Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 septembre 2014 5 26 /09 /septembre /2014 22:30
"L'Infini livre" de Noëlle Revaz

Les jours du livre sont-ils comptés? Combien de fois n'entend-on pas cette question lancinante? Il faut dire que les ventes de livres papier reculent et que, si les ventes de livres numériques progressent, elles restent minimes (4,1% du marché français en 2013).

 

Il est vrai que les médias traditionnels parlent de moins en moins de livres. Il suffit de feuilleter les quotidiens et les news magazines, version papier ou Internet, pour se rendre compte que la place faite aux livres est réduite à une peau de chagrin. 

 

Des émissions littéraires de télévision, sans être comparables à celles présentées jadis par Bernard Pivot, subsistent, mais, c'est finalement aujourd'hui sur la Toile que l'on parle le plus de livres, sur des sites ou des blogs qui n'ont rien à voir avec les médias traditionnels.

 

Le dernier roman de Noëlle Revaz explore le monde des livres tel qu'il deviendra incessamment sous peu. J'emploie le futur, mais peut-être devrais-je employer le présent, même si le récit est écrit au passé...

 

Le livre?

 

Dans L'Infini livre, à l'époque où se passe le récit, le livre est surtout devenu un objet décoratif. C'est bien pourquoi la couverture d'un livre et son coloris sont d'une grande importance. Car, un livre, il ne paraît pas, mais il apparaît; on l'achète, mais on ne le lit pas:

 

"Peu de gens se risquaient à ouvrir des livres. Cela ne se faisait plus tellement. Un livre était un objet délicat. Il était à manier avec précaution. On ne pouvait pas l'ouvrir à tout bout de champ. Tout devenait embarrassant du moment que l'on se mettait à vouloir fourrer son nez dans un livre. Dans un livre, il y avait des choses. Il fallait pouvoir les saisir."

 

L'auteur d'un livre?

 

Il n'est donc pas étonnant que, sur les plateaux, l'on ne puisse pas parler d'un livre en l'absence de son auteur. D'ailleurs on n'y parle du contenu d'aucun livre - qui est une affaire strictement personnelle à l'auteur -, seulement de son apparence extérieure. L'auteur, lui, doit se soumettre à la loi de la vérité et ne doit pas, en principe, laisser de zones d'ombre sur sa vie personnelle.

 

Les animateurs d'émissions littéraires?

 

"Les animateurs dirigeaient et distribuaient la parole. De mémoire de téléspectateur, il ne s'était jamais vu que des invités s'autorisent à discuter entre eux. Un invité ne pouvait pas apostropher un autre invité. Un invité s'adressait uniquement à l'animateur. Avant de poser une question, un invité devait en avoir reçu la permission."

 

L'éditeur de livres?

 

Son rôle est primordial. On lui envoie des textes écrits au kilomètre, extraits de banques d'expressions ou compilés, mesurés en quelques centaines de milliers de signes, à charge pour lui de les mettre en forme, sans que celle-ci ait d'ailleurs beaucoup d'importance, puisque le but n'est pas de lire des textes mais de remplir des rayonnages...

 

C'est dans ce contexte que Noëlle Revaz raconte l'histoire de deux écrivaines, Jenna Fortuni et Joanna Fortaggi et décrit leur vie quotidienne, à une époque, où l'on choisit ses amies et amis sur catalogues, où le parrainage longue-distance d'un foyer par un autre est obligatoire, où la musique découle d'une matrice, "une grosse outre, grise et calme",  et où, faute d'être cultivé, on a recours à son écran pour trouver des réponses aux questions que l'on se pose.

 

Au début de cette histoire, Jenna en est à son troisième roman, Joanna au vernissage de son sixième.  Cela fait un moment qu'elles se côtoient sur les plateaux, sans jamais s'adresser la parole... La similude de leurs prénoms et de leurs noms, celle des couleurs et formats de leurs livres, et le fait qu'elles soient toutes deux des femmes brunes ont jusque-là entretenu la confusion... Elle va précéder leur fusion involontaire.

 

En effet, comme les auteurs sont les jouets de leurs éditeurs, un beau jour, à l'insu de leur plein gré, Jenna et Joanna se retrouvent être coauteures d'un livre édité par l'éditeur de Joanna, qui est devenu subrepticement celui de Jenna, et qui fait apparaître sous la signature plurielle de Joeanna Fortunaggi le quatrième livre de Jenna et le septième livre de Joanna, dans la foulée du sixième de cette dernière. Leurs relations en sont bouleversées... et leur regard sur les livres itou.

 

Noëlle Revaz projette le lecteur dans l'avenir (un avenir qui ne semble cependant pas très éloigné). Cela lui permet de garder une certaine distance avec les travers de l'époque actuelle, où les gens apparaissent bien souvent plus sensibles à l'enveloppe qu'au contenu, à la musique extérieure qu'à la musique intérieure. Cette distance relative lui permet en tout cas de forcer le trait, en maniant tout du long une ironie de bon aloi, qui se manifeste dès les premières pages:

 

"Sans livre, un écrivain n'était pas beaucoup. Hors la présence de son livre, un écrivain se défaisait et perdait la majeure partie de sa substance. Mais sans écrivain aussi un livre n'était pas grand-chose. Il devenait un bloc de pages glissant en direction de la broyeuse [...]. Il ne fallait pas pour autant penser que le livre était important. Cette erreur était ridicule. Elle pouvait être commise par quelques animateurs tenants de la vieille école ou par un critique malpoli mais, grosso modo, la plupart des gens du circuit savaient de quoi il était question: le livre était une estrade."

 

Francis Richard

 

L'Infini livre, Noëlle Revaz, 320 pages, Zoé

 

Livre précédent:

 

Efina, 192 pages, Gallimard (2009)

Partager cet article

Repost 0
Published by Francis Richard - dans Lectures d'aujourd'hui
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Francis Richard
  • : Ce blog se veut catholique, national et libéral. Catholique, il ne s'attaque pas aux autres religions, mais défend la mienne. National, il défend les singularités bienfaisantes de mon pays d'origine, la France, et celles de mon pays d'adoption, la Suisse, et celles des autres pays. Libéral, il souligne qu'il n'est pas possible d'être un homme (ou une femme) digne de ce nom en dehors de l'exercice de libertés.
  • Contact

Profil

  • Francis Richard
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.

Références

Recherche

Pages