Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 octobre 2020 1 05 /10 /octobre /2020 22:55
Jean Lorrain ou l'impossible fuite hors du monde, de Quentin Mouron

Dans ce volume sont réunis un essai, Jean Lorrain ou l'impossible fuite hors du monde, et la réédition de L'Âge de l'héroïne, publié en 2016 à La Grande Ourse. Quentin Mouron explique pourquoi dans son avant-propos:

 

L'Âge de l'héroïne [...] a pu être qualifié de roman policier, ou de roman noir. Je n'ai jamais caché mon scepticisme par rapport à ces dénominations. J'ai toujours préféré parler de roman décadent [...]. Il m'a semblé naturel de l'accoler à un essai portant sur le regard angoissé de Lorrain - et de ses personnages - avec la réalité, à un essai interrogeant les limites de la décadence.

 

Quand ce roman a paru, je l'ai qualifié de polar noir et déjanté et, après l'avoir relu, je persiste et signe. Mais cela n'empêche pas de le qualifier également de roman décadent puisque la décadence peut prendre, comme la ville de Tonopah où se passe l'histoire, le masque du vaudeville appliqué à la tragédie

 

Il est vrai que la lecture de l'essai préalable à celle de ce roman tragique et burlesque permet d'y trouver des correspondances impossibles à deviner autrement. Mais un livre n'appartient plus à l'auteur une fois qu'il l'a donné à lire... Chaque lecteur se l'approprie, dans le sens que son esprit l'interprète à sa façon. 

 

Jean Lorrain (1855-1906) est attiré et fasciné par le monde moderne, et, dans le même temps, en est dégoûté. Mais on peut rire de ce qui nous dégoûte. C'est ce qu'il fait dans Modernités, satire non seulement du bourgeois mais aussi de l'ensemble du monde moderne, mis à distance avant que d'être éreinté. 

 

Lorrain a écrit deux chefs-d'oeuvre, Monsieur de Bougrelon et Monsieur de Phocas. Ils sont si souvent associés [...] que l'on finit par se les représenter comme les deux volumes d'une oeuvre unique, les deux versants d'un même sommet - avec leurs protagonistes interchangeables [...], estampillés [...] décadents.

 

Ces deux livres reflètent l'évolution de Lorrain, qui, dans la lignée d'un Baudelaire et d'un Huysmans, rejette aussi bien la nature sauvage que l'univers industriel bourgeois: La nature et l'industrie ont en commun de produire à grande cadence des objets identiques (non pas au sens biologique, mais au sens esthétique).

 

D'abord, il y a la tentation de fuir la réalité et de se réfugier dans un contre-monde, notamment par le discours tenu sur le monde réel, puis il y a la reconnaissance de l'impossibilité de la fuite et, en conséquence, les crises d'angoisse et les résolutions funestes, enfin il y a la prise de conscience de l'absurdité du refus:

 

Bougrelon [dans Monsieur de Bougrelon] et Ethal [dans Monsieur de Phocas] proposaient une porte de sortie, l'une dans le passé, l'autre par le suicide. Welcôme [dans Monsieur de Phocas], n'offre pas de porte de sortie hors du réel. Mais bel et bien une porte d'entrée.

 

Pourquoi Quentin Mouron s'est-il donc intéressé à Jean Lorrain? Jean Lorrain m'a séduit de la façon dont le séduisaient les voyous, les lutteurs et les garçons-bouchers: par la violence et par le sang. Cette séduction d'un soir est devenue sérieuse, nous avons passé plusieurs nuits ensemble, des semaines, des mois.

 

À la même époque, il commence à travailler sur deux romans qui avaient directement rapport avec Lorrain: Trois gouttes de sang et une nuage de coke et L'Âge de l'héroïne: Leur protagoniste, Frank, est frappé au coin de la décadence, directement inspiré par les personnages de Lorrain... et par Lorrain lui-même:

 

Ils ont été écrits avec la conviction que Lorrain et les décadents continuent à s'adresser à nous par-delà les décennies, qu'ils palpitent encore malgré leurs arythmies, qu'ils n'ont rien perdu de leur pouvoir de séduction.

 

Ce livre est donc un hommage à la fois brillant et... reconnaissant.

 

Francis Richard

 

Jean Lorrain ou l'impossible fuite hors du monde, suivi de L'Âge de l'héroïne, Quentin Mouron, 224 pages, Olivier Morattel Éditeur

 

Livres précédents:

 

Au point d'effusion des égouts, Olivier Morattel Éditeur (2011)

Notre Dame de la Merci, Olivier Morattel Éditeur (2012)

La combustion humaine, Olivier Morattel Éditeur (2013)

Trois gouttes de sang et un nuage de coke, La Grande Ourse (2015)

L'âge de l'héroïne, La Grande Ourse (2016)

Vesoul le 7 janvier 2015, Olivier Morattel (2018)

Partager cet article

Repost0
2 octobre 2020 5 02 /10 /octobre /2020 22:55
Un garçon rencontre une fille, de Nadine Richon

Cette création baptisée "Jaguar Quetzal" avait suscité chez Kamel, encore enfant, des cris de joie ponctués de rires délicieux et il complimentait sa mère chaque fois qu'elle portait ce foulard.

