Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juillet 2015 1 06 /07 /juillet /2015 10:30
Le parfum de Clara, de Jean-Marie Reber

Le roman policier n'est de loin pas une exclusivité anglo-saxonne, même si un certain nombre d'auteurs qui ne le sont pas, anglo-saxons, reconnaissent volontiers être des épigones d'un Raymond Chandler, d'un John Le Carré, d'un Dashiell Hammett ou d'une Patricia Highsmith.

 

Il est plus original que ce soit un inspecteur de police judiciaire, héros de roman policier, qui ait pour modèle un autre héros de roman policier, Philip Marlowe, le célèbre détective privé, fruit de l'imagination de Raymond Chandler, déjà cité.

 

C'est le cas de Fernand Dubois, le personnage créé par Jean-Marie Reber, un officier de police qui, pour se distraire, lit des polars moyenâgeux (d'Ellis Peters ?). Ces clins d'oeil sont bien entendu une manière non dissimulée de rendre un hommage admiratif à d'illustres prédécesseurs.

 

S'il se prend pour Philip Marlowe, le temps d'une enquête officieuse, Fernand Dubois fait pourtant davantage penser à Jules Maigret. Il est marié à Giselle, de quelques années plus jeune que lui, et plus dormeuse que lui, une vraie marmotte... Ils ont deux enfants âgés de huit ans, des jumeaux, Grégoire et Francine. Et cet amateur de bonnes choses mène somme toute une vie familiale assez ordinaire:

 

"La soirée de dimanche avait été parfaitement réussie puisqu'il avait regardé avec Giselle un épisode du commissaire Barnaby sa série policière préférée. C'était une rediffusion de 2005. Mais qu'importe, ils ne savaient plus le nom du coupable et le charme rétro de la campagne anglaise, où se déroulaient les intrigues de la série, opérait toujours aussi efficacement."

 

Le parfum de Clara est celui, entêtant, de la charmante voisine du dessus, qui vient sonner à la porte de Fernand le 28 novembre. Le fin limier est, ce matin-là, à la maison parce que cloué au lit par une grippe, qui se traduit par des températures corporelles élevées. Clara est affolée parce que Pedro Rodriguez, son mari, a disparu depuis la veille.

 

Commence alors une enquête, d'abord officieuse (pendant l'incapacité de Fernand), puis officielle (une fois qu'il est rétabli), pour élucider la disparition de Pedro, dont la voiture a réapparu au petit matin du 28 sur le parking de l'immeuble sans trace de son propriétaire, mais avec des clés permettant d'ouvrir une porte inconnue.

 

Pedro est un grand sportif. Ce qui n'est pas toujours le cas des professeurs de gymnastique... Il entretient un physique avantageux en faisant du jogging et en fréquentant un fitness. Il court même de temps en temps avec Fernand... C'est apparemment un homme sans histoires, qui a, en fait, tout pour être heureux avec une femme telle que Clara.

 

Que cache sa disparition? Une fugue, qui plus est avec une maîtresse? Un meurtre? Aucune possibilité n'est a priori à exclure. Il faudra bien deux semaines d'enquête à Fernand, aidé de son adjoint Jésus Minder, métis haut en couleur, pour résoudre cette énigme, qui, de rebondissements en rebondissements, permettra de dresser le portrait pour le moins contrasté du disparu et apprendre ce qui lui est advenu.

 

Très bien construit - une fois le livre terminé, il faut absolument relire le prologue qui prend alors toute sa saveur -, ce polar se lit d'une traite, avec beaucoup d'agrément. Car non seulement l'auteur est un observateur éclairé des moeurs contemporaines, dans toute leur complexité, mais aussi un écrivain plein d'humour et d'ironie, n'y allant pas par quatre chemins quand il s'agit de donner des détails vrais:

 

"Quarante ans après leurs premières conquêtes, les femmes continuaient à repasser le linge pendant que leurs maris ricanaient devant des images vulgaires et des plaisanteries débiles sur leurs écrans d'ordinateur. Ils allèrent se coucher. Au moment d'éteindre, l'embrassant, Giselle lui dit:

"Tu sais, j'ai bien envie de devenir féministe.

- Fais comme tu veux mon amour, lui susurra son mari, pour autant que tu continues à t'épiler...""

 

Francis Richard

 

Le parfum de Clara, Jean-Marie Reber, 232 pages, Editions Attinger

Partager cet article

Repost 0
Published by Francis Richard - dans Lectures d'aujourd'hui
commenter cet article

commentaires

Christophe Frochaux 18/07/2015 18:40

JM Reber écrit très bien. Je vais lire Le Parfum de Clara. Merci de ce compte-rendu.

Présentation

  • : Le blog de Francis Richard
  • : Ce blog se veut catholique, national et libéral. Catholique, il ne s'attaque pas aux autres religions, mais défend la mienne. National, il défend les singularités bienfaisantes de mon pays d'origine, la France, et celles de mon pays d'adoption, la Suisse, et celles des autres pays. Libéral, il souligne qu'il n'est pas possible d'être un homme (ou une femme) digne de ce nom en dehors de l'exercice de libertés.
  • Contact

Profil

  • Francis Richard
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.

Références

Recherche

Pages