Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 février 2014 4 27 /02 /février /2014 06:35
Daniel Cohn-Bendit dans ses gesticulations

Daniel Cohn-Bendit dans ses gesticulations

Hier, au Parlement européen, Daniel Cohn-Bendit a dit que les Suisses reviendraient à genoux devant l'Union européenne, après le vote du 9 février 2014 contre l'immigration massive.

 

Comme je fais partie des quelque 49.7% de Suisses qui ont voté contre cette initiative étatiste, je suis d'autant plus à l'aise pour dire que cela ne sera pas le cas.

 

Pourquoi les Suisses le feraient-ils? Parce que les exportations de la Suisse vers l'Union européenne représentent 65% de ses exportations (en fait 68.3% en 2009). Ridicule.

 

C'est là la magie des chiffres macro-économiques. On voit les grandes masses, on ne voit pas les échanges individuels. Or ce sont les échanges individuels qui font les échanges globaux...

 

Mais, allons juste un moment sur le terrain de Daniel Cohn-Bendit, converti récent à la libre circulation des personnes, et qui comme tous les néophytes veulent montrer qu'ils sont les plus zélés...

 

Daniel Cohn-Bendit sait-il que la Suisse, avec 9.20% des échanges, est le troisième partenaire commercial de l'Union européenne après les Etats-Unis (20.50%) et la Chine (10.90%)?

 

Sait-il que la Suisse, avec 7.10% des échanges, est le quatrième partenaire commercial de l'Union européenne pour les marchandises après les Etats-Unis (15.90%), la Chine (13.00%) et la Russie (7.90%)?

 

En 2009, l'Union européenne a exporté davantage de marchandises vers la Suisse (88.6 milliards €) qu'elle n'en a importé d'elle (73.8 milliards €)...

 

Sait-il que la Suisse, avec 12.80% des échanges, est le deuxième partenaire commercial de l'Union européenne pour les services après les Etats-Unis (28.40%)?

 

Alors, bien sûr, l'Union européenne, oublieuse de ses propres intérêts, peut très bien se faire l'illustration de la morale du fabuliste, selon laquelle la loi du plus fort est toujours la meilleure. Ce faisant, ne devrait-elle pas se méfier de l'effet boomerang que cela pourrait bien produire de la part des petits pays qui la composent?

 

D'autant qu'en mai prochain ont lieu les élections au Parlement européen...

 

Francis Richard

 

Les chiffres de cet article relatifs aux échanges entre l'UE et la Suisse proviennent du site europa.eu

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Francis Richard - dans International
commenter cet article

commentaires

thizy 05/03/2014 17:09

on attend les elections du mois de mai 2014 , et l on vera le resultat

mais avec hollande , on est pas dans le bon sillon!!!!!!

cordialement

Catoneo 02/03/2014 18:49

Hormis la question des échanges économiques, l'Union européenne a plus besoin de la Suisse que l'inverse, car elle représente un pôle de stabilité au milieu du grand désordre provoqué par le pinaillage totalitaire de la Commission et ses agences subordonnées. En ce sens, les élections parlementaires à Strasbourg vont redistribuer les cartes comme l'annonce la critique imprévisible mais fondée de Sarkozy à Berlin, se moquant de la boulimie réglementaire.
S'il en était besoin, on pourrait rajouter que l'exercice de démocratie directe suisse frise l'insulte aux systèmes représentatifs trafiqués de ses voisins, et les peuples en parlent de plus en plus.
Ne bougez pas, c'est à la fin que vous aurez raison.

thizy 05/03/2014 17:11

tres bien le commentaire ci dessus

cordialement

Ben Palmer 27/02/2014 22:36

Si DC-B voulait faire de la publicité pour l'EU et inciter les Suisses à se rapprocher encore plus de l'UE, il s'est magistralement trompé de ton et de vocabulaire. J'ai rarement vu un visage aussi marqué par la haine et le désir d'abaisser son adversaire (et néanmoins partenaire). Il lui manquait juste encore l'écume à la bouche.
Etonnant quand on pense que DC-B a passé une bonne partie de sa vie à militer contre le pouvoir étatique et l'establishment.

Présentation

  • : Le blog de Francis Richard
  • : Ce blog se veut catholique, national et libéral. Catholique, il ne s'attaque pas aux autres religions, mais défend la mienne. National, il défend les singularités bienfaisantes de mon pays d'origine, la France, et celles de mon pays d'adoption, la Suisse, et celles des autres pays. Libéral, il souligne qu'il n'est pas possible d'être un homme (ou une femme) digne de ce nom en dehors de l'exercice de libertés.
  • Contact

Profil

  • Francis Richard
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.

Références

Recherche

Pages