Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juillet 2016 3 06 /07 /juillet /2016 22:55
En noir et blanc, d'Eliane Vernay

Une liseuse, c'est bien. Un livre, c'est mieux.

 

Jamais cette affirmation, aux allures de slogan publicitaire, n'apparaît plus exacte que lorsque l'on tient dans ses mains un sensuel et bel objet tel qu'En noir et blanc, le recueil de poésie, en prose et en vers, d'Eliane Vernay, publié chez Samizdat. Il pèse son poids de papier 120g, mais sans excès. Et il est doux au toucher et à la vue. 

 

Annie Fayolle Dietl a, pour sa part, ajouté sa touche poétique aux mots surgis de la plume d'Eliane Vernay. De sa plume à elle naissent des images, colorées, à l'encre de Chine, celle de la couverture et celles des sept illustrations qui correspondent au texte, à l'intérieur du volume, et font appel à l'imaginaire du lecteur.

 

Eliane Vernay commence d'ailleurs par des images, qui lui parlent. Et, quant à elle, c'est avec des mots qu'elle fait tout de suite appel à l'imaginaire du lecteur, en mélangeant les genres, paroles et musique, ou en esquissant de véritables petits tableaux, en couleur, et en noir et blanc...

 

Images I est ainsi une partie dédiée à Debussy. Quand Eliane Vernay évoque d'emblée masques et bergamasques, comment ne pas rêver un instant à Verlaine et à Fauré, mais en fait il s'agit bien d'Eliane Vernay, et de nulle autre - et on est déçu en bien -, et des mots qui lui viennent à l'esprit comme des airs de musique à l'oreille:

 

les notes accrochent aux branches

un train de voyelles

comme autant de guirlandes du ciel à la terre

 

Images II est dédiée à des peintres - à des phares, aurait dit Baudelaire:

 

Le Caravage et une scène biblique,

 

Vermeer et une de ses scènes de genre:

l'ombre veille

la mère coud

             ses petits en rond autour d'elle -

comme une louve

 

Goya et ses visions fortes:

et les ombres

noircies

au feu des jours

 

Rembrandt et ses firmaments tourmentés:

niée alors,

ou dépassée et comme absoute,

l'image d'un ciel trop bas

 

Tàpies, Hopper, Chagall ou Chavaz...

 

A un sculpteur, Chillida, en pleine action:

cet éclair furtif qui scalpe, incise, sectionne

puis ouvre, tranche, fouille

écarte mortaise, caresse

puis casse

brise fracasse

pierre et le souffle de la pierre, souffle du néant

 

A l'écrivaine Corinna Bille:

Pendant longtemps tes rires cachèrent tes peurs. Tu alignais les pardons au fond de ton sommeil pour épargner tes prières: "Tu approches, tu brûles", disait-on

mais seules te préoccupaient les épines qui déchiraient tes mots, les fourrés où s'égaraient tes images,

fouillis d'encre et de boue obstruant le sentier.

 

La mer inspire Eliane Vernay comme tous les vrais poètes et elle a, elle aussi, son cimetière marin:

 

La lente patience du cyprès au-dessus des tombes

quand au crépuscule la terre se retire

 

                      comme la mer

 

                                                            pour prier

 

En noir et blanc, qui donne son titre au recueil, est principalement un requiem, dont est extrait ce passage d'amour que la mort défait:

 

Englouti, le néant de ta nuit

qui ne tenait qu'à un fil.

Le tien.

Sectionné.

 

Et moi, accrochée à ce fil m'agrippant

toute la nuit

mordant

garrotant

étranglant

le fil -

 

Etranglée

la nuit.

 

La tienne.

 

Tout contribue dans ce recueil à la poésie - ce regard singulier d'un auteur qui se pose sur les êtres et les choses, qui les compose et les transpose: les mots et leur sonorité, les phrases qu'ils forment et leur disposition sur les pages de par la volonté d'une âme, les illustrations qui ne sont pas toutes en noir et blanc - certaines comportent en effet de l'ambre et du feu, c'est-à-dire de l'ardeur...

 

Francis Richard

 

En noir et blanc, Eliane Vernay, 120 pages, Samizdat

Partager cet article

Repost 0
Published by Francis Richard - dans Lectures poétiques
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Francis Richard
  • : Ce blog se veut catholique, national et libéral. Catholique, il ne s'attaque pas aux autres religions, mais défend la mienne. National, il défend les singularités bienfaisantes de mon pays d'origine, la France, et celles de mon pays d'adoption, la Suisse, et celles des autres pays. Libéral, il souligne qu'il n'est pas possible d'être un homme (ou une femme) digne de ce nom en dehors de l'exercice de libertés.
  • Contact

Profil

  • Francis Richard
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.

Références

Recherche

Pages