Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 février 2013 4 07 /02 /février /2013 20:25

Libres MAIN INVISIBLEDans le milieu, on parle de protection. On entend par là le fait de rançonner quelqu'un, la plupart du temps un commerçant, en lui promettant de protéger ses propriétés et de le défendre contre d'autres prédateurs.

 

Eh bien, l'Etat providence, plus familièrement appelé Etat nounou, assure la protection de ses administrés de manière analogue, moyennant le paiement d'impôts toujours plus sonnants et plus trébuchants.

 

Les hommes de l'Etat inventent des menaces contre lesquelles il se présente alors comme le meilleur des protecteurs. Ces menaces créées de toutes pièces relèvent de deux catégories:

 

"D'une part, une menace extérieure, désignée habituellement par "la mondialisation". On la connaît bien et l'Etat est très fier de la combattre. Elle se nomme tour à tour: Chinois, traders, finance internationale, multinationale. D'autre part, une menace intérieure selon laquelle l'ennemi serait... nous-mêmes. L'Etat prétend en effet que les individus seraient incapables de gérer correctement leurs retraites, leur assurance-maladie, pas plus que l'éducation de leurs enfants." (Alain Cohen Dumouchel, Protéger, c'est desservir)

 

Les libres sont contre cette pseudo-protection qu'est le protectionnisme:

 

"D'une part, il peut être considéré comme un privilège instauré au profit d'une personne au détriment de la liberté de vendre d'un concurrent. D'autre part, il constitue une restriction à la liberté de choix du consommateur. Vous pourriez, par exemple, acheter un produit de choix de bonne qualité - sauf bien sûr à un prix surévalué." (Jean-Philippe Paile, Tous différents, tous égaux)

 

Les Français, puisqu'il s'agit d'eux, pourraient très bien gérer leur retraite eux-mêmes:

 

"Pourquoi jugerait-on le citoyen suffisamment mature et autonome pour pouvoir voter et influer sur l'avenir du pays, mais pas [...] pour se constituer une épargne-retraite et cotiser à un fonds de pension?" (Thierry Falissard, La Sécurité Sociale mise en concurrence)

 

Ou pourraient très bien gérer eux-mêmes leur assurance maladie:

 

"Les Français, qui savent choisir un abonnement téléphonique ou le contrat d'assurance de véhicules à moteur qui leur convient, sont tout à fait capables de choisir leur assureur maladie et le contrat qui va avec. Ils sont capables d'en changer s'il ne leur convient pas et ce, au bénéfice de leur pouvoir d'achat." (Guy-André Pelouze, Système de soins)

 

Seulement, en dépit de l'Acte unique européen de 1992, qui les abolissait, les monopoles sociaux ont la vie toujours aussi durable en France. Ils se portent mal - ce sont des puits sans fonds -, mais ils se maintiennent en dépit du bon sens et à la faveur d'un endettement abyssal:

 

"Une mise en concurrence des assurances santé ferait rapidement baisser les prix, rendrait chacun plus responsable. Chaque Français toucherait son salaire réel (le salaire brut plus les charges) et devrait par la suite arbitrer entre des assurances privées mises en concurrence." (David Attia, Les monopoles)

 

Mais il n'en est évidemment pas question. A quoi servirait l'Etat et les hommes qui en vivent?

 

A rendre la justice?

 

"Petit à petit le droit de se défendre s'est mué en droit d'attaquer préventivement [...]. Tout se passe comme si nos sociétés avaient oublié le sens même de victime et d'agresseur pour ne plus fournir qu'au second un droit exorbitant de se défendre de toutes les façons possibles, et au premier, le droit de subir, aussi silencieusement que possible." (Henry Trèsétroy, Le droit de se défendre)

 

Seulement l'Etat hypertrophié n'a aucun intérêt à défendre les vraies victimes. Au contraire:

 

"L'agresseur le plus puissant, potentiellement et dans les faits, étant l'Etat, on comprendra sans peine que ce dernier ait tout intérêt à limiter autant que possible les capacités des victimes qu'il entend contrôler." (Henri Trèsétroy, Le droit de se défendre)

 

L'Etat, un agresseur?

 

Oui, puisque, par la contrainte et en dépit du droit, il appauvrit tout le monde en pratiquant la solidarité forcée et en tuant, par là même, la fraternité spontanée entre les hommes:

 

"Lorsque l'on regarde de plus près les chiffres, on s'aperçoit que le niveau des dons - monétaires - par pays est inversement proportionnel à leur niveau d'imposition [...]. Nous revenons là au problème de la limite qu'engendre un système d'entraide géré par l'Etat. En créant plus d'impôts et de taxes, celui-ci entrave la création de richesse et sa redistribution spontanée. Le système à long terme [...], après avoir appauvri de manière continue chaque individu, devra alors répondre à une demande d'aide croissante qu'il ne sera plus en mesure de financer, même à crédit, condamnant d'avance les pauvres de demain...pourtant peut-être contributeurs aujourd'hui." (Nelly Champion, Lutter contre la misère)

 

Oui, puisque, par la contrainte et en dépit du droit, il réglemente le sol, provoquant par là même des bulles immobilières:

 

"Dans les Etats ou cités qui ont conservé l'urbanisme libre qui prévalait au début du XXe siècle, où un terrain est constructible par défaut, une bulle ne peut se former [...]. En revanche, toutes les villes dotées de "zonages" ou "plans de croissance maîtrisée", où un terrain est gelé par défaut, où sa constructibilité dépend du bon vouloir des administrations locales, ont vu les prix des logements exploser, au détriment du niveau de vie de leurs populations modestes et ont concentré 80% des pertes immobilières du secteur financier." (Vincent Bénard, Foncier réglementé, familles mal logées)