 

Ce n'est pas n'importe quel foulard:

 

Un carré Hermès dessiné par l'artiste Alice Shirley et figurant dans un flamboiement de couleurs, de plumes et de fleurs le sommeil d'un félin paisible et grandiose abandonné à ses rêves tachetés de jaune, de vert et de rose, tandis qu'alentour volettent une quinzaine de papillons ignorant la peur.

 

Kamel, 23 ans, est atteint de dyslexie. Sa difficulté à lire, et surtout à écrire, lui vaut moqueries de la part des autres et accable ses proches. Aucune méthode ne l'aide. Il se plaint de solitude: son attitude oscille entre colères subites et longs replis indifférents. Que va-t-il devenir? se demandent ses parents.

 

Sophie, 25 ans, est une jeune athlète de niveau international. Sa spécialité est le quatre-cents mètres haies. Elle remporte l'épreuve à Berlin et est sacrée championne d'Europe. Elle n'a pas d'amoureux, mais, la veille, elle a rêvé d'un bel inconnu qui la touche mais se liquéfie au moment de son réveil.

 

Un jour, dans le métro, Karim, le garçon, qui s'est enfoncé dans un délire sectaire et s'apprête à commettre un acte terroriste, et Sophie, la fille, qui l'identifie comme l'inconnu de ses rêves (il y en a eu d'autres après celui de Berlin) se reconnaissent juste un instant pour mieux se perdre l'instant suivant.

 

Sur fond d'actualité des années 2019-2021, à Paris et à Alger, et, sous l'égide du Jaguar Quetzal, ces amoureux du métro, qui savent se dépasser, finiront-ils par se retrouver? C'est le suspense de cette histoire où l'imaginaire précède peut-être le moment où, réellement, Un garçon rencontre une fille.

 

Francis Richard

 

Un garçon rencontre une fille, Nadine Richon, 192 pages, Bernard Campiche Éditeur

 

Livres précédents chez le même éditeur:

 

Crois-moi, je mens (2014)

Laisse tomber les anges (2017)

Partager cet article

Repost0
30 septembre 2020 3 30 /09 /septembre /2020 21:45
Détourner les hirondelles, de Mélanie Brugger

Après 27 jours de coma, je me réveille dans un corps abîmé, dont une moitié est inerte, alors que l'autre est animée de tremblements intempestifs. J'ai aussi la désagréable surprise de contempler ce nouveau monde en deux exemplaires, mes yeux n'étant plus coordonnés.

 

Adolescente, Mélanie Brugger ne sait pas maîtriser l'art de la société, qui est trop formatée à [son] goût. Du coup, elle est l'objet de railleries, de réprimandes. Heureusement qu'elle pratique le karaté, qui lui permet de s'extérioriser, et que son père lui offre un cheval, qui lui apprend à être transparente en se fondant en lui.

 

Mais, un jour, elle fait une chute de son cheval et tombe dans le coma. Après en être sortie, elle suit une rééducation: La chaise roulante est devenue mon moyen de locomotion (ma prothèse à roulettes), et les pronostics médicaux concernant ma possibilité de me réériger, un jour, sur mes deux pieds, sont des plus pessimistes.

 

Pourtant, après des semaines, des mois, elle retrouve des capacités que personne n'aurait soupçonnées: elle recouvre presque l'usage de ses jambes; elle ressent alors le besoin de s'évader de l'univers dans lequel elle a vécu jusque-là et c'est dans celui enivrant des sommets que son père partage avec elle qu'elle va le trouver.

 

Les photos que son père prend lors de ses excursions ne suffisent pas à combler son envie d'altitude. Il lui est nécessaire non seulement d'éprouver son enveloppe charnelle et de se lancer dans cette autre activité que de monter à cheval, mais de sentir la vie glisser en elle et de retrouver une autonomie semble-t-il inatteignable.

 

Détourner les hirondelles est le récit, au fil des ans, de ses nombreuses randonnées en haute montagne, avec son père et avec d'autres guides. Pendant tout ce temps, elle connaîtra des hauts et des bas dus au relief et aux défaillances de son corps. Mais, finalement, elle sera récompensée pour tout le mal qu'elle se sera donné: 

 

De côtoyer cet univers enchanteur, mais sans pitié de la haute altitude, mon esprit s'est mis à changer et j'ai trouvé mon allégresse dans le fait de me surpasser, ainsi que dans celui d'accrocher à mon baudrier de nouvelles compréhensions de la vie.

