Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mars 2017 4 02 /03 /mars /2017 23:55
Un racisme imaginaire - Islamophobie et culpabilité, de Pascal Bruckner

En fait il y a deux racismes, le réel et l'imaginaire, et il est essentiel de les distinguer:

 

Frapper un fidèle est un délit. Discuter d'un article de foi, d'un point de doctrine, est un droit. Confondre les deux est un amalgame insupportable.

 

Cette distinction est faite par Pascal Bruckner dans l'introduction à son livre, Un racisme imaginaire.

 

De la même manière le terme islamophobie agglutine deux sens différents et permet de jeter l'opprobre indistinctement sur ceux qui oppriment les musulmans et sur ceux qui critiquent la foi coranique.

 

L'islamophobie fait partie du vocabulaire de l'antiracisme. Ce dernier ne laisse d'autre choix qu'entre l'offense et l'acquiescement à l'islam, sous peine de tomber sous l'accusation infamante de racisme.

 

Ce choix est le seul laissé aux non-musulmans et aux musulmans eux-mêmes, qui n'ont pas droit à la dissidence: ils sont alors trop musulmans pour la société qui les soupçonne de double langage, pas assez pour leurs proches qui les accusent d'être passés à l'ennemi.

 

L'antiracisme a un discours ambivalent: l'humanité est une grande famille, mais il faut dans le même temps protéger ses diversités envers et contre tout. Si les autres religions sont modifiables, l'islam, lui, est intouchable.

 

Qui, au XXIe siècle, prône l'antiracisme sinon une large fraction des intelligentsias occidentales, qui pactise avec le totalitarisme intégriste comme leurs aînés avaient communié avec le nazisme ou le communisme?

 

Ces intelligentsias trouvent dans la religion musulmane un substitut au marxisme et au tiers-monde à l'agonie. Et le ralliement au marché, dans une certaine presse, doit être compensé par un radicalisme culturel échevelé.

 

Ce radicalisme se traduit par la culture de l'excuse quand des musulmans commettent des méfaits (ils en commettent davantage en terre coranique qu'occidentale) et par une inversion sémantique: les victimes [sont] des bourreaux qui s'ignorent (elles méritent ce qui leur arrive) et les tueurs des victimes malheureuses 

 

Dans le même ordre d'idées, il faut à toute force que l'islamophobie remplace ou même supplante l'antisémitisme. Les musulmans sont les nouveaux juifs, les nouveaux persécutés de la terre et les Juifs, eux, se sont mis du côté du colonisateur blanc, via la douleur palestinienne:

 

La judaïsation des musulmans entraîne automatiquement la nazification des Israéliens.

 

Sauf que l'antisémitisme est par essence racialiste, il ne conteste pas le judaïsme en tant que croyance, mais les Juifs pour ce qu'ils sont. En outre, dans les années 30, les Juifs ne jetaient pas de bombes sur toute la surface du globe au nom du vrai Dieu et ne réclamaient pas de droits séparés mais au contraire l'assimilation.

 

En fait la fureur que suscite l'État hébreu vient de ce que le Juif, de sous-homme hier, est devenu en un demi-siècle un égal.

 

Et la fureur que suscitent beaucoup de sociétés qui ne suivent pas l'enseignement du Coran vient de ce qu'elles s'en tirent mieux sur les plans économique et politique et qu'elles se désintéressent de l'islam, ce qui est humiliant, comme est insultante l'existence d'autres religions.

 

La France n'opprime pas les musulmans (d'ailleurs, s'ils continuent d'y affluer, n'est-ce pas que les avantages surpassent les tensions éventuelles?). Ils sont victimes (certes plus que d'autres) d'un système qui décourage l'initiative et du blocage de son économie qui résulte de l'incompétence crasse de ses dirigeants...

 

Pascal Bruckner constate: L'islam fait partie du paysage français et européen, il est la deuxième religion du Vieux Monde, et il a droit à la liberté de culte, à la reconnaissance officielle, à la protection des pouvoirs publics, à des lieux de prière et de célébration décents.

 

Mais c'est à la condition qu'il respecte les règles républicaines et laïques, sorte de l'ambiguïté vis-à-vis des intégristes et ne réclame pas un statut dérogatoire en raison de sa singularité.

 

Bref il faut que l'islam soit banalisé, devienne une religion parmi d'autres, s'européanise: Ce qu'il nous faut inscrire dans la loi, c'est l'abolition du crime d'apostasie, le droit de sortie pour tous, le droit au libre examen de la doctrine, au renouveau de l'exégèse, à la relecture du texte sacré par des imams, des théologiens, comme cela se produisit dans les siècles passés pour le christianisme et le judaïsme.

 

Ne sont pas négociables: l'esprit d'examen, l'égalité des sexes, la discrétion religieuse, le respect des droits et des libertés individuelles, la liberté d'expression.

 

En fait, si la France est détestée par les intégristes, c'est non parce qu'elle opprime les musulmans, mais parce qu'elle les libère: Ne minimisons pas l'extraordinaire séduction qu'exerce le mode de vie occidental sur les peuples étrangers, contrepartie de l'aversion qu'ils lui vouent.

 

Pascal Bruckner conclut: Nous vivons une époque terrible. Tout affreuse qu'elle soit, elle est pourtant passionnante. Il est impossible de se dérober au défi du siècle commençant: défaire le fanatisme du Croissant aux côtés des musulmans éclairés ou modérés qui en sont les principales victimes. Pour cette tâche immense, il n'y aura jamais trop de bonnes volontés.

 

Francis Richard

 

Un racisme imaginaire - Islamophobie et culpabilité, Pascal Bruckner, 272 pages Grasset

 

Livres précédents chez le même éditeur:

Le fanatisme de l'apocalypse (2010)

Le mariage d'amour a-t-il échoué? (2011)

La maison des anges  (2013)

La sagesse de l'argent (2016)

Partager cet article

Repost 0
Published by Francis Richard - dans Société
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Francis Richard
  • : Ce blog se veut catholique, national et libéral. Catholique, il ne s'attaque pas aux autres religions, mais défend la mienne. National, il défend les singularités bienfaisantes de mon pays d'origine, la France, et celles de mon pays d'adoption, la Suisse, et celles des autres pays. Libéral, il souligne qu'il n'est pas possible d'être un homme (ou une femme) digne de ce nom en dehors de l'exercice de libertés.
  • Contact

Profil

  • Francis Richard
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.

Références

Recherche

Pages