Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 juillet 2014 6 26 /07 /juillet /2014 16:30
Renoir à la Fondation Pierre Gianadda à Martigny

Dans les rues de Lausanne, nul n'est censé ignorer l'exposition Renoir à la Fondation Pierre Gianadda. Une affiche représentant une Femme s'essuyant la jambe droite est en effet reproduite à de nombreux exemplaires à travers la ville...

 

Ce n'est pas la première fois que sont accrochées aux cimaises de la fondation martigneraine des peintures de Pierre-Auguste Renoir. Le fonds est inépuisable. Car il a peint des centaines de toiles qui se trouvent maintenant à travers le vaste monde, à Paris, Moscou, Sao Paulo ou New-York.

 

L'intérêt de l'actuelle exposition est "de réunir un panorama, aussi intimiste  sinon le plus inédit possible de ses oeuvres":

 

"Nombre d'entre elles ont rarement, sinon jamais, été exposées. Cet accrochage propose un retour à l'émotion que suscite le souvenir des toiles que notre mémoire conserve du plus charnel des impressionnistes, amoureux du féminin, de la grâce et de la volupté.", écrit Léonard Gianadda dans le supplément au Nouvelliste du 17 juin 2014.

Renoir à la Fondation Pierre Gianadda à MartignyRenoir à la Fondation Pierre Gianadda à Martigny

Pierre-Auguste Renoir a peint la chair de sa chair, c'est-à-dire ses fils, Pierre, Jean et Claude, mais aussi les enfants des autres, tels que les enfants de Martial Caillebotte.

 

D'une manière générale, il était d'une grande patience avec les enfants et ne leur demandait d'être immobiles que quelques instants, leur permettant de bouger le reste du temps. Ces instants lui suffisaient pour en saisir toute la grâce enfantine.

 

Ce qui frappe en regardant ces tableaux d'enfants, c'est qu'ils sont vêtus de belles étoffes. Renoir était, certes, d'une grande simplicité, mais, s'agissant d'enfants, rien n'était trop beau, semble-t-il, pour les magnifier.

Renoir à la Fondation Pierre Gianadda à MartignyRenoir à la Fondation Pierre Gianadda à Martigny

Même les paysages qu'il a peints et qui ne sont pas du Sud (aux environs d'Essoyes ou ailleurs) sont paisibles et lumineux. Il émane d'eux une grande sérénité et la lumière y fait sur les êtres et les choses de doux dégradés de couleurs.

 

Pour sa part, il aimait les tableaux de paysages dans lesquels on a envie de se balader et il en avait fait un précepte qu'il appliquait scrupuleusement aux siens.

 

Dans ces paysages, la plupart du temps, un être humain figure, ne serait-ce que de manière discrète, comme pour souligner que la nature n'est rien sans la présence de l'homme.

 

Son fils Jean raconte dans le livre qu'il lui a consacré, Pierre-Auguste Renoir, mon père, qu'il aimait à répéter cette sentence de Pascal:

 

"Il n'y a qu'une chose qui intéresse l'homme, c'est l'homme."

Renoir à la Fondation Pierre Gianadda à MartignyRenoir à la Fondation Pierre Gianadda à Martigny

Cet intérêt pour l'homme, dans l'acception d'homo, et non pas de vir, inclut bien évidemment la femme, pour laquelle il avait une dévotion qui jamais ne s'est démentie, jusqu'à la fin de ses jours.

 

Habillée ou nue, la femme est sensuelle sous son pinceau. Lequel lui donne vie en lui prodiguant de voluptueuses caresses, comme s'il lui passait la main sur le téton ou dans le dos...

 

Les plus menues d'entre les femmes qu'il représente ont des formes avantageuses, des courbes pulpeuses. On connaît ce qu'il dit de leurs seins:

 

"S'il n'y avait pas eu de tétons, je crois que je n'aurais jamais fait de figures."

 

Et de la peau des jeunes filles (il ne parle délibérément pas de leur chair):

 

"Ce que j'aime, c'est la peau, une peau de jeune fille, rosée, et laissant deviner une heureuse circulation."

 

Et toutes les femmes de Renoir se ressemblent, comme des soeurs...

Renoir à la Fondation Pierre Gianadda à Martigny

Les doutes n'ont pas épargné Renoir. Et, à la fin de sa vie, la maladie non plus. Et pourtant, cela ne se ressent pas dans son oeuvre, où il a fini par être complètement lui-même. Sans doute parce qu'il savait se créer un monde intérieur dans les vicissitudes.

 

En fait, Renoir était foncièrement aimable comme devait l'être pour lui un tableau, qui, de surcroît, devait être une chose "joyeuse et jolie, oui jolie!":

 

"Il y a assez de choses embêtantes dans la vie pour que nous n'en fabriquions pas encore d'autres."

 

Aussi le meilleur remède à la morosité n'est-il pas de voir ses oeuvres quand elles sont exposées quelque part ou de lire, ou relire, le livre que son fils Jean lui a consacré, à lui qui se disait "ouvrier de la peinture", qui ne voulait surtout pas délivrer de message et qui ne se prenait pas pour un génie:

 

"Moi, du génie? Quelle blague. Je ne prends pas de drogues, n'ai jamais eu la syphilis et ne suis pas pédéraste! Alors?"

 

Il ne pourrait plus dire ça aujourd'hui... A tous points de vue...

 

Francis Richard

 

Renoir, Fondation Pierre Gianadda, Martigny, Suisse, jusqu'au 23 novembre 2014, tous les jours de 9 h à 19h.

Partager cet article

Repost 0
Published by Francis Richard - dans Arts
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Francis Richard
  • : Ce blog se veut catholique, national et libéral. Catholique, il ne s'attaque pas aux autres religions, mais défend la mienne. National, il défend les singularités bienfaisantes de mon pays d'origine, la France, et celles de mon pays d'adoption, la Suisse, et celles des autres pays. Libéral, il souligne qu'il n'est pas possible d'être un homme (ou une femme) digne de ce nom en dehors de l'exercice de libertés.
  • Contact

Profil

  • Francis Richard
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.

Références

Recherche

Pages