 

Francis Richard

 

Détourner les hirondelles, Mélanie Brugger, 200 pages, Les Éditions Romann

Partager cet article

Repost0
29 septembre 2020 2 29 /09 /septembre /2020 18:10
Les ravines de sang, d'Olivia Gerig

Les ravines d'habitude asséchées se trouvaient inondées de flots rougeoyants qui battaient les pierres et les pentes, se déversant dans l'océan rougissant lui aussi. Ces ondes sanguinolentes balayaient tout sur leur passage emportant végétation, humains et animaux.

 

Cet extrait d'un cauchemar que fait l'un des personnages à la fin des Ravines de sang, synthétise bien le goût ferreux et la couleur rouge du sang qui est répandu tout au long de ce roman d'Olivia Gerig.

 

Ravine, en créole, désigne un torrent et c'est dans ce sens-là qu'il faut entendre le mot du titre. Et l'on peut dire que plusieurs torrents sanglants finissent par converger dans le livre vers l'Île de la Réunion.

 

Dans une information [liminaire] aux lectrices et lecteurs, l'auteure ne cache pas qu'ayant des liens avec l'Île de la Réunion, [elle] souhaitait par ce récit en faire découvrir la beauté, les légendes et l'histoire.

 

Si le lecteur a lu préalablement L'Ogre du Salève et Le Mage Noir (sans qu'il soit pourtant indispensable de les lire), il retrouvera avec bonheur les principaux personnages qui y sont soumis à rudes épreuves.

 

La secte Confrérie du Savoir universel, qui a sévi dans Le Mage Noir, continue de le faire dans ce volume. Le lecteur a toutefois un avantage sur les protagonistes, il connaît, lui, l'identité du gourou.

 

Pour ce qui est des légendes de l'Île de la Réunion, le lecteur prêtera attention à celle de Sitarane, son criminel le plus renommé et adulé par de nombreux Réunionnais. Son évocation n'est pas fortuite.

 

De même devra-t-il prêter attention à l'histoire de ces enfants de l'île, qui, à la fin des années 1960, ont été abandonnés par leurs parents et ont ensuite été envoyés dans des régions dépeuplées de France.

 

Car, dans ce monde noir imaginé par l'auteure, où il y a quelques clartés, tous les détails comptent, y compris la musique, qui se mêle avec justesse aux mots qu'elle emploie et à l'histoire qu'elle raconte. 

 

Francis Richard

 

Les ravines de sang, Olivia Gerig, 384 pages, L'Âge d''Homme

 

Livre précédent à L'Âge d'Homme:

Le Mage Noir (2018)

 

Livres précédents chez Encre Fraîche:

Impasse khmère (2016)

L'Ogre du Salève (2014)

Partager cet article

Repost0
27 septembre 2020 7 27 /09 /septembre /2020 17:30
Une fille hors pères, de Sarah Baud

Lémania existait depuis six mois seulement. Le jeune État coincé entre la France, la Confédération helvétique et les eaux noires du Léman continuait à accueillir quotidiennement des dizaines de sociétés financières.

 

Max Galula n'est pas un mauvais homme. Sans être cupide, il ne résiste pas à la tentation de l'argent facile et met ses talents d'informaticien au service du futur gouverneur de Lémania, Pierre Geiser, un homme pour qui la fin, être élu par la population, justifie tous les moyens.

 

À Ciudad Juarez, Mexique, dix-neuf ans plus tôt, Julia, sept ans, est enlevée par des trafiquants d'enfants, au grand désespoir de son père, Gavino. Elle devine le sort fatal qui lui est promis. Avec l'énergie que donne l'instinct de survie, elle parvient à leur échapper par la voie des airs...

 

À la même époque, une petite fille, qui n'est autre que Julia, est retrouvée nue, au bord d'une rivière, en Haute Savoie, par un sapeur-pompier, Thomas Perrier. Devenue mutique, elle ne peut lui dire comment elle s'appelle. Alors il la baptise et elle est désormais Nola, Nola Torrent:

 

Torrent pour la fougue, la liberté, le mystère.

Et Nola. Nola qui signifiait, dans une langue orientale, rivière.

 

Aujourd'hui Nola, mutique sélective, est l'assistante de Cathal Brogden, le fondateur de la banque la plus influente du district de Lémania. Sous le nom de Wendy, elle aide Max, à la demande de Geiser, à faire sauter l'immeuble de la Fédération du parti progressiste, que celui-ci préside.

 

L'enquête sur l'explosion est menée par un flic, Stan Trézil, qui n'a pas froid aux yeux et qui est aussi curieux que peut l'être Max Galula. L'un comme l'autre donnent des coups de pieds dans la fourmilière d'activités criminelles, liées au passé de Nola, auxquelles elle va se trouver mêlée. 

