Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 octobre 2014 2 28 /10 /octobre /2014 23:00
4ème Université d'automne en économie autrichienne à Troyes 2/2

Sous l'égide de l'Institut Economique Molinari, de 24h GOLD et du Groupe ESC Troyes en Champagne, du 10 au 12 octobre 2014 a eu lieu la 4ème édition de l'Université d'automne en économie autrichienne.

 

Plus de 60 participants ont assisté aux différentes conférences dans les locaux du Campus Brossolette du Groupe de l'ESC Troyes.

 

Samedi 11 octobre, l'après-midi

 

Nikolay Gertchev, économiste à la Commission européenne, traite de la microfinance et de la sortie de la pauvreté.

 

Le but de la microfinance est de fournir une offre de crédit, d’épargne et d’assurance aux plus démunis.

 

Muhammad Yunus aurait fondé la première institution de microcrédit pour les pauvres, la Graamen Bank. En fait ce n’est pas la première institution de ce genre dans l’histoire. Les premières sont d’inspiration chrétienne.

 

En 1670 aux Pays-Bas, en 1689 en France, Lorenzo Tonti lance les tontines rotatives, qui sont des mises en commun de petits montants, utilisés par l’ensemble des participants, à tour de rôle.

 

En 1862 Frédéric-Guillaume Raiffeisen lance des coopératives de crédit, petites banques de villages, qui donneront naissance au Crédit Mutuel en France et au groupe Raiffeisen en Allemagne, Autriche et Suisse.

 

La microfinance de la Graamen Bank, à ses débuts, ce sont des prêts de petits montants, entre 100 et 1'000$, de courte durée, de 12 à 18 mois. Il n’y a pas d’hypothèques. Ces crédits sont garantis par un groupe. Les remboursements se font chaque semaine et le groupe se réunit chaque mois pour faire le point. Les taux d’intérêt sont élevés, de 20 à 100%, mais ils couvrent les seuls coûts administratifs. Il y a peu de créances douteuses.

 

Le processus de crédit comprend trois phases : l’octroi du prêt, une activité artisanale, le remboursement. 

 

A l’origine ces prêts étaient destinés à assurer un fonds de roulement. En réalité, pour la moitié d’entre eux, ce sont des crédits à la consommation, qui financent nourriture et vêtements. Et les emprunteurs sont des femmes, dans une très grande proportion.

 

La microfinance fonctionne en partie avec des « dons » de la part des gouvernements…

 

Dans la première version de la Graamen Bank, il s’agissait de groupes d’auto-aide, avec le concours d’ONG. Les prêts se faisaient à petite échelle, à une population essentiellement rurale et féminine. Les profits s’élevaient à 1,5 million de dollars et les subventions à 16 millions de dollars (une subvention de 11 cents par dollar prêté).

 

Dans la seconde version, l’échelle du microcrédit est planétaire. Les dépôts s’élèvent à 90 milliards de dollars et les prêts à 100 milliards de dollars. La Graamen Bank II est une banque à réserves fractionnaires qui doit faire des profits comptables et qui est régulée par un organisme de contrôle.

4ème Université d'automne en économie autrichienne à Troyes 2/2

Pourquoi s’est-on orienté vers le microcrédit ? Parce que les pauvres restaient pauvres, qu’ils ne disposaient pas d’actifs, qu’ils avaient affaire à des usuriers, que le marché ne marchait pas pour eux et que l’aide au développement avait échoué. Le microcrédit présentait les avantages de leur fournir un accès au financement, de bénéficier d’une garantie collective. Il ne s’agissait pas, prétend-on, d’une politique de redistribution. La preuve, les pauvres étaient capables de rembourser…

 

La création de richesse est-elle un problème de financement ? La réponse est non. Le crédit est en effet un échange de biens présents contre des biens qui doivent encore être produits et il n’augmente pas en soi la quantité de biens disponibles.

 

D’où proviennent les ressources ?

 

S’il y a augmentation de l’épargne réelle, alors le fonds de réserves augmente, la structure de production s’élargit, les actifs sont en hausse et les remboursements se font.

 

S’il n’y a pas augmentation de l’épargne réelle et qu’il y a seulement expansion des signes monétaires, le fonds de réserves ne change pas, l’inflation se propage (effet de Cantillon), il n’y a pas davantage de biens futurs, les remboursements ne se font pas.

 

Dans le cas de microfinance, les ressources proviennent de donateurs étrangers et du crédit bancaire local. Ces ressources ne sont pas des biens physiques réels. Il s’agit de redistribution de ressources existantes : les prix augmentent, il y a un phénomène de rareté invisible, l’amélioration de la condition de certains se fait aux dépens des autres.

 

A quoi servent les ressources ?

