Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 décembre 2015 7 13 /12 /décembre /2015 19:00
La comédie du climat, d'Olivier Postel-Vinay

Avec l'accord "juridiquement contraignant" - comment s'exercera la contrainte? - sur lequel s'est conclue la COP21, le rideau s'est provisoirement baissé sur La comédie du climat, décrite de manière plaisante dans le livre éponyme d'Olivier Postel-Vinay

 

En résumé, si l'on en croit les gazettes, les parties de la conférence de Paris se sont entendues pour contenir l'augmentation de la température moyenne globale "en-deçà" de 2°C (depuis le début de l'ère industrielle, nous en serions à + 0,8°C) en "fixant", "aussi rapidement que possible", un pic d'émissions de CO2.

 

Avec ce pic mobile, qui risque fort bien de reculer au fur et à mesure que le temps s'écoulera, on peut dire que le ridicule ne tue pas - heureusement (ou pas...) - ceux que Molière aurait appelés des précieux.

 

Les sujets, qui fâcheraient le Sénat américain, ont d'ailleurs été mis précieusement en annexe de l'accord "historique" (c'est dire qu'ils ont peu de chance de se concrétiser). Il en est ainsi:

- du plancher de 100 milliards de dollars par an qui devraient être versés par les pays développés à ceux qui ne le sont pas et qui ne demandent qu'à l'être

- de la compensation pour les conséquences irréversibles du réchauffement climatique: un nouvel engagement financier devrait être formulé d'ici 2025...

 

Un succès, vous dis-je. Historique de surcroît...

 

Comme le montre Olivier Postel-Vinay, rien de moins scientifique que la température moyenne globale, mais c'est un indice qui peut être utile, sous réserves. Car les calculs de cette moyenne sont pour le moins sujets à caution.

 

Pour établir cette mirifique moyenne on se base en effet sur des mesures bancales, effectuées au sol et à la surface des mers, et on ne tient pas compte des mesures effectuées par satellite, qui ont certainement le tort de ne pas démontrer ce que l'on veut démontrer, à savoir une tendance à la hausse...

 

En tout cas ce sont les pays en voie de développement qui vont être contents. Ils vont (peut-être) recevoir des ponts d'or de la part des pays riches, sous prétexte - c'est le plus beau de l'histoire - de lutter contre une menace qui n'est pas scientifiquement avérée, mais qui est l'aboutissement d'une pensée unique tout ce qu'il y a d'orwellienne.

 

L'intérêt du livre d'Olivier Postel-Vinay repose surtout, par rapport à d'autres livres sur le sujet du climat, et du réchaufement dudit climat, sur la description de la comédie humaine, que joue, devant le théâtre planétaire, la communauté scientifique qui jouit des places et des honneurs et qui entend bien continuer à en jouir. Non mais!

 

Mais, auparavant, il rappelle qu'en 2007, le film d'Al Gore, Une vérité qui dérange (sorti en 2006), devait être projeté au Royaume-Uni dans toutes les écoles publiques. Sur plainte d'un parent d'élève d'une de ces écoles, l'affaire a abouti devant la justice britannique qui, dans un jugement, a souligné le caractère politique de ce film et y a relevé neuf erreurs scientifiques...

 

Dans un chapitre molièresque, Olivier Postel-Vinay revient sur le spectacle affligeant de deux affaires de piratage informatique, celle, en 2009, du site RealClimate - le Climategate -, exploitée par le lobby des énergies fossiles, et celle, en 2012, du site du Heartland Institute, soutenu par ledit lobby.

 

L'auteur remarque in fine qu'Ivar Giaver, Prix Nobel de physique 1973, qui ne peut être soupçonné d'avoir un lien quelconque avec le lobby en question, quelques mois avant cette deuxième affaire, a démissionné de la Société américaine de physique pour protester contre l'adhésion sans réserves de celle-ci à la religion climatique.

 

Dans un autre chapitre, l'auteur donne finalement raison aux climato-sceptiques qui s'étaient gaussés en 2013 de l'aventure survenue, à la veille de Noël, à l'Akademik Chokalski, un navire pris dans les glaces de l'Antarctique, avec à son bord des scientifiques main stream. Il cite en effet le communiqué de la NASA de septembre 2014:

"L'extension de glace de mer entourant l'Antarctique a atteint un nouveau record, couvrant plus de surface océanique que jamais depuis des mesures par satellite à la fin des années 1970."

 

Dans d'autres chapitres, à partir d'exemples concrets, l'auteur fait des remarques désobligeantes ou se pose des questions iconoclastes (c'est pas bien):

- "Il y a bien des régions où la "montée" des eaux menace les installations humaines, mais c'est souvent le niveau de la terre ferme ou son mouvement qui est en cause."

