Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 août 2020 1 31 /08 /août /2020 07:30
La liberté par le marché, de Morris & Linda Tannehill

La liberté par le marché est paru il y a tout juste cinquante ans sous le titre The Market For Liberty. Le moins qu'on puisse dire est qu'il est toujours d'actualité: l'État était et demeure le problème de nos sociétés.

 

Ce livre n'est qu'un petit peu daté ici ou là parce qu'il a été publié avant certains événements tels que la fin de la convertibilité du dollar en or en 1971 ou la chute du Mur en 1989 et qu'il n'en tient pas compte, et pour cause.

 

 

LE PRINCIPE FONDAMENTAL D'UNE SOCIÉTÉ LIBRE

 

Selon les auteurs de ce livre, la société vraiment libre, dont l'homme a besoin pour fonctionner avec le plus d'efficacité et de bonheur possible, repose sur un principe fondamental, la règle de base des relations humaines justes (toutes les autres règles en découlent: il n'est pas besoin de légiférer):

 

Aucun homme ni groupe d'hommes (y compris tout groupe d'hommes se prétendant "l'État") n'est moralement en droit d'initier (c'est-à-dire de prendre l'initiative de) l'usage de la force physique, la menace de force ou tout équivalent de la force (comme l'escroquerie) contre aucun autre homme ou groupe d'hommes.

 

Si un homme ou un groupe d'hommes initie la force contre un homme ou un groupe d'hommes, ceux-ci non seulement ont le droit, mais le devoir de se défendre: 

 

Si un homme chérit vraiment ses valeurs, il a une obligation morale envers lui-même de les défendre.

 

 

LA NATURE SPÉCIFIQUE DE L'HOMME

 

L'homme a une spécificité: Afin de survivre, [il] doit penser. Penser lui permet en effet, en utilisant son esprit, de produire et, en utilisant sa faculté de raison, de distinguer le bien, ce qui est pro-vie, du mal, ce qui est anti-vie:

 

Mieux il pensera, mieux il vivra.

 

Pour réaliser son plein potentiel, la société dans laquelle il vit doit laisser l'homme en paix: il doit y être libre de penser et d'agir selon ses idées... sans que personne d'autre ne tente de le forcer à vivre selon leurs normes:

 

Dès qu'un homme n'est pas libre de vivre paisiblement sa vie selon ses propres normes et de posséder pleinement ce qu'il gagne, il est esclave.

 

 

LE DROIT NATUREL

 

Tous les droits sont des aspects du droit à la vie et sont le produit de la nature de l'homme et de la réalité. Ils ne peuvent qu'être individuels, car le collectif n'a aucune existence hors des individus qui le composent.

 

Le droit à la vie se traduit par une interdiction morale, celle d'interférer dans la vie de quiconque tant que ses actions sont non-coercitives. Si ce n'est pas le cas, comme vu plus haut, il est légitime de se défendre.

 

Tout homme a un droit sur sa propre vie: il la possède - il est son propre propriétaire - comme il possède chaque partie de sa vie. C'est pourquoi les auteurs disent que les droits de propriété sont les droits de l'homme.

 

Une société vraiment libre est une société de laissez-faire: Cela signifie la liberté pour chaque individu de gérer ses propres affaires comme il l'entend... pas juste dans le domaine de l'économie, mais dans tous les aspects de sa vie.

 

 

LE MARCHÉ LIBRE ET L'ÉTAT

 

Le grand conflit entre liberté et esclavage, bien qu'il ait pris de nombreuses formes, trouve sa principale expression dans le conflit entre deux institutions humaines puissantes et opposées: le marché libre et l'État.

 

Qu'est-ce un marché libre, responsable de l'abondance, sinon un réseau d'échanges économiques volontaires; il inclut tous les échanges volontaires n'impliquant pas l'usage de la coercition envers quiconque.

 

Si le marché est perturbé, son mécanisme d'autorégulation intégré ne fonctionne plus comme un système de signaux complexe, visible par tous et fiable, et ne permet plus d'accroître le bien-être humain.

 

Or, justement, l'État le perturbe avec la fiscalité et les dépenses, la réglementation et le contrôle de la monnaie et des banques, avec pour conséquences, comme le démontrent les auteurs, la pauvreté et le chômage.

 

 

L'ÉTAT MALFAISANT

 

L'État est un monopole coercitif qui a assumé le pouvoir et certaines responsabilités pour chaque être humain dans une zone géographique qu'il prétend être la sienne.

 

Alors qu'un monopole de marché ne peut empêcher la concurrence en utilisant la force physique, un monopole coercitif peut l'interdire ou l'autoriser de façon limitée. C'est là une grande différence.

 

Le but d'une entreprise privée est de faire du profit, en donnant satisfaction à ses clients:  le profit est le signal du "succès" pour tout homme d'affaires opérant sur un marché libre. Il offre aux gens les choses qu'ils veulent.

 

Le but d'un politicien ou d'un bureaucrate est d'augmenter sa sphère de contrôle sur la vie d'autrui: le pouvoir est pour lui le signal du "succès". Il se comporte comme un parasite qui prive les gens des choses qu'ils veulent par la saisie forcée de leurs biens (la fiscalité) ou par la réglementation:

 

Pour faire simple, l'État est le règne de certains hommes sur d'autres par la force initiée, ce qui est l'esclavage, qui est mal.

 

 

UNE SOCIÉTÉ DE LAISSEZ-FAIRE

 

Les auteurs montrent dans le détail comment il serait logiquement possible de se passer d'État puisque celui-ci est malfaisant. Une société vraiment libre, une société de laissez-faire, serait une société où le marché libre remplacerait l'État.

 

Tous les domaines de la vie des gens pourraient être mis sur le marché libre et la sélection, par eux-mêmes, de ce qui est bien ou mal pour eux se ferait par la réputation, bonne ou mauvaise, qu'il s'agisse par exemple de l'éducation, de la médecine ou de la monnaie.

 

La propriété serait la solution à bien des problèmes, tels que la pollution ou la conservation des ressources naturelles: Une des différences les plus profondes d'une société de libre marché se verrait par le fait que tout ce qui a le potentiel d'être propriété serait possédé. Par exemple, il n'y aurait plus de propriété publique...

 

Les litiges seraient réglés par des agences d'arbitrage. La vie et les biens seraient protégés par des agences de protection. Les pertes causées à autrui, considérées comme des dettes, seraient remboursées par les agresseurs et les victimes seraient indemnisées autant qu'il est humainement possible etc.

 

 

COMMENT PARVENIR À LA SOCIÉTÉ DE LAISSEZ-FAIRE

 

Est ancrée dans la culture de la majorité des hommes d'aujourd'hui que l'État est juste et/ou nécessaire. D'abord, leurs dirigeants le leur ont toujours dit, ensuite il y en a toujours eu un, enfin la liberté leur fait peur: c'est la peur d'être jeté seul face à un monde effrayant, sans personne qui dise quoi faire.

 

Il faut leur dire au contraire qu'il n'est pas un mal nécessaire, mais un mal inutile:

 

L'État, ce sont quelques hommes gouvernant (régnant sur) les autres par la force. [...] Quand certains hommes règnent sur d'autres, il existe une condition d'esclavage, et l'esclavage est un mal en toutes circonstances. Préconiser un État limité, c'est préconiser un esclavage limité.

 

Il faut amener la majorité des gens à voir l'État pour ce qu'il est et à croire en la liberté. Car cela les conduira à une désobéissance passive de masse à des lois déraisonnables:

 

Nous pouvons amener à une société de laissez-faire, mais seulement grâce au pouvoir formidable et invisible des idées. Les idées sont la puissance motrice du progrès humain, l'énergie qui façonne le monde.

 

Francis Richard

 

La liberté par le marché, Morris & Linda Tannehill, 252 pages, Résurgence (traduit par Stéphane Geyres et Daivy Merlijs)

Partager cet article

Repost0
21 juin 2020 7 21 /06 /juin /2020 22:45
Gouverner c'est mentir, de Rémy Prud'homme

Lire aujourd'hui ce livre après des mois d'escobarderies sanitaires prend tout son sel. Rémy Prud'homme y aura certainement trouvé matière à enrichir son portefeuille d'exemples de mensonges publics.

 

Dans Gouverner c'est mentir, publié fin 2019, l'auteur en donne déjà douze qu'il a choisis parce qu'ils sont publics, qu'ils ont été commis dans un passé récent, qu'ils sont quantifiables.

