Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 janvier 2023 4 26 /01 /janvier /2023 20:20
Boris, 1985, de Douna Loup

Je ne sais pas pourquoi j'ai eu l'élan si fort de m'intéresser à toi. Mais je sais que je suis faite de ce qui me précède, tissée de liens venant de loin. Je n'émerge pas du néant, je viens de ce terreau passé.

 

Douna Loup parle ici de son grand-oncle, Boris Weisfeiler. qui a disparu au Chili en janvier 1985, à quarante-trois ans. Ce grand mathématicien d'origine juive, né en Russie, a quitté l'Union soviétique en 1975 parce qu'il lui était difficile d'y exercer son métier.

 

Boris émigre aux États-Unis où il enseignera à l'université de Pennsylvanie et sera naturalisé en 1981. Au cours de son récit, l'auteure cite des extraits de ses carnets de voyage au Canada en 1981 et 1984 où il se révèle grand randonneur, comme il l'était en Sibérie.

 

L'auteure décide en 2018, en sortant d'un concert 1, de faire des recherches sur sa disparition. Un an plus tard elle se rend avec ses filles à Boston, où elle se casse le tibia et le péroné à la patinoire et où elle  rencontre pour la première fois des membres de cette parentèle.

 

Ses recherches la conduisent sur les pas de Boris, à Boston, New York, Asheville, puis au Chili, à Santiago, Chillàn, San Fabian, enfin sur les lieux de sa disparition, près des rivières El Ñuble et Los Sauces, à proximité de la Colonia de Paul Schaefer, une secte nazie.

 

Douna Loup est bien faite de ce qui la précède:

Je vois, à mesure que j'avance sur ses pas, que depuis mon premier roman où l'on retrouve

un homme mort dans la forêt

jusqu'au dernier où une soeur part en quête de son frère inconnu,

il y a souvent la mort qui rôde.

ou des disparus ou des quêtes.

 

Ses voyages de 2019 2, comme celui à Moscou en 2020, n'auront pas été inutiles, même si les questions sur la disparition de Boris semblent sans fin. Douna Loup est bien tissée de liens venant de loin, de liens invisibles qui la rassurent dans cette toile immense et vivante:

 

et je vois comme j'ai été heureuse

de me mettre en mouvement jusqu'aux confins du Sud chilien

de déceler en moi des racines de sang

et des peurs inconnues,

d'être vivante

au milieu de

tout ce réel

 

Francis Richard

 

1 - Je viens d'entendre la chanson Vino del mar, dédiée à Marta Ugarte, jeune femme militante de gauche, torturée puis jetée à la mer d'un hélicoptère par des soldats de Pinochet en 1976.

2 - Au retour à Paris, elle peut dire: Je boitille, mais je suis debout.

 

Boris,1985, Douna Loup, 160 pages, Zoé

 

Livre précédent chez Zoé:

 

Déployer (2019)

Les printemps sauvages (2021)

 

Livres précédents au Mercure de France:

 

L'embrasure (2010)

Les lignes de ta paume (2012)

L'oragé (2015)

Partager cet article
Repost0
21 janvier 2023 6 21 /01 /janvier /2023 20:25
Le piège de papier, de Kyra Dupont Troubetzkoy

L'imposteur est aussi coupable que sa victime qui fait mine de ne pas voir son crime.

 

Ce livre est composé comme le Livre des livres, excepté qu'il y a un prologue et un épilogue. Il transpose l'histoire des relations entre les hommes et Dieu à celle des rapports mouvementés qu'entretiennent L et la narratrice.

 

Elles se sont connues sur les bancs de l'école. Elles étaient alors déjà rivales. La narratrice s'imaginant que L l'avait supplantée dans le coeur de Victor et se consolant en la déconsidérant et en trouvant qu'elle n'avait rien, pour elle.

 

Quand elles se retrouvent toutes deux à l'université, les choses changent. Ces gamineries sont oubliées. L fait même le premier pas en s'installant à côté de la narratrice dans l'amphithéâtre, si bien qu'elles deviennent enfin amies.

 

La rivalité entre elles deux n'a pas pour autant disparu. Elle était, semble-t-il, sous-jacente et ne demandait qu'à resurgir, du moins dans l'esprit de la narratrice, toute fière de réussir mieux dans ses études que L, égale à elle-même.

 

La suite de l'histoire est faite de rapprochements et de distances entre elles, l'une devançant l'autre, alternativement, dans l'accomplissement de sa voie littéraire et se servant de la fiction comme instrument pour régler des comptes.

 

Si L a ouvert le feu avec la publication de nouvelles, la narratrice relève le défi avec un roman qui connaît un succès honorable sans que L ne se manifeste, mais elle a des excuses: elle met au monde un enfant, puis perd son père:

 

Obnubilée par mes angoisses, je n'avais pas vu que pour elle ce pouvait être difficile. On entend ce que l'on veut bien entendre, [...] c'est fou ce que notre état d'esprit du moment peut nous jouer des tours, nous pousser à fantasmer propos et situations.

 

Le succès littéraire est à la fois mystérieux et explicable. Certains critiques le dénigrent, d'autres l'exaltent. Certains éditeurs le fabriquent, prix littéraires à la clé, d'autres le dédaignent. Et la qualité de l'oeuvre? Un vaste sujet.

