Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 juillet 2016 7 24 /07 /juillet /2016 15:55
Le corps inhabitable suivi de Ici-haut et de Précédemment, de Jean-Pierre Vallotton

Le présent livre de poésie rassemble deux livres parus chez Amay, l'Arbre à paroles : Précédemment, suite sérielle (1998), et Ici-haut suivi de Le corps inhabitable (2006). Ils sont donc mis dans l'ordre inverse...

 

Mais, en poésie, l'ordre a-t-il de l'importance? Oui, si la vision du monde change fondamentalement avec le temps, parce qu'alors Chronos la marque de son empreinte. Non, si, dans les grandes lignes, elle demeure.

 

La vision du monde de Jean-Pierre Vallotton reste assez sombre, quelle que soit l'époque où il compose. Il suffit pour s'en rendre compte d'extraire de ces trois recueils l'occurrence qui donne le titre de chacun d'eux et de se pencher sur leur contenu.

 

Dans le premier recueil, le poète parle d'elle qui était double et qui fut double:

 

Sous le voile enfin arraché du sourire, un loup encore portait l'ombre insidieuse au point d'ébullition du corps inhabitable.

(Le corps inhabitable)

 

Il écrit plus loin:

 

Le corps inhabitable, impuissant, s'écoute lentement sombrer.

(Le corps inhabitable)

 

Le corps inhabitable tremble, se fissure, s'éparpille sur le plancher en tessons dépolis sous les reflets noirs d'une lune vénéneuse.

Cri inaudible où la bouche se blesse, couloirs ténébreux.

(Le corps inhabitable)

 

Dans le deuxième recueil, le poète parle des biens de ce monde en en disant tout le mal qu'il ressent. Les mots ou expressions qu'il emploie sont significatifs: inanition, mélodie en rade, vieux élans meurtris, aimants déroutés, coeur fade vomissant, amantes délaissées etc. et il termine par ces deux vers:

 

Notre âme funéraire décimée

ici-haut insigne volupté

(Ici-haut)

 

L'expression ici-haut est révélatrice: pour le poète ici-bas est déjà le haut. Il ne faut pas se bercer d'illusion avec l'espoir d'un au-delà qui se trouverait au-dessus d'ici:

 

L'espoir inoculé

au rythme du poignet

est un piètre vaccin

(Le corps inhabitable)

 

Ce que l'on nomme espoir:

poème vert-de-grisé

où notre coeur chancit.

(Ici-haut)

 

Dans le troisième recueil du volume, que précède une page de la partition du Quatuor à cordes op. 28, d'Anton Webern, le poète évoque celle dont il garde la nostalgie, malgré qu'il en ait:

 

Avec les lieux étrangers de ton âme

précédemment

le nombre inscrit de tes dérobades

incarnadine la fuite exemplaire des mots suspensifs

de ta main à tes lèvres

(Précédemment)

 

Et ce qui suit c'est (plus loin):

 

la poignée sans la main

le rire hors les lèvres

ce qui fonde l'autorité

l'esprit sans la lettre

la poussée sans la chute

l'inspiration moins le chant

(Précédemment)

 

L'approche du sombre, l'ombre qui étend ses ailes sur le domaine rangé, l'ombre plus sombre que l'ombrel'étrange douleur de vivre, la vie qui nous ment n'a pas d'importance, l'amour banquise inabordable, les mots d'amour détritus / où la mort fouine etc. sont autant d'expressions qui viennent sous la plume du poète d'un recueil l'autre et assurent la permanence de son ressenti.

 

Ce qui lui permet de vivre, c'est de traduire poétiquement ce ressenti:

 

Ainsi s'accordent la lèvre qui frémit au poème de vivre et le baiser perdu qui retrouve le livre (Le corps inhabitable)

 

Aux portes du sommeil, l'incendie du poème se déclare aux murs craquants de l'insomnie.(Ici-haut)

 

N'est-ce pas l'ultime échappatoire?

Poème soit son plus beau visage

celui secret qui sombre avec le jour

et renaît dans les cendres d'amour

voltigeant au puits profond de nos âges

(Ici-haut)

 

Pour apprécier semblable poésie, il est évidemment préférable de la savourer par beau temps. Ce n'est qu'alors que de tels poèmes, où se trouvent des trésors d'expression, peuvent agir comme des baumes, leur spleen étant confronté à la lumière, qui, bien présente, n'est pas celle, secrète, d'où l'on ne revient pas...

 

Francis Richard

 

Le corps inhabitable suivi de Ici-haut et de Précédemment, de Jean-Pierre Vallotton, 232 pages Editions Empreintes 

Partager cet article

Repost 0
Published by Francis Richard - dans Lectures poétiques
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Francis Richard
  • : Ce blog se veut catholique, national et libéral. Catholique, il ne s'attaque pas aux autres religions, mais défend la mienne. National, il défend les singularités bienfaisantes de mon pays d'origine, la France, et celles de mon pays d'adoption, la Suisse, et celles des autres pays. Libéral, il souligne qu'il n'est pas possible d'être un homme (ou une femme) digne de ce nom en dehors de l'exercice de libertés.
  • Contact

Profil

  • Francis Richard
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.

Références

Recherche

Pages