Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mars 2012 1 26 /03 /mars /2012 22:25

Jean-Jacques-de-Dardel.jpgJean-Jacques de Dardel, 57 ans, est ambassadeur à Paris depuis le mois de septembre 2011 ici. En pleine campagne présidentielle il répond aux questions de Xavier Alonso dans la Tribune de Genève de ce jour. Il constate que les préjugés sur la Suisse des candidats (Hollande, Sarkozy ou Mélenchon), et des Français auxquels ils s'adressent, ont la vie dure :

 

"Les candidats propagent une image caricaturée et des avis faciles sur la Suisse, alimentés par le caractère premier des Français, mélange d'humour et d'esprit critique. Rien de neuf donc, lorsqu'ils continuent de considérer notre pays comme un havre de paix pour les riches."

 

Sous-entendu fiscal.

 

Comme je l'ai dit à plusieurs reprises sur ce blog et encore récemment ici, la Suisse n'est un havre de paix que pour quelques milliers de Français plus ou moins riches, environ 2'000, imposés sur la dépense, qui fuient à bon droit les véritables spoliations fiscales qu'ils subissent de la part de l'Etat français.

 

Les autres Français, qui habitent en Suisse, entre 150'000 et 200'000 - ils ne sont pas tous enregistrés [voir ici] - sont pour le plus grand nombre, dont je suis, imposés davantage ici qu'ils ne le seraient en France pour les mêmes revenus. Il ne s'agit donc pas d'un paradis fiscal, comme ces candidats le disent à mots découverts, et on n'y vient pas travailler pour des raisons fiscales :

 

"Cette vision d'un pays refuge pour riches, poursuit Jean-Jacques de Dardel, élude le fait que le plus d'un million et demi d'étrangers vivant en Suisse (et les centaines de milliers de frontaliers qui y travaillent) le font pour d'autres raisons. La libre-pensée, la libre entreprise, le respect des individus et des minorités."

 

Selon les mêmes, l'économie de la Suisse est réduite au secteur bancaire, déplore l'ambassadeur. Or :

 

"La place financière représente 11% de notre PIB. Beaucoup ignorent que notre économie, c'est avant tout un tissu industriel très dense. Des PME à foison. Un secteur où se nichent des trésors d'activité."

 

Ce diplomate "au verbe affirmé et à la méfiance portée en boutonnière", dixit Xavier Alonso, ajoute :

 

"Architecture, art contemporain, microtechnique et biotechnique, entre autres, la Suisse, excelle dans ces domaines."

 

Seulement il est tellement plus facile de dire et de croire que la Suisse est un pays qui s'en sort mieux que les autres grâce à l'argent placé dans ses banques, que la Suisse n'a donc aucun mérite, qu'elle détourne l'argent des contribuables français en offrant un refuge à ses évadés ou exilés fiscaux et qu'elle vit donc aux frais de la France, qui adore regarder son nombril et donner des leçons de morale aux autres.

 

Ce faisant les candidats et les Français qui les écoutent feignent d'ignorer que la Suisse est beaucoup moins endettée que leur pays (38,4% du PIB en 2010 contre 83,5%), que son économie y est plus libérale et qu'en conséquence le chômage y est plus bas (3,3% en décembre 2011 contre 9,8%).

 

Les uns et les autres feignent également d'ignorer que la Suisse intègre mieux ses étrangers (22,4% de la population en 2010), que la durée du travail y est plus longue (1'994 heures par an et par employé temps plein en 2010 contre 1679 heures), bref qu'elle fait tout pour être excellente et que les richesses qu'elle produit sont dues aux efforts de tous.

 

Enfin ils feignent d'ignorer que la France souffre d'un terrible déficit démocratique par rapport à la Suisse, où existe la démocratie directe - que seule Marine Le Pen loue ... et qui s'exerce dans tous les domaines, y compris fiscal.

 

Car c'est seulement tous les cinq ans que les Français peuvent se prononcer sur un paquet, baptisé programme, qui leur réserve à chaque fois, à gauche comme à droite, bien des surprises. L'électeur français, c'est ... cocu roi. Ce qui n'est pas étonnant dans une monarchie républicaine...

 

Francis Richard

 

Cet article est reproduit sur la plateforme lesobservateurs.ch   

Partager cet article

Repost 0
Published by Francis Richard - dans International
commenter cet article

commentaires

Le passant ordinaire 27/03/2012 07:47


Je vous remercie sincèrement pour votre prise de position que malheureusement presque aucun de vos compatriotes ne liront.


C'est vrai que si l'on habite pas dans une ville mais dans un village de montagne (proche de l'autoroute) on y est vraiment à l'aise à l'abri des malfrats et de la pollution urbaine en tous genres !


Bonne journée à vous

Francis Richard 27/03/2012 10:00



Il n'est pas besoin d'espérer pour entreprendre de leur faire savoir, ni de réussir pour persévérer à leur faire savoir... comme aurait dit Guillaume d'Orange...


 


Bonne journée à vous aussi.



Présentation

  • : Le blog de Francis Richard
  • : Ce blog se veut catholique, national et libéral. Catholique, il ne s'attaque pas aux autres religions, mais défend la mienne. National, il défend les singularités bienfaisantes de mon pays d'origine, la France, et celles de mon pays d'adoption, la Suisse, et celles des autres pays. Libéral, il souligne qu'il n'est pas possible d'être un homme (ou une femme) digne de ce nom en dehors de l'exercice de libertés.
  • Contact

Profil

  • Francis Richard
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.

Références

Recherche

Pages