Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 décembre 2013 3 25 /12 /décembre /2013 11:30

Lumière de la foi PAPE FRANCOISIl y a quelque six mois, Pape François mettait la dernière main à la première lettre encyclique de son pontificat, Lumen fidei, signée Franciscus, qui est aussi mon prénom en latin. C'était le 29 juin 2013 donc, en la solennité des saints apôtres Pierre et Paul.

 

Pendant l'Année de la foi, commencée à l'occasion du 50e anniversaire du Concile Vatican II, le pape Benoît XVI avait pratiquement achevé une première rédaction de cette lettre encyclique sur la foi. Son successeur sur le trône de Pierre l'a été également pour cet écrit:

 

"Je lui en suis profondément reconnaissant et, dans la fraternité du Christ, j'assume son précieux travail, ajoutant au texte quelques contributions ultérieures."

 

Benoît XVI, qui est un grand esprit, aura donc été à la source d'écrits fondamentaux de trois pontifes: Jean-Paul II, lui-même et, maintenant, son successeur. Et Pape François, ayant vraisemblablement ce constat à l'esprit, ajoute:

 

"Le Successeur de Pierre, hier, aujourd'hui et demain, est en effet toujours appelé à "confirmer les frères" dans cet incommensurable trésor de la foi que Dieu donne comme lumière sur la route de chaque homme."

 

Ce texte lumineux est tellement dense qu'il est impossible d'en faire une recension. Il faut le lire. Les croyants y trouveront un appronfondissement; ceux qui recherchent Dieu des pistes pour le trouver; les non-croyants matière à réflexion, en connaissance de cause, au lieu de trouver la source de leurs dénigrements dans leurs seuls fantasmes.

 

A sa parution, le 5 juillet 2013, j'ai fait l'acquisition de ce texte, mais, cédant à la tentation de remettre au lendemain ce que je pouvais faire le jour même, il a fallu, pour le mauvais larron que je suis, l'occasion de la veille de Noël pour le lire et regretter de ne pas l'avoir lu plus tôt. Cela m'aurait évité bien des désordres personnels...

 

A défaut de recension, je me contenterai de quelques citations que j'ai relevées pour mon profit spirituel et qu'il me semble intéressant de partager en ce jour de Noël.

 

Francis Richard

 

Voilà le paradoxe: en se tournant continuellement vers le Seigneur, l'homme trouve une route stable qui le libère du mouvement de dispersion auquel les idoles le soumettent.

 

Celui [...] qui veut être source de sa propre justice, la voit vite se tarir et découvre qu'il ne peut même pas se maintenir dans la fidélité à la loi.

 

Les chrétiens sont "un" [...], sans perdre leur individualité, et, dans le service des autres, chacun rejoint le plus profond de son être.

 

La foi, sans la vérité, ne sauve pas, ne rend pas sûrs nos pas. Elle reste un beau conte, la projection de nos désirs de bonheur, quelque chose qui nous satisfait seulement dans la mesure où nous voulons nous leurrer.

 

La grande vérité, la vérité qui explique l'ensemble de la vie personnelle et sociale, est regardée avec suspicion. N'a-t-elle pas été peut-être - on se le demande - la vérité voulue par les grands totalitarismes du siècle dernier, une vérité qui imposait sa conception globale pour écraser l'histoire concrète de chacun?

 

Sans vérité, l'amour ne peut pas offrir de lien solide, il ne réussit pas à porter le "moi" au-delà de son isolement, ni à le libérer de l'instant éphémère pour édifier la vie et porter du fruit [...]. Sans amour, la vérité se refroidit, devient impersonnelle et opprime la vie concrète de la personne.

 

Le croyant n'est pas arrogant; au contraire, la vérité le rend humble, sachant que ce n'est pas lui qui la possède, mais que c'est elle qui l'embrasse et le possède. Loin de le raidir, la sécurité de la foi le met en route, et rend possible le témoignage et le dialogue avec tous.

 

Il est impossible de croire seul. La foi n'est pas seulement une option individuelle que le croyant prendrait dans son intériorité, elle n'est pas une relation isolée  entre le "moi" du fidèle et le "Toi" divin, entre le sujet autonome et Dieu. Par nature, elle s'ouvre au "nous", elle intervient toujours dans la communion de l'Eglise.

 

La foi n'éloigne pas du monde et ne reste pas étrangère à l'engagement concret de nos contemporains. Sans un amour digne de confiance, rien ne pourrait tenir les hommes vraiment entre eux.

 

La foi affirme aussi la possibilité du pardon, qui bien des fois nécessite du temps, des efforts, de la patience et de l'engagement; le pardon est possible si on découvre que le bien est toujours plus originaire et plus fort que le mal, que la parole par laquelle Dieu soutient notre vie est plus profonde que toutes nos négations.

Partager cet article

Repost 0
Published by Francis Richard - dans Religion
commenter cet article

commentaires

mialjo 08/01/2014 10:07


trés bel article que j'ai partagé. merci pour les citations qui me conviennent aussi parfaitement...

Francis Richard 08/01/2014 20:26



merci pour le partage



Présentation

  • : Le blog de Francis Richard
  • : Ce blog se veut catholique, national et libéral. Catholique, il ne s'attaque pas aux autres religions, mais défend la mienne. National, il défend les singularités bienfaisantes de mon pays d'origine, la France, et celles de mon pays d'adoption, la Suisse, et celles des autres pays. Libéral, il souligne qu'il n'est pas possible d'être un homme (ou une femme) digne de ce nom en dehors de l'exercice de libertés.
  • Contact

Profil

  • Francis Richard
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.

Références

Recherche

Pages