 

Oui, puisque, par la contrainte et en dépit du droit, il planifie la gestion de l'environnement - "les plus grandes catastrophes écologiques sont principalement le fait d'Etats à l'économie centralisée":

 

"Aux antipodes du modèle dogmatique, alarmiste, culpabilisant, infantilisant, contraignant, restrictif et contre-productif de l'écologisme dominant, l'écologie de marché est une réponse réaliste, sereine, optimiste, humaniste et progressiste aux défis environnementaux actuels et futurs. Du libéralisme elle reprend une institution juridique (la propriété), trois valeurs (la liberté, la responsabilité et la diversité) et une dynamique (la croissance)." (Corentin de Salle, L'écologie de marché)

 

Etc.

 

L'Etat nounou se présente comme un ami qui vous veut du bien.

 

Pour votre bien, il prétend vouloir vous protéger, alors qu'en réalité il s'en prend à vos propriétés au lieu de les défendre, en vous en soustrayant une part toujours plus grande, pour la dilapider.

 

Pour votre bien, il réglemente tout au lieu de faire respecter vos droits naturels et de faire respecter les droits naturels d'autrui, et faillit à sa tâche de rendre justice.

 

Pour votre bien, il planifie votre existence et vous infantilise au lieu de vous considérer comme des êtres de coeur et de raison, responsables et capables de se gérer eux-mêmes.

 

Je mets un tel ami dans le même panier que tous ces amis qui se prétendent mes amis pour mieux me faire du tort. Et, pensant à l'Etat et à eux, je m'unis à la prière de mon saint patron, François d'Assise:

 

"Mon Dieu, protégez-moi de mes amis. Quant à mes ennemis, je m'en charge."

 

De demander la protection du Seigneur - la seule protection à laquelle je consens - ne m'empêche pas, bien sûr, d'agir et de lutter de toutes mes forces pour la liberté, la mienne et celle des autres.

 

Francis Richard

Libres!, collectif de La Main Invisible, 100 auteurs, 100 idées, 382 pages

 

Rappel des épisodes précédents:

 

"Libres !" du collectif La Main Invisible (1/6) : "Le libéralisme: les principes" du 10 janvier 2013

"Libres !" du collectif La Main Invisible (2/6): "Mon travail, mon argent" du 17 janvier 2013

"Libres !" du collectif La Main Invisible (3/6): "Mes enfants, notre avenir" du 24 janvier 2013

"Libres !" du collectif La Main Invisible (4/6): "Ma vie, ma décision" du 31 janvier 2013

 

Cet article est reproduit sur lesobservateurs.ch

Partager cet article

Repost 0
Published by Francis Richard - dans Lectures libérales
commenter cet article

commentaires

MARTIN DESMARETZ de MAILLEBOIS 08/02/2013 09:34



EXACTEMENT, cela fait 20 ans que je me fais la même réflexion : l'Etat français, à l'instar de tous les Etats enfantés par la Révolution, directement ou idéologiquement, est bien un Etat mafieux
qui nous vend chèrement sa protection, forcée, dont nous n'avons jamais eu besoin, et en plus, au mépris de ses propres lois fondamentales !

Oui, la victime qui ose "la ramener" est condamnée par des magistrates illettrées mais bien dressées pour protéger le collègue fonctionnaire qui m'a escroqué de deux fois mes impôts .

Oh ! le grand truc est de ne condamner que très faiblement pour que la victime avale sans broncher.

Alors je la ramène encore plus, j'en suis à venir de déposer un POURVOI en Cassation contre une amende de 200 euros ! Plus frais quand même de 950 euros ! L'Arrêt expose les préjugés de la caste
fonctionnaire, et s'appuie sur des mensonges éhontés, pour tenter de justifier une condamnation pour un délit imaginaire masquant la volonté de m'empêcher d'écrire des mots insupportables pour
les serviteurs du système mafieux : Totalitaire et génocidaire ! Voilà le tort qui tue... En plus, le fait d’avoir déposer une QPC, rallongeant les efforts de cette caste pour me nuire est un
délit supplémentaire valant obligation d’indemniser les fonctionnaires pour leurs efforts à violer leurs lois ! ! ! Dingue !

Francis Richard 09/02/2013 12:29



C'est pourquoi il faut présenter cet Etat sous son vrai jour.



Claude 08/02/2013 09:15


Protéger c'est asservir !

Francis Richard 09/02/2013 12:25



Belle formule !



Thierry Jallas 07/02/2013 21:52


Exellent ! Merci, cher Francis, et merci aux cent auteurs de Libres !

Francis Richard 09/02/2013 12:31



C'est pourquoi je les soutiens de tout coeur et de toute raison !



Présentation

  • : Le blog de Francis Richard
  • : Ce blog se veut catholique, national et libéral. Catholique, il ne s'attaque pas aux autres religions, mais défend la mienne. National, il défend les singularités bienfaisantes de mon pays d'origine, la France, et celles de mon pays d'adoption, la Suisse, et celles des autres pays. Libéral, il souligne qu'il n'est pas possible d'être un homme (ou une femme) digne de ce nom en dehors de l'exercice de libertés.
  • Contact

Profil

  • Francis Richard
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.

Références

Recherche

Pages