:06


Dans la page ouverte au public d'Euronews j'ai demandé à 4 reprises pourquoi ils ne parlaient pas du Climategate. Mon 'commentaire' ou 'demande' n'a jamais été publié ! Pourtant ce mot ne porte pas
préjudice à leurs dispositions légales. Je vous laisse juger de la qualité et du filtre des informations qui sont divulguées par une chaîne de TV qui se dit 'leader' européen de l'information.

J'ai aussi écrit à un journaliste du temps pour lui expliquer son illettrisme à traiter les personnes de ‘négateurs’ et d’ignorant de la réalité, car prétendant que la terre continue à se
réchauffer. Je lui ai donné les liens lui permettant de consulter les températures officielles pour valider la véracité de mon écrit.
Incapable d’admettre qu’il a tort, il m’a répondu 2 lignes d’une insolence incroyable et n’a même pas signé son courriel … lamentable.

Et avec tous leurs discours alarmants sur le CO2 qui n’en est pour rien dans le réchauffement que l’on a connu avant 2000, on a passé aux biocarburants. Depuis que l’on utilise du maïs pour faire
du fioul on a fait doubler les prix de la nourriture et des millions de gens meurent de faim car n’ont plus les moyens financiers pour se nourrir. Le maïs pour une personne pour un an correspond à
environ 100 litres de carburant.

En conclusion, l’ONU, le GIEC et tous les gens/associations/entreprises qui aident consciemment cette mascarade qui s’appelle le ‘réchauffement climatique’, sont tout simplement des assassins.


Francis Richard 14/12/2009 14:25



Tout ce que vous me dites là ne me surprend malheureusement pas.


L'exploration des messages du Climate Gate est loin d'être achevée et réserve sans doute encore bien des surprises.

Il n'était pas besoin du Climate Gate pour se rendre compte que la démarche du GIEC pour rendre coupable l'homme du "réchauffement" n'était pas scientifique, mais politique ... et lucrative.


 



Ben Palmer 11/12/2009 20:29


Pardon, j'ai oublié le lien:
http://vimeo.com/8023097


Francis Richard 12/12/2009 00:22


Pour faciliter l'accès je le mets en hypertexte

http://vimeo.com/8023097


Ben Palmer 11/12/2009 20:29


Une vidéo très élucidante sur ClimateGate.


Ben Palmer 10/12/2009 13:46


Suivant un lien donné dans un autre blog, je viens de découvrir une présentation récente du CERN. Très intéressant !

http://seekingalpha.com/article/175641-climategate-revolt-of-the-physicists


Francis Richard 10/12/2009 14:24


Merci beaucoup pour ce lien que je mets bien volontiers en lien hypertexte :

http://seekingalpha.com/article/175641-climategate-revolt-of-the-physicists


Ben Palmer 10/12/2009 12:56


Les citations du Temps mettent en évidence à quel point le journalisme critique - ou devrait je dire la pensée critique - fait défaut.

"11 des 14 dernières années ont été les plus chaudes jamais enregistrées ..."
C'est peut-être vrai, pour la simple raison que le thermomètre a été inventé dans le 16ème siècle, mais l'enregistrement systématique des températures à large échelle date du début du 20ème siècle.
On imagine la fiabilité de ces enregistrement, consignés manuellement sur un bout de papier et mesurés avec des thermomètres de peu de précision. La marge d'erreur d'une lecture atteint facilement
1 degré.
C'est pour cette raison que les chercheurs inpliqués dans Climategate utilisent des arbres pour reconstruire les températures du passé. A ce jour, personne a apporté la preuve que la largeur des
anneaux correspond à la température ou que la largeur croît proportionnellement avec la température.
Comme l'un des emails révèle, un des chercheurs (Briffa) avait émis des doutes à ce sujet, il y a 10 ans déjà. Ca ne l'a pas empêché de continuer à reconstruire le passé à l'aide d'arbres, avec le
consentement (ou sous la pression ?) de ses pairs.


Présentation

  • : Le blog de Francis Richard
  • : Ce blog se veut catholique, national et libéral. Catholique, il ne s'attaque pas aux autres religions, mais défend la mienne. National, il défend les singularités bienfaisantes de mon pays d'origine, la France, et celles de mon pays d'adoption, la Suisse, et celles des autres pays. Libéral, il souligne qu'il n'est pas possible d'être un homme (ou une femme) digne de ce nom en dehors de l'exercice de libertés.
  • Contact

Profil

  • Francis Richard
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.

Références

Recherche

Pages