 

 

La parole publique

 

Ces exemples sont circonscrits à la parole publique: La parole publique peut être définie comme le flot d'informations adressées aux citoyens par les administrations et les politiciens, ainsi que par les médias.

 

A ces quatre groupes d'acteurs de la parole publique, l'auteur ajoute un cinquième composé de ceux qu'il appelle les producteurs d'information:

 

Les statisticiens, les sondeurs, les enseignants-chercheurs, les officiers d'état civil, les hôpitaux, les renseignements généraux, les magistrats, les organismes de sécurité sociale, certains journalistes.

 

Ces producteurs d'information devraient être neutres, objectifs, techniques, apolitiques, mais ne le sont souvent pas parce qu'ils dépendent directement ou indirectement des politiciens...

 

 

Les douze mensonges publics

 

Les douze exemples de mensonges publics choisis ne sont qu'un échantillon, mais il est éloquent. Ils ont été proférés au sujet de l'environnement, de l'énergie et de la société.

 

L'auteur démonte ces mensonges publics à chaque fois en opérant un calcul à partir de chiffres incontestables auxquels en cherchant bien il est possible d'avoir accès.

 

Il serait plus difficile de démonter des jugements de valeur ou des mensonges qualitatifs, car il est par définition souvent impossible et toujours discutable de "prouver" leur dimension de tromperie.

 

 

Anatomie des mensonges publics

 

Quoi qu'il en soit, ces douze exemples le conduisent à mettre à nu une anatomie des mensonges publics par ordre croissant de complexité:

 

- le mensonge simple: par exemple faire une citation tronquée ou inventée, travestir ou déguiser la réalité,

 

- le mensonge par sélection: par exemple ne retenir que ce qui va dans le sens de la thèse ou occulter ce qui lui est contraire,

 

- le mensonge par analyse: par exemple confondre corrélation et causalité, confondre le multicausal et le mono-causal.

 

 

Physiologie des mensonges publics

 

Quels sont les agents infectieux de cette maladie qu'est le mensonge public?

 

- la politisation croissante: le politique ne pèse pas seulement sur la société par les dépenses publiques et les taxes, mais par la réglementation et a besoin des électeurs auxquels il fait des promesses pour être élu;

 

- la complexité grandissante: c'est pourquoi une grande majorité de personnes [...] n'en savent pas assez pour porter un jugement et sont des proies faciles et tentantes pour la propagande et le mensonge;

 

- la soif des idéologies: le christianisme et le communisme ayant perdu de leur attrait, de nouvelles idéologies permettent de l'étancher, telles que l'environnementalisme ou le réchauffisme qui se caractérisent par textes sacrés, menaces terrifiantes, ennemis à terrasser, rédemption par la souffrance, communion, grand-messes etc.;

 

- le rôle croissant des lobbys: les lobbys, qui font le lien entre les entreprises ou les groupements d'entreprise et les politiciens, ont la connaissance, leurs cibles non;

 

- les biais de formation: on peut en France devenir administrateur, politicien ou journaliste, sans avoir jamais fait de mathématiques. La voie royale consiste à passer le baccalauréat dans la série L, d'entrer à Sciences-Po, puis à l'ENA - sans avoir jamais utilisé une règle de trois...

 

- le recul des contre-pouvoirs: qu'il s'agisse des médias (qui ont glissé de la presse vers le radio, puis vers la télévision, puis vers les réseaux sociaux, qui subissent la contrainte de l'immédiateté et qui se sont appauvris), des scientifiques (qui se sont politisés), ou encore de la fonction publique (dont, notamment, le recrutement ne se fait plus au mérite).

 

 

Les conséquences

 

Le mensonge public peut profiter au menteur dans son combat politique ou pour construire son image politique. Il peut même profiter d'une certaine manière au public parce qu'il le fait rêver.

 

Mais, si, au début, la tromperie est l'emballage qui fait désirer le contenu de l'envoi, assez vite, l'emballage augmente au détriment du contenu, l'expertise cédant la place à la pure communication.

 

Il en résulte que la menterie engendre la menterie et que le public se laisse tromper: non seulement les mensonges deviennent de plus en plus gros, mais ils sont de mieux en mieux gobés...

 

A un moment donné, toutefois, le public, à l'attitude ambiguë, ne fait plus confiance aux politiciens et aux journalistes qui, par lui, sont considérés comme marchant la main dans la main:

 

D'un côté, le public en veut, des tromperies publiques, et en redemande. D'un autre côté, il n'est pas dupe: il sait ou il sent, qu'on lui ment, et qu'il ne peut avoir confiance dans la parole publique. Il est comme le drogué qui veut sa dose et qui en méprise son dealer.

 

Cette perte de confiance a un coût social (le pacte social est remplacé par les violences) et un coût économique (les acteurs économiques, par prudence, réduisent leurs investissements et l'activité du pays).

 

 

Conclusions

 

Il ne faut pas s'en remettre à l'État: la lutte contre les politiciens ne peut pas passer par l'augmentation du pouvoir des politiciens. Ils sont le problème, ils ne peuvent pas être la solution.

 

Il faut renforcer les défenses immunitaires du pays: on peut recommander un cocktail fortifiant à base de Descartes [et son scepticisme scientifique], de Galilée [et sa culture de la mesure] et de Voltaire [et sa tolérance], auquel il faudrait ajouter un glaçon de recul et d'humour (emprunté à Cervantes par exemple).

 

Francis Richard

 

Gouverner c'est mentir, Rémy Prud'homme, 160 pages, L'Artilleur.fr

 

Livre précédent:

 

L'idéologie du réchauffement (2015)

Partager cet article

Repost0
6 mai 2020 3 06 /05 /mai /2020 22:55
La France interdite, de Laurent Obertone

Je n'ai qu'une requête à formuler: ne dites rien de ce qu'on vous dira de ce livre. Lisez-le.

 

Laurent Obertone fait cette recommandation dans l'introduction de La France interdite. Et, dans sa conclusion, il dit: Convenez avec moi que ce livre, compte tenu de la situation, est on ne peut plus modéré.

 

L'objet de ce livre très documenté est de dire La vérité sur l'immigration et il la dit, ce qui ne veut pas dire que l'on soit forcément d'accord avec ce qu'il préconise et que d'autres pays ont fait, tels le Japon ou la Hongrie, le Danemark ou l'Australie, Israël ou l'Arabie Saoudite.

 

Le vivre ensemble en question

 

Voici le problème tel qu'il se pose selon lui:

 

Le problème n'est pas l'étranger. Le problème n'est pas tel ou tels individu(s). Le problème n'est pas que "l'immigration". Le problème n'est pas que "l'islam". Le problème n'est pas la diversité, la profusion de ce monde, que nous aimons réellement. Nous aimons les autres dans leur altérité. C'est aussi ce que nous voulons sauver. Le problème est  l'idée que l'on peut et que l'on doit vivre ensemble, et tout y sacrifier, et tous y disparaître.

 

En France - cela n'est pas le seul pays qui est confronté à cela - il y a effondrement du capital démographique, anéantissement du capital économique, effondrement du capital social, effondrement du capital humain et effondrement du capital moral.

 

L'effondrement du capital démographique

 

La fécondité européenne est au plus bas et ne peut rivaliser avec la fécondité extra-européenne. Or les extra-européens représentent la plus grande part de l'immigration, une immigration de quantité essentiellement.

 

Les raisons principales de cette immigration se trouvent dans les largesses que l'État-providence prodigue aux migrants, dans l'aide que celui-ci accorde à nombre d'organismes publics pour qu'ils accueillent les migrants et dans les aides privées de toutes sortes:

 

L'immigration se fait toujours des pays pauvres vers les pays riches. 

 

L'anéantissement économique

 

Laurent Obertone distingue deux formes d'immigration, celle de quantité et celle de qualité: Si l'immigration de quantité est un désastre pour le pays d'accueil, l'immigration de qualité est un désastre pour le pays d'origine.

 

Un désastre pour le pays d'accueil? Aucun État-providence ne peut survivre à une immigration de quantité. Soit il y a providence, et l'immigration est strictement contrôlée, soit l'immigration est libre et il n'y a pas de providence possible.

 

L'effondrement du capital social

 

En France il est dû là encore à la conjugaison de l'État-providence et de l'immigration et cela se traduit par une explosion du chômage et de la criminalité.