 

A une activité productive : les produits futurs servent à rembourser le crédit et le surplus est suffisant pour entretenir l’activité ; il y a une amélioration temporaire, mais cela conduit à un endettement progressif. 

 

A une activité de consommation : Les remboursements ont pour conséquence des restrictions de consommation futures et les ressources sont détruites.

 

L’examen des 16 règles non financières de la Graamen Bank montre bien les limites inhérentes au microcrédit, puisqu’il s’agit de créer un groupe d’entraide auto-suffisant (autarcie), de réduire le nombre d’enfants (contrôle des naissances), de réduire les dépenses (restrictions), de rejeter le système des dots (l’épargne), de mettre en commun (collectivisme) pour investir. Ces règles se traduisent finalement et concrètement par davantage de travail pour les femmes et de disponibilités pour les hommes…et par des conflits dans les familles.

 

En conclusion, il n’y a pas de solution indépendante et permanente à la pauvreté. Le microcrédit permet d’alléger les conditions de certains, mais c’est aux dépens d’autres (subventions), puisqu’en réalité c’est un outil qui leur permet de profiter de l’inflation montante (création monétaire).

4ème Université d'automne en économie autrichienne à Troyes 2/2

Guido Hülsmann, professeur d’économie à l’Université d’Angers, traite de la politique économique de la finance.

 

Le mot finance vient du verbe latin finare, qui signifie terminer, finer (vieux français), finir.

 

Le rôle de la finance est de procurer les moyens nécessaires à l’achèvement de l’activité humaine. Achever nécessite du temps. L’art de l’activité humaine est d’achever.

 

Les moyens proviennent de l’épargne. Elle est nécessaire pour alimenter la consommation de ceux qui ne produisent pas eux-mêmes les produits de consommation. L’épargne est donc en lien avec la production et la consommation.

 

D’où viennent les biens de consommation qui servent à produire d’autres biens ? Ce sont ceux qui n’ont pas été entièrement détruits.

 

Si Robinson épargne, c’est-à-dire s’il réserve une partie de ses produits d’aujourd’hui pour les jours suivants, il le fait pour lui-même. Si la dépense à la consommation diminue, les producteurs de consommation diminuent leur production et doivent augmenter leur productivité. Il en résulte l’affectation de plus de personnes à la production de biens de capital (les machines, les matières premières, les composants, les fournitures, l'éclairage, le chauffage et la publicité).

 

Dans une économie libre, la monnaie naturelle provient du libre choix des uns et des autres : les monnaies marchandises (or, argent), le bitcoin (fruit d’un algorithme protégé contre les atteintes : il est difficile de l’augmenter) sont en quantité limitée, contrairement à la monnaie fiduciaire (réserves fractionnaires). Que la masse monétaire soit limitée n’est pas un obstacle à la croissance économique. Si la production, les quantités vendues augmentent, les prix baissent.

 

De quoi est faite l’épargne ? Elle provient des revenus gagnés lors de périodes précédentes pour financer les activités de la période actuelle. C’est pourquoi l’essentiel de l’épargne est constitué du chiffre d’affaires des producteurs de biens de capital, et non pas de leur autofinancement. Ces entreprises investissent, perçoivent leur revenu global, leur chiffre d’affaires et l’affectent à leur consommation ou à leur épargne. En comparaison l’épargne des ménages est très faible. Le taux d’épargne des économies développées est de l’ordre de 60%, en France comme ailleurs.

 

Pour que la division du travail ait lieu, la finance interpersonnelle prend deux formes : intentionnelle, c’est le marché financier ; non intentionnelle, c’est la thésaurisation. Dans le cas du marché financier il y a échange d’épargne contre l’espérance d’un paiement futur, qu’il s’agisse d’obligations ou d’actions. Les deux sont bénéfiques parce qu’elles permettent la coopération entre épargnants et utilisateurs de l’épargne. Les deux formes sont donc différentes : le marché financier est contractuel et rémunère l’épargne, la thésaurisation n’a pas de bénéficiaires spécifiés et sa rémunération est indéfinie.

 

La thésaurisation est intéressante en période de baisse des prix. Mais elle a des limites. En effet il est impossible de ne rien dépenser. D’autre part l’argent tangible représente la sécurité par rapport aux produits financiers. Enfin il permet d’éviter le crédit quand le pouvoir d’achat de la monnaie grandit.

 

Quand l’Etat intervient, il crée des obligations forcées : la taxation, les assurances maladie et les retraites publiques et obligatoires, les droits de succession, les pensions alimentaires etc. Les droits et les obligations financières sont plus importants que dans une économie libre. Comment les honorer sans monnaie fiduciaire ? C’est là que l’Etat intervient dans le domaine monétaire et peut créer autant de monnaie qu’il veut. Pour ce faire, il dispose d’un instrument, la banque centrale. Les obligations financières peuvent être honorées, mais le financement réel n’est pas amélioré pour autant.

