Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 octobre 2009 2 20 /10 /octobre /2009 22:00
Pour les organisateurs de cette magnifique exposition Renoir qui se tient au Grand Palais jusqu'au 4 janvier 2010, le XXe siècle commence en 1892, avec l'acquisition par l'Etat de ses Jeunes filles au piano. Les historiens ne partagent pas ce point de vue, qui font débuter ce siècle tumultueux, et court, en 1914 et le font se terminer en 1989. Mais ne chipotons pas. En effet le dernier tiers de l'existence de Pierre-Auguste Renoir est caractérisé par une autre manière de peindre, et cela se situe pour la plus grande part au XXe siècle stricto sensu.

Pierre-Auguste Renoir est né en 1841. Les oeuvres exposées au Grand Palais sont donc celles de la maturité de l'artiste - il a dépassé la cinquantaine - dont la singularité, après qu'il a tâtonné, a fini par émerger et par le distinguer des autres artistes de son époque. Précédemment il s'est encore inspiré d'Ingres, en adoptant des traits plus nets. Mais il n'était pas vraiment lui-même et il lui fallut, pour se retrouver, concilier la douceur de l'impressionniste qu'il avait été avec le tracé d'un dessin plus affirmé, tout en demeurant souple.

Pendant ce dernier tiers de vie, il peint de moins en moins de paysages qui ne sont plus, à quelques exceptions près - Les vignes à Cagnes, par exemple - que des décors pour ses figures ou pour ses nus. Au peintre de plein air succède de plus en plus le peintre d'atelier. Rhumatismes obligent d'ailleurs.

Les figures sont aussi bien celles de ses proches - en particulier ses enfants, Pierre, Jean et Claude, nés pendant cette période - que des personnes de son entourage tels que les marchands de ses tableaux - Durand-Ruelle ou Vollard -; que des amis peintres ou des amateurs de ses oeuvres dont il peint également avec bonheur la progéniture ou les épouses; que des femmes simples qui, quand elles ne posent pas pour lui, s'occupent de tâches ménagères et qu'il préfère de beaucoup aux modèles professionnels. Lesquels manquent par trop de naturel. 

Il en est ainsi de Gabrielle Renard, la nourrice de ses enfants, qui restera jusqu'en 1914 au service de la famille [ci-contre Gabrielle à la rose provenant du site pierre-auguste-renoir.org  ici, où 1247 tableaux de Renoir sont reproduits...].

Je ne sais si toutes ces figures peintes par Renoir reproduisent fidèlement leurs modèles, mais je leur trouve à toutes une ressemblance, comme si Renoir les recréait en quelque sorte à son image.
 
Les baigneuses [ci-contre Baigneuse aux cheveux longs qui provient du Musée de l'Orangerie ici] et les nus de Renoir ont la fraîcheur et la sensualité du premier matin du monde, d'avant la connaissance par Adam et Eve qu'ils étaient nus. Les formes sont amples et rondes. Elles ne suscitent pas le désir mais la poésie, la tendresse, l'enchantement toujours renouvelé devant la création. Rien à voir avec les osselets qui déambulent dans les défilés de haute couture ou qui font la couverture des magazines de mode. Ces formes plantureuses illustrent l'adage selon lequel il vaut mieux faire envie que pitié, auquel Renoir devait souscrire des deux mains.

En tout cas ces rondeurs se retrouvent dans les quelques sculptures que Pierre-Auguste Renoir a réalisées avec Richard Guino, qu'il s'agisse de la Venus Victrix ou de La Grande Laveuse, qui sont présentes ici, chacune en petit et en grand format. Ces rondeurs se retrouvent également dans des sanguines, qui lui servent d'études pour ses tableaux comme La Coiffure.

Le 23 novembre 1915, Sacha Guitry présentait au Théâtre des Variétés un film intitulé Ceux de chez nous, où l'on voit, entre autres, Renoir peindre avec les yeux, que suivent sur la toile ses pauvres mains déformées par la polyarthrite. Les organisateurs ont eu la bonne idée, au détour d'une salle, de mettre en boucle l'extrait de ce film muet, où le maître crève littéralement l'écran, sans un son, sans les commentaires de Guitry qui le précèdent et qui l'accompagnent en voix off dans la version de 1952 du film. Il est possible de trouver l'extrait sonore de cette scène vivante sur YouTube :

 
Jean-André Widmer, président des Dissidents de Genève (ici), regardera certainement avec nostalgie ce passage où l'un des plus grands peintres français tire sur sa cigarette avec bonheur et enfume un entourage ravi de cette émanation chaude et conviviale. C'était un heureux temps, un temps où la fumée passive ne tuait pas encore, il y a près d'un siècle, avant la Prohibition que nous connaissons, tentation totalitaire, et planétaire, à laquelle le canton du Jura est bien le seul, en Helvétie, à n'avoir pas succombé, grâce lui soit rendue (ici).

Pierre-Auguste Renoir ne théorise pas. Il peint. Il aura même fait surtout cela, tout au long de sa vie, chaque jour que Dieu fait. Comme dit Anne Distel, dans son livre Renoir (ici), il embellit. Il transpose la réalité et lui donne couleurs éclatantes, lumières et en même temps douceur, dessin esquissé tout juste par le pinceau. Renoir ne dit-il pas un jour:

Un tableau doit être une chose aimable, joyeuse et jolie, oui jolie!

Dans le même esprit Molière n'avait-il pas pour règle des règles celle de plaire? Cette conception de l'art est cruellement absente de l'art contemporain. Avec les résultats bien souvent décevants que l'on sait.

Francis Richard

Partager cet article

Repost 0
Published by Francis Richard - dans Arts
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Francis Richard
  • : Ce blog se veut catholique, national et libéral. Catholique, il ne s'attaque pas aux autres religions, mais défend la mienne. National, il défend les singularités bienfaisantes de mon pays d'origine, la France, et celles de mon pays d'adoption, la Suisse, et celles des autres pays. Libéral, il souligne qu'il n'est pas possible d'être un homme (ou une femme) digne de ce nom en dehors de l'exercice de libertés.
  • Contact

Profil

  • Francis Richard
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.

Références

Recherche

Pages