 

Il faut lire le roman jusqu'au bout pour donner un sens au titre, mais, très vite, il s'avère que l'héroïne est une fille hors pair: elle mène une double vie d'assistante et de monte-en-l'air, elle est très entraînée physiquement, imprévisible, dangereuse et, même, s'il le faut, capable de tuer... 

 

Francis Richard

 

Une fille hors pères, Sarah Baud, 464 pages, Slatkine

Partager cet article

Repost0
25 septembre 2020 5 25 /09 /septembre /2020 21:35
Exutoires, de François Hainard

La Ferme des Écarts est ainsi nommée pour des raisons évidentes: le domaine se trouve à environ huit kilomètres du village: on y peut faire ce qu'on veut sans se soucier de ce que pensent les autres, mais c'est compliqué quand il s'agit de livrer du lait ou acheter du pain.

 

Les terres, une soixantaine d'hectares, sont de qualité. Leur rendement permet de nourrir facilement une soixantaine de têtes de bétail, dont une quarantaine de vaches sélectionnées pour leur production intensive. Car l'exploitation est consacrée à la production laitière.

 

Quatre personnes vivent sur le domaine: Roger qui, seul de la fratrie, en a hérité de ses parents, Lydia, sa femme, plus jeune que lui de douze ans, épousée il y a quatre ans, le fils d'un premier lit, qui entend des voix, et Mésange, qui est l'ouvrier attaché à l'exploitation.

 

Roger n'est plus en mesure d'honorer sa femme. De plus, il se laisse aller, il boit, il se couvre de dettes. Son exutoire, c'est de toujours améliorer le domaine; ce sont tous les équipements techniques nouveaux et les machines agricoles qu'il convoite et qu'il acquiert.

 

Lydia, délaissée par son mari, supporte de moins en moins sa condition de femme effacée, écartée, juste bonne à faire le boulot. Son exutoire, c'est la musique classique ou romantique, parfois baroque, beaucoup plus difficilement moderne ou contemporaine.

 

Le fils n'a pas accepté le remariage de son père. Détraqué, il entend des voix, surtout une, plus singulière que les autres, qu'il [n'arrive] jamais à contrôler. Son exutoire, c'est de pianoter sur son smartphone, de regarder des films porno et de commettre plus inavouable.

 

Un jour, Roger, levé tôt matin, a un accident improbable avec le tracteur accouplé à la faucheuse rotative. Dès lors, les Exutoires prennent une autre dimension. La pression augmente dans le microcosme. Le dénouement est le bouquet final de tous les écarts.

 

Francis Richard

 

Exutoires, François Hainard, 160 pages, Éditions du Roc

Partager cet article

Repost0
23 septembre 2020 3 23 /09 /septembre /2020 18:55
Rêver d'Alma, de Marc Agron

Quand la rumeur se répandit que le locataire du troisième étage du 36 rue des Tilleuls avait installé une voiture décapotable dans son salon, les réactions furent vives et contrastées.

 

Maximilien dans une première vie a été critique d'art. Il était du genre mordant, mais ce métier de journaliste ne lui permettait que de vivoter. À l'époque, Alma survenait à leurs besoins, comme serveuse dans une brasserie.

 

Dans une deuxième vie, il est devenu garagiste, en dépit de son incompétence, pour que lui et Alma ne se privent plus et qu'elle puisse enfin réaliser sa passion d'adolescente, écrire des poèmes. Cela a bouleversé leur existence.

 

Aujourd'hui, il n'est plus rien. Car Alma l'a quitté. Cela ne veut pas dire qu'elle ne l'aimait plus. Alors il s'installe dans la Chevrolet, modèle Impala, s'endort sur la banquette arrière et se met à Rêver d'Alma: le rêve qui revient.

 

Il le fait ce rêve, depuis qu'un notaire est venu chez lui, chargé d'exécuter un testament: Lorsqu'il prit connaissance du contenu de l'héritage, la vue de Maximilien se déroba. Alarmé, le visiteur alerta les services sociaux.

 

Maximilien pouvait-il encore s'occuper de lui-même? Il faut dire que le contenu de l'héritage, confirmé à la fin du récit de Marc Agron, avait de quoi faire tourner la roue des êtres qu'il a connus, activer la mémoire des cellules:

 

La chair se souvient.

 

Francis Richard

 

Rêver d'Alma, Marc Agron, 112 pages, L'Âge d'Homme

 

Livres précédents:

Mémoire des cellules (2017)

Carrousel du vent (2018)

Partager cet article

Repost0
22 septembre 2020 2 22 /09 /septembre /2020 15:00
Les roses sauvages, de Marie Javet

Depuis ce jour, les roses sauvages se défendirent des prédateurs à l'aide d'épines très pointues et qui piquent très fort.