 

Ce sujet n'est pas secondaire. Car la rivalité peut être un stimulant pour se dépasser. Mais, dans ce cas-là, les dégâts sont d'autant plus grands. La surenchère entre rivales devient Le piège de papier dans lequel il ne fallait pas tomber.

 

Ce roman de Kyra Dupont Troubetzkoy, dédié À tous les imposteurs, raconte un affrontement entre deux plumes, où il est bien difficile de savoir qui, de l'une ou de l'autre, est le réel imposteur et si une eschatologie est possible...

 

Francis Richard

 

Le piège de papier, Kyra Dupont Troubetzkoy, 264 pages, Favre

 

Livres précédents:

 

Petit essai assassin sur la vie conjugale, Éditions Luce Wilquin (2012)

Le hasard a tout prévu, Éditions Luce Wilquin (2013)

L'envol des milans, 5 sens éditions (2021)

Partager cet article
Repost0
18 janvier 2023 3 18 /01 /janvier /2023 11:20
Pensées sauvages et délires cultivés, de Benoît Gaillard

Ce petit livre est plein de qualités. D'abord il tient dans la poche: c'est un vrai livre de poche. Ensuite il contient de petits textes qui disent beaucoup. Enfin il ne maltraite pas la langue française mais, au contraire, lui fait honneur en en maîtrisant les mots et les sens.

 

Comme Benoît Gaillard le dit, dans sa Mise en bouche, le lecteur peut engloutir ces Pensées sauvages et délires cultivés comme une oie ou les picorer à l'envi comme une poule. Il peut lire le livre d'une traite de la première à la dernière page ou dans le désordre.

 

Bref c'est un vademecum transportable par le lecteur, à qui sont offerts à la fois de quoi se réjouir, de quoi réfléchir, de quoi se nourrir, de quoi rire de bon coeur ou de quoi au moins sourire. Si l'opus est transporté par le lecteur, celui-ci l'est tout autant en quelque sorte.

 

Pour donner un aperçu, il faut choisir. Le mieux serait de ne pas avoir à le faire, car c'est sinon hasardeux, du moins subjectif, sans doute révélateur de celui qui choisit. Mais le but est de donner envie d'acquérir le livre. Alors ça vaut le coup de prendre quelques risques:

 

Tout corps plongé dans un liquide ne porte

pas forcément de caleçon de bain.

 

Être prudent, c'est estimer le danger

sans pour autant le trouver sympathique.

 

En électricité comme en amour,

il faut lâcher prise

quand le courant passe.

 

Boire tellement la vie qu'elle

en devient si rose.

 

Une ville de théâtre vaut deux villes.

 

L'astrologue est la preuve vivante

qu'on peut rester fidèle à soi-même

tout en se trompant souvent.

 

L'autobiographie est un moyen

efficace de parler de ses racines

en les faisant monter jusqu'à la feuille.

 

Pour le malhonnête, tout autre

que lui est toujours à prendre ou à léser.

 

Mettre un poing au milieu de cette

phrase, c'est faire une faute de frappe.

 

Puissent ces quelques aphorismes inciter le lecteur à aller plus loin. Il ne sera pas déçu, car il y  en a pour tous les goûts et pour toutes les couleurs. Y trouveront leur compte tous ceux qui ne prennent pas tout au sérieux et qui n'opposent pas vainement nature et culture.

 

Francis Richard

 

Pensées sauvages et délires cultivés, Benoît Gaillard, 104 pages, Éditions de l'Aire (illustrés par François Maret)

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2023 4 12 /01 /janvier /2023 21:30
Sous les pavés, la rage, d'Hélène Dormond

Comme il est souvent d'usage, ce recueil de nouvelles a pour titre celui d'une d'entre elles. Mais Sous les pavés, la rage, qui évoque inévitablement le slogan soixante-huitard 1, est bien représentatif de l'ensemble.

 

Dans Coup de siphon, Marie, mariée à Bastien, ne le reconnaît plus. Il déprime, se plaint continuellement. Elle n'a pas envie de sombrer avec lui. Elle a la vie chevillée au corps et elle n'est pas prête à renoncer.

 

Dans Les salades de Mathilde, celle-ci tire derrière elle son oncle Gabin, qui aime s'en laisser conter 2. Prenant le relais de sa grand-mère, elle l'emmène avec elle dans l'espoir que le changement lui soit profitable.

 

Dans Voix de garage, Antoine Béranger, légende du rock français, subit une laryngectomie, de quoi mettre en rage à jamais ce chanteur, s'il n'y avait la petite infirmière Roxanne, comme l'héroïne de The Police.

 

Dans Tout feu, tout flamme, Ernestine reçoit une lettre de son banquier l'informant du découvert de son compte. Alors elle joue sur ordinateur, où elle peut exprimer toute sa rage de vaincre et oublier la réalité.

 

Dans Sous les pavés, la rage, une pluie diluvienne s'abat sur la ville de Lausanne. La Louve, rivière souterraine, est en crue et pourrait, en rage, faire surface, pendant qu'une rage froide saisit une amante... 

 

Dans Survol, Carole se dispute avec Hernando. Elle se jette à l'eau dans le lac, suivie par son homme, mais il a moins de technique qu'elle... Sept mois et huit jours plus tard, Sara, sur son vélo, est encore en rage.

 

Dans Grand débarras, Solène abandonne le superflu à la déchetterie après le départ au loin de son fils Joël, puis elle se rend à un lieu de rendez-vous en France voisine avec l'intention sans aucun doute de rebondir.