 

En effet:

 

- L'État-providence a inventé l'altruisme sans réciprocité:

Je te donne, tu prends. Il croit ainsi avoir la paix. Il aura la guerre. Si l'on obtient tout sans jamais mériter rien, on n'en tire jamais que de la frustration, des exigences à l'infini, et une profonde insatisfaction identitaire.

 

- L'asocialité n'est plus honteuse, mais elle est attractive et branchée:

Il est facile de comprendre que ce système où les criminels, les irresponsables et les "victimes" sont gagnants, idolâtrés par les classes supérieures, a pour effet mécanique d'amener à lui de plus en plus de pauvres. Et de les éloigner de plus en plus de la société.

 

Il en résulte une sorte de multi-société où de parfaits étrangers coexistent, au mieux en s'évitant, au pire en s'affrontant. Bref on vit ensemble, mais séparé.

 

L'effondrement du capital humain

 

Il est dû à deux mythes, qui tous deux s'opposent au vivre ensemble:

 

Le mythe de "l'exclusion", qui n'est que le communautarisme, et le mythe de la "discrimination", qui n'est que l'inégalité des compétences, nous condamnent à la suspicion généralisée, à la haine de la réussite, à l'exigence de "redistribution".

 

L'effondrement du capital moral

 

Il est dû à des croyances, en la disparition inéluctable des européens et aux vertus du métissage. Or avoir ses petites croyances est une chose, prétendre les imposer au monde entier en est une autre:

 

Je critique cette idéologie [du métissage], parce qu'elle me semble, comme toutes les autres, hypocrite, absurde et totalitaire. Si nous sommes tous égaux, alors pourquoi ce culte du métissage? Pas de réponse.

 

En tout cas, la plus grande peur est d'être exclu du groupe qui est notre maître. Alors il faut être dans le camp du Bien, avoir l'air différent, mais avec l'interdiction formelle de penser différemment:

 

Du communisme, l'Occident n'a gardé que ce qui fonctionnait: sa morale et sa terreur.

 

Le contrôle de l'immigration ?

 

Laurent Obertone ne désespère pas que ses concitoyens, à condition de reprendre contact avec les faits et de renouer avec la pleine mesure du réel, ne prennent les bonnes décisions, celles de nature à faire respecter leurs lois, leur volonté, et leur souveraineté; de nature à contrôler l'immigration.

 

L'autre voie ne serait-elle pas que l'État-providence s'effondre? Il n'est pas insensé de penser que les Français, coronavirus aidant, comprennent enfin qu'il est le problème et non pas la solution, et que contrôler, c'est bien, libérer, c'est mieux.

 

Francis Richard

 

La France interdite, Laurent Obertone, 544 pages, Ring

 

Livres précédents:

 

La France orange mécanique (2013)

Utoya (2013)

La France Big Brother (2015)

Guerilla (2017)

Partager cet article

Repost0
5 février 2020 3 05 /02 /février /2020 11:15
Il est temps que je te dise, de David Chariandy

Dans Il est temps que je te dise, David Chariandy adresse une lettre à sa fille de treize ans sur le racisme. Il y raconte notamment l'histoire de ses parents, tous deux venus au Canada depuis Trinidad.

 

L'occasion lui a été donnée dix ans plus tôt de l'éprouver dans une épicerie bio de sa ville de Vancouver au Canada par une cliente sans gêne qui est passée devant lui et lui a dit en se retournant:

 

Je suis née ici. Je suis chez moi ici.

 

Il est pourtant d'ici, lui aussi né ici, mais à la peau foncée: ses parents et ses grands-parents sont immigrés; sa famille maternelle est originaire d'Afrique et sa famille paternelle d'Asie du Sud.

 

En 2017, lors du treizième anniversaire de sa fille, à table la conversation tourne autour du spectacle du cynisme et de l'imbécillité des adultes que donnent l'Amérique voisine et son nouveau président.

 

C'est ce qui le décide à faire le récit à sa fille de l'histoire de ses origines, c'est-à-dire de répondre à la question d'où il vient vraiment, qui lui est souvent posée ici et qui lui sera posée à elle aussi.

 

A cette question, quand ils se sont rencontrés, ses parents ont répondu à ceux de sa femme, dont la famille est d'origine européenne, établie sur la Côte-Ouest du Canada et descendante d'un lord.

 

Cette lettre est l'occasion pour l'auteur de dire à sa fille qu'il enseigne la littérature et écrit parce qu'il a découvert de nouveaux univers en suivant des cours à l'université d'Ottawa, la capitale:

 

J'ai découvert en toute liberté la magie infinie de la littérature, les satisfactions de la lecture qui dépasse les frontières et les cultures, l'identité et la race, l'idée qu'on se fait de qui vous êtes et devez être.

 

L'histoire de ses ancêtres est de portée universelle, une histoire qui défend une humanité plus vaste. C'est pourquoi il a voulu la partager avec elle, sachant que c'est à elle de trouver ses propres réponses:

 

C'est une histoire qui se rattache, de manière complexe, aux luttes de peuples autochtones à travers le monde, tout comme aux migrations désespérées de peuples dénigrés et "indésirables", autrefois et actuellement.

 

Francis Richard

 

Il est temps que je te dise, David Chariandy, 112 pages, Zoé, traduit de l'anglais par Christine Raguet (sortie le 6 février 2020)

Partager cet article

Repost0
31 janvier 2020 5 31 /01 /janvier /2020 18:40
Le siècle vert, de Régis Debray

Dans le XXIe, Régis Debray voit Le siècle vert qui aurait pris la suite du XXe, le siècle rouge, et qui serait celui d'un changement de civilisation.

 

Pour lui, pas de doute possible, la Terre est au saccage. C'est scientifique. C'est même chiffré par l'OMM, le GIEC et le GCP, c'est donc incontestable.

 

Régis Debray qualifie de faustienne l'actuelle civilisation finissante. Elle aurait commencé peu avant le Quattrocento avec Pétrarque et se terminerait maintenant.

 

Selon lui, l'Esprit aurait fait battre la Nature en retraite pendant toute cette période. Et maintenant l'Occident faustien découvrirait les coûts de son hubris.

 

Il ne veut pas être pris en défaut en sous-estimant l'ingéniosité de l'homo sapiens qui, au cours de millénaires, a survécu à nombre de calamités passées.

 

Mais la transition à accomplir cette fois se compte en décennies. Les grandes peurs d'aujourd'hui ont un fondement tangible et visible. Il y a urgence:

 

Des tonnes de déchets plastiques dérivant sur l'Océan, les hormones de croissance, les îles et rivages menacés de submersion et les migrants climatiques ne sont pas des fantasmes.

 

Cet inventaire montre qu'il mélange le réel et le fantasmé. De plus, accusant l'Occident, il se trompe de cible, puisque celui-ci apporte de lui-même les remèdes au réel...

 

Son plaidoyer pour la France, pays qui serait encore civilisé, féminisé, présentifié, revitalisé, montre qu'il reste un doux rêveur qui veut dire adieu au tragique...

 

Le vert lui va maintenant bien au teint: le vert s'oppose au rouge comme le passage au blocage, l'ouvert au fermé, le sourire au rictus, les zones humides aux zones sèches.

 

Pourtant le tour religieux que prend le vert ne laisse pas d'inquiéter le libre-penseur, qui pourrait y voir des coïncidences troublantes avec l'opium du peuple:

 

N'avons nous pas nos synodes oecuméniques en duplicata - les COP et One planet summits? Nos Chartes et Déclarations solennelles en guise de professions de foi sans grand effet mais réconfortantes?...

 

Ce qui le rassure, c'est que le catastrophisme vert n'engendre pas une montée aux extrêmes [...] du moins tant qu'Extinction Rébellion résistera à la pente insurrectionnelle...

 

Régis Debray ne veut pas la mort du pécheur, qui justement signifie pour d'aucuns son extinction. Il aimerait qu'il emprunte le Grand Chemin entre le khmer vert et la fleur bleue:

 

On est toujours deux dans l'affaire homme, la Nature et l'Esprit. 

 

L'homme fait partie de la nature et il sait que son intérêt bien compris est de concilier son esprit avec elle. Pour cela il n'est nul besoin de changer de civilisation, mais de le lui rappeler... 