 

C'est une légende amérindienne qui le dit. Auparavant les roses sauvages étaient sans défense contre les prédateurs et menaçaient de disparaître. Nanabozo, dieu des eaux et créateur de la Terre, y mit fin un jour en les dotant d'épines.

 

Le roman de Marie Javet est une illustration de cette légende. Les roses sauvages sont ici de jeunes personnes qui ont eu la malchance de rencontrer un Ian sur leur route, depuis la fin des années 1980 jusqu'à celle des années 2000.

 

Ian est l'archétype de l'imposteur et du prédateur. Le lecteur apprend peu à peu qui se cache derrière ces trois lettres et que le handicap dont il souffre lui est d'autant plus douloureux qu'il est intelligent, beau, séduisant et qu'il le sait.

 

La victime de Ian dont il est question au début du livre est une jeune femme qui, après un chagrin d'amour, est partie de Suisse pour l'Angleterre où elle entreprend des études de langue à Cambridge. C'est une fleur sans épines.

 

Comme Sarah est majeure, sa famille d'accueil ne se mêle pas de sa vie privée. Fleur, elle est sans défense face à ce prédateur, qui n'est pas mû par les sentiments, hormis la jalousie, mais par la maîtrise de lui-même et de ses proies.

 

Ian a une passion pour John Milton et son Paradis perduToutes les grandes questions existentielles [y sont] présentes. Il se veut, comme Satan, né de lui-même, par sa propre force vive, comme le dit le poète dans son Livre V.

 

Il rebat les oreilles de ce livre fondateur à Sarah. Le tournant de leur relation se fera quand cette nouvelle Eve, cette nouvelle fleur, goûtera au fruit défendu que, malignement, son tentateur lui mettra volontairement sous les yeux.

 

Une fois connue l'identité de ce beau diable, reste à savoir s'il s'en sortira toujours grâce à sa malignité. Le lecteur ne peut que souhaiter qu'un Nanabozo, animé de bons sentiments, intervienne pour garnir d'épines une fleur ultime.

 

Le lecteur ne découvrira qu'à la fin si Ian se fera piquer, car l'auteure est encline à le malmener. Avant l'épilogue, elle lui aura fait faire malicieusement quelques allers-retours dans le temps et dans l'espace pour mieux le faire douter.

 

Francis Richard

 

Les roses sauvages, Marie Javet, 306 pages, Plaisir de Lire

 

Livres précédents:

La petite fille dans le miroir (2017)

Avant que l'ombre (2018)

Partager cet article

Repost0
20 septembre 2020 7 20 /09 /septembre /2020 22:55
Manifeste incertain 9, de Frédéric Pajak

J'ai évoqué des écrivains, des peintres et des penseurs. Leurs destins furent en quelque sorte incertains, et d'abord parce que la société les a ignorés longtemps, les a même répudiés, avant de les célébrer post mortem.

 

Cette fois, Frédéric Pajak, dans cet ultime volume (c'est la Fin du Manifeste), évoque Fernando Pessoa (1888-1935). Pas davantage que les destins qu'il a sollicités dans les volumes précédents, il n'a choisi le destin du poète portugais: il s'est imposé à lui au hasard des lectures.

 

Pessoa est un poète qui a peu publié de son vivant sous son "orthonyme". Il l'a fait un peu plus sous quelques-uns de ses hétéronymes (au nombre de soixante-douze ? de quatre-vingt quatre ?): 

 

L'hétéronyme n'a rien à voir avec le pseudonyme, qui est simplement l'expression d'un auteur sous un autre nom; l'hétéronyme est l'expression d'une autre personne, d'une personne hors de soi, avec son identité propre et distincte, un peu comme l'est le personnage d'une pièce de théâtre.

 

Dans le cas de Pessoa, qui s'est "multiplié" pour se "sentir"  (la plupart des gens pensent avec leur sensibilité, tandis que lui sent avec sa pensée) cela va très loin:

 

Pessoa va, pour presque chacun de ses avatars, leur attribuer une date de naissance, une profession, une biographie, des opinions politiques, et même un horoscope complet.

 

Après sa mort, dans la malle où il a entreposé ses manuscrits, on dénombrera environ trente mille documents, presque tous inédits. Ses livres, en quelque sorte, ont été offerts comme un cadeau à la postérité.

 

Pajak, à propos de ses opinions politiques, écrit qu'il est avant tout paradoxalIl ne craint pas de se contredire. Il a, comme il aime à le répéter, une opinion le matin et une autre le soir. Pour autant, il n'est pas versatile: il accepte sans détour ses contradictions...

