Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 août 2016 3 17 /08 /août /2016 22:55
Un thé avec mes chères fantômes, de Mélanie Chappuis

A Genève hors les murs, au lieu-dit Campagne-Masset, se trouve une propriété, le domaine de Châtelaine, qui date du XVIIe siècle. Sur ce domaine, aujourd'hui bien morcelé, qui descendait jusqu'au Rhône, se dresse un manoir, un pavillon à l'italienne, la Châtelaine, qui, dans sa forme actuelle, remonte au XVIIIe siècle.

 

Ce manoir abrite aujourd'hui la famille Chappuis. Mélanie et Philippe - une Chappuis peut en cacher un autre - sont l'une auteur, l'autre dessinateur et peintre... Un tel logis familial oblige: d'y habiter Mélanie Chappuis se sent non pas une châtelaine, mais une privilégiée qui cherche à mériter sa chance.

 

Dans ce roman, Un thé avec mes chères fantômes, où se rencontrent passés documentés et présents vécus, faits et fictions, la narratrice, qui n'est autre que l'auteur, dialogue avec deux femmes qui la hantent (elle les laisse aussi monologuer) et qui viennent prendre le thé avec elle pour évoquer leurs vies de femmes.

 

L'une s'appelle Michée Chauderon. Elle a vécu au XVIIe siècle et a eu un destin tragique: elle a été la dernière femme à avoir été pendue et brûlée à Genève, le 6 avril 1652, pour sorcellerie, et a donné son nom à un chemin situé à l'ouest du domaine. Mélanie admire cette chère fantôme parce qu'elle s'est montrée libre et l'a payé au prix fort:

 

Elle s'est permis l'amour hors mariage, elle a pris le risque de la médecine par les plantes en un temps où l'accusation de sorcellerie menaçait chacune, elle a effectué des aller-retour entre la France et Genève, dédaignant son bannissement [...]. Elle n'avait ni famille ni amis pour la juger, lui indiquer un chemin quelconque des convenances.

 

L'autre chère fantôme, Emma Vieusseux, a vécu au domaine, au XIXe siècle, est restée célibataire et n'a pas eu d'enfants. Elle a écrit des romans et nouvelles: J'ai parlé beaucoup du couple, dans mes romans, remarquez, on n'a pas toujours besoin d'avoir l'expérience des choses pour en posséder la connaissance.

 

Emma a fait le choix de l'autocensure pour garder son rang (ce qui désole Mélanie). Elle n'a jamais senti aussi bien la présence de Dieu que dans ses moments de création, mais davantage en dessinant qu'en écrivant: l'écriture nous monopolise plus entièrement, je crois, l'esprit se ferme au monde, alors qu'il s'ouvre lorsque l'on tente de reproduire ce que voient nos yeux.

 

Ces trois femmes, qui, à un moment, conversent entre elles, en prenant le thé, sont très différentes, sans doute parce que leurs époques le sont. Et Mélanie, bien que la sienne ne soit pas parfaite et que des scénarios catastrophes ne soient jamais exclus, mesure sa chance d'être une femme occidentale d'aujourd'hui et le leur dit:

 

Vos destins à toutes deux me font envisager le mien avec une reconnaissance redoublée. J'ai fait de la liberté mon cheval de bataille et rencontré peu d'obstacles en chemin. J'ai pu changer de partenaire souvent, travailler, avoir des enfants, divorcer et me remarier, abriter dans cette maison notre grande famille recomposée, écrire sur l'amour, les femmes ou la religion, sans jamais me museler.

 

Comment rester fidèle à ses chères fantômes? S'adressant à Emma, Mélanie écrit: Michée, c'était la femme hors de la maison, exclue, refoulée, vous, vous étiez la femme dans la maison, coupée des autres, ne fréquentant que ceux de votre rang, moi je dois pouvoir aller et venir entre Châtelaine et le dehors, défendre votre héritage à Michée et à vous tout en inventant le mien.

 

Et cet héritage prend tournure à chaque publication de cet écrivain qui se situe bien à la fois dans le monde et hors du monde.

 

Francis Richard

 

PS

 

Ce livre, qui comprend une introduction savante d'Anne Bruchez, est non seulement oeuvre d'écrivain, mais il est un magnifique objet: il est illustré de dessins d'Emma Vieusseux et d'aquarelles de Zep; la couverture est également de Zep.

 

Un thé avec mes chères fantômes, Mélanie Chappuis, 104 pages Éditions Encre Fraîche (à paraître)

 

Livres précédents:

Des baisers froids comme la lune Bernard Campiche Editeur (2010)

Maculée conception Editions Luce Wilquin (2013)

Dans la tête de...  Editions Luce Wilquin (2013)

L'empreinte amoureuse L'Âge d'Homme (2015)

Dans la tête de... tome II / Chroniques L'Âge d'Homme (2015)

Partager cet article

Repost 0
Published by Francis Richard - dans Lectures d'aujourd'hui
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Francis Richard
  • : Ce blog se veut catholique, national et libéral. Catholique, il ne s'attaque pas aux autres religions, mais défend la mienne. National, il défend les singularités bienfaisantes de mon pays d'origine, la France, et celles de mon pays d'adoption, la Suisse, et celles des autres pays. Libéral, il souligne qu'il n'est pas possible d'être un homme (ou une femme) digne de ce nom en dehors de l'exercice de libertés.
  • Contact

Profil

  • Francis Richard
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.

Références

Recherche

Pages