 

Francis Richard

 

Le siècle vert, Régis Debray, 64 pages, Gallimard

 

Livres précédents:

Éloge des frontières, Gallimard (2010)

Un été avec Paul Valéry, Équateurs (2019)

Partager cet article

Repost0
31 mai 2019 5 31 /05 /mai /2019 22:00
Le négationnisme de gauche, de Thierry Wolton

Le déni de faits historiques avérés ou de leurs déformations relèvent du négationnisme.

 

Thierry Wolton fait un distinguo arbitraire entre le négationnisme de droite et Le négationnisme de gauche, afin de ne pas confondre les dénis [...], hors connotation politique.

 

Le négationnisme de droite est ainsi celui de ceux qui contestent l'existence des chambres à gaz nazies, ou qui minimisent l'ampleur de l'extermination des Juifs durant la Seconde Guerre mondiale.

 

Le négationnisme de gauche est celui de ceux qui nient le bilan communiste, de ceux qui en escamotent les morts, qui en cachent les causes.

 

L'interprétation des faits est libre, mais la réalité de ce qui s'est passé, comme la manière dont cela s'est passé, dans l'ordre où cela a eu lieu, sont des invariables.

 

Or les négationnistes, en ne respectant pas ces règles, trompent l'opinion. Seulement il y a une différence de traitement entre celui de droite et celui de gauche.

 

Le communisme absous de ses crimes

 

Si le nazisme n'est pas près d'être oublié, le communisme s'estompe des mémoires et le négationnisme de gauche a pignon sur rue: c'est la proscription de l'anticommunisme qui l'absout.

 

Il y a une différence de perception toutefois entre les pays de l'Ouest et de l'Est de l'Europe: à l'Ouest, la Shoah est le cache-crime du communisme et à l'Est, le vécu communiste fait passer le Goulag devant la Shoah dans les mémoires.

 

A l'Ouest donc, pas question de faire un parallèle entre les crimes contre l'humanité commis par les nazis et par les communistes. Pourfendre la croix gammée, oui; la faucille et le marteau, non.

 

Les uns et les autres sont pourtant criminels, mais il est vrai que leurs victimes ne sont pas les mêmes et que l'auteur parle pour les uns de génocide et pour les autres de classicide:

 

La race distingue le crime nazi, la classe le crime communiste, l'une et l'autre servent à justifier les massacres, à une différence près toutefois, lourde de conséquences: la race est une invariable qui exclut "l'Autre"; la classe, une variable laissée à la discrétion du pouvoir exterminateur en fonction de ses intérêts politiques.

 

Les deux négationnismes se rejoignent parfois pour former un avatar rouge-brun... Les extrêmes se touchent, dit-on. C'est non seulement vrai en matière politique, mais aussi en matière de négation historique.

 

Les méthodes des négationnismes

 

Quoi qu'il en soit, leurs méthodes se ressemblent. Ils emploient notamment:

 

- le relativisme: la mise en perspective avec d'autres crimes de masse jugés équivalents, voire supérieurs (privilégié à gauche)

- l'hypercriticisme: la recherche du détail qui cloche pour affirmer que le reste n'est que mensonge (privilégié à droite)

 

Auxquels il convient d'ajouter:

 

- le complotisme (on nous cache quelque chose)

- l'utopisme (croire en une autre vérité)

 

Le négationnisme de gauche atteint, mais pas mort

 

Les rangs du négationnisme de gauche se sont toutefois éclaircis:

 

Ce ne sont pas tant les dégâts humains qui sont difficiles à assumer - il y a longtemps que les consciences s'en sont accommodées -, c'est le reste: la ruine économique, la désolation écologique, la désespérance humaine, l'inanité culturelle.

 

Le négationnisme de gauche n'est pourtant pas mort:

 

Consubstantiel à l'espérance d'un avenir meilleur qui lui assure licence et protection, [il] est promis à une longévité bien supérieure à celle d'autres négations, tout au moins tant qu'il y aura des crédules.

 

En effet:

 

La force d'attraction de l'utopie communiste tient à son monopole de l'espérance, qui parle à l'humanité entière. La promesse de l'égalité pour tous, la manière d'y parvenir grâce à la volonté du peuple, et le but à atteindre, une société libérée de toute entrave, font rêver.

 

La convergence des négationnismes

 

Le négationnisme de gauche chez Noam Chomsky et Alain Badiou, par exemple, converge avec un autre, le négationnisme vert islamique: le premier par anti-impérialisme, le second parce qu'il considère le terrorisme islamique comme la continuité de la lutte des classes...

 

Ils ne sont pas les seuls:

 

Les anti-impérialistes condamnent le capitalisme/libéralisme, les antiracistes blâment le blanc/occidental, ce qui permet aux uns et aux autres de se retrouver dans l'islamisme en guerre, dont le capitalisme et l'occidental sont les ennemis.

 

Thierry Wolton ajoute:

 

Mais alors que l'islamo-gauchisme campe sur des positions essentiellement politiques, certains anti-racistes dévoyés vont dériver vers des postures raciales qui les entraînent vers le fascislamisme, l'autre forme de soutien aux terroristes. Par la grâce de l'islamisme, le négationnisme en tant qu'avatar rouge-brun reprend du service.

 

Cet avatar se caractérise par l'éternel retour de l'anti-sémitisme, déguisé en anti-sionisme, et par la contre-modernité.

 

Plus précisément:

 

Société ouverte, libéralisme, mondialisme: le rejet commun des négationnistes de gauche et des islamistes pour ce monde scelle leur "alliance objective".

 

L'avenir radieux des négationnismes

 

Pour Thierry Wolton, les négationnismes ont un avenir radieux devant eux, d'autant que leurs méthodes ne s'appliquent pas seulement à l'histoire, mais à l'information avec les fake news qui sont dénaturation de la réalité et sont à l'origine de la post-vérité, laquelle relève du domaine de la croyance, puisqu'elle n'a rien à voir avec la véracité des faits...

 

Francis Richard

 

Le négationnisme de gauche, Thierry Wolton, 224 pages, Grasset

Partager cet article

Repost0
27 mai 2019 1 27 /05 /mai /2019 21:15
L'envie d'y croire, d'Éliette Abécassis

Dès l'introduction de son livre, L'envie d'y croire, Éliette Abécassis annonce la couleur: Le tyran GAFA (Google, Amazon, Facebook et Apple) séduit la foule par ses multiples divertissements pour mieux l'asservir.

 

Et elle n'est guère plus tendre à l'égard des multiples réseaux sociaux... et autres smart-phones auxquels elle reconnaît être elle-même accro.

 

Certes elle modère tout de suite son propos quand elle dit que retrouver la foi en nous, en l'autre, en notre humanité, afin de combattre la virtualité du monde qui nous entoure [...] passera par la déconnexion.

 

(eh oui, personne n'est obligé de rester addict à la connexion numérique, c'est-à-dire esclave de ce qu'elle appelle plus loin l'ogre technologique)

 

C'est-à-dire: Non pas par la suppression de la technologie, chose impossible, non souhaitable en raison de toutes les avancées qu'elle apporte, mais par le fait de trouver des moments où l'on se retire du virtuel, des moments à soi, des moments pour soi.

 

Pour ne pas faire bonne mesure, elle accuse donc l'hypercapitalisme ou le capitalisme numérique d'être responsables de cette servitude volontaire (en référence au célèbre Discours d'Étienne de la Boétie) et des comportements déshumanisés qui en résultent.

 

Peut-être confond-elle les effets avec les causes, alors qu'elle les donne pourtant elle-même: le déclin des religions (et le vide spirituel qu'ainsi elles ont laissé) et la crise des valeurs.

 

Alors, par exemples:

- elle préconise de lire: le livre ouvre les esprits à une forme de contestation qui ne laisse personne indemne

- elle se prononce pour une laïcité religieuse et pour une religion laïque, car pour être religieux il faut être laïc

- elle estime que la vie de l'homme a plus de valeur que celle de l'animal: ne serait-ce que parce que le seul être au monde apte à protéger la vie animale, c'est justement l'homme

- elle pense que la philosophie marquera une pause dans le tout technologique et posera un regard critique sur la doxa de la science

Etc.

 

Et elle conclut:

Aujourd'hui, plus qu'hier, pour renouer avec l'humain perdu dans la technique, il faut retrouver le chemin du sens. Nous avons besoin d'une éthique fondée sur la responsabilité, qui n'est pas simple à mettre en oeuvre, mais qui dépend de chacun de nous, des hommes. Et qui sera notre chemin si nous choisissons d'y croire.