 

Dans Présomption d'innocence, Euphémie est en colère contre son patron qui paie mieux ses collaborateurs que ses collaboratrices et va voir un avocat qui ne lui laisse pas d'espoir. Mais elle ne s'avoue pas battue.

 

Dans No man's land, Florian a pour couleurs préférées le vert, de l'herbe, et le bleu, du ciel. Aussi est-il devenu cantonnier et se révolte-t-il quand des enfants s'en prennent à des arbres ou qu'un petit animal meurt. 

 

Dans Bande à part, la narratrice est différente des autres filles. Trop tout, elle est surtout rousse. Elle rêve donc d'Écosse comme de sa terre natale et quitte la Suisse pour y aller. Mais l'herbe y est-elle plus verte?

 

Dans Hors contrôle, Hector se remémore les vacances qu'il vient de passer en Grèce dans l'avion qui le ramène en Suisse. Monsieur Humbert connaît les affres du contrôleur aérien. Ils s'impatientent du temps passé.

 

Dans Fièvre de cheval, le vieil Eugène a trimé dès ses sept ans. Le dédommagement reçu pour avoir été enlevé à ses parents lui permet de partir pour l'Andalousie où, muni de son pécule, il affronte des vicissitudes. 

 

Dans Au café des amis, Aline s'exprime sur sa solitude dans le confessionnal de la nuit, émission animée par Frédéric. Lionel - voisin d'Aline, il ne la reconnaît pas - et nombre d'auditeurs réagissent, sans honte.

 

Tous les protagonistes de ces nouvelles d'Hélène Dormond ont la rage, rage contenue, comme si elle était recouverte par des pavés, c'est-à-dire par des pierres qui pèsent sur elle et, en quelque sorte, l'immobilisent.   

 

Francis Richard

 

1 - Sous les pavés, la plage.

2 - Gabin sourit aux mésanges.

 

Sous les pavés, la rage, Hélène Dormond, 142 pages, Plaisir de lire

 

Livres précédents:

 

Liberté conditionnelle, Plaisir de Lire (2016)

L'envol du bourdon, Hélice Hélas (2017)

L'air de rien, Plaisir de Lire (2018)

Zone de contrôle, Plaisir de Lire (2021)

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2023 2 10 /01 /janvier /2023 17:00
La liste de Musy, de Jacques Allaman

Monsieur Musy a sauvé plus d'un millier de juifs! Je les ai vus lorsque le train est entré en gare. J'étais à Kreuzlingen ce jour-là.

 

Sur son lit de mort, Madeleine se confesse à son prêtre de fils, Marc. Mère célibataire, elle lui révèle qui était son père, dont elle a gardé une photographie dans son secrétaire, avec La liste de Musy.

 

Jean-Marie Musy (1876-1952), qui l'a protégée1, a été élu député au Grand Conseil de Fribourg en 1911, puis porté au Conseil d'État fribourgeois. Il a siégé au Conseil d'administration de la BNS2.

 

Conseiller national en 1914, Conseiller fédéral en 1919, Président de la Confédération en 1925, puis en 1930, ce catholique fait partie de la droite nationale, autoritaire, anti-libérale et xénophobe.

 

Redevenu Conseiller national en 1934, cet ultra-conservateur puissant est farouchement opposé au bolchevisme. En 1938, il finance même, monte et montre un film de propagande: La peste rouge.

 

En 1940, la mère de Marc, après avoir été violée, est enceinte. Son violeur est un Suisse déserteur, qui est parti pour l'Allemagne rejoindre le docteur Franz Riedweg (1907-2005), engagé dans la Waffen SS.

 

Certes Riedweg est un ami de Jean-Marie Musy. Certes ce dernier, membre d'une délégation suisse, rencontre à Berlin Heinrich Himmler mais, aux yeux du père de Marc, c'est un tiède, une lavette.

 

Tout ce que Marc apprend de sa mère le sidère: Mon père, ce SS, se dit-il. Il va perdre sa mère, il ne comprend pas encore qu'il va perdre la foi. Le lecteur le saura grâce au narrateur, qui se dévoile à la fin.

 

Ce roman est l'occasion, pour Jacques Allaman, de raconter l'histoire complexe de ces années noires, côté Suisse, et comment cet anti-communiste de Jean-Marie Musy a sauvé des juifs de la solution finale.

 

Aussi bien documenté qu'il soit, ce livre reste un roman. Il pose les questions de la repentance du fils pour les crimes du père et des rapports entre le christianisme et le judaïsme, éclairés par Léon Bloy...  

 

Francis Richard

 

1 - Madeleine est originaire du même village, Albeuve.

2 - Banque nationale suisse.

 

La liste de Musy, Jacques Allaman, 176 pages, Éditions de l'Aire

Partager cet article
Repost0
25 décembre 2022 7 25 /12 /décembre /2022 23:00
Une longue route pour m'unir au chant français, de François Cheng

Je ressens aujourd'hui la nécessité de relater l'aventure de ma création poétique, cette longue route par laquelle, contre marées et vents, j'ai rejoint le chant français.

 

Le premier jalon de cette route est, pour un concours, une prose poétique que François Cheng rédige en chinois à la fin de 1944, à quinze ans, et qu'il consacre à L'eau.

 

En 1948, il part pour Paris, seul avec son père, qui doit y assister à une conférence internationale, sans connaître un traître mot de français, pas même "bonjour" ni "merci".