 

Le processus est le suivant : les marchés financiers montent en puissance ; les prix montent ; la thésaurisation baisse ; l’autonomie des ménages est réduite ; le gaspillage de l’épargne est facilité ; l’Etat consomme plus d’épargne qu’il n’en produit ; les freins naturels sont éliminés et l’investisseur ne prend pas de précaution.

 

L’échéance est repoussée si la population est vertueuse, mais elle intervient tôt ou tard : on entre un jour dans le mur… 

4ème Université d'automne en économie autrichienne à Troyes 2/2

Pierre Desrochers, professeur agrégé au département de géographie de l'Université de Toronto Mississauga, traite d’énergie et pauvreté.

 

Deux craintes se font jour : celle de manquer de combustibles, celle du réchauffement climatique.

 

L’énergie est à l’heure actuelle assurée à 80% par le charbon, le pétrole et le gaz et à 1% par les énergies renouvelables. 15% des personnes souffrent de pauvreté énergétique et 10% de précarité et de pauvreté.

 

On vit plus longtemps et en meilleure santé, mais on utilise aussi plus d’énergie. Les proportions d’utilisation de l’énergie ont changé au cours de l’histoire. Dans le passé l’essentiel de l’énergie provenait des énergies renouvelables : l’air et le soleil sont gratuits.

 

Mais il s’est posé le problème de la disponibilité de l’énergie en tout temps. L’électricité doit être créée et livrée en temps réel, ce que ne permettent ni l’énergie éolienne, ni l’énergie solaire. La seule énergie renouvelable qui le permet est la biomasse – c’est d’ailleurs la principale source d’énergie renouvelable –, mais elle produit du CO2…

 

Quoi qu’il en soit, dans les pays sans électricité, la précarité règne. Ce n’est pas un hasard si c’est le cas de 600 millions d’Africains…

 

Les énergies renouvelables se heurtent à la réalité. Et la réalité n’est pas une option.

 

Dimanche 12 octobre, le matin

4ème Université d'automne en économie autrichienne à Troyes 2/2

Guido Hülsmann parle ce matin de l'impact de la politique monétaire sur la répartition des revenus et des patrimoines.

 

1) Evolution récente de la distribution des revenus et des patrimoines nets

 

Aux Etats-Unis, les salaires moyens des secteurs financiers étaient le double de ceux des autres secteurs il y a trente ans. Aujourd'hui ils sont le quadruple des autres. Le développement des marchés financiers s'est accompagné de celui des rémunérations des leurs acteurs.

 

Le ratio Gini de revenus des ménages était de 0,38 en 1947. Il a baissé jusqu'à 0,34 en 1968 et se trouve aujourd'hui à 0,440. Pour rappel, le ratio Gini est égal à 0 quand tous les revenus sont égaux. Plus il est élevé, plus est inégalitaire leur répartition. Il n'est pas étonnant que le ratio Gini le plus élevé le soit dans les pays les plus pauvres...

 

  Revenus moyen et médian des ménages américains   
  1969 1989 1998 2010  
Moyen 56,7 64,2 69,4 67,5  
Médian 49,8 50,8 52,0 49,4  
Ratio 1,14 1,26 1,33 1,37  

 

Le grand saut intervient dans la moitié des revenus les plus élevés. La hausse du ratio revenu moyen/revenu médian montre que ce sont les revenus les plus aisés qui ont évolué le plus fortement.

 

  Patrimoines nets moyens et médians des ménages américains
  1969 1989 1998 2007 2010
Moyen 232,5 325,8 361,5 563,8 463,8
Médian 63,6 78,2 81,2 107,8 57
Ratio 3,66 4,17 4,45 5,23 8,14

 

L'évolution du ratio patrimoine net moyen/patrimoine net médian est encore plus significative (on entend par patrimoine net la somme des patrimoines financiers et non financiers déduction faite des dettes).L'écart s'est encore plus creusé quand les vannes de la politique monétaire ont été ouvertes. Ce sont les patrimoines financiers qui en ont profité pour s'accroître et qui ont creusé l'écart.

 

  Patrimoines nets moyens et revenus moyens des ménages américains
  1969 1989 1998 2007 2010
Patrimoine net moyen 232,5 325,8 361,5 563,8 463,8
Revenu moyen 56,7 64,2 69,4 71,1 67,5
Ratio 4,10 5,07 5,21 7,93 6,87

 

Ce dernier tableau montre l'inflexion subie après la crise de 2007-2008.

 

2) L'interventionnisme et les inégalités

 

Qu'est-ce que l'interventionnisme? C'est une commande issue d'un gouvernement, qui emploie la force pour l'exécuter.