 

Francis Richard

 

L'envie d'y croire, Éliette Abécassis, 216 pages, Albin Michel

 

Livres précédents d'Éliette Abécassis chez Flammarion:

Philothérapie (2016)

L'ombre du Golem (2017)

 

Chez Albin Michel:

Et te voici permise à tout homme (2011)

Le palimpseste d'Archimède (2013)

Alyah (2015)

Le maître du Talmud (2018)

Partager cet article

Repost0
24 mai 2019 5 24 /05 /mai /2019 19:55
Le Nouveau Féminisme, de Barbara Polla

Ce livre de Barbara Polla ne se veut le héraut d'aucun féminisme en particulier, mais plutôt de tous - et, bien naturellement, de celui, singulier, qui [l'] a guidée, comme auteure, tout au long de [ses] différents écrits.

 

Car des féminismes, il y en a de toutes sortes. Mais, avant d'explorer la galaxie féministe, l'auteure propose des hypothèses sur la genèse des violences faites aux femmes et subies par elles depuis la nuit des temps...

 

Elle compare ainsi la violence des unes, celle inouïe de l'accouchement, avec celle des autres, qui s'exerçaient sur les champs de bataille, mais aussi sur des cibles honorables: La nature, les animaux, la sauvagerie du monde, les ennemis...

 

Barbara considère que la violence masculine est aujourd'hui essentiellement compensatoire. Elle n'est plus comme avant, mais elle s'exerce toujours: elle est pouvoir de prendre auquel elle oppose puissance de donner, la vie notamment.

 

Contre cette violence masculine, il y a eu libération de la parole avec l'affaire Weinstein. Barbara Polla a été du groupe de femmes qui a souhaité réagir [...] autrement que par #MeToo et s'est positionné de manière critique vis-à-vis de #BalanceTonPorc.

 

Pourquoi?

- Parce qu'il ne faut pas enchaîner les femmes à un statut d'éternelles victimes;

- Parce que c'était une campagne de délations qui a fait des victimes parmi des hommes coupables non pas d'avoir agressé, mais d'avoir importuné: or importuner est indispensable à la liberté sexuelle...

 

Le résultat, paradoxal, de ces hashtags agressifs a d'ailleurs été que de nombreuses jeunes femmes dans le monde francophone ont rechigné à se déclarer féministes alors qu'elles sont favorables à l'égalité entre hommes et femmes...

 

Plus de la moitié du livre est consacré à la galaxie féministe: le féminisme peut être différencialiste, pro-sexe et pro-désir, universaliste, intersectionnel, afro, LGBTIQA+ (sic), +, eco, antispécisme, d'artistes, néo, pop, entrepreneurial, d'évolution, qui fait (c'est le plus convaincant), autres.

 

Barbara Polla fait partie des autres. Elle a un peu de tous ces féminismes, sans exclusivité: Je soutiens chacun des féminismes que j'ai mentionnés pour autant qu'il oeuvre pour plus de liberté, de libertés, pour plus de femmes, et d'hommes et d'autres.

 

Elle aimerait que l'on parle:

- de comment transformer le pouvoir qui prend en puissance qui donne;

- de l'immense pouvoir du corps de la femme, autrement dit de sa grâce;

- de désobéissance;

- de la joie de séduire;

- de partager la puissance, c'est-à-dire inventer une nouvelle maternité qui inclut la paternité;

- de vivre dans l'érotisme et la poésie (Georges Bataille disait: L'érotisme est l'approbation de la vie jusque dans la mort);

- de féminisme respectueux, sans domination;

- de féminisme pluriel, sans leçons à donner;

- de féminisme de réconciliation;

- d'humanisme de réconciliation;

- de changer le monde...

 

Elle conclut par de la poésie de son cru et par un poème de Frank Smith et par cette déclaration:

 

Si le bonheur de l'homme se proportionne à la liberté dont jouissent les femmes [...], la compagnie des hommes est indispensable au bonheur de la femme - en tout cas à mon bonheur très personnel et à mon goût de la diversité.

 

Francis Richard

 

Le Nouveau Féminisme, Barbara Polla, 272 pages, Odile Jacob

 

Livres précédents de l'auteur:

Victoire, L'Age d'Homme (2009)

Tout à fait femme, Odile Jacob (2012)

Tout à fait homme, Odile Jacob (2014)

Troisième vie, Editions Eclectica (2015)

Vingt-cinq os plus l'astragale Art & Fiction (2016)

Femmes hors normes, Odile Jacob (2017)

Ivory Honey, New River Press (2018)

 

Collectifs sous sa direction ou sa coordination:

Noir clair dans tout l'univers, La Muette - Le Bord de l'Eau (2012)

L'ennemi public, La Muette (2013)

Éloge de l'érection La Muette (2016)

Partager cet article

Repost0
16 février 2019 6 16 /02 /février /2019 23:55
Réflexions sur la question antisémite, de Delphine Horvilleur

Delphine Horvilleur, rabbin du Mouvement juif libéral de France, tente de répondre à deux questions dans Réflexions sur la question antisémite:

 

- Comment les sages et les textes de la tradition interprètent-ils la colère dont ils font l'objet, et qui s'empare de l'autre de façon chronique?

 

- Existe-t-il une réflexion juive sur la question antisémite?

 

C'est dans le livre d'Esther qu'apparaît pour la première fois l'antisémitisme, cette forme particulière de racisme, dont le nom ne sera inventé qu'au XIXe siècle, en Allemagne.

 

Esther, fille adoptive et nièce de Mardochée, devenue l'épouse du roi Assuérus, va, avec l'aide de son oncle, empêcher l'extermination du peuple juif, fomentée par Haman, conseiller spécial du roi.

 

Mardochée est le premier Juif de l'Histoire et du texte. Avant lui, le peuple juif, cette nation portative, est désigné comme le peuple des Hébreux (hébreu veut dire qui traverse) ou le peuple d'Israël.

 

L'auteure remarque que Mardochée et Haman sont des descendants de frères jumeaux, Jacob (qui sera plus tard appelé Israël) et Esaü, des frères ennemis, qui ont partagé le même sac amniotique.

 

Dans le discours d'Haman, il y a déjà tous les reproches contradictoires qui seront faits aux Juifs tout au long de l'Histoire:

 

Un peuple perçu comme à la fois dispersé et à part, mêlé à tous et refusant de se mélanger, indiscernable mais non assimilable.

 

Ces reproches sur lesquels se fonde la haine à leur égard ne datent donc pas d'hier et les recherches de l'auteure aussi bien dans la Thora que dans le Talmud montrent leurs origines diverses:

 

- La transgression et le refoulement chez les descendants (antisémites) d'Esaü:

 

Haman est le descendant d'Amalek, qui lui-même est le petit-fils d'Esaü et le fils d'Elifaz et de Timna, qui serait la concubine et la fille de ce dernier, née d'une relation adultérine... et qui aurait été rejetée par les Hébreux:

Si la violence d'Amalek a pour origine une lignée violentée, les Juifs comme porteurs symboliques de la Loi seraient ceux qui constamment rappellent cette faute.

 

- L'opposition entre deux archétypes: Jacob et Esaü symbolisent respectivement la ruse et la force physique, le peut-être et l'abouti, le plus et le moins, la féminité et la virilité.

 

- Les relations successives entre les empereurs de Rome et les Juifs: 

 

D'un côté, il y a un empereur [Antonin] qui, dans sa relation au monde juif, est prêt à se féminiser. De l'autre, un souverain [qui hait les Juifs] bien décidé à ne pas se laisser castrer par la présence d'un peuple juif qui menace son intégrité, ni par la parole d'un conseiller [Ketya Bar Shalom] qui se coupe de lui et d'une partie de son corps.

 

- Le choix des rabbins pour des modèles d'hommes partiellement vulnérables, souvent handicapés:

 

Aucun de ces hommes n'incarne une hyper-virilité, ou un masculin musculaire, mais chacun d'eux raconte la capacité de surmonter un handicap, et de faire preuve de résilience. Ces héros ne sont pas des femmes, mais ils partagent quelque chose de féminin dans le texte: une sorte de faille assumée, une impuissance particulière sur laquelle se fondent paradoxalement leur pouvoir d'action et leur légitimité.