 

Ce bachelier chinois, voyageur sans grand bagage linguistique, nourrit pourtant la folle ambition de se consacrer à la création littéraire et pas dans n'importe quelle langue:

 

À mesure que l'idée d'exil s'impose en moi, s'impose l'évidence: la terre française sera ma terre; la langue française sera ma langue.

 

Il lit avec une avidité, qui s'apparente à de la gloutonnerie, de grands écrivains français mais aussi des écrivains secondaires, et, bien sûr, des poètes français, petits et grands:

 

L'important est que s'offrent à moi les mots, dans leur vivante plasticité, chargée d'une sonorité, d'un parfum, d'une saveur inconnus, magiques.

 

Accompagnant un étudiant chinois qui doit lui remettre une missive de son traducteur et un sceau gravé, il rencontre Gide dont, adolescent, il a dévoré tous les livres en chinois.

 

En poésie, il suit la voie orphique tracée par Rilke, qui prône une vision de la vie dans son entièreté, c'est-à-dire y compris la mort, et se met de toute [son] âme dans sa continuité.

 

Tout au long de sa vie, il fait nombre de rencontres extérieures, mais il se rend compte très vite qu'elles ne le mèneront à rien tant qu'il ne maîtrisera pas vraiment le français.

 

Qui plus est, il n'a aucun diplôme, ce qui est rédhibitoire: En France, rien ne marche sans diplôme, lui dit Gaston Berger qui le prend néanmoins volontiers sous son aile.

 

En raison de son passé calamiteux, il comprend que seules des rencontres d'être à être lui permettront de se frayer un chemin dans l'existence et met en pratique le précepte.

 

Dans les années 1980, il entre résolument dans la création poétique en français, reconnaissant envers ceux qui en ont bouleversé le contenu puis la forme au XIXe, au début du XXe.

 

Venu d'un très vieux pays, où l'on sait que notre verbe nous permet de fonder nos sociétés humaines et, au-delà, de nous relier au divin, il rend cet hommage d'autant plus précieux:

 

Par la rigueur de sa structure ou son souci de style, le français incarne toujours une exigence éveillée de l'esprit. Ce dernier trouve en lui son meilleur refuge.

 

Il ajoute avec une grande lucidité:

 

Une menace pour la langue française ne pourrait venir que des Français eux-mêmes. La langue évoluera, il dépend d'eux que ce ne soit pas dans le sens d'un avachissement.

 

Francis Richard

 

Une longue route pour m'unir au chant français, François Cheng, 252 pages, Albin Michel

 

Livres précédents chez Albin Michel:

Assise-Une rencontre inattendue (2014)

De l'âme (2016)

 

Livre précédent chez Gallimard:

Enfin le royaume (2018)

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2022 6 03 /12 /décembre /2022 23:55
L'âme de fond, de Jean-Louis Caccomo

Dans ce recueil de textes, Jean-Louis Caccomo raconte l'avant et l'après de son internement, sans cause réelle et sérieuse, en hôpital psychiatrique, pendant deux fois dix-huit mois, soit trente-six mois au total.

 

Selon le jugement du Tribunal de Perpignan en date du 6 décembre 2016, il a été interné ces deux fois de manière irrégulière. Ce jugement a été confirmé en appel par la Cour de Montpellier le 20 septembre 2020.

 

Quand j'écris mes articles début 2015 sur ces internements arbitraires, j'ignore qu'ils ont un lien avec la dénonciation par l'économiste libéral d'une filière de faux diplômes à Toulon, identique à celle de... Perpignan.

 

J'ignore aussi que la secrétaire de l'Université de Perpignan, assassinée par un étudiant chinois, à la faveur d'une sortie du même hôpital psychiatrique de Thuir, devait lui remettre des documents sur cette filière...

 

Il n'en reste pas moins vrai que Jean-Louis Caccomo n'aurait pas été interné s'il n'avait pas été un authentique libéral, c'est-à-dire s'il n'avait pas une réelle éthique. C'est sans doute ce qui, d'ailleurs, finalement le sauve.

 

Car, dans ce livre, il raconte bien sûr les éléments clés de l'affaire mais également ses descentes aux enfers, pas seulement à l'hôpital psychiatrique de Thuir où lui a été administrée une médicamentation intense forcée.

 

Sa compagne pendant vingt ans, Pascale, mère de ses trois enfants, dont la garde alternée lui a été refusée en 2015, a tout fait pour l'enfoncer et a obtenu une pension alimentaire exorbitante par le même jugement.

 

Celle qu'il venait d'épouser avant d'être interné, Marine, s'est retournée contre lui et a divorcé. Il s'est retrouvé à la rue. Il a été déclaré en faillite personnelle. Bref, pour avoir dit la vérité, il a tout perdu, fors l'honneur:

 

Dans la fable de La Fontaine du chien et du loup, je préfère être le loup: je ne mange pas tous les jours, mais je n'ai pas de laisse au cou.

 

Cet humaniste libre a tout perdu, mais il a appris: C'est l'échec personnel qui nous conduit à nous interroger, et à nous faire évoluer, à la condition essentielle de reconnaître nos erreurs pour ne plus les commettre:

 

Socrate a dit: "Connais-toi toi-même." Le Samouraï a rajouté: "Connais bien ton ennemi, car il est ton miroir, ainsi tu te connaîtras toi-même."

