Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mai 2010 4 13 /05 /mai /2010 17:30

Von der MühllIl y a longtemps que je cherchais quelqu'un qui aurait un autre point de vue, sur le moyen de réduire le nombre d'accidents et de morts sur les routes, que de faire payer, de plus en plus cher, les automobilistes, considérés dans leur ensemble, sans discernement, comme des coupables, qu'il faut punir pécuniairement, administrativement et pénalement. Avec le livre de Maurice Von der Mühll, publié aux éditions Xenia ici j'ai trouvé cette perle rare. Dans ce livre j'ai trouvé des idées originales qui méritent au moins d'être examinées sinon adoptées.

 

En ce week-end de l'Ascension, où, malheureusement, un certain nombre d'automobilistes trouveront la mort, il est intéressant de se demander pourquoi la solution conformiste de la réduction de ce nombre passe par une baisse de la vitesse limite, par l'augmentation des amendes, par l'augmentation des taxes, en résumé par une répression collective accrue, sans parvenir à un résultat probant, ni tangible. Le nombre de morts sur les routes en Suisse tournant, chaque année, bon an mal an, autour de 500, en dépit de mesures toujours plus contraignantes.

 

Maurice Von der Mühll a exercé pendant 40 ans, à Lausanne, la profession d'avocat et a "forcément rencontré beaucoup de cas d'accidents de la circulation". Lui-même n'a été victime que d'un seul accident, "provoqué par un autre, où il a laissé des plumes". C'est donc au nom de toutes les victimes qu'il a décidé de s'intéresser au sujet, avec la ferme intention de ne pas s'en laisser conter par les prétendus spécialistes en chambre, spécialistes surtout des règles arbitraires.

 

Maurice Von der Mühll est particulièrement sensible à l'équité, déformation professionnelle en quelque sorte. Il est surtout indigné par le fait que les bons conducteurs, qui représentent la très grande majorité des conducteurs en Suisse, soient traités de la même façon que les chauffards avérés. Partant de là il est convaincu que la répression accrue des automobilistes sans distinction va à l'encontre du but recherché qui est de réduire le nombre d'accidents :

 

"Il faut surtout motiver les bons conducteurs et leur donner envie de le rester jusqu'à la fin de leurs jours". 

 

Or cette répression uniforme conduit au développement d'une mentalité qui va à l'inverse du but recherché : 

 

"Du moment qu'il n'y a pas de pardon, autant prendre des risques et demeurer lucide. Comme on dit aussi dans ces cas-là : "pas vu, pas pris" en ajoutant : "si je dois être sanctionné un jour, une autre fois, pour ce genre de faute, je saurai au moins que je l'ai vraiment mérité"."   

 

Tout au long du livre l'ancien avocat expose les réformes qu'il demande, à partir des constats qu'il a effectués, et qu'il justifie de manière très argumentée et convaincante.

 

Chemin faisant il rappelle quelques vérités et s'en prend à quelques idées reçues :

 

"N'oublions pas que dans nos sociétés modernes le trafic des personnes et des marchandises est à la source d'une économie prospère fondée sur les échanges. N'acceptons pas que certains, voulant se rendre intéressants, créent des chicanes et toutes sortes de difficultés sur la route." 

 

Il démontre, à l'aide des lois de la physique, qui sont "incontournables pour tous" que "le ralentissement général des véhicules augmente le degré de pollution de l'air".

 

En fin d'ouvrage il résume les 6 réformes que les autorités fédérales devraient, selon lui, avoir à coeur d'engager :

 

"1. Bonus au pénal pour les bons conducteurs qui n'ont pas eu d'accident pendant plus de 5 ans, aux donneurs de sang et aux conducteurs qui ont signé un don d'organes.

2. Suppression de la priorité de droite [priorité à droite en France] remplacée par la double priorité due aux piétons et au trafic.

3. Moderniser la loi et la simplifier par l'adoption des 15 commandements du bon conducteur.

4. Marge de tolérance d'au moins 5 km/h pour les excès de vitesse et pour l'alcool au volant sans accident jusqu'à 0.8°/°°. En revanche, condamnation dès qu'il y a accident même avec un tout petit peu d'alcool.

5. Organisation d'une procédure rapide pour les retraits de permis à raison d'un excès de vitesse ou d'une conduite sous l'effet de l'alcool.

6. Créer un esprit de tolérance chez les automobilistes entre eux et chez les autorités chargées de la répression."

 

Bien sûr il faut lire le livre pour comprendre le pourquoi de chacune de ces réformes, qui plutôt que "de durcir les règles de la circulation" se fondent sur une véritable compréhension de la "psychologie des conducteurs". Bien sûr il faut le lire pour découvrir les 15 commandements du bon conducteur, qui relèvent du simple bon sens, largement perdu de vue par les autorités.  