 

Pessoa ne fait qu'un avec son oeuvre: Depuis l'enfance probablement, il subit et entretient un mal de vivre irrépressible, une morbidité aiguë. L'écriture est, à n'en pas douter, un exutoire à sa profonde mélancolie.

 

En cela Pessoa est fondamentalement portugais. Car, ce qui fonde l'âme portugaise, c'est un vague à l'âme, un sentiment où, à la nostalgie et au regret, se mêle une puissante mélancolie. On l'appelle la saudade. [...] Toute la poésie de Pessoa en est imprégnée.

 

Comme dans les volumes précédents, à ce destin incertain, Pajak mêle différents épisodes de sa propre vie, tels son enfance, ses blessures, ses passions: Non pas que celles-ci soient si pittoresques, ou si notables, mais elles me sont devenues réelles.

 

Dans ces épisodes se révèle un sentiment qui lui est familier et secret, l'incertitude, sentiment qu'il aura caressé tout au long de son existence, selon ces vers, ici modernisés, de François Villon 1:

 

Rien ne m'est sûr, si ce n'est la chose incertaine,

Obscur seulement ce qui est tout à fait évident,

Je ne doute que face à la chose certaine

Et, pour moi, la science est fruit du hasard.

 

Francis Richard

 

1 Ces vers sont tirés de la Ballade Villon (Ballade du concours de Blois ou Ballade des contradictions) dont voici la version originelle:

Riens ne m'est seur que la chose incertaine,

Obscur fors ce qui est tout évident,

Doubte ne fais fors en chose certaine,

Science tiens à soudain accident

 

Manifeste incertain 9, de Frédéric Pajak, 352 pages, Les Éditions Noir sur Blanc

 

Volumes précédents chez le même éditeur:

Manifeste incertain 1

Manifeste incertain 2

Manifeste incertain 3

Manifeste incertain 4

Manifeste incertain 5

Manifeste incertain 6

Manifeste incertain 7

Manifeste incertain 8

Partager cet article

Repost0
19 septembre 2020 6 19 /09 /septembre /2020 21:15
Château Charbon, de Yasha Breen

J'ai commencé à accompagner les gens parce que le rythme de leurs pas m'intéressait. Ils allaient comme ça, chemin faisant, ils avaient tous des démarches particulières, et faisaient des tas de trucs. Je les accompagnais, je les écoutais, je les regardais. Et je rentrais, rempli de leurs pas, de leurs histoires, de leurs vies et j'écoutais de la musique.

 

Quand Marceau dit qu'il accompagne les gens, c'est une façon de dire qu'il les suit. Il ne cherche pas à leur faire de mal. C'est simplement un solitaire en quête de compagnie, d'amitié. Il est patient et a tout son temps, parce qu'il n'a pas besoin de travailler.

 

Ainsi accompagne-t-il jusqu'à son travail la fille du bus. C'est comme ça qu'il l'appelle au début, en attendant de connaître son vrai nom. Il l'accompagne un jour jusque chez elle, mais il n'est pas plus avancé parce qu'il ne sait pas quelle est sa boîte aux lettres.

 

Dans le passé, il a fait la connaissance d'Anne-Marie: il l'a accompagnée, accostée et elle ne l'a pas rejeté. De temps en temps il la voit. C'est devenu une amie. Elle a compris qui il était et l'a mis en garde de ne pas aborder comme ça les gens qu'il accompagne.

 

Schwartz vit en colocation avec Ruby. Ruby est bibliothécaire; Schwarz un petit dealer, qui plus est un petit voleur. Avec l'expérience il muscle son jeu: Il vend plus, il vole mieux, il est meilleur qu'avant. Bientôt il pourra réaliser son rêve: s'installer au Cambodge.

 

Dans une zone d'activités se trouve Château Charbon. Ces locaux désaffectés hébergent une association culturelle et sportive en vertu d'un bail précaire et d'un loyer symbolique. C'est immense et tortueux: on n'avait pas baptisé cet endroit château pour rien.

 

Dans ce château, l'une des divinités figure sur un grand dessin accroché dans le couloir du premier étage du bâtiment principal. C'est la Hyène, une Guerrière au repos, ravie et repue après une partie de chasse, à flanc sur l'herbe sèche, nimbée d'une lumière lunaire.

 

Avec habileté, Yasha Breen tisse peu à peu les liens entre ces quatre personnages et ce château que fréquente l'un d'entre eux. Le lecteur doit être attentif s'il veut suivre les méandres de cette histoire forte qui a pour protagonistes des jeunes gens d'aujourd'hui.

 

Accompagner les gens comme le fait Marceau n'est toutefois pas sans risques et périls. Il ne faut pas qu'il oublie tout ce qui lui a martelé Anne-Marie. Il ne faut pas qu'il se laisse guider par une curiosité, qui, sans l'être toujours, peut être un défaut, vilain et cuisant...