 

Francis Richard

 

L'âme de fond, Jean-Louis Caccomo, 96 pages, Les Éditions Baudelaire

 

Livre de l'auteur:

 

Le modèle français dans l'impasse, 252 pages, Tatamis (2013)

 

Articles sur l'auteur:

 

L'économiste Jean-Louis Caccomo menacé d'internement psychiatrique (12 janvier 2015)

Une nouvelle maladie mentale en France: être libéral comme Jean-Louis Caccomo (16 février 2015)

 

Publication commune avec LesObservateurs.ch

 

Entretien il y a deux ans avec Jean-Louis Caccomo sur TV Libertés:

L'affaire Caccomo, présentée par Idriss Aberkane:

Partager cet article
Repost0
28 novembre 2022 1 28 /11 /novembre /2022 23:55
Rýtingur hotel, de Stéphanie Glassey, Fabrice Pittet, Estelle Tolliac, Olivier May et Marie-Christine Horn

Rýtingur hotel est une anthologie, c'est-à-dire, en l'occurrence un recueil de textes écrits sous la même contrainte: Deux jumeaux, qui ont célébré ou vont célébrer leurs dix-huit ans en 2021, sont les seuls rescapés de l'incendie de la maison familiale, où leurs deux parents ont péri, alors qu'ils avaient deux ans; ils ont été recueillis par un ou deux proches parents; une arme insolite, une dague celtique, rýtingur en islandais, est le seul objet qui ait été retrouvé dans les décombres et qui est la clé de l'histoire.

 

Dans Unian de Stéphanie Glassey, les jumeaux s'appellent Corentin et Tristan. Ils décident de fêter leur dix-huitième anniversaire en Bretagne, terre celte par excellence. Quand ils arrivent à Fougères, ils apprennent que tous les hôtels alentour sont complets et tentent leur chance auprès d'un gîte, qui s'appelle Rýtingur... La jeune femme, qui le tient, accepte de les héberger. Tandis que Tristan prend une douche, Corentin s'apprête à dormir quand, dans le lit, sa main rencontre la dague disparue...

 

Dans Elysia de Fabrice Pittet, les jumeaux s'appellent Iris et Nathan, une fille et un garçon. Pour leurs dix-huit ans, ils se rendent en train en Alsace. À l'hôtel ils ont la visite d'un animal, un wallaby, assis sur le bord de leur fenêtre. L'animal, après leur avoir révélé qu'ils ont été sauvés de l'incendie par un dragon, sort de sa poche ventrale la dague, qui se trouve, en principe, dans un musée. Ils doivent à leur tour sauver le monde d'Elysia après avoir traversé le Voile qui sépare leur monde et l'autre.

 

Dans QAAL d'Estelle Tolliac, les jumeaux s'appellent Adrien et Alexis. Avant de regagner Grenoble par la route, où les attendent leur tante et leur oncle, ils font halte à Périgron dans le modeste hôtel Rýtingur. Alors qu'ils dorment, Adrien pousse un hurlement et montre à son frère les quatre lettres, marquées au fer rouge sur son bras, qui forment le mot QAAL. Ils aperçoivent alors la dague sur la table de chevet entre leurs deux lits, avant qu'une jeune femme, venue d'un autre espace-temps ne les visite.

 

Dans La Dague d'Alkovinos d'Olivier May, les jumeaux s'appellent Larth et Sapsuta, un garçon et une fille. Ils sont plus que frère et soeur: ils sont amants. Le jour de leurs dix-huit ans, leurs grands-parents leur remettent des documents et des photos maintenant qu'ils sont à même d'affronter certaines révélations. Sur une des pièces se trouve le nom d'un chanoine de l'Hospice du Simplon. Ils lui rendent visite. Là ils apprennent le secret de leur origine, à la faveur d'une transe provoquée par la vue de la dague.

 

Dans Rýtingur hotel, les jumeaux s'appellent Gaël et Erwan. Ce dernier, pour leurs dix-huit ans, veut se rendre, comme en pèlerinage, à la demeure familiale incendiée, pour savoir s'il s'agit ou non d'un acte criminel. Réticent, Gaël l'accompagne tout de même à l'hôtel Rýtingur qui se trouve à proximité. Dans la salle de bains de leur chambre, ils découvrent la dague... et, dans la propriété, grâce à un souvenir de Gaël, un lieu inédit, où ils font une rencontre qui bouleverse le destin d'Erwan.

 

Cette anthologie rassemble cinq styles littéraires, cinq rythmes, comme le dit Laurence Malè, l'éditrice, dans sa préface. C'est cette diversité qui ne peut que combler du plaisir de lire l'amateur de mystère et de magie. Car chacun des auteurs, à partir des quelques éléments de récit en commun et de ses propres centres d'intérêt, raconte une histoire tout à la fois contemporaine et d'un autre temps, où son imagination personnelle fait la différence sans que cela nuise pour autant à l'unité de l'ouvrage.  

 

Francis Richard

 

Rýtingur hotel, - Stéphanie Glassey, Fabrice Pittet, Estelle Tolliac, Olivier May et Marie-Christine Horn, 176 pages, Okama

Partager cet article
Repost0
23 novembre 2022 3 23 /11 /novembre /2022 13:15
L'innocente, d'Anne Bornand

JE SUIS INNOCENTE, SACHEZ-LE

ERREUR JUDICIAIRE !