 

Ce livre, écrit dans une langue accessible à tout le monde, non dépourvue d'ironie et de fermeté par moments, souligne que les conducteurs doivent être considérés comme des adultes, c'est-à-dire comme des êtres responsables de leurs actes et non pas comme des moutons que l'on peut tondre et soumettre indéfiniment à l'arbitraire.

 

Francis Richard

 

L'internaute peut écouter  ici sur le site de Radio Silence mon émission sur le même thème.
 

Nous en sommes au

663e jour de privation de liberté pour Max Göldi, le dernier otage suisse en Libye

Max Göldi

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Francis Richard - dans Lectures d'aujourd'hui
commenter cet article

commentaires

MARTIN DESMARETZ de MAILLEBOIS 13/05/2010 19:42


J'ai reçu la Palme de Platine de la Prévention Routière en 1991. Je n'ai jamais causé d'accident depuis que j'ai mon permis français en 1965 soit depuis 45 ans ! J'ai collaboré à plusieurs des
innovations de bon aloi sur les routes et j'en ai inventé plusieurs. Jamais, je n'ai prôné une seule mesure de répression. Depuis 20 ans j'ai cessé d'adhérer à la PR qui a perdu son bon sens
d'antan et s'est alignée sur les mesures répressives à tout va... J'ai adhéré récemment à 50 millions d'automobilistes. J'ai pracouru plus de 2.500.000 kms sur les routes d'Europe de l'Ouest, en
France principalement et dans divers autres pays d'Afrique et aux USA. J'ai obtenu, seul Français dans ce cas alors, mon permis américain de Californie en 1987 sans aucune faute au point que le DMV
m'a proposé de m'embaucher comme examinateur des Français de Los Angeles ! Je vous dis tout ç a pour vous montrer que je sais conduire en sécurité.

Pourtant j'ai ma vitesse de croisière personnelle de prédilection : 150 km/h sur autoroutes pouvant monter à 230 km/h si toutes les conditions requises sont réunies.

J'ai mis au point un plan de gouvernement pour soulager la route :
1) Délivrer des statistiques VRAIES et non pas tronquées et faussées comme depuis trop longtemps.
2) Réserver les signaux à l'aide à la conduite. Ne formuler que des avertissements aux conducteurs ignorant la signalisation s'il n'y a eu aucun dommage de causé ni aux biens ni aux personnes.
2) additionner les avertissements nominatifs dans un fichier destiné à éclairer les juges en cas d'accident sur le cursus du conducteur fautif. La liste des avertissements pour la même cause
servant dans ce cas à multiplier par trois les peines d'amendes et de prisons en sus du remboursement intégral principal, dommages et intérêts aux victimes.
3) Laisser le principe de LIBERTE jouer pleinement sous la RESPONSABILITE TOTALE PLEINE ET ENTIERE des conducteurs-citoyens. Seul le mépris de la réglementation pouvant faire l'objet
d'avertissements FERMES et NETS, sans frais dans un premier temps.
4) Arrêter de transformer les routes en pièges mortels multipliés : chicanes, rds-points, dos abusifs, excès de panneaux et de feux, qui causent autant de morts qu'ils en évitent sinon plus...
comme la ceinture dont le port obligatoire reste jugé par le CC, comme contraire à la Constitution depuis 1977 !!!
5) Récompenser les conducteurs sans histoire par un privilège, peut-être effectivement un bonus de bons points, venant amortir les éventuels avertissements sur contraventions sérieuses.
6) Ne plus relever ce qui est du domaine de la liberté et réserver l'excès de vitesse à la VERITE et supprimer les mesures généralisées aveugles. La signalisation devant être réduite et revenir au
seul souci d'aide à la conduite en sécurité. Une signalisation sobre et intelligente saura mieux que l'excès de règles garder la bonne conduite et dissuader la mauvaise.
7) Cesser de subventionner les associations totalitaires comme les ligues qui ne savent prôner que la répression accrue qui cause des accidents !

Voilà mes propositions depuis des années formulées. Il faut sortir de la course aux armements : radars, antiradars, épées, boucliers qui ruine tout le monde et constitue une véritable incitation à
la haine de l'Autre. Il faut rétablir la confiance et l'entr'aide, l'Amour d'Autrui même...


Francis Richard 13/05/2010 23:48



Maurice Von der Mühll et vous-même êtes faits pour vous entendre.



Présentation

  • : Le blog de Francis Richard
  • : Ce blog se veut catholique, national et libéral. Catholique, il ne s'attaque pas aux autres religions, mais défend la mienne. National, il défend les singularités bienfaisantes de mon pays d'origine, la France, et celles de mon pays d'adoption, la Suisse, et celles des autres pays. Libéral, il souligne qu'il n'est pas possible d'être un homme (ou une femme) digne de ce nom en dehors de l'exercice de libertés.
  • Contact

Profil

  • Francis Richard
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.

Références

Recherche

Pages