 

- L'expression de peuple élu:

 

La notion d'élection juive sert souvent à nourrir le fantasme d'un Juif arrogant et sûr de sa puissance. Peu importe sa condition ou son état de vulnérabilité, il reste chargé du privilège qu'on lui prête, ou que l'on croit que son livre lui prête.

 

- Les Juifs pas-tout (comme les femmes, selon Lacan):

 

Les voix de la pensée juive affirment n'avoir rien entendu d'autre que de l'infini dans la parole d'un Dieu qui leur dit: "tout n'a pas été dit" mais "tout reste à dire". Elles disent que seule l'exception particulière peut protéger le formidable élan universel d'une folie totalitaire. Elles murmurent au monde ou à l'individu que la Vérité n'est jamais "toute" la Vérité. Elle est fragmentée ou alors elle est criminelle.

 

Les reproches contradictoires qui sont faits au Juif permettent-ils de le définir?

 

Je ne crois pas que mon judaïsme soit entièrement défini par ce que l'antisémitisme en a fait. Je ne crois pas être juive uniquement par ce que d'autres ont dit de moi. Mais s'il me fallait dire ce qui constitue l'essence authentique de ma judéité, son irréductible spécificité, son noyau dur libre de toute contingence historique, je serais bien en peine de le définir. Et cet indicible est peut-être la meilleure définition que je puisse en donner, l'authentique et impossible énoncé de ce que c'est d'être juif, de ce que c'est d'être soi.

 

Francis Richard

 

Réflexions sur la question antisémite, Delphine Horvilleur, 162 pages, Grasset

Partager cet article

Repost0
9 décembre 2017 6 09 /12 /décembre /2017 23:30
Monstre, de Gérard Depardieu

Oser être.

Et vivre libre.

Chaque jour, plus libre encore.

 

Telle est la devise que Gérard Depardieu met en pratique. Et sa plume en témoigne, livre après livre:

 

On parle de harcèlement sexuel, mais tout est devenu harcèlement - le politique, les médias, la société, cette information lancinante.

Ça parle trop.

Trop de mots pour être honnête.

 

Les mots, il a appris à les dire, sans parfois les comprendre, avec Jean-Laurent Cochet, à les retenir pour savoir sentir les silences, avec Claude Régy. Ce ne sont pas les mots eux-mêmes qui comptent d'ailleurs pour lui, mais leur musique, qu'il ressent bien avant eux.

 

Il aime le vécu (Ressentir. Tout est là.):

 

Dans l'alphabet de la création, le désir et la vie viennent avant l'idée.

 

Il aime le naturel:

 

Ça sort comme ça sort.

Je n'ai aucune précaution.

C'est un risque? Ça ne fait rien.

Tant mieux, même.

 

Il aime l'absence de calcul, la poésie, le déséquilibre, ce qui nous échappe:

 

L'imprévisible est plus important que la chimie.

 

Il aime ceux qui sont dans les marges:

 

Pas forcément parce qu'ils sont dans les marges, mais surtout parce que ceux qui les y ont mis sont des cons.

 

Il sait qu'on ne peut pas faire le bien de quelqu'un malgré lui et qu'on peut trouver la voie du bien après avoir commis un acte monstrueux:

 

Ainsi, le bien peut être terrifiant comme le mal peut être rédempteur.

C'est la raison pour laquelle je ne pourrai jamais juger personne.

Moi, je laisse les gens s'occuper d'eux-mêmes.

S'ils en crèvent, ça s'appelle la liberté.

Chacun en fait ce qu'il veut.

 

Il aime les êtres capables d'errances, coupables de monstruosités:

 

Sans excès, on est souvent mort sans le savoir.

 

C'est pourquoi il aime des acteurs tels que Marlon Brando ou Michel Simon, des cinéastes tels que Maurice Pialat ou Marguerite Duras, le cinéma italien:

 

Dans les films de Risi, de Monicelli, de Scola, de Fellini, de Pasolini, de Ferreri, de Leone, la question n'est pas de savoir si on était un monstre ou si on était humain, les deux ne s'opposaient pas, on était toujours un peu les deux à la fois.

 

Il aime les gens:

 

C'est en allant vers les autres que j'ai connu mes plus belles émotions, en m'oubliant que j'ai le mieux vécu. En n'existant plus que j'ai le plus existé.

C'est peut-être la seule chose qui me tient en vie, le désir des autres.

 

Il aime Stefan Zweig:

 

Quand on lit son très beau livre sur Erasme, où l'obscurité a le visage de l'intégrisme protestant. ou son autobiographie, Le Monde d'hier, où elle a les traits du nazisme, on pense forcément à ce qui est à nouveau en train de prendre notre monde, de nous le dérober.

 

Il aime les voyages:

 

Je suis toujours surpris par la vie et les pays que je traverse, par les gens que je rencontre.

Et c'est en se surprenant qu'on apprend des choses sur les autres et sur soi-même, pas dans le confort.

 

Il aime ceux qui posent les questions parce que, seuls, ils sont vivants:

 

Quand on est jeune, on cherche souvent des réponses, mais plus le temps passe et plus j'aime les questions.

Les gens qui ont les réponses m'emmerdent.

 

Il se prépare à la mort, paisiblement:

 

La mort est chose normale, sage.

Elle respecte le cycle de la nature.

 

Sans doute mélange-t-il un peu tout, dans ces pages, mais il s'en fout:

 

C'est ma façon...

 

Et, au lieu d'embrouiller l'esprit, ce joyeux mélange le façonne bel et bien aux yeux du lecteur, sans jamais l'ennuyer.

 

Francis Richard

 

Monstre, Gérard Depardieu, 224 pages, Cherche Midi

 

Publication commune avec lesobservateurs.ch

 

Livres précédents:

Ça s'est fait comme ça, 176 pages XO Editions (2014)

Innocent, 192 pages Cherche Midi (2015)

Partager cet article

Repost0
28 octobre 2017 6 28 /10 /octobre /2017 22:30
Lettre d'exil - la barbarie et nous, de Jeannette Bougrab

Jeannette Bougrab - qui a été la compagne du dessinateur Charb, directeur de publication de Charlie Hebdo, assassiné le 7 janvier 2015 - est, depuis un peu plus de deux ans maintenant, en exil en Finlande où elle dirige le service d'action culturelle de l'Institut français.

 

Fille de harki, née en 1973 à Chateauroux, l'auteur de Lettre d'exil mesure la chance d'être de [sa] génération : elle a en effet fait des études à une époque où il était encore possible de devenir docteur en droit public en ayant des parents qui ne savaient ni lire ni écrire...

 

Aujourd'hui la France occupe le 26e rang dans la dernière étude PISA de l'OCDE publiée en 2016... Ce n'est donc certainement pas un hasard si l'école française, qui n'a pas su se réformer, n'échappe pas à l'obscurantisme, terreau de l'intégrisme :

 

Jadis sanctuaire qui permettait l'intégration des enfants d'horizons lointains, elle cristallise aujourd'hui tous les travers du communautarisme.

 

Le sort des femmes en France est également menacée: On assiste à une régression épouvantable cautionnée par le Coran, mais aussi par ceux qui osent nous parler d'islam des Lumières, d'une religion de l'amour et de la concorde !

 

Alors elle désigne l'ennemi, celui qui finance, avec son pétrole, l'islamisme en France, via les écoles coraniques et les mosquées salafistes, l'Arabie saoudite, où l'idéologie terroriste puise sa doctrine criminelle dans les principes du wahhabisme:

 

S'il n'y avait pas eu l'or noir, la question du wahhabisme n'aurait été qu'une affaire anecdotique aux marges du monde islamique. Il aurait été confiné à quelques contrées désertiques. Il n'aurait pas étendu son ombre politico-religieuse à la quasi-totalité de l'espace musulman.

 

En Arabie saoudite, les droits les plus fondamentaux sont inexistants. Le wahhabisme en est la cause et prolifère, comme une maladie infectieuse, dans des territoires meurtris par des guerres civiles à répétition, qui exposent les populations à l'exode et à la mort.

 

La monarchie du Golfe accorde ses aides financières à leurs gouvernements, tel le Yémen, avec pour contrepartie une soumission totale: elle fait la guerre, au besoin, contre ceux qui se révoltent, avec des armes achetées aux pays occidentaux qui la considèrent comme une alliée...

