Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 novembre 2011 6 26 /11 /novembre /2011 11:45

Les enfants de l'euroJeudi 24 novembre 2011, dans un restaurant grec de Lausanne, Le Lyrique, Slobodan Despot, patron des éditions Xenia ici, lance son nouveau bébé, Les enfants de l'euro d'Isabelle Guisan ici.

  

L'auteur est là, ainsi que de nombreuses personnalités grecques, dont le député popiste Joseph Zisyadis [le POP est le Parti Ouvrier Populaire suisse, d'inspiration communiste...]. Dans la salle, un auteur maison, Oskar Freysinger...avec son ineffable valise à roulettes.

  

Isabelle Guisan, journaliste, écrivain, est grecque par sa mère et suissesse par son père. Accompagnée de deux étudiants photographes bénévoles, elle a sillonné la Grèce en proie à une crise sans précédent pour rencontrer des jeunes gens.

  

Comme l'a expliqué Slobodan Despot, en guise de présentation du livre, il s'est agi pour l'auteur, au-delà des chiffres froids de l'économie et des clichés sur la Grèce, de donner chair à des enfants de la Grèce actuelle. Qui a rejoint la zone euro dès le début, il y a dix ans. Pour son malheur.

  

Ces filles et ces garçons ont tous entre 20 et 30 ans - la plus âgée a 32 ans et la plus jeune 18. Ils vivent dans le Nord de la Grèce ou près des frontières bulgare et turque, à Athènes, à Lavrio, au bord de la mer Egée, ou dans une île, telle que Paros, Fourni ou Kéa, où Isabelle Guisan possède une maison.

  

Ils sont tous d'origine modeste, à l'exception peut-être d'un jeune homme, qui a pu devenir restaurateur. Leurs ascendants sont grecs, mais aussi bulgares, albanais et même kurdes irakiens. La plupart travaille pour de maigres salaires et dans des conditions précaires. 

  

Cette petite vingtaine de jeunes est-elle un échantillon représentatif des jeunes grecs ? Ce n'est pas le propos. Le propos est de nous dresser leurs portraits dans leur diversité - il y a une minorité musulmane grecque dans le Nord, les Pomaques -, dans leurs aspirations, dans leur environnement géographique, économique, social et culturel, de nous les rendre bien vivants.

 

En ne faisant qu'effleurer la politique, le propos est de nous les montrer désabusés à l'égard de la classe politique - tous des voleurs! -, en colère contre la corruption et contre la bureaucratie, désemparés devant l'avenir tourmenté qui s'offre à eux - l'un d'entre eux n'aspire qu'à partir en Italie, un autre, albanais, fait la comparaison entre la Grèce et l'Albanie, qui va mieux...et où il pourrait bien repartir.

 

Ces enfants grecs de l'euro sont hôtelière, étudiantes et étudiants - qui font, ou non, de petits jobs d'été pour payer, ou non, leurs études -, travailleurs sur appel, chauffeur de taxi, employé dans une agence de voyage, ingénieure mécanicienne, sans travail, restaurateur, designer. Isabelle Guisan nous fait pénétrer dans leur quotidien pour que nous les comprenions mieux. Les singularités ne sont-elles pas toujours éclairantes ?

 

Je pense immanquablement à Georges Haldas qui disait que les petites choses "sont vécues par tous, c'est à partir d'elles qu'on fait son chemin vers les grandes. Si l'on saute cette étape on a l'air de faire l'abstraction du quotidien alors que tout y est inscrit."

 

Isabelle Guisan, dans son introduction, écrit :

 

"Nous avons souvent entendu un discours convenu sur le "complot" du nord de l'Europe contre les pays du sud, sur l'Allemagne de plus en plus en détestée qui n'a pas payé les réparations de guerre et monnaie du matériel de guerre en échange de ses prêts."

 

Et dans sa conclusion :

 

"L'éventualité d'une dictature n'est plus tabou, clamer qu'on votera pour l'extrême-droite s'il y a des élections anticipées ne l'est pas non plus."

 

L'euro aura donc bien engendré en Grèce des monstruosités...

 

Francis Richard

Partager cet article

Repost 0
Published by Francis Richard - dans Lectures d'aujourd'hui
commenter cet article

commentaires

René GILLOT 04/12/2011 00:39


Franco a peut-être sauvé l'Espagne du communisme, c'est probable, maintenant quand à en faire un préparateur et un laudateur d'une démocratie qu'il haïssait c'est une autre histoire. Dans le cas
présent, le républicain que je suis préfère rendre hommage au Roi de son action

Francis Richard 04/12/2011 13:01



Tu as raison, mais qui l'a fait roi ?



René GILLOT 04/12/2011 00:34


Il est malheureusement à craindre qu'il n'y ait pas qu'en Grèce que l'Euro est engendré des monstruosités... La plus grosse étant le probable éclatement de cette hypertrophie monétaire...

Francis Richard 04/12/2011 13:00



Quand on crée de la monnaie qui ne correspond à rien, on fait de la fausse monnaie... ce qui est immoral et devrait être puni comme tout vol...



LMDM 26/11/2011 12:05


Petite erreur : la Grèce n'a pas rejoint l'Euro dès le début mais en 1999 mais en 2001, deux ans après et juste pour "profiter" (avec guillemets Ô, Combien nécessaires !) de l'euro concret en
2002... Et puis, commentaire personnel, porter l'extrême-droite au pouvoir n'est pas une monstruosité. Un dictature éclairée vaut souvent mieux qu'une fausse République, fausse Démocratie
actuelles... En Espagne Franco a d'abord sauvé son pays de la dictature communiste puis favoriser la démocratie dans une monarchie constitutionnelle, par exemple.

Francis Richard 27/11/2011 00:50



Vous avez raison au sens strict. La Grèce a rejoint l'euro en 2001 alors qu'il existait depuis 1999. Mais je faisais allusion à l'euro concret...



Présentation

  • : Le blog de Francis Richard
  • : Ce blog se veut catholique, national et libéral. Catholique, il ne s'attaque pas aux autres religions, mais défend la mienne. National, il défend les singularités bienfaisantes de mon pays d'origine, la France, et celles de mon pays d'adoption, la Suisse, et celles des autres pays. Libéral, il souligne qu'il n'est pas possible d'être un homme (ou une femme) digne de ce nom en dehors de l'exercice de libertés.
  • Contact

Profil

  • Francis Richard
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.

Références

Recherche

Pages