Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 mai 2022 4 19 /05 /mai /2022 19:45
La neutralité de la Suisse et la guerre en Ukraine 2

Le 6 août 2014, je publiais un article sur La neutralité de la Suisse et la guerre en Ukraine. J'y rappelais que la neutralité de la Suisse trouvait son origine dans la défaite de Marignan (1515) à partir de laquelle fut mis fin à la politique d'expansion des Confédérés.

 

Après une courte période, entre 1798 et 1815, la neutralité de la Suisse a toujours été effective, jusqu'en 1989. Depuis, notamment à la suite de son adhésion à l'ONU en 2002, la neutralité suisse d'absolue est devenue de plus en plus relative, bien que deux articles de la Constitution suisse stipulent qu'elle doive être préservée.

 

Ainsi l'article 173 de la Constitution précise-t-il que la première des tâches et compétences de l’Assemblée fédérale est de prendre les mesures nécessaires pour préserver la sécurité extérieure, l’indépendance et la neutralité de la Suisse.

 

Ainsi l'article 185 de la Constitution précise-t-il dans son premier alinéa que le Conseil fédéral prend des mesures pour préserver la sécurité extérieure, l’indépendance et la neutralité de la Suisse.

 

Ce qu'est, ou n'est pas, la neutralité de la Suisse n'est toutefois pas inscrit dans la Constitution, ce qui - c'est regrettable - permet à d'aucuns de dire et/ou de faire n'importe quoi à son sujet, à d'autres de la violer carrément en relativisant la neutralité, en la rendant prétendument flexible.  

 

Déjà en 2014, au moment de l'annexion de la Crimée, la Suisse a pris des sanctions économiques contre la Russie, assimilables à de véritables actes de guerre 1, emboîtant le pas aux États-Unis et à l'Union européenne.

 

À l'époque, il ne s'agissait pas encore de rapprochement de la Suisse avec l'OTAN, comme le souhaite la Cheffe du Département de la Défense Viola Amherd, représentant le Centre, ou de rattachement à cette organisation militaire comme le voudrait le président du Parti Libéral Radical Thierry Burcart.

 

À l'époque, il ne s'agissait pas non plus d'exporter des armes et des munitions à l'un des belligérants, en plein conflit, c'est-à-dire de favoriser un soi-disant Camp du Bien contre ce qui serait le Camp du Mal.

 

À titre individuel, un Suisse peut avoir une opinion sur le conflit, condamner l'invasion de l'Ukraine par Vladimir Poutine et/ou en rechercher les causes profondes, mais les autorités suisses ont le devoir constitutionnel et moral de préserver la neutralité du pays.

 

En effet la neutralité de la Suisse originelle lui a permis d'assurer sa cohésion intérieure, de rester à l'écart des conflits, de poursuivre des échanges avec des belligérants, de remplir au XXe siècle une fonction d'équilibre européen, d'offrir ses bons offices 1.

 

Cet abandon progressif de la neutralité de la Suisse, qui se traduit aujourd'hui par un parti pris effectif du pays pour l'un des belligérants contre un autre, est donc contraire à la fois à la sécurité et au bien-être des habitants de la Suisse et à l'instauration d'un dialogue de paix entre les nations.

 

Alors que, pendant plus de deux siècles, tant bien que mal, la Suisse a su conserver ce rôle de médiateur entre les nations, il serait dommageable aussi bien pour les habitants de la Suisse que pour les pays occidentaux d'y renoncer réellement, définitivement. 

 

À défaut de médiation de la Suisse, orfèvre en la matière, entre l'Occident, d'une part, et la Chine, l'Inde et la Russie, d'autre part, c'est le monde qui pourrait en subir les conséquences et la Suisse, en premier lieu, petit pays de Guillaume Tell, qui ne pèse lourd dans ce concert que par son indépendance et sa neutralité.    

 

Francis Richard

 

1 - Citation de mon article évoqué plus haut.

 

Publication commune avec lesobservateurs.ch

Partager cet article
Repost1

commentaires

J
La Suisse doit rester neutre. C'est sa force. Elle n'a pas à prendre partie entre la Russie et l'Ukraine.
Répondre

Présentation

  • : Le blog de Francis Richard
  • : Ce blog se veut catholique, national et libéral. Catholique, il ne s'attaque pas aux autres religions, mais défend la mienne. National, il défend les singularités bienfaisantes de mon pays d'origine, la France, et celles de mon pays d'adoption, la Suisse, et celles des autres pays. Libéral, il souligne qu'il n'est pas possible d'être un homme (ou une femme) digne de ce nom en dehors de l'exercice de libertés.
  • Contact

Profil

  • Francis Richard
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), j'ai travaillé dans l'industrie, le conseil aux entreprises et les ressources humaines, et m'intéresse aux arts et lettres.
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), j'ai travaillé dans l'industrie, le conseil aux entreprises et les ressources humaines, et m'intéresse aux arts et lettres.

Références

Recherche

Pages

Liens