 

Or l'internationale djihadiste n'a pu essaimer aisément que grâce à l'argent wahhabite - plus de 100 milliards de dollars en trois décennies -, de l'Afghanistan, à l'Irak et à la Syrie. Et la filiation financière entre le royaume saoudien et l'État islamique est avérée... 

 

Les pays occidentaux, tels que la France ou les États-Unis, se rendent donc complices de véritables monstruosités: Le terrorisme islamiste sait faire preuve d'une cruelle créativité pour convaincre la masse des ignorants: égorgement, viol, empalement sont au menu...

 

Alors, Jeannette Bougrab est en colère contre toutes ces compromissions, toutes ces lâchetés. Car il ne faut pas se leurrer: l'islamisme radical veut imposer au monde sa loi prétendument divine, exclusive par principe de toute autre

 

Sa propagande joue tour à tour sur la corde romantique - l'islam "fiévreux et fervent" - pour ensorceler les plus faibles et sur la corde culpabilisante - le procès en islamophobie - pour désarmer les plus forts.

 

En France, les élites bien-pensantes s'y laissent prendre et les personnalités de religion musulmane, à de rares exceptions près, se taisent... Les faits parlent pourtant d'eux-mêmes et les dirigeants politiques européens finissent par en prendre conscience:

 

Aujourd'hui, après les attentats de Paris, de Bruxelles et de Berlin, les gouvernements osent enfin utiliser le terme qui jusqu'à présent leur brûlait les lèvres: "guerre". Ils commencent seulement à prendre la mesure d'un conflit mondial mené par les sectateurs de l'islam contre l'Occident, cette civilisation de mécréants et d'hérétiques.

 

Comment mener la contre-offensive? En mobilisant la société civile: il s'agit d'impliquer chaque citoyen dans la lutte contre ce mal radical qui le menace directement; en prenant exemple sur Israël, où les services de renseignement savent anticiper et intervenir rapidement...

 

La contre-offensive doit se faire également sur le front culturel, et ce n'est pas tâche facile, puisque les rares inconscients qui poursuivent la lutte contre l'obscurantisme islamiste sont jetés en pâture à la plus féroce des haines, celle des bien-pensants.

 

L'espoir pourrait bien venir d'ailleurs: Heureusement qu'il existe des intellectuels continuant de vivre dans leur pays, et qui ont le courage de dénoncer tout haut une réalité que nous, Occidentaux, refusons de condamner même tout bas:

 

Au prix de leur vie, de nouveaux hérétiques se battent contre des Inquisitions renouvelées. Ils sont courageux, voire téméraires, et incarnent l'esprit de résistance.

 

Ces résistants, ces dissidents - parmi lesquels des femmes rebelles - sont cependant voués aux gémonies par les compagnons de route des islamistes et il ne s'agit pas de la part de ces derniers d'une simple insulte, mais d'une désignation mortifère...

 

Jeannette Bougrab écrit: S'il y a une chose que j'ai apprise dans ma vie, c'est que la liberté n'est jamais définitivement acquise. Elle a choisi de combattre pour elle, de descendre dans l'arène, de contribuer à mettre fin à la barbarie, de nommer les événements pour ce qu'ils sont:

 

Djihadisme, salafisme, wahhabisme, islam radical, Daech, Arabie saoudite, Qatar, Turquie...

 

A la fin de sa lettre, elle fait cet aveu: Je peux vous le dire sans me cacher, rien ne soulagera la douleur, ni le temps, ni la distance. La douleur continue de me transpercer le coeur à chaque instant et le deuil de l'être chéri ne se fait pas. Quand le souffle me manque, j'essaie de me convaincre que je contribue, même de manière subsidiaire, à bâtir un monde meilleur.

 

Francis Richard

 

Lettre d'exil - La barbarie et nous, Jeannette Bougrab, 224 pages, Les éditions du Cerf     

Partager cet article

Repost0
7 mars 2017 2 07 /03 /mars /2017 01:00
Femmes hors normes, de Barbara Polla

Être "hors normes"? Il ne s'agit pas d'être "hors la loi". L'autonormie est une attitude individuelle, discrète, voire invisible: il s'agit avant tout de résister et de se soustraire au pouvoir insidieux de l'entourage normatif moral, familial, social, religieux, économique, médiatique ou autre. Il s'agit d'être soi.

 

Autonormie bien ordonnée commence par soi-même. Et Barbara Polla, dans Femmes hors normes, ne recommande pas aux autres femmes de faire ce qu'elle dit mais de faire ce qu'elle fait, de vivre son concept comme elle le vit, ce qui lui permet d'être bien avec elle-même, d'être bien dans la vie. L'autonormie, c'est se donner à soi-même ses propres normes, ses normes naturelles.

 

Quand Barbara Polla s'en prend à la société, à la religion ou au capitalisme, ce n'est pas à la manière soixante-huitarde, c'est au pouvoir normatif qu'ils exercent sur la vie personnelle des femmes et des hommes qu'elle s'en prend. Son anarchie revendiquée ne signifie donc pas chaos, mais absence de pouvoir (normatif) sur les femmes et sur les hommes.

 

En lieu et place de ce pouvoir normatif, elle met les devoirs, les devoirs réciproques, entre parents et enfants, entre citoyens et politiciens. Car l'autonormie n'est pas l'autonomie: ce concept n'est pas se donner ses propres lois; l'autonormie n'est pas non plus l'anormie: ce concept n'est pas absence de normes.

 

L'absence de pouvoir normatif, qui impose un cadre dont il faut sortir pour inventer le sien, ne conduit pas au chaos:

 

La possibilité d'autonormie pour chacun de nous renforce la société plus qu'il ne la déstabilise: des individus en accord avec eux-mêmes, proches d'eux-mêmes, créent une société empathique et forte, chaque individu étant, du fait même de son "autonormie", mieux préparé à respecter celle de l'autre - des autres.

 

Barbara Polla parle d'individuation, qui est, pour elle, tout le contraire de l'individualisme. La véritable réussite personnelle est justement celle de l'individuation: Être soi, unique et irremplaçable, au sein de la société. Pour y parvenir il faut faire un pas de côté - et non une ascension - pour se rapprocher de soi. Et ce pas de côté montre bien que la hiérarchie hors normes est une hiérarchie horizontale et que la hiérarchie de soi a pour vocation d'abolir toutes les autres.

 

Le premier pas de côté fait, celui qui compte et qui répond à une nécessité intérieure, est par la force des choses suivi de beaucoup d'autres: il ne s'agit pas d'être meilleur que les autres; il s'agit d'être au mieux de soi-même, et, si possible, meilleur que soi-même - meilleur que nous étions hier. Meilleur pour les autres. Être en accord avec soi prépare en effet à aimer l'autre. 

 

L'ordonnance d'être hors normes que Barbara Polla prescrit - elle est médecin - s'adresse en priorité aux femmes parce que le pouvoir normatif n'est pas le même pour les hommes que pour les femmes: il est incitatif pour eux, prohibitif pour elles. Avec son concept d'autonormie, elle leur recommande donc de désobéir aux normes (dès le plus jeune âge), pour être elles-mêmes, être fidèles à ce qu'elles sont: la désobéissance est l'apprentissage d'être soi.

 

Être elles-mêmes, c'est, par exemple, pour les femmes, de pouvoir parler de plaisir sexuel, qui, dans certains pays, leur est refusé avec l'excision, sous des prétextes culturels fallacieux; de pouvoir en parler sans en faire pour autant une nouvelle norme, en sachant que chacune de nous vit son "hors normes", selon ses goûts, à sa manière, dans le secret de l'alcôve.

 

Barbara Polla parle, dans son livre, de beaucoup de sujets en rapport avec son concept, notamment:

- la solitude heureuse: comment s'entendre avec les autres, si l'on n'a pas appris, d'abord, à s'entendre avec soi-même

- le secret, essentiel pour l'amour: en parler publiquement, le montrer, voire l'étaler, en faire une affaire sociale plus qu'intime, le met en grand péril

- l'intimité: il s'agit d'entrer en nous pour y trouver le monde

- le genre: être soi, c'est aussi l'être en son corps et avec un sexe donné, mais en refusant qu'il devienne un label.

- l'impossibilité de posséder l'autre et la liberté: les deux fils rouges de tous ses ouvrages.