C'est ce que disent beaucoup de condamnés qui refusent d'admettre les faits et la réalité. Mais croyez-moi, je clame mon innocence à bon escient. J'espère qu'un jour les corps de mes deux bébés seront retrouvés et qu'ils parleront.

 

Roxane Corbier, née le 15 juin 1996 à la clinique de La Source à Lausanne, est détenue depuis trois ans, depuis 2016, pour un... double infanticide:

 

J'ai été condamnée à six ans de prison. J'en ai déjà exécuté trois. Je devrais être relaxée aux deux tiers de ma peine, soit dans une année. Mon comportement exemplaire dans ces lieux me permettra de vivre la fin de ma peine conditionnellement.

 

Elle est L'Innocente de l'histoire et la véritable victime, en prison à la Tuilière, à Lonay, après avoir déposé plainte fin 2015 contre trois des siens.

 

Son père est le directeur de la célèbre et honorable banque Corbier. De plus, il est député PLR au Grand Conseil. C'est un notable du canton de Vaud.

 

Donatien Corbier a deux enfants, Loïc et Roxane. Leur mère, Marie, est morte après avoir ingéré des graines d'aconit retrouvées dans son estomac.

 

Après ce décès, la vie de Roxane est devenue un cauchemar. Un jour, elle a été violée par son frère, la fois de trop, puisqu'elle a attendu deux bébés.

 

À la suite de sa plainte, tous ont menti, son père, son frère, sa grand-mère paternelle. Et magistrats, avocats, psychiatre, se sont ligués contre elle.

 

Pour tenir le coup, elle écrit, espérant qu'un jour la vérité éclatera et qu'elle sera réhabilitée, et elle suit une thérapie avec une psychiatre bienveillante.

 

Roxane raconte son adolescence, sa vie en prison, sa honte et son renoncement à Nicolas, son amour de jeunesse, mais aussi l'amitié fidèle de Lina.

 

Elle ne renonce pas à se battre. Il en va de son honneur. Comme elle est réellement innocente, des éléments devraient finir par plaider en sa faveur.

 

Cette histoire à rebondissements d'une femme confrontée à l'injustice est emblématique. L'auteure la dédie à toutes victimes de violences sexuelles.

 

La liberté n'est jamais acquise sans combat et l'une des citations faites par Anne Bornand au cours du récit en résume peut-être bien toute l'intention:

 

IL N'EST POINT DE BONHEUR SANS LIBERTÉ,

NI DE LIBERTÉ SANS COURAGE.

(Périclès)

 

Francis Richard

 

L'innocente, Anne Bornand, 200 pages, Éditions de l'Aire

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2022 2 22 /11 /novembre /2022 11:30
Pouvoir, de Philippe Testa

Il parle pas comme les autres hommes politiques avec leurs phrases à rallonge. Lui cherche pas à nous embrouiller. Il sait ce qu'on vit, il met les mots justes sur ce qu'on ressent.

 

Michel Legrand est contrôleur chez Milkit, une entreprise agro-alimentaire de Melun. Il est séduit par cet homme qui veut prendre le Pouvoir. Il ne sait pas si c'est l'homme providentiel, mais il sait que d'être un tant soit peu d'accord avec lui vous vaut d'être la cible des médias, des intellectuels.

 

Sa femme Michelle est plus réceptive que lui. Les temps sont durs. Elle espère qu'il sera le sauveur. Comme il est question de licenciements chez Milkit, elle a prévenu Michel qu'elle le quitterait s'il se retrouvait au chômage, parce qu'elle sait que sa mauvaise humeur actuelle en serait accrue.

 

Son élégance tapageuse, sa désinvolture arrogante, ses provocations, ses explications monocausales et sa tendance écoeurante à tout ramener à ses convictions, à cette promesse de renouveau que sa jeunesse et sa beauté semblent à elles seules incarner en insupportent plus d'un.

 

Alban Morvan est un écrivain parisien. Il a l'esprit critique et l'applique à lui-même. Il n'est pas cartésien et n'est donc pas en phase avec un monde dominé par les techniciens et les ingénieurs. Ce qui l'intéresse, c'est l'irrationnel, les émotions. Ce sont les seules questions qui comptent à ses yeux.

 

Depuis que Deborah et lui se sont séparés, il est devenu un homme couvert de femmes, aux amours tarifées, ou pas. Il souffre surtout de ne plus avoir de réel contact avec sa fille Lou, qui vit à Berlin et avec laquelle il ne sait pas communiquer, quand bien même elle serait moins éloignée de lui.

 

En temps normal, Alban et Michel ne se rencontreraient sans doute jamais, tant l'intellectuel et l'ouvrier vivent dans des mondes a priori étanches. Pourtant ils seront réunis par l'homme qui ne laisse alors personne indifférent, suscitant de l'attirance ou de l'aversion, et qui a lancé Vers l'Avant:

 

Son ambiguïté apparaît jusque dans le nom qu'il a donné à son mouvement. Quelle ironie, que personne ou presque n'a mis en lumière, la direction indiquant aussi bien cette position temporelle antérieure. Devant, tout redeviendra aussi bien qu'auparavant, quand tout était plus agréable.

 

Michel et Alban vont, sans le vouloir, être recrutés par le mouvement, l'un comme ouvrier, l'autre comme intellectuel, et se retrouver en face de l'homme qui a du charisme indubitablement, sans être sûrs que la défense de la communauté nationale soit ce qui le motive vraiment comme il le dit.

