Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 novembre 2011 2 01 /11 /novembre /2011 22:00

Papandreou.jpgDans l'Union européenne on n'aime pas donner la parole aux peuples. Le référendum, voilà l'ennemi. Les élites politiques européennes décident à la place des peuples ce qui est bon pour eux. Elles construisent un monde chimérique, où elles s'offrent de belles prébendes, sans leur demander jamais leur avis, ou en n'en tenant pas compte.

 

Afin de préserver les privilèges que ces élites se sont octroyées en récompense de leurs prétendus bons et loyaux services - en détournant surtout l'objet de leurs mandats -, elles demandent aux peuples des sacrifices rendus nécessaires par leur impéritie et leur interventionnisme, qui a pour but inutile de les faire mousser à leurs yeux ...

 

D'ailleurs, c'est bien connu, les peuples ne comprennent rien à rien. Il ne faut surtout pas leur donner la parole. Ils pourraient mal voter. On connaît la formule attribuée à un personnage de Bertolt Brecht - dans quel texte ? je ne connais pas la référence :

 

"Le peuple a mal voté ? Changeons le peuple."

 

Le peuple danois en 1992 n'a-t-il pas d'abord refusé de ratifier le merveilleux Traité de Maastricht, dont les fameux critères, arbitraires et faux, pour justifier l'euro, ne sont respectés aujourd'hui par aucun des pays qui y avaient adhéré avec ferveur ?

 

Le peuple suisse, la même année, n'a-t-il pas refusé l'entrée du pays dans l'Espace économique européen qui devait l'empêcher de tomber dans la misère, à laquelle il a échappé on ne sait trop comment, la faute à trop de chance sans doute ? 

 

Les peuples français et néerlandais en 2005 n'ont-il pas refusé de ratifier le Traité établissant une Constitution pour l'Europe, que leurs parlements ont fini par accepter, dans leur dos, en leur donnant une particule - de Lisbonne - ce qui leur fait une belle jambe ?

 

Avec l'accord concocté la semaine dernière - voir mon article du 27 octobre 2011 : La Grèce évite le défaut: a-t-elle toutes les qualités pour s'en sortir ? - les marchés ont feint de croire que le risque d'un défaut de la Grèce était écarté, rejeté à ses calendes, alors qu'il était déjà reconnu en partie.

 

En organisant un référendum dans son pays, le premier ministre grec Georges Papandréou [dont la photo provient d'ici] a fait renaître l'incertitude, qu'un lâche soulagement semblait avoir conjurée. Et les marchés n'ont pas aimé être dérangés dans cette fausse tranquillité, à peine retrouvée. Ils ont tous baissé en choeur aujourd'hui.

 

Pourtant Papandréou a raison de donner la parole au peuple grec. C'est à ce dernier de prendre ses responsabilités puisqu'il est le premier intéressé par les sacrifices demandés. Papandréou a d'autant plus raison qu'il est préférable que le destin grec se décide dans les urnes plutôt que dans la rue.

 

Si le peuple grec refuse l'accord qui le met sous la triple tutelle renforcée de l'Union européenne, de la BCE et du FMI, la faillite ne sera juste prononcée qu'avant l'heure inéluctable. S'il l'accepte, ce sera en connaissance de cause, avec toutes les conséquences que cela comportera.

 

J'entends déjà les pourfendeurs patentés de la démocratie directe s'insurger contre cette parole donnée au peuple grec, tellement peu dans le goût européiste.

 

Je les entends dire que Papandréou aurait pu parler de ce recours au référendum avant que l'accord ne soit conclu au bout d'une nuit blanche passée à Bruxelles.

 

S'il l'avait fait avant, il n'aurait pas permis au peuple grec de juger sur pièces, jusque dans ses moindres détails, ce qu'implique sa sujétion accrue au pouvoir mondialiste, qui, en l'aidant sous la contrainte, essaie de lui faire oublier que le salut ne se trouve jamais dans le secours désintéressé des autres.

 

Francis Richard      

Partager cet article

Repost 0
Published by Francis Richard - dans International
commenter cet article

commentaires

Claude 02/11/2011 10:16



J'ai toujours pensé que l'UE souffrait d'un manque évident de démocratie et j'attends tranquillement qu'elle implose sous sa forme actuelle. Les peuples européens sont divers et ils ne peuvent
pas se contenter d'obéir à leurs "élites" donc oui, il est bien que les Grecs soient consultés. Merci donc pour votre article qui va trancher sur l'unanimisme ambiant.


 



Francis Richard 02/11/2011 13:04



Merci à vous pour votre commentaire.



Le passant ordinaire 02/11/2011 08:11



Il est clair que les Grecs ne supporteront pas plus longtemps l'arrogance et la suffisance de la France et de l'Allemagne.


Qu'ils votent non et sortent de l'euro en faisant faillite.


Il n'y a aucun mal à celà que je sache !






Francis Richard 02/11/2011 09:21



De toute fa4on cette issue est inévitable...



Ben Palmer 02/11/2011 06:30



Papandréou aura besoin du support de son peuple pour la période difficile à venir. Seul un vote lui donnera l'assurance de faire le bon choix et lui permettra de prendre des décisions en fonction
de ce que le peuple veut. Quoi que le peuple décide, c'est le peuple qui subira les conséquences. Le chemin sera long et douloureux, autant s'appuyer sur le support d'une majorité. Et le peuple
ne pourra pas lui reprocher de l'avoir malmené.


 



Francis Richard 02/11/2011 06:40



C'est pourquoi il a raison d'organiser ce référendum quoi que pensent les esprits forts...



Achille Tendon 01/11/2011 23:29



Eh oui, il est temps que les racines originelles du mot démocratie soient remises au goût du jour.


En rappelant qu'à aujourd'hui les citoyens des pays européens n'ont toujours pas été consultés sur cette construction oligarchique qui est devenue la plus grande pétaudière du monde !!!


Et la décroissance à venir ne fera pas de cadeaux à ceux des politiciens qui ont menti sur cette tour de Babel.  Mais ces derniers s'en iront après s'être excusés de ne pas avoir pu faire
autrement.


Le hic est que la dette obérera l'avenir de nos enfants pendant au moins une génération !!!



Francis Richard 01/11/2011 23:37



Ils diront, ces politiciens, que s'ils n'avaient pas été là, cela aurait été pire... 



Thierry Jallas 01/11/2011 22:20



Bravo pour cet excellent article (un de plus) !



Francis Richard 01/11/2011 23:35



Merci Thierry !



Présentation

  • : Le blog de Francis Richard
  • : Ce blog se veut catholique, national et libéral. Catholique, il ne s'attaque pas aux autres religions, mais défend la mienne. National, il défend les singularités bienfaisantes de mon pays d'origine, la France, et celles de mon pays d'adoption, la Suisse, et celles des autres pays. Libéral, il souligne qu'il n'est pas possible d'être un homme (ou une femme) digne de ce nom en dehors de l'exercice de libertés.
  • Contact

Profil

  • Francis Richard
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.

Références

Recherche

Pages