 

Pour bien montrer que ce concept n'est pas seulement un rêve, mais une réalité, elle donne les exemples de femmes du passé et du présent, de femmes de sa famille, et d'elle-même. Tous ces exemples ont en commun que la sortie d'un cadre pour entrer dans un autre se traduit par l'apparition en pleine lumière de l'inquiétante étrangeté de l'être et par la transformation en énergie d'une peur (il faut apprendre à résister à la critique et avoir le courage de désirer être soi):

 

A la réitérer souvent, en effet la sortie du cadre devient un exercice aussi vitalisant que la marche rapide; et comme pour tout type d'exercice, plus on le pratique, plus il devient valorisant. Plus on sort du cadre, et plus l'énergie nous prend et nous emmène.

 

Barbara Polla a plus de 60 ans. Elle continue à résister, à se mettre hors normes, c'est-à-dire à faire mentir définitivement l'adage qui veut que vieillir est une défaite de soi, pour en faire une construction, toujours en voie d'amélioration. Bref elle met plus que jamais son concept en application et cela lui réussit. Ceux qui la connaissent se demandaient quel pouvait bien être son truc le plus important pour être heureuse. Maintenant ils le savent: c'est l'AUTONORMIE.

 

Francis Richard

 

Femmes hors normes, Barbara Polla, 240 pages Odile Jacob (parution le 8 mars 2017)

 

Livres précédents de l'auteur:

Victoire, L'Age d'Homme (2009)

Tout à fait femme, Odile Jacob (2012)

Tout à fait homme, Odile Jacob (2014)

Troisième vie, Editions Eclectica (2015)

Vingt-cinq os plus l'astragale Art & Fiction (2016)

 

Collectifs sous sa direction ou sa coordination:

Noir clair dans tout l'univers, La Muette - Le Bord de l'Eau (2012)

L'ennemi public, La Muette (2013)

Éloge de l'érection La Muette (2016)

Partager cet article

Repost0
2 mars 2017 4 02 /03 /mars /2017 23:55
Un racisme imaginaire - Islamophobie et culpabilité, de Pascal Bruckner

En fait il y a deux racismes, le réel et l'imaginaire, et il est essentiel de les distinguer:

 

Frapper un fidèle est un délit. Discuter d'un article de foi, d'un point de doctrine, est un droit. Confondre les deux est un amalgame insupportable.

 

Cette distinction est faite par Pascal Bruckner dans l'introduction à son livre, Un racisme imaginaire.

 

De la même manière le terme islamophobie agglutine deux sens différents et permet de jeter l'opprobre indistinctement sur ceux qui oppriment les musulmans et sur ceux qui critiquent la foi coranique.

 

L'islamophobie fait partie du vocabulaire de l'antiracisme. Ce dernier ne laisse d'autre choix qu'entre l'offense et l'acquiescement à l'islam, sous peine de tomber sous l'accusation infamante de racisme.

 

Ce choix est le seul laissé aux non-musulmans et aux musulmans eux-mêmes, qui n'ont pas droit à la dissidence: ils sont alors trop musulmans pour la société qui les soupçonne de double langage, pas assez pour leurs proches qui les accusent d'être passés à l'ennemi.

 

L'antiracisme a un discours ambivalent: l'humanité est une grande famille, mais il faut dans le même temps protéger ses diversités envers et contre tout. Si les autres religions sont modifiables, l'islam, lui, est intouchable.

 

Qui, au XXIe siècle, prône l'antiracisme sinon une large fraction des intelligentsias occidentales, qui pactise avec le totalitarisme intégriste comme leurs aînés avaient communié avec le nazisme ou le communisme?

 

Ces intelligentsias trouvent dans la religion musulmane un substitut au marxisme et au tiers-monde à l'agonie. Et le ralliement au marché, dans une certaine presse, doit être compensé par un radicalisme culturel échevelé.

 

Ce radicalisme se traduit par la culture de l'excuse quand des musulmans commettent des méfaits (ils en commettent davantage en terre coranique qu'occidentale) et par une inversion sémantique: les victimes [sont] des bourreaux qui s'ignorent (elles méritent ce qui leur arrive) et les tueurs des victimes malheureuses 

 

Dans le même ordre d'idées, il faut à toute force que l'islamophobie remplace ou même supplante l'antisémitisme. Les musulmans sont les nouveaux juifs, les nouveaux persécutés de la terre et les Juifs, eux, se sont mis du côté du colonisateur blanc, via la douleur palestinienne:

 

La judaïsation des musulmans entraîne automatiquement la nazification des Israéliens.

 

Sauf que l'antisémitisme est par essence racialiste, il ne conteste pas le judaïsme en tant que croyance, mais les Juifs pour ce qu'ils sont. En outre, dans les années 30, les Juifs ne jetaient pas de bombes sur toute la surface du globe au nom du vrai Dieu et ne réclamaient pas de droits séparés mais au contraire l'assimilation.

 

En fait la fureur que suscite l'État hébreu vient de ce que le Juif, de sous-homme hier, est devenu en un demi-siècle un égal.

 

Et la fureur que suscitent beaucoup de sociétés qui ne suivent pas l'enseignement du Coran vient de ce qu'elles s'en tirent mieux sur les plans économique et politique et qu'elles se désintéressent de l'islam, ce qui est humiliant, comme est insultante l'existence d'autres religions.

 

La France n'opprime pas les musulmans (d'ailleurs, s'ils continuent d'y affluer, n'est-ce pas que les avantages surpassent les tensions éventuelles?). Ils sont victimes (certes plus que d'autres) d'un système qui décourage l'initiative et du blocage de son économie qui résulte de l'incompétence crasse de ses dirigeants...

 

Pascal Bruckner constate: L'islam fait partie du paysage français et européen, il est la deuxième religion du Vieux Monde, et il a droit à la liberté de culte, à la reconnaissance officielle, à la protection des pouvoirs publics, à des lieux de prière et de célébration décents.

 

Mais c'est à la condition qu'il respecte les règles républicaines et laïques, sorte de l'ambiguïté vis-à-vis des intégristes et ne réclame pas un statut dérogatoire en raison de sa singularité.

 

Bref il faut que l'islam soit banalisé, devienne une religion parmi d'autres, s'européanise: Ce qu'il nous faut inscrire dans la loi, c'est l'abolition du crime d'apostasie, le droit de sortie pour tous, le droit au libre examen de la doctrine, au renouveau de l'exégèse, à la relecture du texte sacré par des imams, des théologiens, comme cela se produisit dans les siècles passés pour le christianisme et le judaïsme.

 

Ne sont pas négociables: l'esprit d'examen, l'égalité des sexes, la discrétion religieuse, le respect des droits et des libertés individuelles, la liberté d'expression.

 

En fait, si la France est détestée par les intégristes, c'est non parce qu'elle opprime les musulmans, mais parce qu'elle les libère: Ne minimisons pas l'extraordinaire séduction qu'exerce le mode de vie occidental sur les peuples étrangers, contrepartie de l'aversion qu'ils lui vouent.

 

Pascal Bruckner conclut: Nous vivons une époque terrible. Tout affreuse qu'elle soit, elle est pourtant passionnante. Il est impossible de se dérober au défi du siècle commençant: défaire le fanatisme du Croissant aux côtés des musulmans éclairés ou modérés qui en sont les principales victimes. Pour cette tâche immense, il n'y aura jamais trop de bonnes volontés.

 

Francis Richard

 

Un racisme imaginaire - Islamophobie et culpabilité, Pascal Bruckner, 272 pages Grasset

 

Livres précédents chez le même éditeur:

Le fanatisme de l'apocalypse (2010)

Le mariage d'amour a-t-il échoué? (2011)

La maison des anges  (2013)

La sagesse de l'argent (2016)

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de Francis Richard
  • : Ce blog se veut catholique, national et libéral. Catholique, il ne s'attaque pas aux autres religions, mais défend la mienne. National, il défend les singularités bienfaisantes de mon pays d'origine, la France, et celles de mon pays d'adoption, la Suisse, et celles des autres pays. Libéral, il souligne qu'il n'est pas possible d'être un homme (ou une femme) digne de ce nom en dehors de l'exercice de libertés.
  • Contact

Profil

  • Francis Richard
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), j'ai travaillé dans l'industrie, le conseil aux entreprises et les ressources humaines, et m'intéresse aux arts et lettres.
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), j'ai travaillé dans l'industrie, le conseil aux entreprises et les ressources humaines, et m'intéresse aux arts et lettres.

Références

Recherche

Pages

Liens