 

Comment en est-on arrivé là? n'est pas la question que pose le roman de Philippe Testa. La  question serait plutôt celle de la quête du pouvoir d'un seul et/ou celle de la fin qui justifierait tous les moyens pour y parvenir. Il y a eu des antécédents. La grande différence est la beauté de l'homme:

 

La beauté, forcément garante d'une vie sexuelle épanouie et variée, est la seule chose que les riches peuvent envier aux pauvres. À l'inverse, quand on est pauvre, laid et stupide [...], on n'a d'autres choix que se projeter dans un homme à qui tout réussit, ce qui serait une autre explication à son succès.

 

La beauté du diable, en quelque sorte...   

 

Francis Richard

 

Pouvoir, Philippe Testa, 216 pages, Édtions d'En Bas

 

Livres précédents:

 

Le crépuscule des hommes, L'Âge d'Homme (2014)

L'obscur, Hélice Hélas (2020)

Partager cet article
Repost0
19 novembre 2022 6 19 /11 /novembre /2022 21:50
Une chambre à air, de Naomi Cahen

Pour apprendre à avancer, il faut peut-être avancer. Pour apprendre à être seule. Je sais faire du vélo. Ça c'est une chose que je sais déjà faire. Alors entreprendre ces trois choses simultanément - avancer, seule, à vélo - c'est peut-être une bonne piste.

 

Naomi doit à apprendre à être seule à la suite de deux ruptures consécutives: plus de mecs, expression dont elle souligne l'ambiguïté. Ses deux mecs ont le même prénom commençant par un B, B1, avec qui elle a vécu quatre ans et n'est pas fâchée, et B2, avec qui cela n'a pas duré.

 

La bonne piste qu'elle a choisie pour avancer seule est en l'occurrence la piste cyclable. De nationalité suisse et anglaise, elle décide de faire à vélo un périple de Londres à Lausanne. Encore faut-il qu'elle ait un vélo. Elle le commande sur internet avec la frousse de faire faux.

 

Elle s'enfonce dans la préparation de cette virée, comme dans une eau sombre et épaisse de particules, après avoir pourchassé son vélo: en anglais acheter se dit to purchase. Son récit, sous forme de journal illustré, fait de temps en temps ce type de lien entre les deux langues.

 

Du 22 septembre au 8 octobre, elle tient tout d'abord le journal de ses préparatifs détaillés: la commande du vélo, la date d'arrivée à Londres et la date de récupération du vélo, l'itinéraire (elle n'emportera pas de cartes papier) et la liste de tout ce qu'elle emportera dans ses sacs.

 

B1 roulera avec elle sur la terre anglaise, de Londres jusqu'à New Haven, pendant les deux ou trois premiers jours, puis elle prendra le ferry pour Dieppe, où elle passera sa première nuit en France. Le 13 octobre sera effectivement le premier jour attendu de sa roulade solitaire.

 

Le journal du périple solitaire se termine à Lausanne le 2 novembre. Pendant ces trois semaines, elle raconte ses péripéties avec humour, of course, ses rencontres, ses hauts et ses bas, moraux et physiques, ses lectures de chemins suivis par Jean Giono et Sylvain Tesson.

 

Par moment elle se sera ennuyée: Dans la vie, je ne veux pas savoir où je vais, voir le bout du chemin, je veux que les choses se déploient organiquement sous mon impulsion, écrit-elle le 16 octobre. Une route toute droite, équivaut au mariage, métro, maison, boulot, enfants, dodo

 

Je ne comprends pas comment ça peut véritablement constituer une vie biologique.

 

En sortant de Salins-les-Bains, dans le Jura, le 31 octobre, au contraire, elle jubile: C'est une grimpe parfaite: belle, douce, difficile et encouragée par les vaches du coin. [...] Arrivée sur le plateau, je continue de suivre les ondulations du paysage entre champs et forêts:

 

L'anatomie du relief me paraît si abordable que j'oublie mon effort.

 

Francis Richard

 

Une chambre à air, de Naomi Cahen, 184 pages, Slatkine

Partager cet article
Repost0
17 novembre 2022 4 17 /11 /novembre /2022 22:00
Fête des pères, de Jean-Michel Olivier

Autour de la pelouse, il n'y avait que des hommes. Des pères du dimanche. Comme moi. On les reconnaît facilement, car ils sont mal rasés, ils portent souvent des survêtements de sport informes, de vieilles baskets, ils ont les cheveux en bataille. Ils ne savent pas ce qu'ils font là. Et le dimanche on dirait qu'ils ont tous la même idée en même temps.

 

Damien Maistre, né le 9 février 1971, a rencontré Leslie Nott à l'ambassade de Suisse, rue de Grenelle à Paris, à la fin des années 2000. Il était chargé de lire des extraits d'un livre dont l'auteur venait d'obtenir un prix prestigieux.

 

Leslie, fille de pasteur presbytérien, est une journaliste américaine; elle fait partie du beau monde démocrate. Damien est un comédien franco-suisse, qui a tourné dans des séries, des téléfilms et même des productions internationales:

 

Leslie venait d'une famille fortunée. Damien était un saltimbanque sans feu ni lieu qui faisait la navette entre Genève et Paris; sa seule fortune, c'était les livres et les revues de théâtre...

