Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juillet 2015 3 08 /07 /juillet /2015 17:00
La Passagère et soixante autres petits faits divers, d'Alphonse Layaz

Le fait divers est considéré avec condescendance. Le Larousse le définit d'ailleurs comme un "événement sans portée générale qui appartient à la vie quotidienne". On n'est pas plus aimable... Un fait indéfinissable est ainsi classé dans les divers faute de mieux, parce qu'il ne relève d'aucune catégorie. Ce qui devrait au contraire, à mon sens, attirer l'attention.

 

De plus, les petits faits divers qui émaillent la vie quotidienne ont une portée plus générale qu'on ne croit. Parce qu'ils sont, tout petits soient-ils, révélateurs de notre humaine condition et qu'ils sont bien souvent le meilleur truchement pour passer du particulier à l'universel. S'il en fallait une démonstration, La Passagère d'Alphonse Layaz l'administrerait.

 

Pour mettre de bonne humeur le lecteur, l'auteur a mis au début de son livre cette épitaphe signée Jacques Prévert:

Fée d'hiver, magicien du printemps,

on peut tout faire là-dessus.

Généralement ce sont plutôt les méfaits divers.

et il a donné pour titre générique à l'ouvrage celui d'un premier petit fait divers où sont projetés au sol celui qui se narre et une charmante passagère d'un tramway bernois, à la suite d'un arrêt intempestif, qui les fait (sic) se retrouver dans la position d'amoureux transis, faisant du bouche à bouche...

 

Les faits qu'Alphonse Layaz rapporte sont, en fait, si j'ose, très divers.

 

Il en est qui sont de vrais méfaits, tels celui où un pauvre diable se fait détrousser par un voleur à la petite semaine ou celui où une jeune fille est désignée coupable d'un vol, à la faveur d'un stratagème, par celle qui l'a commis.

 

Il en est d'historiques tels celui où un chien laisse trace de ses pattes sur le mur fraîchement maçonné d'une maison de Pompeï ou celui où des grognards de Napoléon échappent à l'hécatombe de l'épopée parce qu'atteints de phlébites.

 

Il en est de drôles tel celui où un gamin prénommé Aurèle, sur le conseil de son copain Marc, perché sur un arbre, en tombe parce que la branche sur laquelle il est assis cède alors qu'il regarde une femme nue par le trou d'une haie et en est tout ému à l'entrejambe.

 

Il en est de mélancoliques tel celui où un homme croise dans l'escalier sa femme qui le quitte pour un autre qu'il n'a pas voulu voir venir: "De la fenêtre, il l'avait regardée se fondre dans la foule et disparaître lentement comme un souvenir qui chercherait à s'évanouir dans la tiédeur d'un soir d'été."

 

Il en est de coquins tel celui où le narrateur revoit Myriam, une ex, trente-six ans après leur histoire sentimentale sans lendemain, dans le Motel 18: "Sur le grand lit de la chambre 17 s'offrait à moi, en vrai, La Création du Monde, et c'est agenouillé que j'honorai sa fleur d'amour en un acte d'adoration que les élus du paradis auraient pu m'envier.

 

Faits vrais ou inventés, souvenirs d'enfance ou pas, rassemblés pêle-mêle, tous ces faits sont bien divers, et variés. Divers par les registres dans lesquels l'auteur s'exprime, par les sujets qu'il traite et par les époques auxquelles il remonte.

 

Tous ces faits rapportés sont des miniatures littéraires, d'une à quelques pages, six tout au plus, qui, comme les miniatures picturales exigent de fines petites touches du pinceau ou du couteau, remplissent l'exigence, d'un genre l'autre, d'être de petits bijoux d'écriture, qui emportent la conviction du lecteur.

 

Francis Richard

 

La Passagère et soixante autres petits faits divers, Alphonse Layaz, 208 pages, L'Aire

Partager cet article

Repost 0
Published by Francis Richard - dans Lectures d'aujourd'hui
commenter cet article

commentaires

Alphonse Layaz 11/07/2015 06:10

Je lis avec plaisir votre commentaire sur mon dernier ouvrage "La passagère et soixante autres petits faits divers" que me transmettent les éditions de l'Aire.
Détail amusant : la première histoire ne se déroule pas à Genève mais à Berne et le nom des stations du tramway aurait pu être une indication, comme Wander, Montbijou (strasse) Hirschengraben, Hauptbahnhof... Peu importe, l'essentiel étant de parler d'un ouvrage qui contient des faits divers, une matière, comme vous le dites si joliment, habituellement méprisée, à tort. En tout cas, merci de votre attention qui me touche beaucoup.
Alphonse Layaz

Francis Richard 11/07/2015 12:36

Merci beaucoup pour votre précision.

Quand je me rends à Genève ou à Berne, je pars toujours à pied depuis la gare sans emprunter les transports publics... Mais vous avez raison, j'aurais dû tout de même faire une lecture plus attentive...

Je remplace "tramway genevois" par "tramway bernois"...

Bien à vous,

Francis Richard

Présentation

  • : Le blog de Francis Richard
  • : Ce blog se veut catholique, national et libéral. Catholique, il ne s'attaque pas aux autres religions, mais défend la mienne. National, il défend les singularités bienfaisantes de mon pays d'origine, la France, et celles de mon pays d'adoption, la Suisse, et celles des autres pays. Libéral, il souligne qu'il n'est pas possible d'être un homme (ou une femme) digne de ce nom en dehors de l'exercice de libertés.
  • Contact

Profil

  • Francis Richard
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.

Références

Recherche

Pages