 

L'interventionnisme a pour effet d'inciter les citoyens à employer leur propriété autrement que ce qu'ils auraient fait d'eux-mêmes.

 

Comment? En taxant les revenus, en réglementant l'économie, en créant de la monnaie ex nihilo.

 

La création de monnaie fiduciaire, à la faveur de réserves fractionnaires, produit l'effet de Cantillon. Si la création monétaire est trop forte, il y a très forte désincitation à détenir des liquidités.

 

En conséquence de cette désincitation, il y a une demande supplémentaire pour les biens de patrimoine (sinon il y aurait une part de thésaurisation) et une offre supplémentaire des titres financiers. Il devient rationnel de s'endetter (en s'endettant à un taux fixe, le poids de la dette diminue quand les revenus augmentent).

 

La propension à s'endetter au-delà du raisonnable est alors le fait des particuliers, des investisseurs et des gouvernements, qui ne sont pas incités à se comporter de manière responsable. C'est ce que l'on appelle l'aléa moral.

 

En effet la banque centrale (qui crée la monnaie de base) empêche qu'il y ait effondrement des banques commerciales (qui créent la monnaie scripturaire), mais elle ne pourrait pas faire ce qu'elle veut sans les lois qui lui permettent d'imposer cours légal et cours forcé...

 

Ce mécanisme est le facteur clé, observé au cours des 40 dernières années, qui explique l'accroissement des inégalités en faveur des revenus et des patrimoines financiers.

4ème Université d'automne en économie autrichienne à Troyes 2/2

Pierre Desrochers parle de pauvreté et développement durable.

 

Selon les auteurs réactionnaires et romantiques du XIXe siècle, les ressources seraient limitées; la recherche du profit empêcherait d'avoir une vision à long terme; les bénéfices n'iraient qu'à une minorité d'individus et la pollution irait de pair avec la réduction des coûts de production. En conséquence il faudrait vivre en autarcie, d'aucuns préconisant d'ailleurs un végétarisme radical.

 

On retrouve cette nostalgie de l'âge d'or, qui n'a jamais existé, dans les années 1960 et 1970 avec le retour à la terre et aujourd'hui avec la simplicité volontaire, l'agro-écologie, la permaculture.

 

Selon ces adeptes, la décroissance serait soutenable. L'empreinte écologique permettrait de dire qu'il y a surconsommation des ressources de la planète: au rythme de consommation actuelle, 3 à 4 planètes seraient nécessaires pour l'humanité entière. Cet impact de l'homme se vérifierait par la formule I = P A T, où P est la population, A le niveau de vie et T la technologie.

 

Bref, c'était mieux avant... l'ère industrielle.

 

Or les technologies primitives étaient destructrices de l'environnement:

 

- destruction de la mégafaune (holocauste aviaire)

- déforestation (le bois servant de combustible, étant utilisé pour les constructions etc.)

- culture sur brûlis (ne permettant qu'une ou deux récoltes, étant un phénomène planétaire)

 

Au cours des 20 dernières années, au contraire il y a eu reforestation, la déforestation signifiant davantage de pauvreté... Cette reforestation - on parle de transition forestière - permet l'élaboration de produits qui sont des substituts à ceux du pétrole...

 

En réalité, les entreprises n'ont jamais aucun intérêt à gaspiller. Elles éliminent le gras mais ne se coupent pas la jambe. L'évolution de la technique leur permet de faire toujours plus et mieux en utilisant moins de ressources.

 

Les entreprises les plus florissantes sont même celles qui créent des sous-produits à partir des résidus de leur production et qui élaborent des substituts aux ressources existantes (en traitement de l'information, le cuivre a ainsi été remplacé par les fibres optiques puis par les satellites, etc.).

 

En conclusion, le développement durable, c'est faire plus avec moins. Pauvreté et stagnation sont, en fait, insoutenables. Plus on est riche, plus on peut se protéger des aléas du climat et protéger l'environnement.

 

Francis Richard

 

Episode précédent:

 

4ème Université d'automne en économie autrichienne à Troyes 1/2

Partager cet article

Repost 0
Published by Francis Richard - dans Rencontres libérales
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Francis Richard
  • : Ce blog se veut catholique, national et libéral. Catholique, il ne s'attaque pas aux autres religions, mais défend la mienne. National, il défend les singularités bienfaisantes de mon pays d'origine, la France, et celles de mon pays d'adoption, la Suisse, et celles des autres pays. Libéral, il souligne qu'il n'est pas possible d'être un homme (ou une femme) digne de ce nom en dehors de l'exercice de libertés.
  • Contact

Profil

  • Francis Richard
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.

Références

Recherche

Pages