- "Puisque le réchauffement médiéval s'est produit sans augmentation des gaz à effet de serre, pourquoi en irait-il différemment pour le réchauffement actuel, qui pour l'instant du moins est du même ordre de grandeur?"

 

Ce qui est encore moins bien, c'est que l'auteur consacre pas moins de trois chapitres à la fameuse courbe de hockey, établie par Michael Mann, qui illustre les premiers rapports du GIEC et qui, contre toute vraisemblance, est plate jusqu'à la fin du XXe siècle où elle se redresse tout soudain: plus d'optimum médiéval, ni de petit âge glaciaire... Aplatis!

 

Dans ces chapitres, il s'étonne que les données ayant servi à l'établissement de la hausse des températures au XXe siècle établie par Mann et par d'autres chercheurs ne soient pas disponibles (des soupçons ne pèsent-ils pas lourdement sur leur validité? le Climategate n'était-il pas fondé en définitive?), et que les institutions britanniques couvrent leurs chercheurs.

 

En fait, ce petit monde se serre tout simplement les coudes dans l'adversité et se cautionne mutuellement...

 

Dans cet esprit, Olivier Postel-Vinay aborde dans son livre la question des publications dans des revues scientifiques, indispensables à la carrière des chercheurs et à l'obtention par eux de subventions pour leurs recherches. Ce système les conduit à privilégier le court terme au long terme.

 

Il n'est pas étonnant dans ces conditions que les résultats des études publiées soient souvent biaisés, non répliqués et non reproductibles, et, même, faux. Et comme les revues par des pairs ne font pas l'objet de vérifications indépendantes...

 

Or ce sont les études scientifiques sur lesquelles se basent les hommes politiques pour prendre des décisions... Quand, en plus, des scientifiques, qui n'en sont pas moins hommes, s'adonnent à l'idéologie, ils quittent définitivement avec eux le domaine scientifique pour le religieux.

 

Nombre de climatologues sont ainsi adeptes de l'environnementalisme, qui, selon Freeman Dyson, "a remplacé le socialisme comme principale religion séculière":

"Il y a une religion séculière mondiale que l'on peut appeler l'environnementalisme, selon laquelle nous sommes des serviteurs de la Terre, que spolier la planète avec les produits à jeter de notre mode de vie luxueux est un péché et que la voie de la morale est de vivre le plus frugalement possible."

 

Dans son avant-propos, l'auteur écrit que, s'il devait se trouver un qualificatif, il se donnerait celui de "climatoagnostique". La Thèse selon laquelle "la Terre se réchauffe, du fait des activités humaines" ne peut, selon lui, être ni démontrée, ni infirmée.

 

Dans son épilogue, il demeure bien agnostique en matière de climat et livre à la méditation du lecteur cette pensée qu'il prête à un philosophe chinois fruit de son imagination : "Toute fausse croyance générée au sein de l'esprit démocratique prête le flanc à des tentatives souvent très réussies d'exploitation et d'intoxication, en provenance d'une foule d'acteurs qui y trouvent leur intérêt."

 

Francis Richard

 

Publication commune avec lesobservateurs.ch

 

La comédie du climat - Comment se fâcher en famille sur le réchauffement climatique, Olivier Postel-Vinay, 264 pages, JC Lattès

 

Olivier Postel-Vinay parle de son livre sur YouTube:

Partager cet article

Repost 0
Published by Francis Richard - dans Climat
commenter cet article

commentaires

Ben Palmer 13/12/2015 21:29

Personne ne peut régler la température de notre planète à moins de connaître l'endroit où se cache le thermostat et d'y avoir accès.
Les températures moyennes annuelles des USA se situent entre 21.5°C (Florida) et -3.0°C (Alaska).
Ce qu'on peut tenter de régler et ce qu'on peut mesurer (ou estimer) au niveau national, ce sont les émissions de CO2. Mais on est loin, très loin, de pourvoir en déduire l'effet sur la température globale (!). D'autant plus que les variations naturelles ne sont pas du tout pris en compte, ni les erreurs dus à l'échantillonnage.
En résumé, aucun des signataires de l'accord COP 21 ne saura jamais si sont action a un quelconque effet sur le climat. Pas contre, les citoyens pourront mesurer directement combien d'argent l'Etat tirera de leur poche. Il semble qu'il y ait ni plan ni contrôle en ce qui la "redistribution" des milliards collectés par les Nations Unies.

Présentation

  • : Le blog de Francis Richard
  • : Ce blog se veut catholique, national et libéral. Catholique, il ne s'attaque pas aux autres religions, mais défend la mienne. National, il défend les singularités bienfaisantes de mon pays d'origine, la France, et celles de mon pays d'adoption, la Suisse, et celles des autres pays. Libéral, il souligne qu'il n'est pas possible d'être un homme (ou une femme) digne de ce nom en dehors de l'exercice de libertés.
  • Contact

Profil

  • Francis Richard
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.

Références

Recherche

Pages