 

Après leur rencontre à l'ambassade de Suisse, Leslie et Damien ont passé la nuit ensemble et neuf mois (et des poussières) plus tard, l'enfant est né. Ce qui avait attiré Damien chez Leslie, c'était surtout l'émoi, c'est-à-dire l'émoi sexuel.

 

Un événement catastrophique pour Leslie se produit en 2016: elle ne supporte pas l'arrivée à la Maison Blanche du grand flandrin aux cheveux canaris, elle est métamorphosée et Damien, au lieu de compatir, se montre sarcastique.

 

N'étant plus sur la même longueur d'onde, bientôt ils se séparent. C'est la fête de Damien: il doit verser une pension alimentaire, révisée plus tard à la hausse; il ne peut voir l'enfant qu'un week-end sur deux, voire trois, sinon quatre:

 

Aujourd'hui, on n'a pas besoin de tuer le père. La société s'en charge. Beaucoup de monde le guette au tournant. On l'épie nuit et jour, on lui tombe dessus au moindre faux-pas. Depuis longtemps, il a perdu ses privilèges et ses passe-droits - sa place royale sur l'échiquier.

 

Damien commet un premier faux-pas, puis un autre, peu après, lors de la Fête des pères de 2018 après que Leslie lui a demandé la faveur de garder l'enfant pendant le week-end et qu'ils se sont vus la veille pour un dîner décisif.

 

Tous, à commencer par son père, puis sa mère, enfin Leslie, lui ont demandé d'être un homme, un rôle qui ne lui convenait pas. De plus il lui a fallu être un père avec toutes les contraintes et responsabilités que cela supposait.

 

Ce roman est le film de la vie de Damien en quête de lui-même, un film qui a ses références littéraires, musicales et cinématographiques, mais qui est aussi une satire sans concession de l'époque et de son cybercloaque:

 

On peut revenir en arrière, rembobiner la pellicule, voir le film à l'envers.

Mais on ne peut pas revenir au début de l'histoire. 

 

Francis Richard

 

Fête des pères, Jean-Michel Olivier, 384 pages, Éditions de l'Aire - Serge Safran

 

Livres précédents:

 

Éditions L'Âge d'homme:

Passion noire (2017)

 

Poche Suisse - L'Âge d'homme:

L'amour fantôme (2010)

Notre Dame du Fort Barreau (2014)

L'enfant secret (2019)

 

Éditions Bernard de Fallois

Lucie d'enfer - Conte noir (2020)

 

Éditions Bernard de Fallois/ L'Âge d'homme:

L'amour nègre (2010)

Après l'orgie (2012)

L'ami barbare (2014)

Partager cet article
Repost0
13 novembre 2022 7 13 /11 /novembre /2022 12:00
Grit, de Noëmi Lerch

Maman et papa, ce ne sont rien que des mots comme mariage, amour et fidélité éternelle, on devrait les jeter par dessus bord puisqu'ils mènent constamment à des malentendus et que la vie ne se cloisonne pas, qu'elle ne subdivise pas en cases maman et papa, amour et mariage, fidélité et trahisons éternelles, ce sera éternel seulement quand nous aurons cesser d'employer ces mots.

 

Maman, c'est Grit. Elle a un frère, Gabriel. Papa, c'est Hias. Grit et Hias ont deux filles, Wanda et Iwa. Wanda a deux enfants, Ingi et Riann.

 

Le seul point d'ancrage est, dans le village, la maison familiale qui est aujourd'hui entourée de ronces et sera bientôt enfouie sous la verdure.

 

Hias est le seul immobile. Les autres, à commencer par Grit, quittent la maison familiale, sans raison apparente, pour y revenir, transformés. 

 

Grit rétrécit, tire sur sa pipe, porte le manteau d'officier de son père. Elle était souvent en déplacement. Hias gardait les enfants et les bêtes.

 

Quand Grit est revenue après une longue absence, Wanda est partie à son tour. Puis, après qu'elle est revenue, c'est Gunnar qui s'en est allé. 

 

Il semble que tous les membres de la famille prennent un jour la fuite, ne serait-ce que pour avoir une nouvelle opportunité de revenir.

 

Dans leur monde insolite règne l'éphémère. Ne pas employer certains mots ne le conjure peut-être pas, mais raconter leur histoire, oui:

 

Lorsqu'une nouvelle vie commence, l'ancienne ne cesse pas de jouer un rôle dans la nouvelle, à l'instar des comédiens qui ne tombent pas raides morts après avoir quitté la scène.

 

Francis Richard

 

Grit, Noëmi Lerch, 88 pages, Éditions d'En Bas (traduit de l'allemand par Yann Stutzig)

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Francis Richard
  • : Ce blog se veut catholique, national et libéral. Catholique, il ne s'attaque pas aux autres religions, mais défend la mienne. National, il défend les singularités bienfaisantes de mon pays d'origine, la France, et celles de mon pays d'adoption, la Suisse, et celles des autres pays. Libéral, il souligne qu'il n'est pas possible d'être un homme (ou une femme) digne de ce nom en dehors de l'exercice de libertés.
  • Contact

Profil

  • Francis Richard
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), j'ai travaillé dans l'industrie, le conseil aux entreprises et les ressources humaines, et m'intéresse aux arts et lettres.
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), j'ai travaillé dans l'industrie, le conseil aux entreprises et les ressources humaines, et m'intéresse aux arts et lettres.

Références

Recherche

Pages

Liens