Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 septembre 2013 6 21 /09 /septembre /2013 17:15

Don Quichotte DORMONDDon Quichotte est un personnage mythique, celui d'un chevalier errant, d'un redresseur de torts, d'un illuminé sujet aux moqueries, s'attaquant aux moulins à vent qu'il prend pour des géants.

 

C'est parce qu'Alonso Quijano a lu des livres de chevalerie qu'il s'est pris un jour pour le chevalier errant don Quichotte... Ces lectures nocives lui ont alors fait perdre la raison...

 

Dans son roman, Sabine Dormond raconte les aventures d'un fou d'aujourd'hui, qui se croit la réincarnation du don Quichotte imaginé par Cervantes il y a quelque quatre siècles, après avoir lu son livre éponyme.

 

L'expression "sur le retour", dans le titre du livre de Sabine Dormond, est donc bien choisie puisqu'elle exprime à la fois  le retour du héros de Cervantes en même temps que le retour d'âge de l'expression usuelle, qui ne peut se comprendre qu'après avoir terminé le livre.

 

Ce don Quichotte actuel s'appelle Alonso Kessel. Alors que celui de Cervantes ne rencontre jamais sa Dulcinée du Toboso, celui-ci rend une visite, qu'il croit de courtoisie, à Dulcinée Bolomey dans son cabinet de psy alors qu'elle est en consultation.

 

Dulcinée Bolomey, séduite par ses extravagances, commet la faute professionnelle de s'enticher de ce patient hors norme qui a sauté par la fenêtre après avoir dévasté son cabinet. Après quelques virées mouvementées, sur le porte-bagages de Rossinante, le cheval usé, à deux cycles, de ce fou d'Alonso, celui-ci l'invite à manger chez lui.

 

Après ce repas délectable, Dulcinée, qu'il a pris pour une muse, ne sait toujours pas si Alonso, qu'elle a pris pour un patient, partage la passion dévorante qu'elle éprouve pour lui. Du coup, pour se soulager, elle compose une Ode du fou, que n'aurait pas désapprouvé Erasme, l'auteur de l'Eloge de la folie, ode qui comporte des considérations bien dignes d'une psy.

 

Finalement Alonso et Dulcinée convolent en justes noces et ont, sinon beaucoup d'enfants, du moins, bientôt, deux rejetons, Maxime et Julie. Cette dernière - bon sang d'hidalgo imaginé ne saurait mentir, quand il est transfusé à sa progéniture - s'avère capable de provoquer autant de catastrophes que son déjanté de père.

 

Pour stopper la contamination, Dulcinée décide "sur un ton qui ne souffre pas la moindre contestation", de "vider la bibliothèque", de "débarrasser tout ce que la maison contient de livres". Alonso ne pourra lire le journal qu'à "des doses homéopathiques" et devra se contenter du JT pour s'informer et de "la liste des commissions comme lecture"...

 

Don Quichotte quitte cette vie de famille qui est devenue un calvaire avec la ferme volonté d'accomplir "quelque prouesse digne d'être relatée à la postérité". Après que sa Rossinante a rendu son dernier souffle sur une route de campagne, il fait, chemin faisant à pied, connaissance avec Sancho Pahud...

 

Don Quichotte revient un beau jour à la maison sans donner explication qui tienne et repart très vite après avoir essuyé un chapelet de blâmes:

 

"Fidèle à lui-même, il est parti sans penser à mal, en quête d'exploits dignes de forcer l'admiration de sa dame. Et voilà qu'après lui avoir reproché son absence, Dulcinée se plaint de sa présence. Voilà bien le paradoxe et l'inconstance de la gent féminine. Marri de cet accueil, il ne tarde pas à repartir, son petit balluchon sur l'épaule, l'âme en peine et l'esprit mortifié."

 

Les aventures se succèdent à un rythme trépidant. Et continue le chassé-croisé de Dulcinée et Alonso, ces "deux êtres qui s'aimantent et se repoussent, trop fiers pour admettre leurs erreurs, trop épris pour s'oublier". Et le temps passe, à toute allure, au propre et au figuré.

 

L'écriture devient pour Dulcinée un "jardin secret", "un petit plaisir solitaire": cette pratique a sur elle un "effet libérateur et bénéfique". Ce n'est pas le moindre paradoxe que ce soit celle qui a banni un jour les livres de la maison qui se mette à en écrire...

 

Tout au long du récit, Saint-Pierre et le Tout-Puissant s'arrêtent aux pages du Grand Livre des existences relatives à ce couple, qui demeure, comme tous les couples, une équation à deux inconnues. Les questions que pose le porteur des clés du Ciel à son Seigneur sont naïves et les commentaires que tous deux font sont frappés aux coins du bon sens et de leur perplexité parce qu'ils ont le bénéfice de la distance.

 

Sabine Dormond a un véritable talent de conteuse. Elle utilise avec bonheur les malentendus, qui provoquent les rebondissements. Elle fait des rapprochements désopilants, qui contribuent à rendre palpables le burlesque et le décalé de son Chevalier à la Triste-Figure. Elle donne par là-même matière à réflexion, tant il est vrai que l'humour est la meilleure arme pour rendre compte de la réalité.

 

Après avoir lu ce livre, le lecteur impénitent est rasséréné, puisqu'il en vient à accepter sa propre folie... et n'est pas enclin à y renoncer de sitôt.

 

Francis Richard

 

Don Quichotte sur le retour, Sabine Dormond, 160 pages, Editions Mon Village

 

Livre précédent de Sabine Dormond:

 

Full sentimental et autres nouvelles

Partager cet article

Repost 0
Published by Francis Richard - dans Lectures d'aujourd'hui
commenter cet article

commentaires

DF 22/09/2013 15:39


Je suis en train de le lire...

Francis Richard 22/09/2013 17:00



Bonne lecture, cher Daniel !



Présentation

  • : Le blog de Francis Richard
  • : Ce blog se veut catholique, national et libéral. Catholique, il ne s'attaque pas aux autres religions, mais défend la mienne. National, il défend les singularités bienfaisantes de mon pays d'origine, la France, et celles de mon pays d'adoption, la Suisse, et celles des autres pays. Libéral, il souligne qu'il n'est pas possible d'être un homme (ou une femme) digne de ce nom en dehors de l'exercice de libertés.
  • Contact

Profil

  • Francis Richard
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.

Références

Recherche

Pages