 

Francis Richard

 

Château Charbon, Yasha Breen, 224 pages, Slatkine & Cie

Partager cet article

Repost0
17 septembre 2020 4 17 /09 /septembre /2020 22:55
Journal de l'oubli, de Silvia Härri

Gaëlle avait gagné la cuisine, s'était préparé un café, avait fouillé dans le tiroir à chocolats en quête d'une plaque. Elle avait aperçu la couverture bariolée de son miel amandes favori encastrée dans un carnet bleu marine, épais et gondolé, comme s'il avait trop pris l'humidité.

 

Gaëlle est la petite-fille de l'écrivain Ludmilla Salomon, le pseudo de Laurence Saunier, chez qui elle vit. Ce 22 mars 2016, elle reconnaît dans ce carnet le calepin de sa grand-mère, qui n'a effectivement rien à faire dans la cuisine.

 

Bien qu'il s'agisse d'un écrit strictement privé, Gaëlle ne résiste pas à la tentation de le lire, pour mieux saisir ce qui se [trame] dans la tête de sa grand-mère, se rapprocher de ce qu'elle ne [cerne] que de l'extérieur et par fragments.

 

Gaëlle est étudiante en biologie marine. Quand elle a découvert le carnet bleu, elle faisait une pause dans la rédaction poussive de son mémoire sur la turritopsis nutricula, le nom latin d'une méduse originaire de la mer des Caraïbes.

 

Ce que Gaëlle constate au fil de sa lecture, et le lecteur avec elle, c'est que Ludmilla est en train de perdre la mémoire et que ce carnet bleu pourrait tout aussi bien s'appeler Journal de l'oubli parce qu'il est le témoin de cette dégradation.

 

Ludmilla est plus ou moins consciente de ce qui lui arrive, mais ne l'accepte pas. A la date du 30 février 2015 (sic), après que son fils Vincent, le père de Gaëlle, lui a reproché d'avoir oublié un rendez-vous chez le notaire, elle cite Michaux:

 

Garde ta mauvaise mémoire. Elle a sa raison d'être sans doute.

 

Gaëlle ne se résigne pas et fait tout pour que sa grand-mère recouvre la mémoire. Elle aimerait tant qu'elle reste pour la postérité un écrivain qui aura compté, un écrivain qui, dans les dernières pages de son carnet, est encore capable de dire:

 

Les écrivains ne perdent pas leurs mots. S'ils écrivent, c'est pour ne pas les égarer.

 

Alors elle emmène Ludmilla à Noirmoutier qu'elle a dans le sang, davantage qu'elle, qui y a passé tous les juillets de son enfance. Peut-être, avec Kamal, l'aide à domicile iranien, parviendra-t-elle là-bas à sortir Ludmilla de son brouillard.

 

Silvia Härri fait naître cet espoir chez le lecteur après avoir si bien décrit la perte de mémoire progressive de Ludmilla. Gaëlle, quoi qu'il advienne, ne pourra pas avoir de regrets, parce qu'elle aura au moins fait cette tentative de déclic.

 

Gaëlle apparaît sous la plume de l'auteure comme courageuse et héritière spirituelle de son aïeule qui lui aura donné le goût de la lecture en lui offrant La vie devant soi d'Émile Ajar, qui ne ressemble à aucun autre des livres qu'elle a lus.

 

C'est le premier livre qu'elle ait aimé. Elle en lira certainement d'autres maintenant. Avant, elle trouvait que la lecture, c'était lent, poussif, souvent fatiguant et ne l'aurait jamais avoué à sa chère grand-mère qui lisait, quand elle n'écrivait pas.

 

Francis Richard

 

Journal de l'oubli, Silvia Härri, 208 pages, Bernard Campiche Éditeur

 

Livres précédents chez le même éditeur:

 

Loin de soi (2013)

Nouaison (2015)

Je suis mort un soir d'été (2016)

Partager cet article

Repost0
16 septembre 2020 3 16 /09 /septembre /2020 22:45
Déflagration, de Serge Bimpage

Au Petit-Pays, on pouvait être atteint de disgrâce et se relever aussitôt. Quelle que soit sa condition sociale. Chez nous il n'y avait pas besoin de faire grève, les institutions étaient bien huilées, la démocratie était solidement arrimée.

 

Voilà ce que dira en substance Julius Corderey dans sa  conférence à la Fondation Bodmer sur le Petit-Pays, neutre et entouré de montagnes, qui, de pauvre, il n'y a pas si longtemps, s'est redressé et est devenu une exception sur le continent.

 

Julius Corderey est professeur d'histoire à l'université de Genève. Il fait partie de ces rares universitaires décorés de l'Ordre des Palmes académiques. Il est l'auteur d'un livre sur le Petit-Pays qui est le sien. Il l'a intitulé Une île en Europe.

 

Car le Petit-Pays se trouve planté au coeur de l'Europe. Au cours de son histoire, il est toujours parvenu à résister aux pressions extérieures. Il a surtout une cohésion unique au monde en dépit de ses quatre cultures et langues différentes.

 

Ce sont ses certitudes sur le Petit-Pays, avant que ne survienne la Déflagration. Quand celle-ci se produit, elle déconcerte les experts. L'impensable est arrivé. Le Petit-Pays, surpris, est confronté à la nature, indifférente aux hommes.

 

Les gens sont atteints de nostalgiose: Jadis dirigé vers un passé regretté, cette affection concerne ici un futur qui nous était promis ! diagnostique un médecin. Elle serait en rapport avec la déflagration et le réchauffement climatique...

 

À moins de savoir mettre en perspective la déflagration, l'avenir de l'exception - ce sera le titre du deuxième ouvrage du professeur Corderey - serait bien compromis. L'historien y devra donc ne rien négliger pour détenir la fin de l'histoire.

 

Francis Richard

 

Déflagration, Serge Bimpage, 544 pages, Éditions de l'Aire

 

Livre précédent:

 

La peau des grenouilles vertes (2015)

Partager cet article

Repost0
14 septembre 2020 1 14 /09 /septembre /2020 22:00
Vue mer, de Colombe Boncenne

Stefan a désormais presque quarante ans et autant de costumes. Il est co-manager de BOUKÉ et PARTENEURE avec Elsa. Ils ont réussi, leur business a cartonné sans pour autant leur échapper. Enfin, jusqu'à aujourd'hui.

 

Aujourd'hui Stefan Bouké est dans sa voiture. Il doit se rendre à la tour où se trouvent, au 5e, les bureaux de l'entreprise de services qu'il a créée avec Elsa Parteneure, ancienne élève de la même école de management que lui.

 

C'est une petite entreprise dont la team comprend en tout neuf personnes si l'on excepte les deux dirigeants. De son bureau, Stefan a vue sur l'espace ouvert composé des deux îlots carrés de la com' et du développement-rédac.

 

Comme ceux des dirigeants, les noms des membres de la team sont croquignolesques:

- à la com', il y a Maria Quaraie, Lucien Perseau et Rita Rioussi;

- au développement-rédac, Charlotte Brule-Aoute, Blaise de Sillusion, Guy Bécédère et Bart El'Bye;

- la secrétaire de direction s'appelle Françoise Deprouste et le stagiaire inclusif Machin.e Ickxe.

 

Stefan est bien dans sa voiture, mais il ne démarre pas. Pourtant il sait pertinemment qu'il doit présenter le dossier VUE MER, en fin d'après-midi, après la réunion hebdo, où on parlera de l'avancement des dossiers en cours.

 

Stefan ne démarre pas: Il a posé ses mains sur le volant et puis c'est tout. Alors il imagine comment cela se passe au 5e sans lui. Et c'est la journée typique d'une entreprise moderne actuelle qui se déroule sous les yeux du lecteur.

 

Le globish y est de rigueur: on ne parle pas de résumé mais de brief, de procédure mais de process; on n'est pas responsable mais in charge; on ne fait pas le point, on débriefe; on ne publie pas un journal mais une newsletter, etc.

 

L'ascenseur de la tour est un lieu inspirant. D'ailleurs huit des neuf chapitres se terminent par un poème d'ascenseur composé par un des personnages de cette satire où sont dépeints des archétypes de collaborateurs d'aujourd'hui.

 

S'il ne démarre pas, Stefan, c'est parce que, consciemment ou pas, il veut laisser à Elsa le soin de présenter toute seule le difficile dossier Vue mer. Mais, comme dirait le fabuliste, finalement, tel sera pris qui croyait prendre...

 

Francis Richard

 

Vue mer, Colombe Boncenne, 128 pages, Zoé

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de Francis Richard
  • : Ce blog se veut catholique, national et libéral. Catholique, il ne s'attaque pas aux autres religions, mais défend la mienne. National, il défend les singularités bienfaisantes de mon pays d'origine, la France, et celles de mon pays d'adoption, la Suisse, et celles des autres pays. Libéral, il souligne qu'il n'est pas possible d'être un homme (ou une femme) digne de ce nom en dehors de l'exercice de libertés.
  • Contact

Profil

  • Francis Richard
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), j'ai travaillé dans l'industrie, le conseil aux entreprises et les ressources humaines, et m'intéresse aux arts et lettres.
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), j'ai travaillé dans l'industrie, le conseil aux entreprises et les ressources humaines, et m'intéresse aux arts et lettres.

Références

Recherche

Pages

Liens